LE PIC ET LA PLUME – L’administration d’un chantier (Catalogne XVe siècle)

Le chantier médiéval a été l’objet de nombreuses études depuis une trentaine d’années. Le terme englobe des réalités très complexes. En effet, le mot désigne à la fois l’espace de travail où besognent les ouvriers, où sont conservés les outils, ainsi que où sont stockés des matériaux. Mais le chantier peut aussi regrouper dans un même système des espaces de stockage délocalisés, des sites d’exploitations éloignés (carrières, forêts…), des infrastructures rejetées aux abords des villes (fours, débarcadères…), une organisation logistique de transport, ou même, de façon plus ténue, des liens contractuels entre les ateliers artisans et un projet constructif. Également, il concerne l’armature administrative et comptable qui paye, recrute, décide, fait trace et mémoire.  D’abord envisagé selon un angle économique (les prix, les salaires), puis technique (matériaux, logistique, geste technique) et social (les Métiers, l’apprentissage), il est depuis peu envisagé sous le prisme de la gestion financière et humaine. Des études sur les fabriques, des cathédrales en particulier, ont ainsi été menées, en particulier en termes d’analyse de la comptabilité.

Speculum humanae salvationis, Paris, BnF, ms.latin 511, f. 33v © Paris, Bibliothèque nationale de France.

Avec Le Pic et la Plume, Sandrine Victor propose, en examinant deux dossiers complémentaires – celui de Gérone en 1462, ville assiégée dans un contexte de guerre civile, et celui de Salses, forteresse à construite en urgence à partir de 1495 pour faire face aux troupes françaises menaçantes et qui finiront par attaquer en 1503 – de repenser le chantier et son organisation par le prisme de son administration ou, pour mieux dire, par ses procédures administratives.

En effet, la façon dont les ordres du commanditaire, que ce soit ceux de la reine Johanna à Gérone ou des Rois Catholiques à Salses, sont transmis, transcrits et diffusés aux équipes de gestionnaires et de bâtisseurs est révélatrice des choix de gestion, d’optimisation ou de rationalisation qui sont opérés par les administrateurs des fabriques. L’étude, étayée par des sources nombreuses, comptables bien sûr, mais également notariés, administratives ou épistolaires, permet de différencier deux types d’organisation administrative du projet constructif. A Gérone, dans un contexte fortement contraint, le teneur de compte doit faire avec de maigres ressources et trouver des solutions pour palier les manques en matériaux, en hommes ou en argent. Sa tâche est rendue difficile par le contexte : assiégée, la ville doit se défendre et il incombe à Pere Miquel, le gestionnaire en question, de reconstruire la muraille, de fortifier les portes, de mettre en défense les éléments fragiles de l’enceinte. Seul, il doit trouver les arguments pour convaincre le roi resté en Aragon ou la reine sur place de l’aider à mener à bien sa tâche, mais aussi, il doit assumer les dysfonctionnements éventuels. A Salses, au contraire, ce sont le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle de Castille qui pressent les administrateurs pour aller le plus vite possible, leur offrant des moyens et des ressources, mais à charge à ces derniers de les optimiser, de les rationaliser et d’en tirer le meilleur profit possible.

Forteresse de Salses © Archives de l’auteure

En conséquence, il est possible d’étudier ces deux chantiers selon deux axes : un premier descendant, qui consiste à appliquer les ordres et exerce un contrôle sur les hommes, et un second ascendant, qui permet de faire remonter les problèmes, les difficultés, les dysfonctionnements afin que des décisions soient prises et que les choses soient améliorées. Cette approche offre une autre vision du quotidien, complémentaire de celle des ouvriers, charpentiers et maçons : celle des gestionnaires qui doivent passer leur temps à compter, justifier, rendre compte, améliorer et trouver des solutions aux petits et grands problèmes qu’un chantier à grande échelle peut apporter. Cet ouvrage est ainsi émaillé de nombreux exemples des tracasseries ordinaires sur un chantier, et joue volontiers avec les échelles, allant du ras du sol aux instances surplombantes. Il faut savoir régler à la fois les problèmes liés aux outils cassés ou aux malversations monétaires, tout comme pallier l’absence pour blessures des dirigeants ou faire des choix architecturaux en tenant compte de critères techniques, mais surtout économiques, logistiques ou politiques. Ordres et contre-ordres se succèdent, les procédures administratives s’adaptent, les sanctions sont prises, les solutions trouvées : tel est le quotidien des agents au service des projets des rois.

Au travers de la gestion d’un chantier, on voit un édifice administratif de plus en plus complexe se mettre en place, de même que la conscience des agents pour que les procédures soient respectées, lorsqu’elles émanent d’une structure surplombante. La part de la personnalité de chaque intervenant tend à se dissiper derrière la charge assumée. Ils deviennent les rouages d’une mécanique d’Etat qui les englobent et les surpassent. De ce fait, ils doivent connaître des processus, une hiérarchie, où ils interagissent avec d’autres agents qui leur sont inconnus humainement, ce qui implique de nouvelles compétences, de nouvelles connaissances, et donc des hommes nouveaux, dont le savoir ne s’appuie plus sur la formation classique aux arts libéraux. La fin du Moyen Âge offre encore une souplesse, une élasticité des processus administratifs, voire une certaine créativité. Toutefois, commence à transparaitre, en particulier dans le cas de Salses, un cadre de plus en plus fort qui structure désormais le fonctionnement du pouvoir, dont le roi n’est que l’incarnation temporaire. De fait, étudier le fonctionnement d’un chantier nous aide à envisager une autre forme de l’Etat : celle d’une bureaucratie, qui par sa mise en place et par l’émergence des compétences qu’elle nécessite est un marqueur fort de l’autorité en construction.

Sandrine Victor, Le Pic et la Plume. L’administration d’un chantier (Catalogne, XVe siècle), Classiques Garnier, 2023.

Citer cet article

Sandrine Victor, ” LE PIC ET LA PLUME – L’administration d’un chantier (Catalogne, XVe siècle)”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 11/09/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2476

 



Citer ce billet
sandrinevictor (2023, 11 septembre). LE PIC ET LA PLUME – L’administration d’un chantier (Catalogne XVe siècle). Espagnes Médiévales. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiz3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search