CFPapers : CRUX TRUMPHALIS – Crucifix et poutres de gloire du Moyen Âge jusqu’au Concile de Trente

( Cadix, Université de Cadix, 13-15 octobre 2022)

Colloque organisé par le Département d’Histoire Moderne, Contemporaine, d’Amérique et d’Art de l’Université de Cadix ; Groupe de Recherche Ville, Image et Patrimoine. HUM-726 ; en collaboration avec le Comité Espagnol d’Histoire de l’Art (CEHA) et le Centre International d’Etudes Liturgiques (CIEL)

Au Moyen Âge ainsi qu’au début de l’époque moderne, l’image du Christ crucifié, la plupart du temps représenté avec la Vierge et Saint Jean à ses côtés et  supporté par une poutre de gloire, est le principal élément attirant le regard de ceux qui entraient dans une église. Cette poutre, posée sur les impostes de l’arc triomphal, devenait alors, avec les marches de l’autel une frontière évidente entre l’espace destiné aux fidèles et celui réservé au clergé. Grâce à sa position à l’entrée du chœur, le crucifix attirait le regard des fidèles, facilitant leur implication spirituelle dans les célébrations liturgiques.

Comme de nombreuses pièces du mobilier d’église, l’origine des poutres de gloire peut être retracée jusqu’au début du Moyen Âge voire même jusqu’à l’Antiquité tardive grâce à l’archéologie et aux preuves documentaires relatives à la littérature patristique ou au Liber Pontificalis. Les sources du Haut Moyen-âge mentionnant ces structures en bois et leurs crucifix et calvaires sont encore plus nombreuses, comme en attestent les traités de Sicard de Crémone et de Guillaume Durand.

Alors qu’il est encore  possible de localiser nombre de ces pièces dans toute l’Europe, ce qui témoigne de leur abondance à cette époque, la réalité hispanique est tout autre. La rareté des exemples conservés, ainsi que le manque d’intérêt académique pour ce sujet, pourraient donner une image erronée d’un passé où ces structures n’auraient eu que peu d’importance. Néanmoins, les preuves documentaires et les vestiges sculpturaux  conservés permettent de reconstruire une réalité bien différente où le grand pouvoir visuel de ces structures ne déclinerait qu’à la fin du XVe siècle, parallèlement à l’extraordinaire développement des grands retables. Lesquels ajoutés à  d’autres catalyseurs et  courants théologiques auront pour conséquence la chute en désuétude des poutres de gloire et leur oubli académique.

Cette première Rencontre internationale d’Art et Liturgie de l’université de Cadix, qui a pour vocation d’inaugurer un cycle pérenne,  a pour objectif de restaurer la mémoire de ces pièces singulières en prenant en compte leurs dimensions tant  architecturale que sculpturale et picturale, dans les contextes visuel et fonctionnel pour lesquels elles ont été conçues.

 Espace de débat, le colloque s’appuiera sur la présence d’experts de renom tels que Teresa Laguna, Justing Kroesen ou encore Eduardo Carrero, et sera organisé autour de quatre sessions.

Session I. La Croix triomphale dans les sources liturgiques et historiques. Étude des textes patristiques et des livres liturgiques du moyen-âge, des visites pastorales et d’autres sources littéraires comme la périégèse et la chorographie, ainsi que des sources documentaires contractuelles et comptables. Egalement des témoignages graphiques des poutres et des calvaires : dessins, gravures, peinture descriptive et photographie historique.

Session II. Calvaires et poutres de type  de l’imagerie religieuse espagnole dans le contexte européen. Origines et relations typologiques avec des éléments connexes : grilles, arrière-chœurs, jubés, etc. Configuration spatiale et évolution formelle. Royaumes ibériques. Particularités locales.

Session III. Le déclin d’une typologie. L’émergence des grands retables et production des dernières poutres. Désaffectation et démantèlement des poutres et des calvaires. Les aspects fonctionnels, liturgiques et de conservation liés à ce processus de disparition. Les exemples singuliers conservés : survie et renaissance.

Session IV. Images, piété et dévotion. Implications dévotionnelles dans le culte des crucifix et des calvaires médiévaux après leur déclin. Autels, retables et chapelles consacrés aux “Christs aux poutres triomphantes”. Le prestige de l’art du moyen âge  dans le contexte baroque.

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 31 mars 2022 à l’adresse mail : crux.triumphalis@uca.es.  Le dossier devra se composer d’un résumé de 500 à 700 mots soulignant la nature innovante de la proposition et la session choisie, ainsi qu’un bref curriculum vitae.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français ou italien.

La sélection des propositions retenues sera rendue publique au plus tard le 15 mai. Une version écrite de celle-ci devra être communiquée aux organisateurs avant le 15 novembre 2022 en vue d’une publication.

L’inscription au colloque est de 40€ pour l’intervenant (20 € pour les membres du CEHA) et comprend une copie des actes du colloque.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.