LE COLLEGE DE SAN GREGORIO DE VALLADOLID – Savoir et magnificence dans l’architecture gothique tardive castillane

L’ouvrage El Colegio de San Gregorio de Valladolid. Saber y magnificencia en el tardogótico castellano a pour origine une thèse de doctorat, revue et adaptée, qui été consacrée à Alonso de Burgos et au Collège de San Gregorio à Valladolid. Son objectif était d’offrir une étude historico-artistique exhaustive de ce monument clé du gothique hispanique tardif, pour lequel manquait une monographie traitant de l’architecture de l’ensemble et de la tradition typologique dans laquelle il s’inscrit ainsi que des circonstances entourant l’origine de cette institution. Ce travail avait par ailleurs pour objectif de contribuer à une meilleure compréhension du développement artistique de la fin du Moyen Âge en Castille.

Façade du Collège de San Gregorio, Valladolid © Wikimedia Creative Commons

Aujourd’hui musée national espagnol de la sculpture, le Collège de San Gregorio de Valladolid est l’un des monuments les plus exceptionnels réalisés dans la péninsule Ibérique à la fin du XVe siècle. Édifié entre 1484 et 1496, à l’initiative d’Alonso de Burgos, évêque de Palencia et membre du Consejo Real des Rois Catholiques (Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon), il avait pour but de compléter la formation de frères dominicains. Ce collège arbore une architecture gothique tardive unique pour la péninsule ; laquelle s’admire tant dans sur son portail principal que dans le cloître aux arcades finement ornées. Il a, de fait, toujours eu une place importante dans l’historiographie de l’architecture médiévale péninsulaire, toutefois aucune étude exhaustive ne s’était véritablement intéressée à sa singularité, pas plus qu’à son contexte de création. Aucun travail n’a traité de l’architecture du complexe, ni mené de réflexion raisonnée sur sa paternité,  sur la configuration des espaces, sur la tradition typologique dans laquelle il s’inscrit, ni sur les circonstances entourant l’origine de cette institution collégiale. 

La perspective ici adoptée a été déterminée par la prise en compte de phénomènes historiques convergents, tels que la réforme religieuse promue par les Rois Catholiques ou l’émergence d’un nouveau profil d’évêque comme promoteur des arts, contexte dans lequel s’inscrivent la fondation et l’édification de ce collège. Pour ce faire, nous sommes parties du principe qu’une nouvelle contextualisation du bâtiment ainsi que de ses sculptures et de son héraldique permettrait de progresser dans la compréhension des intentions qui ont guidé la composition de l’édifice ainsi que le choix des artistes et d’une esthétique spécifique permettant de véhiculer un discours en cohérence avec la fondation elle-même. L’ensemble de ce travail s’est, par ailleurs, appuyé sur l’étude d’un ensemble de sources extrêmement riches.

La nouveauté de cet ouvrage réside dans la volonté d’offrir un examen complet de la matérialité du gothique tardif du Collège de San Gregorio et du rôle que cette entreprise a joué dans la promotion artistique d’un personnage singulier, le dominicain Alonso de Burgos. À cette fin, une contextualisation a été réalisée, à la fois historique, politique et culturelle de la période de la fondation de cette institution et du développement du cursus honorum de son promoteur. Pour cette raison, l’étude de la personnalité d’Alonso de Burgos a été fondamentale en ce qui concerne tant ses fonctions comme homme religieux, que par son rôle prééminent à la cour. En ce sens, la recherche de l’origine des ressources financières du prélat, nécessaires à l’érection du collège, constitue une contribution inhabituelle dans le contexte de la promotion artistique du Moyen Âge tardif. D’autre part, l’analyse de la construction a exploré différents aspects, depuis sa fortune/richesse historiographique et les restaurations qui ont modifié l’édifice primitif jusqu’à l’analyse des documents relatifs à sa fondation, à sa structure et aux éléments de construction, à la paternité et à la relecture du programme iconographique de sa façade.

Tympan de la façade du Collège de San Gregorio, Valladolid © Wikimedia Creative Commons
Alonso de Burgos, détail du tympan de la façade du Collège de San Gregorio, Valladolid © Wikimedia Creative Commons

La réalisation d’une étude sérieuse du Collège exigeait ainsi une analyse de l’intervention de son promoteur, Alonso de Burgos, dès sa fondation. Non seulement cet évêque n’avait pas de biographie qui lui soit consacrée, mais peu de chercheurs s’étaient intéressés à son personnage. Les publications existantes l’ont en effet principalement traité d’un point de vue artistique et nullement politique et religieux, des éléments pourtant étroitement liés à son activité de mécène. Ainsi, une élément clé de notre enquête a donc été  fray (frère) Alonso et ses relations avec les monarques, tant à partir de sources documentaires qu’au travers du témoignage des chroniques. Heureusement, Jorge Diaz Ibañez travaille actuellement à une monographie à propos du prélat et à publié au cours des dernières années plusieurs études qui ont grandement aidé à la réalisation de cette œuvre.

D’un point de vue architectural, le Collège a toujours suscité l’intérêt. Toutefois, les études existantes ne l’ont jamais exploré en profondeur. Pourtant, cet édifice est considéré comme l’un des ouvrages clés du style gothique hispanique tardif ; des photographies de la cour principale ou de la façade se retrouvent dans chacun des manuels ou essais sur l’architecture des dernières décennies du XVe siècle, qu’il soit étiqueté “hispano-flamand”, “gothique élisabéthain”, “style élisabéthain” ou, plus récemment, “gothique tardif”. L’absence de travaux sur une construction aussi imposante semble être due à l’impossibilité de l’inscrire dans les catégories historiographiques traditionnelles, conditionnées par l’approche de cette période de transition, ainsi qu’à l’absence de documentation relative au processus de construction.

A l’instar du célèbre Palais de l’Infantado, le Collège de San Gregorio appartient à une catégorie de bâtiments dont l’analyse est peu aisée pour l’historiographie traditionnelle en raison de sa difficulté à entrer dans les standards. De nombreux auteurs se sont émerveillés de sa somptuosité et de sa magnificence, qu’ils ont qualifiées de « bigarrées et baroques ». L’historien Manuel Gómez-Moreno considère, pour sa part, le Collège comme un prémice de la renaissance monumentale castillane, il l’inclut dans un courant artistique national disparu «victime de  son originalité anarchique » et le dénigre par rapport aux constructions plus proches de l’esthétique italienne. Ce jugement souligne un conditionnement historiographique fondé, d’une part, sur la théorie des styles qui a façonné le discours de l’Histoire de l’Art pendant une grande partie du XXe siècle et, d’autre part, sur la conception d’une Histoire de l’Art verticale et hiérarchisée, dont la Renaissance est l’apogée. Ces visions, cloisonnées, ont rendu de nombreuses œuvres prisonnières d’un certain flou identitaire à l’instar du Collège de San Gregorio.

La typologie du Collège n’a pas non plus favorisé son étude. En effet, il s’agit d’une fondation religieuse de l’ordre des Prêcheurs (également connu comme ordre dominicain) qui, en même temps, peut être considérée comme une architecture civile en raison de sa fonction universitaire. Le Collège de San Gregorio est ainsi situé à la frontière de deux mondes, une situation rare et donc d’autant plus complexe à cerner.

Enfin, toujours étudié comme une construction gothique tardive, le collège de San Gregorio a longtemps été perçu comme une œuvre de second plan, une fondation retardataire pour laquelle avait « encore » était choisi le style gothique décadent, une perception due à sa construction contemporaine de celle du Collège de Santa Cruz, considéré quant à lui comme pionnier dans l’introduction de la Renaissance en Castille. Or, il est évident que l’esthétique ornée et somptueuse de San Gregorio s’inscrit dans un phénomène européen, favorisé en grande partie par l’élite et connu dans l’historiographie anglo-saxonne sous le nom de Renaissance Gothique, au sein duquel se serait développé l’Astwerk.

Arcade de l’étage du cloître du Collège de San Gregorio, Valladolid © Wikimedia Creative Commons

Pour comprendre la complexité du travail que nous avons mené, il faut également  prendre en compte l’absence de documentation relative au processus de construction du collège de San Gregorio, manque qui constitue un problème pour quiconque souhaite faire des recherches sur ce bâtiment. Il est d’ailleurs probable que le défaut de données vérifiables documentées aux alentours du tournant que fut l’an 1500, ait découragé de nombreux chercheurs dans leur travail. La rareté des informations fiables a conduit les spécialistes à répéter les mêmes affirmations depuis les premières années du XXe siècle, les réfutant dans certains cas, mais sans envisager d’aborder les questions qui restaient à traiter.

L’une des premières tâches réalisées dans cet ouvrage a été d’analyser le plan du collège de San Gregorio. Le rapprochement a notamment été fait entre chacun des espaces et les  écrits afférents déjà existants, ce qui a révélé un manque de réflexion assez évident. Pas plus l’agencement des pièces, que leur relation avec l’architecture contemporaine n’étaient pris en compte, hormis habituelles les comparaisons avec l’esthétique du Palais de l’Infantado ou la sculpture de Gil de Siloé.  Ainsi manquait à cet ouvrage sans documentation une approche à la matérialité de l’édifice. Cela a donc été notre point de départ.

La méthode suivie pour mener à bien cette recherche s’est appuyée sur l’étude directe de l’œuvre et de son contexte. Cette étape a permis d’identifier de nombreux aspects jusque-là délaissés et à soulever de multiples questions quant aux caractéristiques de cet édifice. Un travail de terrain exhaustif a été réalisé, axé sur une connaissance approfondie du bâtiment et des productions artistiques associées pour des raisons de chronologie, de style et/ou de promotion artistique. L’observation, les reportages photographiques, la mesure des éléments architecturaux et la réflexion sur les relevés planimétriques ont guidé l’approche de la matérialité de l’œuvre.

En plus de la lecture et de l’analyse critique de la bibliographie existante, le recours aux sources primaires a été fondamental. Dans un premier temps, il a été indispensable d’entreprendre un examen complet de la documentation publiée sur Alonso de Burgos et le Collège de San Gregorio, le monastère de San Pablo de Valladolid et d’autres œuvres promues par fray Alonso. Cette exploration documentaire minutieuse a permis de trouver des indices chronologiques, des parallèles prosopographiques, ainsi que des mentions d’aspects artistiques complétant les informations obtenues par l’étude directe de l’œuvre. Par ailleurs, en interrogeant de manière systématique la documentation du dernier quart du XVe siècle et du premier quart du XVIe siècle, il a été possible de récupérer de nombreuses informations qui nous ont permis de cerner les intentions sous-tendant la promotion des entreprises artistiques, l’implication du fondateur dans le développement ou le résultat final de l’œuvre et même la composition originale et la circulation de la collégiale elle-même.

De même, la consultation des sources primaires a été essentielle pour développer la critique de l’authenticité et approfondir l’origine des revenus perçus par Alonso de Burgos, un aspect qu’aucun historien n’avait abordé jusqu’à présent. Ce travail a été complété par la recherche de gravures et de photographies anciennes documentant les différentes transformations auxquelles le bâtiment a été soumis entre le XIXe et le XXIe siècle, ainsi que par d’autres types de sources telles que les chroniques contemporaines des règnes d’Henri IV et des Rois Catholiques, des récits de voyageurs ou encore des textes comme l’Historia del Colegio de San Gregorio de Valladolid, écrite par Gonzalo Arriaga en 1634 et restée inédite jusqu’en 1928.

En ce qui concerne l’étude de la façade du Collège, élément clé de cette architecture, nous nous sommes particulièrement intéressées à son programme iconographique qui répond à une conception structurée par une pensée commune, de nature politique, esthétique et/ou religieuse, qui, au Moyen Âge, se traduit en images par divers moyens tels que l’analogie, l’allégorie, la poétique, la répétition, la mémoire et même l’opposition d’idées contradictoires. A cet effet, la méthode suivie a consisté en l’étude iconographique de chacun des éléments la composant, dont certains apparemment sans lien entre eux. Pour cela nous sommes parties des propositions développées par les auteurs ayant déjà traité le sujet, puis les avons positionnées dans le contexte des tendances actuelles de l’analyse de l’image médiévale, comme l’art de la mémoire ainsi que la relation entre littérature et discours visuel. Ainsi chaque thème représenté a été analysé sur la base des sources graphiques et littéraires qui ont pu servir de référence. Sur le plan littéraire, il a été nécessaire de recourir à des textes d’époque pour compléter l’interprétation iconographique, comme la Visión de leyt able d’Alfonso de la Torre et Les douze travaux d’Hercule d’Enrique de Villena.

L’ensemble de ces travaux a abouti à une étude exhaustive du Collègue de San Gregorio, désormais publiée sous forme d’une monographie divisée en six chapitres de sorte à reprendre l’ensemble des éléments précédemment évoqués. Le premier correspond à l’étude de la figure d’Alonso de Burgos, fondateur du collège, introduite par une réflexion sur le phénomène de la promotion artistique épiscopale dans la Castille médiévale tardive, en accordant une attention particulière à la promotion des espaces de connaissance et à leur développement en tant que typologie architecturale. L’essentiel de ce premier chapitre correspond à une approche biographique et à un aperçu des entreprises artistiques promues par Alonso de Burgos. Le deuxième chapitre traite de la présence du Collège de San Gregorio dans l’historiographie artistique, en passant en revue la manière dont différents auteurs ont abordé l’étude de cette construction et en évaluant les contributions les plus notables à notre connaissance du Collège. La troisième partie est consacrée aux questions institutionnelles qui lui sont liées, dont la connaissance est essentielle pour comprendre le fonctionnement du bâtiment et le processus de fondation lui-même. Il comprend des contributions pertinentes telles que l’étude de l’origine du financement nécessaire à l’édification du collège. Le chapitre quatre contient pour sa part les résultats du travail réalisé dans les archives, il recompile ainsi les informations relatives à la construction et aux diverses restaurations du bâtiment du Collège, dans le but de faire la nécessaire critique de l’authenticité du monument que nous pouvons visiter aujourd’hui. Enfin, les cinquième et sixième chapitres contiennent les contributions clés de cette recherche, soit une étude de l’architecture du bâtiment qui comprend l’identification des espaces ainsi que l’analyse de la composition de son plan et un examen approfondi des éléments de construction de la façade de l’école, sur laquelle est proposé le développement d’un programme iconographique relatif à l’acquisition de nouvelles connaissances.

Au travers de ces contributions, l’ouvrage El Colegio de San Gregorio de Valladolid. Saber y magnificencia en el tardogótico castellano a pour but de faire redécouvrir un élément clé du patrimoine architectural hispanique. Il participe également à une meilleure compréhension de la dynamique artistique du style gothique tardif en Castille, à un moment clé de son développement, en soulignant le jalon que représente la construction du Collège de San Gregorio à Valladolid, comme une œuvre magnifique résultant de l’invention des maîtres qui l’ont conçue et de l’initiative et des ressources économiques de son fondateur.

Diana Olivarez Martínez, El Colegio de San Gregorio de Valladolid. Saber y magnificencia en el tardogótico castellano, Madrid : Consejo Superior de InvestigacionesCientíficas, 2021

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Diana Olivares Martínez , “LE COLLEGE DE SAN GREGORIO DE VALLADOLID – Savoir et magnificence dans l’architecture gothique tardive castillane”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 14/11/2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1854



Citer ce billet
Diana Olivares Martínez (2022, 14 novembre). LE COLLEGE DE SAN GREGORIO DE VALLADOLID – Savoir et magnificence dans l’architecture gothique tardive castillane. Espagnes Médiévales. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiyr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search