RÉGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?

De la fin du IXe siècle à la seconde moitié du Xe, les territoires rassemblés à l’extrémité méridionale de l’archidiocèse de Narbonne voient plusieurs hommes issus des élites laïques locales se hisser à leur tête et y fonder de véritables principautés. Véritables comtes « pré-catalans », ces hommes y voient l’occasion d’ancrer leur pouvoir naissant dans des domaines qu’ils s’approprient sur un empire carolingien aux abois. Ils s’arrogent les honneurs confiés à leur famille par les souverains francs et font ainsi d’une charge publique un patrimoine autour duquel ils renforcent leur assise sur ces terres frontalières. Nouveaux maîtres d’une région allant des piémonts pyrénéens au Roussillon au nord, jusqu’à la ligne fluviale Llobregat-Cardener-Sègre au sud, ces comtes y déploient d’abord leur autorité grâce à leur collaboration avec les pouvoirs ecclésiastiques. Ils favorisent également la montée d’une aristocratie laïque de second rang, qui œuvre initialement comme relais des autorités comtales dans les périphéries de leur propre principauté et sur laquelle ils peuvent s’appuyer comme nous le verrons dans le présent article.


[Avertissement : les espaces géographiques dont il est question dans cet article recouvrent en partie la Catalogne contemporaine. Toutefois, cette dénomination n’apparaît qu’au début du XIIe siècle. Lors de la conquête de Majorque orchestrée en 1115 par le comte de Barcelone, Ramon Berenguer III le Grand (1097-1131), ses soutiens, des marins pisans, le qualifient de « duc des Catalans ». L’appellation ici utilisée des princes « pré-catalans », au-delà d’une vision téléologique ou anachronique, permet ainsi de mettre en avant la césure entre l’héritage commun de ces grands aristocrates et la désunion de l’ancienne Marche d’Espagne avec les nouvelles dynasties comtales.]

Depuis les campagnes de Charlemagne (778-814) et de ses lieutenants à la fin du VIIIe siècle, marquées par l’épisode de Roncevaux en 778 et la conquête de Barcelone en 801, le pouvoir franc se maintient péniblement sur sa frontière ultra-pyrénéenne. Les nominations entre délégués de la haute aristocratie impériale et les membres de l’aristocratie autochtone récemment intégrée à l’Empire s’alternent. Cette dichotomie est la source de conflits entre ces partis qui s’entremêlent, à l’image de la querelle entre Guilhemides et Borrellides. Ces derniers finissent par s’imposer durant le règne de Charles le Chauve (843-877), obtenant alors entre 862 et 878 leur nomination à la tête de plusieurs comtés situés à la frontière ibérique de l’archidiocèse de Narbonne (se référer pour ces éléments de contexte à l’article “La Marche d’Espagne– formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)“, notamment sa partie II). Durant cette longue décennie, ces aristocrates – descendants d’une élite autochtone liée à la Maison comtale de Carcassonne – réunissent entre leurs mains les différents postes de détention de la puissance publique de la région [Fig.1]. Sunyer II (862-915) est ainsi nommé à la tête des comtés d’Empúries et du Roussillon dès 862. Son cousin Guifred (870-897) obtient huit ans plus tard sa nomination dans les comtés de Cerdagne et Urgell avant qu’en 878, Louis le Bègue (877-879) ne lui concède les comtés associés à la cité de Barcelone.

Fig.1 – Généalogie simplifiée de la Maison comtale de Carcassonne, par l’auteur.

Loin de conduire, dès cette période, la reconquête d’une Hispanie alors presque entièrement dominée par les Omeyyades de Cordoue – qui connaissent même leur apogée à partir de 929 avec l’élévation de leur État au rang de califat par l’émir ‘Abd al-Ramhân III (912-961) – les comtes de la Marche sont alors essentiellement occupés à affirmer leur autorité, encore toute relative, sur les vastes domaines dont ils prennent pleine possession. Peu à même à s’opposer directement avec la puissance cordouane, ils concentrent leurs efforts sur la frontière, que Guifred parvient à redresser au mépris de sa vie, mais surtout sur l’établissement de réseaux qui étendent leur influence à travers leur principauté. Ainsi, autour de 885, il rétablit l’ancien diocèse d’Ausone. Cette action lui permet de rétablir le lien entre ses terres pyrénéennes en Cerdagne et dans la vallée d’Urgell avec celles méditerranéennes liées à Gérone et Barcelone [Fig.2]. Encore simples délégués du pouvoir franc à la frontière de son royaume, Guifred et Sunyer II mettent très tôt en œuvre des moyens visant à resserrer les liens entre les différents espaces sous leur autorité en accord avec les charges qui leur sont attribuées.

Fig.2 – Les principautés pré-catalanes et leurs évolutions c. 860-960, par l’auteur.

Alors que ces possessions appartiennent encore pleinement au souverain franc du temps des comtes Sunyer II et Guifred, leurs héritiers s’approprient personnellement les pouvoirs et revenus y étant associés au tournant du Xe siècle. Ils deviennent dès lors de véritables « princes » régionaux, qui ancrent leur pouvoir autour des pôles d’Empúries-Roussillon [Fig.4], de Barcelone-Ausone, de Cerdagne-Conflent et enfin d’Urgell [Fig.3]. Il s’ensuit sur plusieurs décennies une entreprise de renforcement de ces principautés, dont le destin fluctue selon les héritages, les accords diplomatiques entre comtes – leur titre officiel – mais aussi les affrontements face à la puissance musulmane voisine.

Autour de ces quatre principaux centres, qui deviennent dans la première moitié du Xe siècle autant de principautés indépendantes les unes des autres, quatre comtes se disputent avec leurs cousins rivaux la mainmise sur les ressources matérielles et symboliques de la Marche. Rapidement, du fait de l’importance de sa capitale ainsi que de son rôle frontalier majeur, le comte et marquis de Barcelone s’approprie la prééminence sur les autres grands aristocrates, ce qui ne les empêche pas ces derniers de contester son autorité. Eux aussi participent à une « course à la frontière » vers la Marche Supérieure d’al-Andalus tout en cherchant à accroître leurs richesses et privilèges par le gain d’évêchés et de monastères favorables à leur autorité.

À la mort de Guifred Borrell (897-911), comte et marquis de Barcelone, ses frères Miron II le Jeune (897-927) et Sunyer (911-947) se partagent ses possessions. L’aîné, Miron, accepte de céder à son cadet la possession de Barcelone et des pouvoirs associés. En échange, Sunyer doit renoncer au Ripollès, siège des monastères de Saint-Jean-des-Abbesses et surtout Sainte-Marie de Ripoll, riches fondations comtales et foyer de la mémoire dynastique pour le second, où le comte Guifred serait enterré [Fig.3]. Il découle de ces tractations une série de querelles dans la première moitié du siècle, qui opposent la lignée cerdane à celle de Barcelone pour le contrôle de ces riches vallées, dont l’abondance doit permettre de compenser la prédominance de la capitale barcelonaise.

Fig.3 – Généalogie des lignées fondatrices des principautés de Barcelone et de Cerdagne, par l’auteur.

Les monastères se révèlent être également des atouts de poids dans la recherche d’autorité des comtes sur leur principauté. À la suite des fondations monastiques de Guifred et son épouse Guinedilde dans le Ripollès à la fin du IXe siècle, ce sont tous les comtes qui vont s’affairer à rallier à leur cause des monastères, qu’ils fondent directement ex-nihilo ou s’attachent par la multiplication de dons.

Les évêchés représentent de même des enjeux primordiaux dans les luttes d’influences comtales. Ces familles cherchent donc à les ranger sous leur tutelle, notamment en plaçant à leur tête des hommes fidèles à leur cause, voire directement les plus jeunes membres de leur fratrie. De 916 à 947, le diocèse d’Elne est ainsi sous la coupe du pouvoir comtal d’Empúries, comme le montre les nominations d’Elmerad puis Guadall, les frères cadets du comte Gausbert [Fig.4]. Ces entreprises ont pour but de permettre aux différents princes d’assurer leur position en leur donnant une légitimité supplémentaire, tout en leur donnant accès aux vastes ressources foncières que contrôlent et mettent à profit les évêchés. Ainsi pour Ausone, fortement lié au pouvoir barcelonais, l’essentiel de la documentation localement conservée laisse deviner l’importance de l’évêché dans le défrichement et la mise en valeur des terres du diocèse – laissées à l’abandon à la suite des ravages subis au IXe siècle notamment pendant l’insurrection de ‘Ayshûn et Guilhem (se référer là encore à la partie II de l’article cité ci-dessus) – où les souverains barcelonais puissent par la suite pour récompenser leurs fidèles par l’octroi de terres et de titres.

Fig.4 – Généalogie de la lignée fondatrice de la principauté d’Empúries, par l’auteur.

Durant le premier tiers du Xe siècle, la concentration du pouvoir comtal se concrétise autour des grands sièges comtaux tels que Barcelone et des territoires associés aux évêchés et monastères. Pour ce faire, ils s’appuient sur une toile de localisations antérieures à l’époque comtale, longeant les voies romaines qui reliaient déjà les piémonts pyrénéens à la Gaule et aux villes littorales de la Narbonnaise, ainsi qu’à l’Hispanie. Assurer leur autorité autour de ces axes de circulation, le long desquels le peuplement s’était majoritairement établi, est d’abord une manière de contrôler la pérennité des déplacements. En effet, l’itinérance est primordiale pour ces princes en vue d’assurer la représentation de leur pouvoir. C’est également un moyen de taxer les échanges commerciaux qui empruntent ces mêmes voies. À titre d’exemple, en 939, Sunifred II d’Urgell (897-941) accorde, au travers d’une charte, la protection dans tous leurs déplacements aux moines de Saint-Sébastien de Junyent et aux habitants de la vallée du Cadí, à la croisée du comté d’Urgell, du Ripollès et du comté de Berga.

Pour compléter cette prise en main de leurs domaines, et en assurer la sécurité, les maîtres de la Marche sont contraints de déléguer une partie de leurs pouvoirs au sein de leurs possessions aux membres subalternes d’une aristocratie qui se hiérarchise, ces derniers se pressant à leur service afin d’en tirer profit et élévation sociale. Ces représentants correspondent à trois catégories distinctes : vicomtes, vicaires et une élite rurale subalterne qui tait son nom dans nos sources. Les séparations entre ces statuts restent poreuses et on observe de fréquentes ascensions sociales. C’est ce à quoi parviennent des propriétaires fonciers qui accroissent leur patrimoine dans les marges des comtés avant de mettre leur richesse au service des élites aristocratiques. Ils trouvent ces nouveaux biens à mettre en valeur d’abord au sein même des comtés, sur des terres abandonnées par les autorités comtales et ecclésiastiques, puis sur la frontière, face au monde islamique. La reconnaissance de cette élévation peut enfin être sanctionnée de l’octroi d’une charge.

Le comté de Berga, d’obédience cerdane, semble ainsi avoir été mis en valeur par le vicomte Brandoin. Sans doute originaire du comté d’Ausone, il y acquiert de nombreux biens dans la décennie 920-930. Dans les années 940, cette richesse foncière lui permet de se rapprocher de la comtesse douairière de Cerdagne, Ava (927-961), ainsi que de son fils, le comte Sunifred II (ca 940-966). Il a alors pu mettre à profit son patrimoine pour les soutenir dans le conflit qui les opposait au comte de Barcelone, Sunyer, oncle de Sunifred II de Cerdagne, à propos de l’héritage de Sunifred II d’Urgell [Fig.3]. Cet appui a pu motiver sa nomination en tant que vicomte dans le comté de Berga, où il devient par la suite le principal partenaire de Sunifred II de Cerdagne tout en y multipliant ses investissements fonciers.

Il existe dans chacun des comtés des aristocrates qui prennent une place croissante dans l’exercice du pouvoir, tout au long du Xe siècle. Reprenant le modèle d’autorité existant à leur propre échelle, ces nobles ancrent leur dynastie dans ces domaines, où ils accroissent leur influence tout en continuant de servir leur maître. Les vicomtes servent de relais auprès des tribunaux publics, ils administrent les terres concédées par les comtes et les soutiennent dans leurs conflits. Véritables petits seigneurs, forts d’une autorité assurée, ils en viennent même parfois à se dresser contre leurs maîtres. Durant sa régence, la comtesse Ava dut faire face au soulèvement du vicomte de Cerdagne Unifred, qui règne pour ainsi dire de manière quasi-indépendante à la croisée des comtés formant la principauté cerdane. Dans le comté de Gérone, lui aussi relativement autonome, le vicomte seconde avant tout l’évêque local, qui semble rester le principal maître du comté malgré les appétits du comte voisin de Barcelone. Là encore, le vicomte de Gérone porte la voix de l’évêque dans le reste de son diocèse.

Hiérarchiquement, au-dessous de ces vicomtes – premiers soutiens des princes pré-catalans – les sources révèlent également l’existence de vicaires. Ceux-ci sont placés à la tête des castra (castrum sing.) qui fleurissent alors sur l’ensemble de ces principautés. Si le terme renvoie le plus souvent à un lieu fortifié, il faut comprendre ici qu’il ne s’agit pas de simples fortins mais de véritables établissements fonciers, sortes de bourgs réduits où se concentrent les activités artisanales et marchandes sous la protection d’un maître. Depuis ces derniers, c’est tout un territoire qui est sous le contrôle de ces vicaires ; ils leur permettent de sécuriser des terres d’intérêt capital en raison de leur situation et/ou de leur fertilité, et protège les domaines du comte comme ses intérêts financiers. Au milieu du Xe siècle, le vicaire Salla concentre ainsi ses possessions dans un castrum (au sens du territoire placé sous sa domination) qui s’étend dans la vallée d’Osor, dans le comté d’Ausone, vallée où de nombreux moulins étant installés le long de la rivière éponyme qui la traverse. Il s’agit d’infrastructures incontournables à l’économie agraire du Xe siècle qui assurent bien à leur détenteur des revenus réguliers.

Les hommes à la tête de ces castra sont tenus de soutenir une familia étendue au sein de laquelle se retrouvent notamment plusieurs cavaliers armés, membres de la famille du vicaire mais aussi des fidèles, qui perçoivent une rétribution en échange de leur service et permettent le contrôle du domaine concerné. Le diacre Guadamir, fils cadet de ce même vicaire Salla, est installé sur la frontière du comté de Barcelone où il participe avec son père, puis son frère aîné Isarn (qui hérite de la charge paternelle) à développer l’influence barcelonaise dans le comté frontalier de Manresa. On devine ce parcours grâce à son testament, qui laisse aussi apparaître, à travers les dons d’armes à ses fidèles et les prières pour ses camarades prisonniers, cette familia qu’il avait pu constituer grâce aux revenus des terres conquises sur la frontière.

Nous voyons donc comment, en reprenant le double système de l’honneur et du bénéfice, tiré du monde carolingien, les comtes pré-catalans développent une organisation pré-féodale, qui doit pallier les faiblesses découlant de l’opposition entre l’étendue de leur principauté, leur volonté de s’étendre et le manque de personnel pour l’encadrer. Pour que ce système soit efficient, les grands seigneurs doivent encore faire le lien entre ces relais qu’ils mettent en place et les communautés rurales qui travaillent directement leurs terres. L’appropriation générale des terres de la Marche en parallèle à la patrimonialisation des charges comtales au début du Xe siècle offre aux comtes de vastes domaines d’où ils tirent des réserves foncières servant à récompenser leurs fidèles. Mais ces terres sont aussi leur principale source de revenus. Ils doivent donc y trouver, parmi les élites de la paysannerie libre – qui compose l’essentiel de la société d’alors – des agents à même de leur fournir la main-d’œuvre et l’encadrement nécessaires pour mener à bien les travaux agricoles. Ces riches paysans, qui forment donc la troisième catégorie hiérarchique de l’aristocratie pré-catalane, servent aussi de relais dans les tribunaux comtaux. Ils y font appliquer les décisions, participent par le biais de leurs témoignages, expertises et signatures des actes y étant souscrits, ce qui accroît la légitimité intrinsèque de ces cérémonies publiques aux yeux des communautés dont ils ont la charge. Ce sont enfin ces derniers qui organisent avec les vicaires, fréquemment issus de cette paysannerie, la défense des terres comtales. Ils participent au guet tout en servant dans l’ost, mettant leurs ressources à profit pour armer des cavaliers [Fig.5]. Ces éléments sont spécifiés dans la charte de 913 octroyée aux habitants de la villa (vaste exploitation rurale) de Vilamacolum. On y voit le comte Gausbert d’Empúries (915-931), alors associé au pouvoir de son père Sunyer II, ordonner aux habitants de la villa d’accomplir leurs services, participer à l’ost et payer le cens. Les hommes à la tête de la villa repoussent pourtant ces exigences, au titre de privilèges anciens qui les dispensent d’obéir à ces devoirs. Nous voyons alors que sans la collaboration de ces riches paysans, le pouvoir comtal se trouve bloqué.

Fig.5 – Enluminure du cavalier sauroctone issue du Beatus de Gérone (c. 975), folio 134v, manuscrit 7 (400x260mm), trésor de la cathédrale de Gérone.

Pour ces élites des frontières, la Marche d’Espagne post-carolingienne représente un terrain favorable à l’obtention de terres et l’accroissement de leur rang au sein de principautés encore en pleine formation. À la lumière de l’ensemble des éléments cités ci-dessus, nous constatons qu’il est impossible pour les comtes pré-catalans de gouverner ces principautés naissantes sans le recours à ces élites de second rang. Mis à profit dans un système découlant de l’organisation socio-politique carolingienne, ils échangent le service de ces hommes contre des terres, que l’on trouve en abondance dans la Marche en raison de la patrimonialisation des biens publics mais aussi des défrichages entrepris dans les périphéries et marges de leurs domaines. Administrateurs et relais de la puissance comtale dans sa principauté, cette aristocratie participe autant à la valorisation des domaines des maîtres de Barcelone, Llívia, Castellciutat ou Empúries, qu’à les défendre face aux incursions d’aristocrates rivaux mais aussi des razzias conduites par les seigneurs musulmans de la Marche Supérieure d’al-Andalus.

Dans un Xe siècle que l’on peut étirer des années 860 à 985 (date du sac de Barcelone par Al- Mansûr), se forment dans la Marche d’Espagne post-carolingienne des principautés aristocratiques autochtones. En leur sein, des dynasties profitent de la loyauté sans faille de leur père vis-à-vis des monarques carolingiens pour y récupérer des honneurs qu’ils attachent par la suite à leur propre patrimoine lorsque l’éloignement du pouvoir franc rend toute soumission symbolique. Par la suite, c’est au sein même de ces principautés que les princes assoient leur domination par la concession d’une partie de leur autorité à des fidèles, récompensés pour leur service par l’octroi de terres, bien immobiliers et titres.

À partir de cette aristocratie comtale (issue de la Maison de Carcassonne, qui se divise par la suite en diverses branches régionales) apparaissent, en particulier au mitan du Xe siècle, de vastes réseaux hiérarchiques structurant une aristocratie laïque qui s’empare alors pleinement du pouvoir. Cette vaste région, propice au développement de ces petits seigneurs en raison de l’abondance de terres à défricher ainsi que de celles à conquérir sur la frontière, représente ainsi un terreau favorable à l’établissement d’une élite qui peut être qualifiée de pré-féodale. L’aristocratie de la Marche d’Espagne post-carolingienne est donc largement hétéroclite, sa structure hiérarchisée répondant aux besoins des comtes pré-catalans, qui s’appuient pour régner sur les vicomtes, vicaires et de riches paysans à qui il ne manque d’aristocrate que le nom.

Citer cet article :

Matthieu Bayle, “REGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 16/10/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2548

Bibliographie :

ABADAL I DE VINYALS Ramon (1958), Els Primer Comtes Catalans, Barcelone : Vicens-Vives..

SALRACH Josep Maria (1987), Història de Catalunya, volum II, El Procés de Feudalització, segles III- XII, Pierre Vilar (dir.), Barcelone : edicions 62.

JARRETT Jonathan (2010), Rulers and ruled in frontier Catalonia, 880-1010 : Pathways of power, Woodbridge :The Boydell Press.

HURTADO Víctor (2014), Atles manual d’Història de Catalunya, Del Paleolític a la unió amb Aragó, Barcelone : Rafael Dalmau.

VERGÉS PONS Oliver (2017), Urgell mil anys enrere. Història política, social i econòmica d’un comtat i de la seva classe dirigent (870-1066), Barcelone : Universitat Autonoma de Barcelona.

CHANDLER Cullen J. (2019), Carolingian Catalonia : Politcs, Culture, and Identity in an Imperial Province, 778-987, Cambridge University Press.

VERGÉS PONS Oliver (2019), Estudis sobre els orígens de la noblesa medieval al nord-est peninsular (segles XXII), Anem, La Seu d’Urgell : Anem.

ZIMMERMAN Michel (2019), Naissance de la Catalogne, VIIIe-XIIe siècle, Limoges : Pulim.

SÉNAC Philippe (2020), Al-Andalus, une histoire politique, VIIIe-Xie siècle, Paris : Armand Colin.



Citer ce billet
matthieubayle (2023, 16 octobre). RÉGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ? Espagnes Médiévales. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oiz4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search