JACQUES LE CONQUÉRANT – la mémoire de l’image

Nombreux sont les spécialistes qui ont étudié la question de la transmission de la mémoire de Jacques Ier d’Aragon dans le royaume Valence au travers de la littérature et des documents d’archives. Cependant, peu d’entre eux se sont intéressés à la culture visuelle ; c’est-à-dire à l’ensemble des manifestations artistiques, ainsi qu’aux actes performatifs ou encore aux objets usuels qui ne cadrent pas avec l’idée traditionnelle de l’art. Le présent article propose d’analyser cette question en se concentrant sur la première période de gestation de la mémoire du roi, dans un contexte précis : son règne à Valence, soit de 1338 à 1538.


Jacques Ier d’Aragon [fig. 1] est connu sous le nom de Jacques le Conquérant en référence à ses reconquêtes de territoires islamiques, c’est-à-dire les royaumes de Majorque (1229-1232), de Valence (1233-1245) et de Murcie (1265-1266). Au XIIIe siècle, les actions de ce monarque ont un fort retentissement sur les régions voisines de la couronne d’Aragon comme le démontre la chronique de l’abbaye de Saint-Denis, Louis IX de France, le pape Grégoire IX, ou encore l’Historia Anglorum de Matthieu Paris et certains troubadours occitans. Mais c’est bien dans la Couronne d’Aragon que le souvenir de Jacques Ier s’impose de manière durable. En effet, de son vivant, le roi d’Aragon veilla à ce que la postérité puisse conserver une idée bien précise de lui et de ses faits au travers du Llibre dels feits (Livre des Faits ou Chronique de Jacques Ier), une autobiographie dans laquelle il consigna les épisodes les plus marquants de sa vie tout en occultant certains thèmes épineux. Les feits (actes) étaient, certes, mémorables : le souverain ayant repris de grands territoires aux musulmans du Sharq al-Andalus, cela ne pouvait que lui apporter une gloire certaine y compris pour les temps futurs. Dans ce contexte, il n’hésite pas à se mettre en scène. Comme au chapitre 389 de la chronique, où il est dit, selon la prophétie attribuée à un frère franciscain : “ho ha tot a restaurar e a defendre aquest mal que no venga en Espanya” [il (Jacques Ier) doit tout restaurer et défendre de ce mal – les Sarrasins – pour qu’ils ne restent pas en Espagne]. C’est ainsi qu’avec succès, le souvenir de Jacques Ier comme héros vainqueur contre les musulmans s’est forgé et a été entretenu dans les derniers siècles du Moyen Âge à Majorque et à Valence, les deux royaumes de la couronne d’Aragon fondés par le roi Conquérant. Dans ce processus du souvenir, les images ont joué un rôle-clé.

Fig. 1 – Sceaux de Jacques Ier d’Aragon, 1241, Archives Nationales, Paris, J. 589, nº 3 © Paris, Archives Nationales.

Les historiens ayant étudié la mémoire de Jacques Ier à Valence dans la littérature et les documents d’archives sont nombreux. Toutefois, peu se sont intéressés à la culture visuelle qui s’y rapporte. Ce sujet d’étude, pourtant, permet de mieux comprendre qui fut ce roi puisqu’il vient compléter les informations fournies par les témoignages écrits. L’art, l’architecture et les fêtes, dans leurs espaces respectifs, apportaient du sens : les gens leur accordaient de vraies valeurs et leur rôle était important dans les cérémonies et commémorations festives.

Nous nous centrerons ici sur ces représentations visuelles durant ce que nous pouvons qualifier de première période de gestation de la mémoire de Jacques Ier dans le royaume de Valence.

Le taïfa de Balansiya (Valence) est conquis le 9 octobre 1238 par le souverain aragonais. La période d’occupation de l’ensemble du royaume s’achève pour sa part en 1245. Toutefois, ce n’est qu’à partir de 1338 que nous trouvons une documentation relative à la mémoire de Jacques Ier. Cette année le Consell municipal (ou assemblée du pouvoir exécutif de la ville) établit annuellement et à perpétuité la fête du 9 octobre pour célébrer la commémoration liturgique et publique de la conquête du royaume. C’est à partir de ce moment-là qu’il y eut la prise de conscience de cet éphéméride guerrier et de son héros. L’événement principal de la fête est une procession civique solennelle à laquelle prennent part le Conseil municipal, l’Église ainsi que la population. Elle est spécifiquement célébrée le jour où Jacques Ier étendit la domination de la chrétienté en prenant la ville aux infidèles. Cet évènement commémore et préserve, de manière concrète, la mémoire du souverain. L’itinéraire et la liturgie de la procession – prières, hymnes et répons récités – remercient Dieu, la Vierge et Saint Georges pour leur aide lors de la conquête. Ils soulignent, par ailleurs, le caractère providentiel de l’action du roi.

Les représentations exposées à cette occasion – sculptures, peintures, mais aussi reliques –  contribuent à enraciner  ce type de souvenir. C’est notamment le cas du Retable de Saint George aussi connu comme Retable du Centenar de la Ploma, une œuvre originellement conservée dans l’église Saint-Georges de Valence, étape finale de la procession, où les gens venaient dire quelques prières de remerciement. Ledit retable présente en son centre une image éminemment évocatrice, en relation directe avec la fête du 9 octobre, en effet les personnages de la scène trouvent un parallèle visuel dans le défilé processionnel : Jacques Ier, à cheval, portant le surcot et l’étendard à quatre bandes de gueules sur fond d’or, incarne la justice pénale (la plus haute autorité dans le domaine de la justice) ; Saint Georges est également évoqué, grâce à la relique – il s’agit de son bras – portée par l’évêque [fig. 2].

Fig. 2 – Marçal de Sas, Bataille du Puig, Retable du centenar de la Ploma, vers 1400. Londres Victoria & Albert Museum © Victoria & Albert Museum, London

Enfin, le panneau central illustre la bataille du Puig, une scène en parfaite cohérence avec la célébration du 9 octobre puisqu’elle évoque la lutte contre les musulmans lors de la reconquête. Cette mise en image est particulièrement significative car tant la bataille du Puig que les évènements qui ponctuent la vie de Saint Georges sont des épisodes d’une très grande violence. De plus, les ennemis du christianisme à l’époque de saint Georges – les bourreaux, les ministres du préfet romain Dacien et Dacien lui-même – sont montrés animalisés, déformés ou bien caractérisés comme des Sarrasins. Ils sont tous les “autres”, au même titre que les maures à la fin du Moyen Âge.

Le souvenir de Jacques Ier comme conquérant est dont présent dans la société de manière effective et constante par le biais des célébrations annuelles très prisées du 9 octobre. Toutefois, cette facette du roi n’est pas la seule à être commémorée.  Alors que dans le contexte festif il est décrit comme conquérant, dans la sphère du droit civil, il est célébré en tant que législateur. En effet, Jacques Ier dota la ville et le royaume de Valence de leur premier code de lois – les furs –. Les copies de ce manuscrit, et d’autres compilations législatives, toutes réalisées entre le début des XIVe et XVIe siècles sont le plus souvent accompagnées de miniatures de l’effigie royale. Les Archives de la Cathédrale de Valence (ms. 146 réalisé vers 1301-1341 et le ms. 162 daté vers 1414) et les Archives Historiques Municipales de Valence (sign. 1 réalisé vers 1329) conservent deux compilations juridiques montrant le souverain représenté selon une iconographie stéréotypée du monarque-juge :  agenouillé en prière, ou assis et couronné, tenant une épée et l’index pointant vers le haut.  Toutefois, cette représentation du roi dans les documents législatifs illuminés n’est pas la seule en vigueur, comme nous pouvons le voir notamment dans le Livre des privilèges d’Alzira (Archives municipales d’Alzira, cod. esp. 0.0-3 vers 1380,) [fig. 3] ou dans l’Aureum opus (Bibliothèque de Valence, Nicolau Primitiu, sign. XVI/195, 1515). Jacques Ier est respectivement figuré comme le roi David musicien, jouant de la harpe et comme guerrier à cheval, tenant une épée. Ces représentations, dont l’iconographie se distingue de la culture figurative contemporaine, mettent en évidence la particularité de l’image mémorielle du souverain qui institua le royaume de Valence et lui donna une personnalité juridique propre.

Fig. 3 – Domingo Crespi, Jacques Ier en roi David, Livre des privilèges d’Alziraaime I como rey David, vers. 1380-1391. Archives Municipales de Alzira  © Archivo muncipal d’Alzira

La légitimité de Jacques Ier comme législateur se constate également lors des cérémonies au cours desquelles les souverains de la couronne d’Aragon prêtent le serment d’allégeance aux lois de la ville. C’est notamment le cas en 1402, lorsque les jurats de Valence (les maires et gouverneurs de la ville) acceptent de reconnaître Martin le Jeune de Sicile comme

 premier-né de Martin Ier d’Aragon, c’est-à-dire comme celui qui accédera au trône, à condition qu’il jure d’abord respecter les lois de Valence édictées par le roi Conquérant. Pour formuler cette demande à la Monarchie, le jurat Joan Mercader présenta le codex original des furs de Jacques Ier lors d’une cérémonie dans la cathédrale de Valence en présence du roi Martin l’Humain et de la reine Maria de Luna :  « [Joan Mercader montra] les anciennes chartes du saint roi Jacques, conquérant de ce royaume, avec couvertures de bois, bulles (sceaux) de plomb et fils de soie véritable ( […]los furs antichs del sant rey en Jacme, conqueridor d’aquest regne, ab cubertes de fust, bullats ab bulla de plom, en fills de seda reyals – Archives Historiques Municipales de Valence, Proceso de Cortes generales del reino, y.y-3, f. 257-260v )

Dans la cathédrale de Valence sont exposés des objets qui contribuent à renforcer le souvenir du roi Conquérant et plus précisément ses armes. Depuis 1416, le bouclier, la bride du cheval et les éperons sont accrochés à l’un des piliers du maître-autel, et chaque 27 juillet le chapitre de la cathédrale commémorait, au travers d’eux, l’anniversaire de la mort de Jacques Ier. D’autre part, l’icône de la Vierge dite Mare de Déu de la Seu [fig. 4], aujourd’hui disparue mais qui était exposée dans la sacristie de la cathédrale pendant la période du bas Moyen Âge, évoquait également le souverain qui l’aurait offerte à la cathédrale après la conquête de la ville. Ainsi, en 1505 Alonso de Proaza, professeur de rhétorique à l’Estudi General de Valence, explique que « ensuite -la cathédrale- fut consacrée à Sainte Marie, Mère de Dieu, par le très chrétien roi Jacques, et avec une figure de la même très sainte et intacte Vierge, peinte selon la manière d’Apelle -qui aujourd’hui  resplendit dans la sacristie de cette  même église, au-dessus de la porte d’entrée-, et donnée par le même monarque avec ce tétrastique » (Postea, a cristianissimo rege Jacobo divae Dei genitrici Mariae sacrata ; eiusdem quod sacerrimae intemerataeque Virginis simulachro Appellis velut arte depicto (ut hodie sacrarium eiusdem ecclesiae intrantibus supra portam effulget) hoc tetrasticho ab eodem rege quam primum donata – Alonso de Proaza, Oratio luculenta de laudibus, 1505, Valence, f. 11v).

Fig. 4 – Anonyme, Vierge à l’Enfant, XIIIe siècle. Oeuvre disparue, anciennement dans la cathédrale de Valence  © Andrés de Sales Ferri

Les autres peintures et sculptures ayant contribué au souvenir de Jacques Ier à Valence sont pour leur part exposées dans la maison de la confrérie de Saint-Jacques ainsi que dans les monastères de San Vicente de la Roqueta et de Santa Maria del Puig. Dans la maison de la confrérie, les fresques de l’église homonyme de même que le dessin à l’entrée de la paroisse montrent clairement le roi comme fondateur de l’association religieuse. Pourtant, Jacques Ier n’a pas créé la Confrérie de Saint-Jacques. Il fut, en revanche, bien à l’origine du monastère, de l’église et de l’hôpital de San Vicente de la Roqueta, situés hors des murs de Valence, où le corps de Vincent, diacre martyr de Huesca (Aragon), aurait été enterré. Une effigie du monarque se trouvait d’ailleurs sur la porte d’entrée de l’hôpital pour indiquer qu’il en était bien le fondateur et le patron originel de tout l’ensemble. A l’instar des saints martyrs, le souvenir de Jacques Ier était associé au christianisme ancien et à l’idéologie de la restauration de la religion chrétienne ainsi que cela se retrouve dans tout l’ensemble de Santa Maria del Puig. Dans l’église du monastère de Puig se trouvait à l’origine une icône de la Vierge en bas relief. La légende raconte que celle-ci aurait été enterrée avant l’arrivée des musulmans dans le Sharq al-Andalus et aurait été retrouvée par les conquérants chrétiens quelques siècles plus tard. La sainte icône est ainsi liée à la Reconquête et à la figure du roi Conquérant, qui était alors considéré comme un personnage faisant partie de la stratégie divine destinée à répandre la “vraie religion”.

Différents moyens participaient à pérenniser le souvenir. Il ne s’agissait toutefois pas uniquement de procédés et supports plastiques, de commémorations ou d’actes performatifs. L’architecture et l’urbanisme de la ville concouraient aussi à maintenir vivante la mémoire du souverain et de ses actes. Les citoyens de Valence considéraient que certains espaces, places et bâtiments de la ville lui étaient dédiés. Dans ces lieux et ces zones ils revivaient le siège mené par Jacques Ier : ils se faisaient les « archéologues » de la guerre contre les musulmans. Par exemple, Pere Antoni Beuter, chroniqueur et prédicateur de la ville, rapportait au sujet de la porte Boatella – située au sud de l’enceinte fortifiée – que « la brèche dans le mur est encore visible dans la rue, c’est pourquoi on l’appelait del Trebuquete, et maintenant on l’appelle la Morera -le Mûrier-, parce que ce type d’arbre est planté là, face à l’ouverture qui avait été faite dans le mur quand la ville a été conquise par les chrétiens » (la quiebra del muro se parece aún en la calle, que por ello se dixo del Trebuquete, y agora se  dize la Morera, por estar allí plantado este árbol enfrente de una abertura que en el muro se hizo quando fue de christianos la ciudad – Pere Antoni Beuter, Segunda parte de la Cronica General de España, 1551, cap. 31, p. 207)

Ainsi entre 1338 et 1538, Jacques Ier d’Aragon, monarque guerrier et législateur devint un véritable symbole. Une sorte d’aura entoure son souvenir : celle du héros fondateur.  La société civile l’éleve à ce rang par l’exaltation des images et des vestiges (de sa grandeur). Les institutions politiques et ecclésiastiques propagent sa mémoire à un peuple qui l’accepte et la célébre. Jacques Ier se convertit alors le roi saint qui, touché par la grâce divine, triompha des musulmans et leur reprit la terre pour y établir un royaume chrétien autonome au sein de la monarchie composite de la couronne d’Aragon.

Citer cet article

Francesc Granell Sales, “JACQUES LE CONQUÉRANT – la mémoire de l’image”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 11/12/2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1900

Bibliographie

BURNS Robert I. (1982), El reino de Valencia en el siglo XIII (Iglesia y Sociedad), Valence: Del Cenia al Segura.

FERRANDO Antoni & ESCARTÍ SORIANO Vicent J. (2010), Llibre dels feits, Valence : Acadèmia Valenciana de la Llengua.

SERRANO COLL Marta (2015), Effigies regis aragonum. La imagen figurativa del rey en la edad media, Saragosse: Institución Fernando el Católico.

SERRA DESFILIS Amadeo (2018), “Memoria de reyes y memorias de la ciudad: Valencia entre la conquista cristiana y el reinado de Fernando el Católico (1238-1476)”, Codex Aquilarensis, 34, pp. 143-168.

ESCARTÍ SORIANO Vicent J. (2021), Jaume I en la memòria d’un poble, Valence: Generalitat Valenciana.

GRANELL SALES Francesc (2022a), “Commemorating a Providential Conquest in Valencia: The 9 October Feast”, Religions, 13 (4: 301).

GRANELL SALES Francesc (2022b), “El bisbe Hug de Llupià, la Mare de Déu i Jaume I”, Specula, 3, pp. 125-150.

GRANELL SALES Francesc (à venir), L’aura de la memòria. La imatge de Jaume I en la València baixmedieval (ca. 1338 – ca. 1538), thèse de doctorat, Valence: Universitat de València.



Citer ce billet
francescagranell (2022, 12 décembre). JACQUES LE CONQUÉRANT – la mémoire de l’image. Espagnes Médiévales. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiys

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search