LE SIÈGE ÉPISCOPAL D’ÉGARA – un trésor caché

À tout juste quelques kilomètres à l’ouest de Barcelone, au cœur de la ville industrielle et moderniste de Terrassa, s’élève un complexe monumental fondé au milieu du Ve siècle et parvenu jusqu’à nous : le siège de l’ancien épiscopat d’Égara. Constitué de trois bâtiments, la cathédrale Santa Maria et son baptistère, le monument funéraire de Sant Miquel ainsi que l’église paroissiale de Sant Pere, cet ensemble est édifié entre le milieu du Ve siècle et le XIIe siècle. Il constitue un exemple exceptionnel d’architecture et de peinture des époques wisigothique et romane. La Seu d’Ègara offre ainsi une vision unique de la splendeur de l’ancien évêché catalan, un caractère singulier qui lui vaut d’être reconnu bien d’intérêt culturel en 1931. Aujourd’hui, l’ancien siège épiscopal d’Égara est candidat pour être classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Fig. 1 – Vue générale de l’ensemble épiscopal d’Égara de nos jours © archives de l’auteur

L’ancien siège épiscopal d’Égara (Seu d’Ègara en catalan), aujourd’hui situé à Terrassa, est un exemple exceptionnel de l’architecture et de la peinture monumentales de l’époque wisigothique (Ve-VIIIe siècles). La création de cet évêché, vers 450 après J.-C., marque par ailleurs un moment de splendeur d’une enceinte dans laquelle s’est développé un complexe épiscopal d’une importance extraordinaire sur le plan artistique pour l’Europe chrétienne occidentale. Il s’agit en effet de l’un des monuments les mieux conservés de l’Hispanie wisigothique.

La persistance des éléments artistiques et archéologiques de cette période, observée au travers de l’architecture de la cathédrale Santa Maria, de l’édifice funéraire de Sant Miquel, ainsi que la paroisse de Sant Pere, de même que la décoration picturale de leurs trois absides, fait de cet ensemble un exemple unique dans le panorama du patrimoine européen.

Fig. 2- Reconstruction virtuelle de l’ensemble épiscopal d’Égara d’après M. G. Garcia, A. Moro et F. Tuset.

1. Un vestige exceptionnel de l’époque wisigothe

Le complexe épiscopal d’Égara, construit à partir du milieu du Ve siècle, est dès le départ organisé sur trois terrasses, comprenant chacune un édifice cultuel. Sur la première, située au sud, sont construits les nouvelles dépendances et espaces destinés à la résidence de l’évêque, ainsi qu’une chapelle particulière dédiée aux saints Just et Pasteur. Sur la seconde terrasse est édifiée la cathédrale Santa Maria, avec deux espaces distincts : le baptistère, situé au pied de l’église, et la basilique à trois nefs. Au nord de la cathédrale est également construite une église funéraire, Sant Miquel. Enfin, sur la troisième terrasse, tout au nord, est construite la paroisse de Sant Pere. À cet ensemble déjà riche, il faut également ajouter dans le secteur ouest, clôturant le groupe architectural, un double corridor funéraire communiquant entre le baptistère et l’église paroissiale, si bien que tous les édifices sont liés autour d’un patio central faisant office de cimetière.

Aujourd’hui, nous conservons d’importants vestiges des édifices épiscopaux : l’abside de la cathédrale Santa Maria et son baptistère, l’intégralité de Sant Miquel, de même que le chevet de l’église paroissiale de Sant Pere.

Fig. 3- Ensemble épiscopal d’Égara, Sant Miquel à gauche et Santa Maria à droite © archives de l’auteur.

La cathédrale Santa Maria

Santa Maria devait être à l’origine une construction de plan basilical à trois nefs séparées par des colonnes, avec un chevet tripartite et un baptistère à ses pieds. Toutefois, avant que le projet initial soit achevé, le chevet s’est transformé en une unique abside, de plan quadrangulaire à l’extérieur et semi-circulaire à l’intérieur ; une modification qui semble pouvoir être datée du VIe siècle. Cette abside présente un décor pictural sur l’ensemble de sa surface, partiellement conservé, où est figuré l’Arrestation du Christ, l’histoire d’Absalon, des scènes de la prédication de saint Paul et de la Vierge comme trône du Christ, acclamée par les apôtres et les prophètes.

Le chevet de l’ancienne cathédrale, celui aujourd’hui conservé, a par la suite été intégré à l’église romane de Santa Maria, consacrée le 2 janvier 1112.

Sant Miquel

Sant Miquel est certainement l’édifice le plus singulier du complexe monumental d’Égara. Il s’agit d’une chapelle associée au cimetière du patio, et destinée à l’enterrement et la liturgie des défunts sur le modèle des martyria byzantins ; soit un lieu dissimulé par les premiers chrétiens afin de pouvoir être enterrés proche de leurs martyrs.

L’élément le plus exceptionnel de ce bâtiment est, sans aucun doute, les peintures murales décorant l’abside et organisées sur deux registres. Dans la partie supérieure est représentée une grande mandorle soutenue par des anges, à l’intérieur de laquelle est représenté le Christ intronisé. Sur le niveau inférieur, nous pouvons observer le collège apostolique représenté à genoux.

Fig. 4 – Intérieur de l’église Sant Miquel © archives de l’auteur.
Fig. 5 – Peintures de l’abside de Sant Miquel © archives de l’auteur.

La paroisse de Sant Pere

Le complexe architectural d’Égara comprend également la construction d’un troisième édifice destiné aux fonctions paroissiales : Sant Pere. Malheureusement, de la construction originale du VIe siècle nous ne conservons que l’abside de plan trilobé à laquelle est ajoutée au XIIe siècle l’actuelle nef romane, de la même manière que pour l’église de Santa Maria. Ainsi, à son origine, l’église paroissiale de Sant Pere présentait un plan basilical à trois nefs avec un transept. L’accès à l’édifice se faisait par la façade est, de même que dans l’agencement roman aujourd’hui conservé, par le biais d’un perron.

Fig. 6 – Paroisse de Sant Pere © archives de l’auteur.

2. La splendeur du roman

Les invasions musulmanes dans la péninsule Ibérique au cours du VIIIe siècle mettent fin à la plus importante période de rayonnement d’Égara et de son évêché. Il faut attendre la reconquête de Barcelone par les Francs, en 801, pour que la région retrouve une certaine stabilité, qui permet en 810 la restitution de quelques sièges épiscopaux catalans. Toutefois, les communes d’Empúries et Égara n’en font pas partie. Santa Maria perd ainsi son rôle de cathédrale, et Égara son statut d’évêché. L’activité ne s’arrête pas pour autant par la suite. En témoigne notamment l’exceptionnel retable de pierre de l’abside de Sant Pere, daté du VIIIe siècle. Divisé en trois niveaux et de forme semi-circulaire pour s’adapter à son espace, ce retable conserve une polychromie significative. Nous pouvons encore observer sur le niveau intermédiaire le tétramorphe, chaque niche représentant l’un des évangélistes, ainsi que cinq personnages ailés et auréolés dans les écoinçons. Sur la partie sommitale, seules deux niches ont été taillées. Nous y voyons deux figures auréolées, possiblement saint Pierre et saint Paul, entourés de chérubins (des anges nimbés avec quatre ailes). Enfin, sur la partie inférieure du retable nous pouvons voir l’épisode de la Traversée de la Mer Rouge.

Fig. 9 – Retable mural de Sant Pere © archives de l’auteur.

Au XIIe siècle, le complexe monumental d’Égara est l’objet d’un important renouveau artistique. Dans ce cadre, la nouvelle église romane de Santa Maria est consacrée le 2 janvier 1112. Ce nouvel édifice, nous l’avons évoqué précédemment, réemploie l’abside de l’ancienne cathédrale ainsi que ses peintures murales. Quelques années plus tard, est également réalisée la chapelle Saint-Thomas, véritable chef-d’œuvre de la peinture murale romane. Celle-ci présente un cycle pictural dédié au martyr anglais Thomas Becket, assassiné sur les ordres du roi Henri II d’Angleterre en 1170, auquel nous avons dédié un ouvrage.

Fig. 10 – Peintures murales du martyr de Thomas Becket © archives de l’auteur.

La fin du XIIe siècle correspond également au moment de l’édification de la nef romane de l’église de Sant Pere, aujourd’hui conservée, qui vient s’ajouter à l’ancienne abside trilobée héritée de la période épiscopale du sanctuaire.

3. La candidature à l’Unesco

De par leur histoire et leur conservation, les églises d’Égara et leurs décors présentent un caractère véritablement exceptionnel au sein du patrimoine culturel européen. De ce fait, la municipalité de Terrassa travaille aujourd’hui à la candidature du complexe monumental de l’ancien évêché au Patrimoine de l’humanité, statut octroyé par l’Unesco. L’élément principal qui confère sa singularité aux monuments de Terrassa est sans aucun doute le décor pictural des églises de Santa Maria et de Sant Miquel datés du VIe par les historiens de l’art, comme les archéologues, restaurateurs et épigraphistes. Ces peintures constituent un exemple paradigmatique du contact entre deux cultures – hispano-chrétienne et wisigothique –, auxquelles il faut ajouter la réception de l’art byzantin. Ainsi, les innovations architectoniques telles que la coupole de Sant Miquel (de modèle byzantin) et les emprunts artistiques de l’Orient byzantin que nous pouvons observer dans les cycles picturaux d’Égara (reprise notamment de la mosaïque de la Rotonde de Thessalonique, des peintures du monastère de Baouit en Égypte, ou encore de motifs issus du Dioscoride de Vienne) permettent de classer le complexe monumental d’Égara comme un témoignage unique et exceptionnel des échanges culturels qui s’opèrent dans la Méditerranée du VIe siècle. En effet, à cette époque, la côte méditerranéenne de l’Hispanie conjugue la présence hispano-romaine à celle wisigothe et byzantine, chacune parfaitement établie dans la péninsule et aux Baléares dès 552.

Fig. 7 – Peintures de l’abside de Santa Maria © TRACER
Fig. 8 – Le Dioscoride de Vienne, VIe siècle, Bibliothèque nationale d’Autriche, Cod. Med. Gr. 1, fol. 6v © archives de l’auteur

L’architecture de l’ancien siège de l’évêché d’Égara et ses peintures sont par ailleurs parmi les derniers vestiges encore « palpables » de ce qui peut être véritablement perçu comme un héritage d’échanges et de contacts qui ont eu lieu au sein de l’espace méditerranéen. Les seuls autres témoignages de cette culture singulière qu’est la culture chrétienne au VIe siècle sont une série de bibles produites en Orient (à Constantinople, en Syrie, ainsi qu’en Palestine), ainsi que quelques complexes décoratifs égyptiens dont la chapelle de Baouit et la nécropole de Bagawat.

Il est d’autre part important de souligner que Terrassa constitue l’unique complexe épiscopal conservé au monde à posséder des peintures murales aussi anciennes, et ce parmi les plus anciens évêchés de l’Europe ancienne à l’instar de Valence, Barcelone, Mérida, Aoste, Grenoble, Genève ou encore Porec en Croatie.

Enfin, le retable mural de Sant Pere précédemment évoqué est également un élément clé de la singularité d’Égara. Véritable unicum dans l’histoire de l’art chrétien d’Occident, cette œuvre est d’autant plus particulière et exceptionnelle. Il ne fait aucun doute que sa valeur la plus intrinsèque est la nature de sa construction et sa fonction comme retable mural dans l’abside paroissiale. Il s’agit d’une solution architecturale tant originale qu’inédite, qui fait de ce retable finalement une sorte d’écran de façade et n’est comparable sur le plan chronologique comme fonctionnel à aucune autre de l’Occident et de l’Orient médiévaux.

Actuellement, la municipalité de Terrassa œuvre à toute une série d’actions, allant de la recherche scientifique aux participations citoyennes et projets éducatifs autour de la Seu d’Ègara, avec l’objectif d’enfin faire reconnaître cet exceptionnel complexe monumental au Patrimoine mondial de l’humanité. 

Citer cet article

SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, « LE SIÈGE ÉPISCOPAL D’ÉGARA – un trésor caché », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 22/ 11 /2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1427

Bibliographie

PUIG I CADAFALCH, J. (1931), « Les peintures du VIe siècle de la cathédrale d’Égara », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 75ᵉ année, N. 2, pp.154-162.

GRABAR, A., (1945), « Une fresque visigothique et l´iconographie du silence », Cahiers archéologiques, I, pp. 124-128.

GUÀRDIA, M. (1992), « La pintura mural pre-romànica de les esglésies de Sant Pere de Terrassa », dans Actes del I Simposi Internacional sobre les Esglésies de Sant Pere de Terrassa, pp. 153-160.

GARCÍA, G. ; MACIAS, J. M. ; MORO, A. (2007), « La iglesia funeraria de época visigoda de Sant Miquel de Terrassa. Análisis arquitectónico », dans ROLDÁN, L. ; MACIAS, J. M. ; PIZZO, A., RODRÍGUEZ, O. (éd.), Modelos constructivos y urbanísticos de la arquitectura de Hispania, Documenta 29, Tarragone, pp. 183-198.

MARTÍ I BONET, J. M. (2007), El Bisbat d´Égara. Breu Història, Barcelone.

FERRAN, D. (2009), Ecclesiae Egarenses. Les esglésies de Sant Pere de Terrassa, Barcelone, 2009.

GARCIA, M.G. ; MORO, A. ; TUSET, F. (2009), La Seu Episcopal d’Égara. Arqueologia d’un conjunt cristià del segle IV al segle IX, Serie Documenta 8, Tarragone.

MANCHO, C. (2012), La peinture murale du haut Moyen Âge en Catalogne (IX-X siècles). Turnhout, pp. 343-394.

GOROSTIDI, D. ; LÓPEZ VILAR, J. (2016), « Inscripciones visigodas en el ordo apostolorum del ábside de Sant Miquel de Terrassa (Barcelona). Evidencias a partir de los tituli picti », Jahrbuch für Antike und Christentum, 59, pp. 114-136.

FERRAN, D. ; GARCIA, M.G. ; MORO, A. ; TUSET, F. (2019), « La seu episcopal d’Ègara. Arquitectura, litúrgia i art », dans Actes del 4t Congrés Internacional d’arqueologia i món antic. El cristianisme en l’Antiguitat Tardana. Noves perspectives, Tarragone, pp. 215-224. 

SÁNCHEZ, C (2019), «Singing to Emmanuel: The Wall Paintings of Sant Miquel in Terrassa and the 6th Century Artistic Reception of Byzantium in the Western Mediterranean», Arts 2019, 8(4), 128; https://doi.org/10.3390/arts8040128

SÁNCHEZ, C. (2021), A painted tragedy. The martyrdom of Thomas Becket in Santa Maria de Terrassa and the diffusion of its cult in the Iberian Peninsula, Anem Editors. 

SÁNCHEZ, C. (2021), «Las pinturas de Santa Maria y Miquel de Terrassa ¿ecos de un repertorio oriental tardoantiguo?», a C.Varela – M. Castiñeiras (eds.), Creation, circulation and function of images between  West and East in the Middle Ages (5th – 15th centúries), pp. 99-128.

UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique.

Le 29 décembre 2020, l’Angleterre commémore le 850e anniversaire de l’assassinat de l’archevêque Thomas Becket dans la cathédrale de Canterbury et le 800e anniversaire du déplacement de son tombeau de la crypte à l’église supérieure. La mort de Thomas Becket, orchestrée par quatre nobles de l’entourage proche du roi Henri II d’Angleterre, est aujourd’hui considérée comme l’un des épisodes les plus terribles du Moyen Âge européen. La violence du crime, les évènements miraculeux survenus sur la tombe ainsi que la rapide canonisation de l’archevêque en l’an 1173, en font  rapidement l’objet d’une grande dévotion populaire. A la suite de ces faits, la figure du saint connait une grande renommée sur l’ensemble du vieux continent et son culte s’étend à tous les territoires y compris la péninsule ibérique.

A paintedtragedy (Una tragediapintada), publié par Anem Editors, est un ouvrage qui nous plonge dans le chapitre agité de l’histoire européenne du dernier quart du XIIe siècle, grâce à l’exceptionnel cycle peint de l’église Santa Maria de Terrassa en Catalogne (vers 1180), dédié à la mort et la sanctification de Thomas Becket.

Depuis leur découverte en 1917, ces peintures ont fait l’objet de diverses études. Depuis 2014 (année de l’exposition Pintar fa mil anys  Museu Episcopal de Vic ) nous avons apporté d’importantes contributions  à la connaissance de cet ensemble pictural,  ce qui au final nous a amené à la rédaction de cette monographie avec une nouvelle  méthodologie de travail. Celle-ci s’appuie sur une analyse systématique des acteurs engagés dans la réalisation d’une œuvre d’art, et  notamment l’action coordonnée du commanditaire et de l’artiste dans le conception et la réalisation des fresques.

 L’ouvrage reprend ainsi les dernières nouveautés quant à l’iconographie, la technique et les acteurs impliqués dans l’élaboration de ces peintures.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Pour quel motif  les chanoines de Santa Maria de Terrassa ont-ils accueilli le culte du martyr anglais ? Les raisons, ici présentées, justifiant la présence de ce cycle hagiographique sont au nombre de trois. Dans la diffusion de la dévotion à Thomas Becke, il convient de prendre en compte premièrement, le rôle actif de la communauté de chanoines de Saint-Ruf d’Avignon, qui réside alors à Terrassa.  Ensuite, la présence d’un chanoine nommé Harvey, d’origine anglaise, au sein de la communauté de Santa Maria de Terrassa apparait également avoir eu un impact certain. Enfin, il convient de rappeler les liens politiques et diplomatiques forgés entre la Catalogne et l’Angleterre depuis le milieu du XIIe siècle.

À la lumière de ces éléments, la décoration et la dédicace à Thomas Becket d’une chapelle du bras sud du transept de Santa Maria de Terrassa, ne peuvent être perçues , comme un simple exemple de la diffusion subie  du culte du saint en Europe. Mais bien plus comme un choix délibéré de la communauté des chanoines augustiniens – subordonnée à Saint-Ruf d’Avignon – qui régissait l’édifice. Fort probablement, la présence de l’ecclésiastique Harvey,  prêtre et chanoine d’origine anglo-normande, documenté dans le prieuré de Santa Maria dans la seconde moitié du XIIe, fut essentielle dans cette décision. Il convient de penser  qu’il joua un rôle prépondérant dans la dotation et la consécration de la chapelle dédiée à Thomas Becket à Terrassa. La réalisation du cycle peint pourrait alors se situer dans la troisième partie de l’activité dudit Harvey comme scribe (1184-1186), période durant laquelle est également documenté un certain Reginald, prieur, lui aussi probablement anglais.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Au-delà de ces connexions avec l’Angleterre, il faut également mentionner un évènement antérieur d’importance. Il s’agit, quelques années auparavant, de la présence sur le territoire de la couronne d’Aragon de l’abbé de Saint-Ruf d’Avignon, Nicolas Breakspear (d’origine anglaise), futur pape Adrien IV.

Le livre inclue en outre, un chapitre dédié à l’examen des relations politiques et diplomatiques entre la couronne d’Aragon et l’Angleterre au XIIe siècle, qui contribuèrent à créer un contexte propice à la bonne réception du culte de Becket.  Par ailleurs, n’oublions pas  que le comte de Barcelone, Ramón Berenguer IV, nomme dans son testament le roi d’Angleterre comme protecteur de ses enfants : preuve des bons rapports entre les deux gouvernants

Enfin, cette étude permet de confirmer l’attribution de ce cycle peint au Maître du devant d’autel d’Espinelves (vers 1187), œuvre aujourd’hui conservée au Museu Episcopal de Vic. La capacité  à travailler sur différents  supports correspond à un artiste au curriculum vitae assez commun dans le contexte de la peinture romane catalane . Et qui maîtrise autant les techniques de peinture sur bois que celles propres à la peinture murale  et  qui osa réemployer les mêmes formules d’une technique à l’autre comme en atteste l’utilisation de feuilles d’étain et de vernis doré dans les peintures de Terrassa.

En conclusion, l’ouvrage A painted tragedy se veut une œuvre de référence pour la compréhension du cycle de Terrassa et pour l’étude de la peinture romane.  A ce jour, les monographies, récentes, dédiées à des ensembles muraux peints  restent encore rares. Du point de vue de la Seu d’Ègara (complexe des églises de Sant Pere de Terrassa dont fait partie Santa Maria) il s’agit d’une contribution scientifique majeure pour que, dans le futur, cet ensemble monumental soit inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. 

ensemble monumental des églises Saint Pierre de Terrassa (c) photo auteur

Carles Sánchez Márquez, A painted tragedy. The martyrdom of Thomas Becket in Santa Maria de Terrassa and the diffusion of its cult in the Iberian Peninsula, Anem Editors, 2021 (ouvrage disponible en anglais, espagnol et catalan)

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Carles Sánchez Márquez, « UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique. », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 23/04/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1263