UNE RELATION “LONGUE DISTANCE” – L’Espagne et les anciens Pays-Bas au XVIe siècle .

Le XVIe siècle est le moment d’une « rencontre » particulière : celle entre l’Espagne et les anciens Pays-Bas. Par le mariage de Jeanne de Castille et de Philippe le Beau, ces deux ensembles territoriaux vont être amenés à partager une histoire commune parsemée de nombreux soubresauts. Ce billet vise à mettre en évidence quelques éléments saillants concernant l’histoire de cette relation « longue distance ». À maints égards, le règne de Philippe II focalise l’attention en raison de l’opposition importante et violente qui naît rapidement au cours des années 1560. L’un des enjeux de cette relation particulière, dans le chef des souverains espagnols, a été de s’assurer du bon gouvernement des Pays-Bas. L’obligation de nommer un.e représentant.e du monarque s’est vite et naturellement imposée. Cependant, l’absence du souverain des Pays-Bas est restée, tout au long du XVIe et encore du XVIIe siècle, un point d’incertitude pour les sujets de ces territoires.


Les premières années du XVIe siècle voient l’infante Jeanne, fille des souverains catholiques Ferdinand et Isabelle, unir les couronnes de Castille et d’Aragon. Le mariage de Jeanne avec l’archiduc Philippe dit « le Beau », fils de Marie de Bourgogne et de l’empereur Maximilien Ier, a non seulement permis l’union de deux individus mais aussi deux espaces politiques. Union ? Le terme est, à vrai dire, incorrect pour qualifier les relations que connaîtront les territoires de la péninsule ibérique – on parlera ici d’Espagne par commodité – et cet ensemble singulier que sont les anciens Pays-Bas.

Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, les Pays-Bas constituent un point d’attention essentiel pour la politique européenne des monarques espagnols. Ce billet vise à présenter – de manière succincte – les grandes lignes de cette relation « longue distance » qui, comme souvent dans un cas pareil, est loin d’avoir été un long fleuve tranquille.

Les anciens Pays-Bas : explication d’une expression

Issu du rassemblement territorial enclenché par les ducs de Bourgogne dès la fin du XIVe siècle, l’espace des Pays-Bas comprend à la fin du siècle suivant un nombre limité de principautés : Flandre, Artois, Brabant, Limbourg et Outre-Meuse, Namur, Hollande, Zélande, Luxembourg, Hainaut et la seigneurie de Malines. Il faut reconnaître à Charles Quint, fils de Jeanne et de Philippe le Beau, l’entreprise d’agrandissement du patrimoine territorial, parachevée en 1543 par l’incorporation de la Gueldre et du Zutphen.

Les Pays-Bas au XVIe siècle (divisés après la rupture des provinces septentrionales) . © Cambridge Modern History Atlas, 1912, carte 22

La première moitié du XVIe siècle coïncide avec des tentatives répétées de la part de Charles Quint pour obtenir une indépendance politique et juridique des Pays-Bas. Que ce soit par le traité de Madrid (1526), celui de Cambrai (1529), la Transaction d’Augsbourg (1548) ou la Pragmatique Sanction (1549), Charles Quint a tâché de fournir aux Pays-Bas une situation juridique particulière en éliminant les droits dont le souverain français pouvait encore se prévaloir dans certaines principautés – la Flandre notamment – ou en soustrayant les Pays-Bas à diverses obligations vis-à-vis de l’Empire. Quoi qu’il en soit, Charles Quint et ses successeurs n’ont jamais doté les Pays-Bas d’une personnalité juridique stricto sensu. Il s’agissait bien de principautés rassemblées sous la direction d’un même prince selon la logique d’une union personnelle au sein de laquelle chaque principauté disposait de ses prérogatives juridiques.

Charles Quint et, à sa suite, Philippe II, n’arrivent donc pas en terrain vierge de tout patrimoine institutionnel ou juridique. Les gouvernants des Pays-Bas ont donc dû composer avec l’héritage que constituaient les conseils de justice de ces provinces de même que les coutumes qui étaient en usage dans celles-ci.

La domination espagnole dans les Pays-Bas

C’est par le même titre que celui que nous avons employé ici qu’Ernest Gossart choisit d’intituler le premier de ses deux ouvrages consacrés aux « liens entre Espagnols et Flamands » au XVIe siècle. Dès l’entame du premier volume (1905), l’auteur dépeint une « Belgique assujettie à l’Espagne » ! À la fin du second volume (1906), Gossart en vient à écrire que « la seconde moitié du XVIe siècle est l’époque la plus tourmentée et la plus sombre de l’histoire des Pays-Bas. (…) Tous les maux qu’elles ont soufferts, on les a généralement attribués à l’intolérance religieuse de Philippe II (…) ». Bon joueur, Gossart reconnaissait que le fanatisme supposé du Rey prudente n’était pas la cause unique de ce désastre… En résumé, le fils de Charles Quint est loin de faire l’unanimité parmi les historiens de la Belle Époque.

Comme l’a rappelé Gustaaf Jassens, les historiens belges de la fin du XIXe siècle ont souvent témoigné d’une âcreté vis-à-vis de Philippe II. Si Charles Quint est alors perçu comme un Belge avant l’heure – il est né à Gand –, on ne peut pas dire que son fils ait été perçu par l’historiographie avec la même bienveillance. Les deux figures sont d’ailleurs généralement mises en parallèle, voire même comparées. À ce jeu de miroir, l’avantage est souvent donné à l’aîné. Là où Charles Quint apparaît comme un « monarque universel », son fils ne serait qu’un « nationaliste espagnol ». Quand Charles de Gand est perçu comme l’incarnation d’un humanisme bourguignon, Philippe de Valladolid ne serait que l’avatar du catholicisme fanatique espagnol. Cette vision éculée n’est toutefois plus de mise aujourd’hui.

L’obligation d’une gestion à distance

Lorsqu’au début du XVIe siècle Philippe le Beau et Jeanne de Castille doivent se rendre dans la péninsule ibérique en vue d’y être reconnus par les Cortès, se pose d’emblée la question du gouvernement des Pays-Bas pendant leur absence. Philippe et Jeanne tracent alors les sillons d’une pratique qui perdurera jusqu’à la fin de l’époque moderne. Ils nomment un lieutenant général chargé de la gestion des territoires. Les continuateurs de cette première pratique sont bien connus puisqu’il s’agit des gouverneurs/-antes généraux/-ales. Les noms de certain.e.s comptent d’ailleurs parmi les figures les plus connues de ce XVIe siècle : Marguerite d’Autriche, Marie de Hongrie, Marguerite de Parme, Fernando Álvarez de Toledo y Pimentel, troisième duc d’Albe, Alexandre Farnèse, duc de Parme, ou encore l’archiduc Albert d’Autriche.

Depuis le premier tiers du XVIe siècle, le cœur du gouvernement des Pays-Bas bat au centre de Bruxelles. Le Palais du Coudenberg, dont la construction avait été entamée par les Ducs de Bourgogne, incarne ce lieu de la décision politique. Les trois conseils centraux – Conseil privé, Conseil d’État et Conseil des finances – établis de iure en 1531, s’y réunissent sous l’égide du gouverneur général. C’est également en ces murs que se rassemblent les États généraux des XVII Provinces pour acter l’abdication de l’empereur en 1555, par exemple.

Anonyme, Vue du palais du Coudenberg, après 1534. Musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi

Entouré.e des trois conseils dits collatéraux, le/la gouverneur/-ante général.e doit assurer la bonne gestion et le gouvernement des Pays-Bas au nom du souverain. Il va sans dire que la distance qui sépare Bruxelles de Madrid constitue un handicap insurmontable et même un réel fardeau lorsqu’il convient de prendre urgemment des décisions importantes. De fait, l’un des problèmes majeurs de la prise de décision est bien l’absence quasi continue du souverain espagnol.

L’absence du souverain : un vide qui suscite l’inquiétude

Le règne de Philippe II (r. 1555-1598) est jalonné de tensions extrêmes au sein des Pays-Bas.

Johannes Eillarts, Portrait de Philippe II d’Espagne, 1600 – 1650. Rijksmuseum, Amsterdam.

Ces territoires constituent une véritable épine dans le pied du monarque espagnol. Ce qu’on a pu appeler la guerre des Quatre-Vingts Ans ou la Révolte des Pays-Bas constitue assurément un moment charnière dans l’histoire de cet ensemble territorial. L’un des plus fameux épisodes n’est autre que la déchéance de Philippe II prononcée unilatéralement, en 1581, par les États généraux des provinces septentrionales des Pays-Bas opposées au souverain espagnol, la Hollande en tête.

L’opposition à Philippe II entend s’appuyer sur différents griefs tels que la mauvaise conduite du gouvernement des Pays-Bas ou la question de la liberté religieuse. Le gouvernorat du duc d’Albe (1567-1573) cristallise les passions autour de l’établissement du Conseil des troubles – rapidement renommé le Conseil du sang – et l’arrivée massive de soldats espagnols  chargés de pacifier les Pays-Bas. De nouvelles revendications verront le jour pour condamner la présence jugée trop massive de cette soldatesque « étrangère ». Durant les années 1570, la tension est à son comble. À tel point que Don Juan d’Autriche, gouverneur général (1576-1578), ne peut compter que sur deux provinces restées fidèles à Philippe II : Namur et le Luxembourg.

Anonyme, image de la tyrannie espagnole aux Pays-Bas, 1566-1597. Rijksmuseum, Amsterdam.

Pour d’aucuns, la présence du roi dans les Pays-Bas permettrait de calmer les esprits. Cette question restera l’un des points d’achoppement majeur tout au long des XVIe et XVIIe siècles. Philippe II avait bien sûr voyagé dans ces territoires en 1549 afin d’y être reconnu l’héritier de son père. Par la suite, il était resté plusieurs années dans les Pays-Bas – excepté l’intermède durant son mariage avec Marie Tudor d’Angleterre – avant de regagner définitivement la péninsule ibérique en 1559. À plusieurs reprises, l’idée d’un voyage du monarque aux Pays-Bas est évoquée – surtout durant les années 1570 – avant d’être systématiquement abandonnée.

Philippe II paraît donc loin, très loin, trop loin de territoires qu’il ne connaît finalement qu’à travers la correspondance qui lui est adressée ou les mémoires et avis qu’il reçoit.

El Rey en el despacho*

*Le roi dans son bureau… Tels sont les termes que l’historien du droit espagnol José Antonio Escudero a utilisé pour décrire Philippe II. C’est que le Rey prudente (Roi prudent) est aussi le rey papelero (Roi “administratif”) assiégé par la masse documentaire provenant de tous les territoires de la Monarchie. Ainsi, Philippe II s’imposait de longues heures de travail afin de prendre connaissance des mémoires, avis, projets et autres lettres qui lui étaient envoyées.

La minutie que prend le souverain à traiter toutes les affaires qui concernent ses territoires est de nature à avoir donné l’impression qu’il était un roi irrésolu, indécis. Geoffrey Parker a soutenu l’idée que cette vision s’explique principalement par la volonté de Philippe II à prendre « la » bonne décision en toute circonstance. Parmi les proches collaborateurs du souverain, deux visions s’opposent d’ailleurs. Il y a, d’une part, ceux qui louent cette dévotion envers le gouvernement de la Monarchie et, d’autre part, ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une perte de temps.

Gouverner à distance est une tâche compliquée et ardue à laquelle Philippe II s’est adonné au cours d’un règne long de plus de quarante ans. La singularité des Pays-Bas, la personnalité complexe du souverain espagnol, la poursuite des intérêts de la Monarchie et de la Maison des Habsbourg sont autant de facteurs à prendre en considération dès lors que l’on envisage les relations entre l’Espagne et les anciens Pays-Bas. Ce sont aussi autant d’arguments pour ne pas nous laisser aller à des conclusions hâtives et simplistes.

Citer cet article :

Nicolas Simon, “UNE RELATION “LONGUE DISTANCE” – L’Espagne et les anciens Pays-Bas au XVIe siècle”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 17/05/2019. Permalien :  https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=191 

Bibliographie sélective:

José Antonio ESCUDERO, Felipe II. El rey en el despacho, Madrid, Editorial Complutense, 2002.

Geoffrey PARKER, The Dutch Revolt, Ithaca, Cornell UP, 1977.

René VERMEIR, Les gouverneurs-généraux aux Pays-Bas habsbourgeois, dans N. F. MAY, G. HANOTIN et D. AZNAR (dir.), À la place du Roi : vice-rois, gouverneurs et ambassadeurs dans les monarchies française et espagnole (XVIe-XVIIIe siècle), Madrid, Mélanges de la Casa de Velázquez, 2014, pp. 17-33.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.