L’ART CATALAN DU Xe AU XVe À PARIS PENDANT LA GUERRE CIVILE ESPAGNOLE – exposer et préserver.

1937. La France est sous tension en raison des difficultés économiques dues à la crise de 1929 et à l’élection, en 1936, du Front populaire au pouvoir. En Espagne, la guerre civile, commencée en juillet 1936, fait rage. Au niveau Européen le contexte est tout aussi tendu avec la montée en puissance du nazisme et du fascisme.

Cette année est aussi celle de l’Exposition Universelle de Paris ; inaugurée le 4 mai 1937, elle dure jusqu’au 25 novembre. Elle accueille 52 pays exposants et 31 millions de visiteurs.  Cette édition se veut être une « Exposition internationale des Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne ». Moins fastueuse que les précédentes, elle peut se percevoir comme un dernier espoir pour la paix en Europe.

Le gouvernement de l’Espagne républicaine présente un pavillon d’une grande modernité et affirme une identité résolument antifranquiste à laquelle adhère une grande partie de l’avant-garde artistique espagnole et particulièrement catalane.

C’est dans cet environnement, complexe et fortement perturbé, que se décide, sur proposition du gouvernement de Catalogne, aux Tuileries, et plus exactement au Jeu de Paume, une exposition d’œuvres d’art catalan médiéval.

Affiche de l’exposition place de la Concorde à Paris en 1937 © Barcelone, Arxiu Nacional de Catalunya.

Le livre de Joaquim Nadal y Farreres,  L’exposició de París (1937). L’art medieval català a París durant la Guerra Civil espanyola s’intéresse aux origines, au contexte, au contenu et aux modalités de l’une des plus importantes expositions dédiées à l’art médiéval catalan qui s’est tenue à Paris en 1937. Cette extraordinaire aventure pour faire découvrir au monde un échantillon de l’art ibérique, suscita de nombreuses passions, allant jusqu’à générer des projets similaires – qui malheureusement ne purent aboutir – avec Bruxelles, Londres ou encore New York.

Du 18 mars au 20 avril 1937, cent quinze pièces des plus notables du patrimoine artistique catalan médiéval sont exposées au musée du Jeu de Paume du jardin des Tuileries de Paris. L’exposition est un immense succès auprès des visiteurs et a un grand impact médiatique comme en témoignent les nombreuses références dans la presse ainsi que les publications éditées à cette occasion et qui s’arrachent littéralement. En raison des nécessités de l’Exposition Universelle, qui se tient à Paris cette même année, la prolongation de « l’Art catalan » au Jeu de Paume n’est pas possible. Mais en raison du succès obtenu et dans un souci de sauvegarde, les œuvres furent transférées au château de Maisons-Laffitte, où elles furent officiellement exposées du 22 juin au 25 novembre 1937. Le transport initial des œuvres avait été organisé en deux convois par transport routier les 27 février et 10 mars depuis la ville d’Olot (au nord de la Catalogne). Une expédition complémentaire se fit le 28 mai et porta le nombre de pièces exposées à Maisons-Laffitte à 164, sur un total de 200, les autres œuvres restant entreposées dans les réserves.

L’exposition au Jeu de Paume fut réalisée à l’initiative du gouvernement de la Generalitat de Catalogne, et notamment du Conseil de la Culture ainsi que du Commissariat à la Propagande (entité créée en 1936 pour promouvoir la culture catalane dans le monde), sous l’impulsion de Ventura Gassol qui deviendra le président du comité exécutif de l’exposition. À la suite de ce dernier, les différents conseillers à la Culture, Antoni M. Sbert, Carles Martí iFeces, Josep Tarradellas et Carles Pi i Sunyer jouèrent également un rôle décisif. A leur côté, le commissaire à la Propagande, Jaume Miravitlles, assura une communication efficace autour de l’évènement ;  le projet put être concrétisé une fois l’autorisation de la République espagnole donnée, malgré quelques réticences initiales.  Cet accord obtenu, Père Coromines, commissaire des musées de la Generalitat, et Joaquim Folch i Torres, directeur des musées de Barcelone, furent respectivement désignés producteur et réalisateur de l’exposition. Folch i Torres définit et élabora les contenus, organisa la logistique du transfert des œuvres dont il prit la responsabilité depuis leur départ, jusqu’à leur retour prévu en Catalogne. Pour la muséographie, il prit comme collaborateur principal l’architecte Josep-Lluís Sert.

Le transfert des œuvres d’Olot à Paris © Barcelone, Arxiu Nacional de Catalunya.

L’évènement est l’occasion de souligner l’existence de projets similaires, antérieurs à la Guerre civile, mais également à tenir compte de l’impact de la guerre, de la menace de destruction qu’elle représente, et de répondre aux problématiques afférentes de sauvegarde du patrimoine artistique. L’exposition montra, au travers d’une sélection rigoureuse, deux « sauvetages » successifs d’œuvres. D’une part celui, initié en1919 lors de la vente des fresques de l’église Santa Maria de Mur au musée américain des Beaux-Arts de Boston grâce à un grand collectionneur catalan, Lluís Plandiura. Le signal d’alarme tiré, les institutions catalanes ainsi que la Junta de Museus (organisme rassemblant l’ensemble des directeurs et administrateurs des musées catalans) définirent, en réaction, une politique de confiscation et d’acquisition de ce qu’ils considèrent comme les meilleurs échantillons de l’art roman catalan. Les pièces, venues de l’ensemble de la Catalogne, sont déposées à Barcelone, constituant la genèse de ce qui sera par la suite le Museu Nacional d’Art de Catalunya. Ainsi sauvées de l’exportation, les œuvres furent également préservées de la destruction lors de la fureur révolutionnaire qui s’empara de la Catalogne à la suite du coup d’État militaire et nationaliste des 18 et 19 juillet 1936.

Démarrant avec la production du Xe siècle, la chronologie des pièces présentées à Paris s’étend jusqu’à la fin du XVe siècle. L’approche quant à elle se veut méthodique et scientifique ; elle s’oppose directement à la propagande franquiste qui accusait la République espagnole ainsi que la Generalitat d’une destruction systématique et aveugle des œuvres. Sans en nier les répercussions sur les lieux d’origine, l’exposition est l’occasion de mettre en valeur l’action positive de la politique de sauvetage menée par le gouvernement catalan.

Salle d’exposition au Jeu de Paume © Barcelone, Arxiu Nacional de Catalunya

Les diverses publications alors réalisées se firent les porte-parole de ce message de préservation des œuvres tout en mettant en avant leur grande valeur. Les travaux de Christian Zervos et d’André Dezarrois en sont des exemples éloquents. Le premier, éditeur de la revue Cahiers d’art, publia, à la suite d’un séjour d’un mois et demi en Catalogne, L’art de la Catalogne de la seconde moitié du IXème siècle à la fin du XVème. L’ouvrage, subventionné par la Generalitat, fut édité en français, anglais et allemand. À l’aide de photographies soignées des œuvres exposées, C. Zervos s’attacha à montrer tant le meilleur de l’art catalan que des pièces moins connues et découvertes à l’occasion des différentes opérations de sauvetage. A. Dezarrois publia avec la même intention L’Art Catalan du Xe au XVe siècle. Le relais fut également fait auprès du grand public par le biais d’affiches, du catalogue de l’exposition, d’articles du Journal de Barcelone ainsi que de l’essai de Josep Gudiol : Le sauvetage du patrimoine historique et artistique de Catalogne.

Une fois l’Exposition Internationale clôturée, les œuvres transférées au château de Maisons-Laffitte y restèrent conservées jusqu’à la fin de la guerre civile espagnole en 1939. Elles reprirent alors le chemin de la Catalogne depuis la gare de Poissy, un retour qui ne se fit pas sans quelques complications en raison notamment de l’absence d’une reconnaissance formelle et unanime du gouvernement franquiste de Burgos. Le soupçon et la confusion régnant, les manœuvres diplomatiques faites à Paris aboutirent à l’attribution d’un rôle de négociateur à Eugine d’Ors, Pedro Muguruza et José M. Sert qui obtinrent au final le retour des pièces d’art en Catalogne.

Joaquim Nadal i Farreras, L’exposició de París (1937). L’art medievalcatalà a París durant la Guerra Civil espanyola, Barcelone : Generalitat de Catalunya, 2022.

Citer cet article

Joaquim Nadal i Farreras, “L’ART CATALAN DU Xe AU XVe À PARIS PENDANT LA GUERRE CIVILE ESPAGNOLE – exposer et préserver.”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 16/01/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1956

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search