MESURER LA RICHESSE DE L’ÉGLISE – le cas de la couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge

Cet article a pour objectif de présenter le projet de recherche du Ministère espagnol de la Science et de l’Innovation, intitulé  “La richesse de l’Eglise et le développement territorial dans la Couronne d’Aragon au bas Moyen Âge (RICAT)” en vigueur entre 2022 et 2024 au Département des Etudes Médiévales de l’institution Mila et Fontanals de Recherches en Humanités de Barcelone (CSIC).  La délimitation géographique retenue correspond aux territoires de l’ancienne Couronne d’Aragon ; l’ensemble de la documentation afférente conservé aux Archives de la Couronne d’Aragon et aux Archives apostoliques du Vatican fait l’objet d’une étude systématique. La finalité de ce projet est l’analyse de la distribution géographique de la richesse de l’Église dans la couronne d’Aragon, afin qu’elle serve  comme un indicateur économique  supplémentaire au moment d’étudier la crise économique de la fin du Moyen Âge, les modes de distribution de la richesse et les inégalités sur le territoire considéré.


Au Moyen Âge, l’Église constituait une institution universelle Europe occidentale, qui se positionnait au-dessus des royaumes, seigneuries, et autres entités politiques. La société médiévale, dans sa quasi-totalité, considérait le culte divin et le salut des âmes comme une priorité fondamentale. Cet état de fait explique que l’institution ecclésiastique recevait et accumulait une très grande quantité de richesses en provenance de tous les territoires de la Couronne et de toutes les couches de la Société. Grâce aux impôts périodiques, établis de façon proportionnelle sur la rente des ecclésiastiques à partir du XIIIe siècle par la papauté, nous pouvons savoir comment se répartissait cette richesse au travers de tout le territoire, avec l’avantage de pouvoir comparer les différents règnes assujettis à la même imposition.  Ainsi, et à défaut d’autres sources permettant de déterminer de manière systématique la richesse possédée par la société ou par les différents territoires, nous sommes en présence d’un indicateur général de la distribution géographique de la richesse.

Prélèvement de la dîme à Toulouse (Toulouse, Archives municipales, BB 273, fol. 13r.)

Partant de ce principe, le propos du projet RICAT (La richesse de l’Eglise et le développement territorial dans la Couronne d’Aragon au bas Moyen Âge) est de montrer comment la contribution de l’Église peut servir à comprendre le phénomène de crise du bas Moyen Âge et ses effets sur le territoire du royaume.  Lequel correspond à l’ancienne Couronne d’Aragon (royaumes d’Aragon, de Valence et de Majorque  et principauté de Catalogne), l’époque étudiée comprend principalement les XIVe et XVe siècles. Période pendant laquelle se produisirent toute une série d’évènements traumatiques (épidémies, famines, guerres…) et des transformations (développement urbain, dépeuplement des campagnes, genèse d’un pouvoir étatique…) qui furent décisives pour le devenir de la société occidentale.

Au travers de la documentation générée par l’imposition de la sphère ecclésiastique, principalement conservée dans les Archives de la Couronne d’Aragon et dans les Archives apostoliques du Vatican, nous étudierons l’ensemble des taxes payées sur la rente par les ecclésiastiques.  Cette approche systématique permettra de comprendre les dynamiques d’accumulation et de transferts des richesses selon les différents contextes et à diverses échelles (générale, régionale et locale). Enfin, une cartographie de la richesse globale sera présentée via un ensemble de cartes qui seront accessibles au format Open Access

Point de départ de la recherche

À partir du contexte historique, il faut prendre en compte deux grands axes de recherche : le premier est l’étude de crise rencontrée au bas Moyen Âge et certains de ses impacts, comme les dynamiques de croissance et de dépression économique ; le deuxième correspond à la fiscalité ecclésiastique et aux possibilités qu’offrent ces sources pour l’étude de la distribution de la richesse de l’Église.

En ce qui concerne le premier, il convient de souligner, qu’en raison des épisodes actuels de crise économique, l’historiographie s’est à nouveau intéressée à cette crise du bas Moyen Âge.  La majorité des chercheurs se réfère à aux siècles correspondants comme à une étape de profondes transformations qui aboutirent à l’expansion moderne. Cependant, cette dynamique conduisit également à l’accroissement des inégalités socio-économiques et au dépeuplement rural.

Concernant le deuxième point d’attention, il est nécessaire de signaler ici l’intérêt des historiens pour la structure administrative et fiscale pontificale. Sur la base de ce maillage fiscal, se trouve le système bénéficiaire qui se développa tout particulièrement à partir du XIIIe siècle avec la prolifération des impôts instaurés par la papauté sur la rente ecclésiastique. 

À partir de cela, les chercheurs se sont essentiellement intéressés à la façon dont furent collectés ces prélèvements dans les différents diocèses et au transfert des rentes ecclésiastiques vers la monarchie.

Rationes Decimarum Hispaniae. Publ. par Josep Rius Serra. Rationes decimarum Hispaniae (1279-80). Barcelona: CSIC, 2 vols.,1946.

Jusqu’à présent les deux thèmes avaient été étudiés séparément, sans tenir compte des possibilités qu’offre l’analyse de la taxation de la rente ecclésiastique pour radiographier la distribution de la richesse sur le territoire du royaume.  Les études réalisées jusqu’à ce jour ont montré une supposée accumulation progressive de richesse de la part de l’Église, grâce à des épisodes d’importance aussi capitale que la Peste Noire. Toutefois cette accumulation ne se fit pas de manière homogène, mais selon une évidente polarisation entre les espaces urbains et ruraux, avec une différence notable entre Nord et Sud.

Objectifs et méthodologie

Au travers de l’analyse générale de la distribution géographique de la richesse de l’Eglise, le thème classique de la fiscalité ecclésiastique se marie avec les études actuelles sur les crises et inégalités à grande échelle.

La méthodologie est étroitement liée aux objectifs du projet. Il était fondamental d’établir une stratégie spécifique pour l’exploitation des sources documentaires. La progression du projet mena principalement à recourir aux registres générés par la collecte de la dîme pontificale. Mais également à d’autres registres fiscaux qui valorisent la rente ecclésiastique. Ce qui permit de disposer d’une large série documentaire pour toute la période du bas Moyen Âge.  Le type d’information offert par cette documentation présente un même format : cela commence par la taxation de l’évêque du diocèse concerné et des autres dignitaires; viennent  ensuite les recteurs des paroisses et monastères urbains, et enfin les autres religieux des différentes classes du clergé. A chaque entrée, correspond le nom du bénéficiaire avec l’objet, la catégorie de taxe et la rente estimée en livres de Barcelone ou jaquesas (monnaie aragonaise initialement frappée dans la ville de Jaca et qui s’étend ensuite au reste de l’Aragon et à la Catalogne).

Dîme  de 1457 – archevêché de Zaragoza. ACA, RP, reg. 1935 (décima 1457. Zaragoza), f. 1r. © archives de l’auteure

L’information est systématiquement enregistrée dans une base de données Access, avec des champs indexables : référence archivistique, année, lieu et géoréférencement. D’autres paramètres sont également inclus, comme le nom du bénéficiaire et sa charge, le patronage religieux et l’information à caractère économique, c’est-à-dire la richesse stipulée. Ces données seront la base pour créer une cartographie générale de la distribution de la richesse.

Étude de la distribution géographique de l’Église 

Un des aspects les plus intéressants qu’offre cette étude, en ce qui concerne la dîme pontificale, est de connaitre le montant total collecté auprès de chaque évêque de la Couronne. Ce qui permet une comparaison entre les archevêchés. A titre d’exemple, celui de Tarragone représente toujours le pourcentage le plus élevé de collecte. Il résulte alors, en toute logique, qu’il s’agit de la contribution la plus importante pour les dîmes, d’autant plus que son territoire comprend tous les diocèses catalans de meilleur rendement (Tarragone, Barcelone, Gérone, Lérida, Tortosa, Urgel).  Il est donc possible de faire une étude par diocèse, qui indique que ceux de Saragosse, Gérone, Elna ou Barcelone sont toujours ceux qui recueillent le plus de dîme. De toute évidence, ce sont les plus bénéficiaires et ceux qui ont la plus importante extension. Ces données permettent de faire le lien avec un autre point-clé qui serait sinon sans corrélation : les différences entre les territoires dépendent tout autant du nombre de bénéficiaires qui contribuent à la dîme, que de la valeur pour laquelle ils sont taxés.  C’est pour cette raison qu’il est d’un grand intérêt d’observer les montants des contributions des évêques, chapitres et clergés de la cathédrale, ainsi que les canoniques et autres dignitaires du clergé urbain ou rural, régulier ou séculier.

Collecte des dîmes par territoire (exemples de 1349, 1371 y 1397)

Étude du patrimoine de l’Église 

D’un autre, l’autre axe d’investigation de ce projet est celui du patrimoine ecclésiastique. Sur l’ensemble du territoire espagnol, se rencontre un patrimoine historique riche et étendu, souvent situé dans ces régions connues de nos jours comme l’Espagne vidée (dépeuplée). Une grande partie de ce patrimoine, surtout ecclésiastique, a pour origine l’époque médiévale et, dès lors et jusqu’à présent, a fortement marqué le paysage.  Dans les dernières années, quantité de projets ont été menés qui cherchaient à préserver et à mettre en valeur cet extraordinaire capital culturel par des plans de restauration et le traçage de routes touristiques. Malgré ces initiatives, la majeure partie de cet héritage patrimonial reste cependant méconnue du grand public et se définit comme une entité à part, sans approfondissement de son évolution historique, ni de son imbrication à son environnement.   

Conscients de la potentialité de ce sujet, les historiens mettent en œuvre d’importants projets avec le but de mieux connaitre ce patrimoine et de le mettre en relation avec son contexte historique et paysager : Petrifying Wealth (projet européen du Centro de Ciencias Humanas y Sociales, CSIC), Claustra y Spiritual Landscapes (Université de Barcelone), etc. Tous combinent les méthodologies propres aux disciplines des Humanités (histoire, archéologie, art, etc.) avec celles offertes par le digital (bases de données, systèmes d’informations géographiques, pages web, etc.).

Avec le projet ici présenté, la participation aux mêmes finalités est recherchée, sachant qu’en montrant la distribution géographique de la richesse, il est possible de traiter les phénomènes de dépeuplement et de désertifications rurales ainsi que les paysages dévotionnels.

Citer cet article

Esther Tello Hernández, “MESURER LA RICHESSE DE L’ÉGLISE – le cas de la couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 13/03/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2136



Citer ce billet
esthertello (2023, 13 mars). MESURER LA RICHESSE DE L’ÉGLISE – le cas de la couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge. Espagnes Médiévales. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiyw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search