PEDRO BERRUGUETE – découverte d’un inédit chez Drouot ?

Bien que des experts aient la charge de réaliser un premier examen et une évaluation des œuvres d’art mises sur le marché, il arrive que certaines passent entre les mailles du filet et les salles de ventes réservent parfois des surprises. C’est ce qui s’est produit le 25 avril dernier à Paris : un petit panneau présenté comme italien et estimé à 1.500 euros s’est finalement vendu pour un peu moins de 20.000 euros, une somme qui reste bien mince pour une œuvre qui pourrait bien être de l’un des premiers peintres la Renaissance espagnole : Pedro Berruguete.

Pedro Berruguete (?), Ecce Homo © Drouot

Portrait de l’oeuvre

Sur un petit panneau de bois, de 32 cm de large par 22,3 cm de haut, est figuré le Christ. Vêtu de pourpre et les mains croisées sur la poitrine, il apparaît devant le spectateur encadré d’éléments d’architecture en pierre, en trompe-l’œil, donnant l’illusion que le cadre est une « fenêtre » ouverte sur une autre réalité, celle de la Passion. Sur le linteau supérieur, nous pouvons lire ECCE OMO c’est-à-dire « voici l’homme ». Ce sont les mots qu’aurait prononcés Ponce Pilate, gouverneur romain de Judée, lorsqu’il présente Jésus à la foule après lui avoir mis la couronne d’épines, l’avoir attaché à une colonne et l’avoir flagellé. Nous retrouvons d’ailleurs sur le panneau ladite couronne sur la tête du Christ ainsi que les liens, autour de son cou et de ses mains, qui servirent à l’attacher.

Présenté en vente le 25 mars 2022, le tableau est catalogué  comme une œuvre italienne de la fin du XVe siècle, réalisée par un artiste anonyme de l’entourage de Bartolomeo Montagna (v. 1455 -1523), un peintre originaire du nord de l’Italie. Une attribution qui semble devoir être revue en faveur du castillan Pedro Berruguete, peintre emblématique de la Renaissance ibérique, d’après les dires du professeur catalan Alberto Velasco. Cette réattribution fait d’autant plus de bruit dans le monde de l’histoire de l’art qu’il s’agirait alors d’une peinture inédite de l’artiste dont les apparitions sur le marché de l’art sont aussi rares que recherchées.

Mais qui est donc ce peintre qui agite aujourd’hui les experts de la peinture espagnole ?

Portrait de l’artiste

Pedro Berruguete est considéré comme le premier peintre de la Renaissance dans la couronne de Castille – pour reprendre le titre de l’exposition monographique qui lui était dédiée en 2003 à Valladolid. Malheureusement, les éléments documentés de sa vie et de sa production sont peu nombreux. La majorité des œuvres mentionnées dans les archives nous sont inconnues ou sont perdues, attendant peut-être elles aussi de réapparaitre un jour sur le marché de l’art.

Malgré ces lacunes documentaires, nous savons que Pedro Berruguete est originaire de Paredes de Nava, dans la province de Palencia, en Castille-et-Léon, où il dû naître vers 1445-50. Il a dû se former à l’art de la peinture dans la même région, aux alentours des années 1465-70, possiblement à Burgos qui est alors le centre culturel le plus important du nord de la Castille.

Il est généralement considéré que le jeune Pedro quitte la péninsule Ibérique vers 1473, peut-être même dès 1472, pour l’Italie où il travaille pour Frédéric III de Montefeltro, duc d’Urbino. Pour ce dernier, il aurait notamment achevé le décor d’un studiolo initié par le peintre flamand Juste de Gand.  Il serait alors le « Perus Spagnolus » mentionné dans les archives, bien que cette hypothèse ne soit pas acceptée de manière unanime par les historiens. La décennie suivante, Pedro Berruguete est de retour en Castille où il s’établit jusqu’à sa mort en 1503. Durant cette période, nous savons qu’il travaille au décor de la sacristie de la cathédrale de Tolède, peintures aujourd’hui perdues, ainsi qu’à la réalisation du retable du maître-autel de la cathédrale d’Avila.

Juste de Gand et/ou Pedro Berruguete, Portrait de Federico da Montefeltro et son fils Guidobaldo © Creative Commons

Le catalogue actuel de Pedro Berruguete est constitué sur la base des quatre œuvres documentées qui nous sont parvenues : le retable principal de l’église de Santa Eulalia de Paredes de Nava daté vers 1490 ; les peintures murales de l’extérieur de la chapelle de San Pedro dans la cathédrale de Tolède de 1497 ; le retable de la cathédrale d’Ávila, documenté à partir de 1499 et laissé inachevé à sa mort, ainsi que le retable de Guaza de Campos (Palencia), documenté en 1501, dont seul le Salvator Mundi de la prédelle est aujourd’hui conservé (Ibercaja, Zaragoza). Dans celles-ci, comme dans toutes les peintures qui lui sont attribuées, nous pouvons apprécier l’éclectisme de son art et la dette de son style envers l’art flamand – qui se diffuse dans la péninsule Ibérique à partir des années 1426/27 suite à la venue de Jan van Eyck – auquel il dû être sensibilisé dès sa formation, ainsi qu’envers l’art italien avec lequel il entre en contact lors de son séjour à Urbino.

Pedro Berruguete, Salvador Mundi © Fundacion Ibercaja

Un inédit de Pedro Berruguete ?

Le petit panneau passé en vente en mars dernier à Paris serait donc un inédit d’un artiste clé de la peinture Renaissance espagnole. Son caractère est d’autant plus exceptionnel que les œuvres de Pedro Berruguete sont rares sur le marché de l’art et atteignent généralement des prix élevés. Parmi celles passées en vente ces dernières années nous pouvons notamment rappeler celle du 7 décembre 2016 chez Christie’s. Il s’agissait d’une Adoration des Mages provenant de la collection Várez Fisa et qui ouvrait le catalogue de l’exposition de 2003. Le panneau s’est vendu pour la somme de 245 000 £. La même année, Isbilya vendait aux enchères une Apparition de l’ange à saint Joachim  avec un rapport favorable d’Isabel Mateo, pour 135.000 euros. Enfin, le 2 avril 2019 était également proposé par la maison espagnole Segre une Naissance du Christ, partie pour la somme de 100.000 euros.

Nous pouvons alors nous demander comment l’œuvre passée à Drouot le 25 avril dernier a pu se retrouver sur le marché sans être identifiée et à un prix si bas ? Malheureusement, l’art espagnol en France n’éveille qu’un intérêt limité, ce qui peut expliquer une certaine méconnaissance de la production afférente et en conséquence certaines attributions erronées. Il convient toutefois de rester prudent et de s’interroger.

Cette possible attribution à Pedro Berruguete s’appuie sur une comparaison stylistique avec d’autres œuvres de l’artiste, notamment au niveau de la physionomie du Christ, ainsi que sur le traitement illusionniste de l’espace dont il est l’un des pionniers dans la péninsule Ibérique. Le peintre reproduit ici des éléments d’architecture régis par la perspective géométrique, ce qui lui permet de guider l’œil du spectateur. Le trompe-l’œil est d’autant plus convainquant que l’artiste a représenté sur le linteau supérieur de fausses écritures, comme gravées, qui viennent renforcer l’illusion ; un procédé tout à fait similaire à celui d’un autre panneau de l’artiste, celui de la Sainte Famille de la Fondation Godia à Barcelone.

Pedro Berruguete, Sainte famille © Fondation Godia, Barcelone.

Toutefois, aussi passionnante et séduisante que serait cette découverte, à ce jour seul le professeur Alberto Velasco – à l’origine de la découverte et de l’attribution proposée – s’est prononcé sur cette œuvre. Il rédigera d’ailleurs une étude sur le sujet dans le prochain numéro de la revue spécialisée espagnole Ars Magazine (num. 55, julio-septiembre 2022). Il nous semble donc, dans ce contexte, judicieux d’attendre de plus amples informations, voire une future restauration (le panneau présentant quelques accidents) et une expertise scientifique, pour confirmer la paternité de cet Ecce Homo.

Citer cet article

Elsa Espin, “PEDRO BERRUGUETE – découverte d’un inédit chez Drouot ? “, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 23/ 05 /2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1615

Pour en apprendre plus sur Pedro Berruguete 

REYNAUD Nicole & RESSORT Claudie (1991), «Les portraits d’hommes illustres du studiolo d’Urbino au Louvre par Juste de Gand et Pedro Berruguete», Revue du Louvre, xli, i, París, pp. 82-113.

SILVA MAROTO Pilar, (1998) Pedro Berruguete, Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura.

MARIAS Fernando & PEREDA Felipe (2002), «Petrus Hispanus en Urbino y el bastón del Gonfaloniere: el problema Pedro Berruguete en Italia y la historiografía española», Archivo Español de Arte, LXXV, n.º 300, Madrid, pp. 361-380.

VV.AA. (2003) Pedro Berruguete. El primer pintor renacentista de la corona de Castilla, cat. exp., Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura.

CFPapers – BYZANCE ET LA MÉDITERRANÉE. Multiculturalisme, genre et sujets profanes dans les manuscrits enluminés

(Barcelone, Autònoma de Barcelona, 11 novembre 2011)

Premier séminaire international MABILUS organisé par l’Universitat Autònoma de Barcelona, Facultat de Filosofia i Lletres.

Coordination : Manuel Castiñeiras (UAB), Carles Sánchez Márquez (UAB), Giulia Arcidiacono (Università di Catania)

Les manuscrits enluminés byzantins constituent un champ d’étude fascinant à explorer en termes d’échanges interculturels, de questions de genre et de diffusion de sujets profanes. Ce phénomène est particulièrement riche et visible dans l’effervescence de l’art des XIIe et du XIIIe siècles en Méditerranée, en tant qu’espace privilégié d’échange entre Latins, Grecs et Musulmans.
Le prestige de Constantinople, la continuité des traditions artistiques byzantines profondément enracinées dans la plupart des régions de la Méditerranée (Sicile, Venise, Chypre, États croisés, etc.), et la mobilité croissante des artistes,) ainsi que la mobilité croissante des artistes, des modèles et des codex ont favorisé les rencontres artistiques. Certains des codex byzantins de cette période – chroniques, manuels dede cette période – chroniques, manuels de poliorcétique, traités cynégétiques ou encore manuscrits bibliques et liturgiques – nous fournissent de précieuses informations sur les coutumes, les cérémonies, mais également les techniques de guerre, ainsi que les bâtiments ou encore les vêtements, les strates sociales et la diversité ethnique et culturelle.

Ce premier séminaire international MABILUS est centré sur l’étude de ces sujets, en particulier ceux qui concernent les rôles de genre, la représentation de l’altérité, l’utilisation et la signification des répertoires profanes dans les manuscrits et leur diffusion et impact sur les autres arts visuels.

Vous êtes invités à soumettre votre proposition de communication (incluant un résumé de 120 mots) à manuel.castineiras@uab.cat, avant le lundi 4 juillet 2022.
Les propositions peuvent être rédigées en espagnol, catalan, italien, anglais ou français.

CFPublications – Medievalia 25 (2022)

Medievalia est la revue de l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle est publiée depuis 1980 en format physique et, depuis 2012, en format numérique.

Elle prépare actuellement le numéro 25 (2022). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 1er juillet 2022 au plus tard, au travers de la page web de la revue .
Les chercheurs désireux de publier leurs travaux sont invités à s’inscrire sur la page web de la revue de sorte pouvoir ensuite y télécharger leur article. La gestion au travers du système OJS permet aux auteurs et aux réviseurs de suivre l’ensemble du processus de soumission, d’évaluation et de correction des articles et aux lecteurs d’accéder au contenu des numéros existants.

Medievalia accepte les articles de recherche non publiés sur des sujets liés aux études médiévales dans tous ses domaines. Les articles seront examinés par des pairs et la date limite de soumission est le 1er juillet 2022. Il est également rappelé aux auteurs que Medievalia dispose d’une section de critique où ils peuvent envoyer des critiques de nouvelles publications (publiées après 2018).

Le volume des articles ne pourra excéder 30 pages et 2.700 caractère par page. Chaque proposition devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais, ainsi que 10 mots clés au maximum. L’ensemble des normes de publication et autres instructions sont à retrouver ici.

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Pour plus d’information contacter revista.medievalia@uab.cat

CFPapers – La sigillographie médiévale en Catalogne et dans l’Europe méditerranéenne. Etudes comparatives.

(Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, du 9 au 11 novembre 2022 & Naples, Università degli Studi Federico II, les 23 et 24 novembre 2022 )

Thématiques :

LA SIGILLOGRAPHIE MEDIEVALE EN CATALOGNE ET DANS LES TERRITOIRES DE LA COURONNE CATALANO-ARAGONAISE DANS UN CONTEXTE EUROPEEN (Barcelone)

LA SIGILLOGRAPHIE FEMININE DANS L’EUROPE MEDITERRANEENNE CATALANO ARAGONAISE ET ANGEVINE (Naples)


Appel à communications :


Entre 1916 et 1932 étaient publiés les 5 volumes d’un ouvrage fondamental de l’historiographie catalane et de la sigillographie du premier tiers du XXe siècle : Sigil.lografia catalana. Inventari, descripció i estudi dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939), membre de l’Institut d’Estudis Catalans. Le deuxième volume vit le jour en 1922. À cette occasion, l’Institut d’Estudis Catalans, sous la direction de Xavier Barral i Altet, et l’Université de Naples Federico II, sous la direction de Vinni Lucherini, organisent deux colloques internationaux de sigillographie médiévale. Le cadre géographique n’est pas limité à la Catalogne ; il s’étend à l’Europe méridionale méditerranéenne et aux territoires de l’ancienne couronne d’Aragon, ainsi qu’aux échanges européens. Les colloques seront ouverts à tous les aspects de la sigillographie, royale, nobiliaire, ecclésiastique, urbaine, etc. Par études comparatives nous entendons aussi bien les relations entre la Catalogne, l’espace méditerranéen et l’Europe, que les études comparatives entre disciplines, sigillographie, histoire, histoire de l’art, littérature, liturgie, archéologie ou numismatique. Nous accueillerons avec plaisir les contributions sur les collections ou les personnalités collectionneuses de sceaux médiévaux, depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. À Barcelone seront présentées les questions générales, monographiques ou comparatives, tandis qu’à Naples on se concentrera sur les sceaux féminins. Les colloques produiront deux publications complémentaires à Barcelone et à Naples.

Le présent appel à communications demeurera ouvert jusqu’au 30 janvier 2022.

Les candidats sont priés d’envoyer à l’adresse de courriel congressegells2022@gmail.com un titre et un résumé de la communication proposée ensemble avec un bref curriculum vitæ.

Les frais de voyage et de logement seront à la charge des communicants acceptés. L’organisation prendra à sa charge, en revanche, tous les frais collectifs, repas et pause-café, les publications issues des colloques, ainsi qu’un ensemble de publications qui seront offertes aux participants.

CFPapers – 10th International Medieval Meeting Lleida

(Universitat de Lleida, 27 au 30 juin 2022)

En raison de la situation sanitaire, les conférences se dérouleront exclusivement en ligne.

callforpapers - Twitter Search / Twitter

10th INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA. Les rencontres s’organiseront autour de deux thèmes majeures :

  • le 1er congrès toponymique Hiapaniae : interterritorialité et interdisciplinarité.

Toponymie, le nombre de noms de lieux dans le monde créé par l’être humain tout au long de l’Histoire, est un patrimoine protégé par l’UNESCO qui offre un témoignage des actions menées par l’humanité sur notre planète et même en dehors. Les noms de lieux sont des noms propres qui décrivent des caractéristiques culturelles de notre environnement et qui tendent à se cristalliser avec le temps. Ils constituent une inépuisable source de données sur la géographie, la géologie, la botanique, la faune, l’hydrologie, les croyances populaires, ainsi que la religion, la langue ou encore l’ethnologie. La perspective diachronique offerte
par nombre d’entre eux permet de se faire une idée d’une partie du patrimoine naturel et culturel éléments aujourd’hui disparu. En outre, ces noms ont une valeur référentielle, puisqu’ils désignent des lieux et permet de les distinguer les uns des autres. Ils
ont également une valeur identitaire, puisque les habitants d’un site se sentent émotionnellement liés à celui-ci et, par conséquent, au nom qui lui est associé. La toponymie est donc un domaine interdisciplinaire dans lequel diverses disciplines et
les méthodologies se rejoignent.

L’objectif de ce “Premier Congrès Toponymique Hispaniae : interterritorialité et interdisciplinarité” est de rassembler des chercheurs travaillant ces questions et désireux d’échanger leurs expériences et points de vue. Nous sommes profondément convaincus de la nécessité préserver et enquêter sur la toponymie hispanique, un trésor immatériel partagé par différentes terres avec des langues différentes, un objectif que seule un travail collaboratif peut atteindre.

  • Suffering power in the Middle Ages

Comme le répètent les écrits médiévaux, l’Église et les grands seigneurs, les souverains et les seigneurs sont nommés par Dieu pour assurer la justice, la défense et les privilèges de leurs sujets. Mais était-ce vraiment le cas ? Ou le pouvoir a-t-il était vécu comme une affliction ? Pour mieux aborder ce problème il convient de s’y intéresser en étudiant le pouvoir médiéval sous différents angles : juridictionnel, fiscal, idéologique ou de tout autre type.


Ce volet spécial est organisé dans le cadre du projet « El poder vifo en la Baja Edad Médias : percepción, representación y expresividad en la gestión y la recepción del poder (PID2019-104085GB-I00)”.


Les propositions de communication sont à soumettre jusqu’au 3 avril 2022 via le portail de l’université (formulaire en bas de page).

L’ensemble des informations sont à retrouver sur le site de l’Universitat de Lleida.

 

JOURNÉES INTERNATIONALES D’ÉTUDE – Rutas de mercado, rutas de arte. Materiales, procedimientos y artistas en la configuración pictórica en el Mediterráneo del siglo XV.

Date : 17 & 18 novembre 2021

Lieu : Universitat Politècnica de València & en ligne

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Programme

mercredi 17 novembre

09:00Recepción
09:30Presentación congreso

Mesa I. Especias, tintes, drogas, pigmentos y dinero. Rutas y mercados en un Mediterráneo global.
10:00La pintura llegada a través del mar: De Romania a Flandes (s. XIII-XV)Francesca Español, Universitat de Barcelona.
11:00Descanso
11:10Del taller al cliente. Proceso creativo y mercantil del arte en el siglo XVMatilde Miquel Juan e Iban Redondo Pares, Universidad Complutense de Madrid.
12:20La pintura valenciana en el sur de Teruel. Joan Reixach como ejemplo de la circulación artística, Pablo Cercós Maícas
Descanso

Mesa II. Talleres internacionales y artistas viajeros. Preceptos, técnicas, modalidades pictóricas, recursos de obrador y procedimientos en itinerancia.
15:30De blanco y bien labrado alabastro: algunas consideraciones técnicas, económicas y artísticas de la escultura española entre los siglos XIV-XVI. Stefanos Kroustallis, Escuela Superior de Conservación y restauración de Bienes Culturales.
16:30Los escultores septentrionales y nuevas tradiciones de escultura policromada en CastillaNicola Jennings, The Courtauld Institute of Art.
17:30Descanso
17:40Marçal de Sas: estado de la cuestión y nuevas perspectivas de estudio, Encarna Montero Tortajada.
18:00Las redes mercantiles, una piedra angular en los intercambios artísticos y en la llegada de artistas foráneos en la Corona de Aragón en el siglo XV, Elsa Margot Espin.

Jeudi 18 novembre

10:00Recepción

Mesa III. Obras de arte en las bodegas: formas artísticas en dispersión. Modelos, libros, dibujos, cuadernos, pinturas, tapices, y otras obras viajeras.
10:30Circulaciones artísticas en la obra de los iluminadores tolosanos de la primera mitad del siglo XIV: el caso del Maestro del Misal de Augier de Cogeux y su tallerMaria Alessandra Bilotta, Instituto de Estudios Medievales (IEM)- NOVA.
11:30Repensar la geografía del arte Italiano, 1350-1550. Rethinking the Geography of Italian Art, 1350-1550Stephen J. Campbell, Universidad John Hopkins.
12:30Descanso
12:40El Bifaz de la parroquia Sant Jaume Apóstol de La Pobla de Vallbona. Estudio histórico y técnico, Beatriz Oliver López, Eva Pérez, Nuria Ramón, Dolores Julia Yusá.
13:00El preludio de Botticelli en la monarquía hispánica. La pintura de la Oración del Huerto de Isabel I de Castilla, Alexandre Vico Martori.
13:20Conclusiones del grupo de investigación CIMM. Joan Aliaga-Morell, Universitat Politècnica de València

Inscription

JOURNÉE D’ÉTUDE – La commande artistique aux âges romans (XIe-XIIe siècles) – Architecture, peinture, sculpture, orfèvrerie

Date : jeudi 18 novembre 2021

Lieu : Bibliothèque Ramon-Llull, salle Archipel (1er étage) – Université Paul-Valéry Montpellier 3, Route de Mende
Montpellier, France (34090)

Depuis les années 1980, et notamment l’introduction de la pluridisciplinarité, l’histoire de l’art médiéval prend davantage en compte les aspects sociaux de la création artistique. Ainsi, si le travail et le statut de l’artiste sont mieux connus, les acteurs de la commande artistique aux âges romans demeure encore dans l’ombre. La présente journée d’étude propose d’aborder cette question à travers l’exemple de plusieurs medias artistiques et de s’interroger sur la méthodologie d’un tel travail de recherches, marqué par un certain silence des sources historiques. 

Journée d'étude – La commande artistique aux âges romans (XIe-XIIe siècle).  Architecture, peinture, sculpture, orfèvrerie Approches épistémologique et  méthodologique | RMBLF.be

Programme

Matinée

10h : Ouverture de la journée – Sophie Ducret, doctorante en histoire de l’art médiéval CEMM EA4583

  • 10h30 : La commande artistique dans la sphère cistercienne : l’exemple de l’architecture – Sylvain Demarthe, maître de conférences en histoire de l’art médiéval, CEMM EA4583

11h : Pause

  • 11h15 : Les ateliers de sculpture en Catalogne aux XIIe et XIIIe siècles et leur contexte. Transmission et interactions de modèles, techniques et typologies – Jordi Camps i Sòria, conservateur en chef, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelone

11h45 : Questions

Après-midi

  • 14h : L’étude de la commande artistique à travers l’exemple des peintures murales du Midi de la France aux âges romans – Sophie Ducret, doctorante en histoire de l’art médiéval, CEMM EA4583
  • 14h30 : Le grand mécénat (noblesse, haute Église) et le micro-mécénat (les contributions des fidèles) dans la construction des œuvres pour la célébration des cérémonies liturgiques (IXe-XIIIe siècle) – Lourdes de Sanjosé i Llongueras, docteure en histoire de l’art médiéval, université de Barcelone

15h : Pause

  • 15h15 : La commande artistique en Arménie (XIe-XIIe siècle) – Isabelle Augé, professeure d’histoire médiévale, CEMM EA4583

15h45 : Questions

16h : Conclusions de la journée – Xavier Barral i Altet, professeur d’histoire de l’art médiéval,université de Rennes, université Ca’ Foscari de Venise

Accès libre dans la limite des places disponibles

Contact : Sophie Ducret à sophie.ducret [at] etu.univ-montp3.fr

CFPapers – Journées Internationales “RUTAS DE MERCADO, RUTAS DE ARTE”

(Universitat Politècnica de València, 17-18 novembre 2021)

Les personnes inscrites pourront suivre ces journées d’études en streaming, de même les intervenants pourront présenter leur communication en streaming.

ROUTES MARCHANDES, ROUTES D’ART. 1e Journées Internationales. Matériaux, procédés et artistes dans la configuration picturale méditerranéenne du XVe siècle.

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du CCIM

Les propositions de communication sont à envoyer jusqu’au 5 septembre 2021 à l’adresse mail : rutas@upv.es et devront se composer de :

  • titre de la communication
  • nom et prénom de l’Auteur
  • adresse électronique
  • nom de l’institution
  • un résumé

 

COURS D’ÉTÉ UNED – “Catedrales y monasterios : arte y memoria episcopal entre las edades Media y Moderna”

Date : 15 au 17 septembre 2021

Lieu : Arenas de San Pedro (Ávila, Espagne)

Langue des présentations : espagnol 

Ce séminaire d’été a pour but de réviser la promotion artistique de l’épiscopat entre la fin du Moyen Âge et le début de l’Époque Moderne, notamment au travers des actions des évêques ibères dans des cathédrales et les monastères où la dimension mémorielle de leurs œuvres est accentuée. Différentes études de cas – qui comprennent aussi d’autres domaines d’action, comme les fondations dédiées à l’enseignement – nous permettront de voir les particularités de chaque territoire et moment historique.

Inscriptions (changement de tarif après le 1er juillet)

Programme

Mercredi 15 septembre

17:00-19:00. La cathédrale de Burgos et la commémoration épiscopale aux XIIIe-XVe siècles

Francisco de Asís García García (Université Autonome de Madrid)

19:00-21:00. Les prélats de Burgos et Tolède devant la morte (1327-1375)

José Alberto Moráis Morán (Université de Léon)

Jeudi 16 septembre

10:00-12:00. Un évêque hiéronymite dans la cour de Jean II de Castille. La promotion artistique de Gonzalo de Illescas (1464)

Ángel Fuentes Ortiz (Université Complutense de Madrid)

12:00-14:00. Frère Alonso de Burgos (1499) : un évêque promoteur aux cathédrales de Cuenca et Palencia

Diana Olivares Martínez (Université de Seville)

17:00-19:00. « Será su virtud correspondiente la fama eterna » : le legs artistique et spirituel du cardinal Cisneros

Diana Lucía Gómez-Chacón (CSDMM – Université Polytechnique de Madrid)

19:00-21:00. Évêques et cardinaux dans la Cour : art, politique et image de prélats absents (1488-1557)

Sergio Ramiro Ramírez (Université Autonome de Madrid)

Vendredi 17 septembre

9:00-11:00. Récupérer le lignage de Pierre I « le Cruel » : les espaces funéraires de l’évêque Alonso de Castilla (1541) parmi cathédrales, couvents et monastères

María Teresa Chicote Pompanin (Université de Durham)

11:00-13:00. L’introduction du Baroque dans la péninsule ibérique : le Patriarche Ribera et le renouveau artistique à Valence

Borja Franco Llopis (Université Nationale d’Enseignement à Distance)

Promotion: Département d’Histoire de l’Art, UNED

Parrainage: Projet de recherche « El patronazgo artístico en el reino de Castilla León (1230-1500). Obispos y catedrales II » (HAR2017-88045-P), Institut d’Études Médiévales, Universitad de Léon

LE RETABLE DE SAINT DOMINIQUE DE SILOS – Quand Bartolomé Bermejo peignait sous la menace de l’excommunication

Sur un somptueux trône d’or, entouré des sept vertus, siège saint Dominique de Silos. Ce panneau provenant d’un retable commandé par l’une des paroisses de la ville de Daroca, en Aragon, est certainement l’œuvre la plus iconique et la plus monumentale du peintre cordouan Bartolomé Bermejo. Aussi exceptionnelle soit elle, son processus de réalisation a été long et complexe, comme en atteste la documentation conservée. À l’année initialement pactée en 1474 pour la réalisation de la polychromie, se sont ajoutées au moins quatre autres, le tout non sans probables tensions entre les parties engagées. En effet, le contrat spécifie que Bermejo travaille au retable de saint Dominique sous la menace de l’excommunication.


Bartolomé Bermejo est aujourd’hui considéré par les historiens comme l’un des peintres, si ce n’est LE peintre le plus talentueux de son temps dans la péninsule ibérique. Parmi la vingtaine de peintures conservées, quelques-unes peuvent lui être rattachées par la documentation, à l’instar du retable du maître autel de l’église de Santo Domingo de Daroca. Il ne reste aujourd’hui de ce retable plus que trois panneaux, dont le célèbre panneau central figurant saint Dominique de Silos intronisé. Si l’étude de son iconographie révèle tout le talent du peintre et son impressionnante capacité à utiliser diverses sources pour créer des images novatrices, l’analyse des archives pour leur part est riche d’informations sur le processus de commande artistique, qui bien que normalisé présente parfois quelques « surprises », et sur le travail de Bartolomé Bermejo.

Les archives historiques de la ville de Saragosse conservent plusieurs documents relatifs à la commande du retable de saint Dominique de Silos, dont le contrat qui explicite les parties engagées (commanditaires et artistes), l’iconographie à réaliser, la forme du retable (fig.1), le délai donné pour la réalisation et enfin le prix convenu pour l’œuvre une fois achevée. Plus surprenant, le document précise également qu’en cas de non achèvement du retable dans les temps convenus, le peintre serait puni par son excommunication, une mesure qui peut nous sembler extrême. Nous nous attacherons donc dans le présent article à étudier plus en détail le processus de création de retable sous le poids de cette menace et à voir ses possibles conséquences sur l’œuvre de Bartolomé Bermejo.

Fig. 1 – Hypothèse de reconstitution du Retable de Santo Domingo de Sillos d’après la proposition faite en 2019 par Cèsar Favà et Mireia Mestre (c) Museu Nacional d’Art de Catalunya.

La menace

Le 5 septembre 1474, la paroisse Santo Domingo de Daroca, par le biais du chanoine Luís Sebastián, engage le peintre Bartolomé Bermejo et son associé Joan de Bonilla pour réaliser un retable destiné à orner l’abside de l’église. Pour cela, un document est rédigé devant témoins, auprès d’un notaire, comme il est coutume de faire pour les commandes d’importance.

Voici ce que dit le contrat :

Le 5 septembre 1474, dans la ville de Daroca, devant Luís Sebastián, chanoine de l’église collégiale de Santa Maria de los Corporales de Daroca, qui agit au nom de Juan, archiprêtre et oficial de l’église de Daroca, comparaissent en jugement, d’une part, Andreas Pallares, clerc et vicaire perpétuel de l’église paroissiale de Santo Domingo de Daroca ; Jaime de Molina, clerc de cette église ; et d’autre part, Bartolomé el Bermejo, peintre et habitant de Daroca.

Chaque partie déclare avoir signé le contrat pour lequel les délégués de la paroisse de Santo Domingo commandent un retable pour le maître autel de l’église à Bartolomé el Bermejo et Juan de Bonilla avec les clauses suivantes :

– Le retable aura pour mesures 16 paumes de large et 28 paumes de haut. Sera pris comme mesure pour ces paumes, la taille des paumes de main de Juan de Loperuelo. Le retable sera exécuté de bon bois, bien cloué et bien monté. Une fois la structure réalisée les délégués seront convoqués pour vérification.

– Le retable aura une prédelle avec un tabernacle en maçonnerie qui sera travaillé comme convenu entre les délégués et les maîtres. Dans chaque partie de la prédelle il y aura deux cases avec des histoires. Ces histoires seront convenues par les délégués avec les peintres ; et dans la partie haute de chaque histoire, il y aura un petit arc double de maçonnerie et des piliers et des chapiteaux avec des feuilles maçonnées. Le tabernacle et l’œuvre de maçonnerie seront dorés à l’or fin.

Dans le retable il y aura une pièce où sera représentée l’image de saint Dominique, comme évêque, assis sur une chaise pontificale, d’or marqueté avec les sept vertus à côté de la chaise, et dans la partie haute un baldaquin (un dais ?) à sept pans doré à l’or fin.

D’autre part, sur l’un des côtés, il y aura une pièce avec deux histoires de saint Dominique. Les délégués choisiront les histoires. Au-dessus de la première histoire de la prédelle, il y aura un pilier avec cinq pagnes maçonnés, double, et au-dessus de celui-ci il y aura un autre pilier maçonné. La même chose sera réalisée de l’autre côté du retable. L’ensemble sera doré à l’or fin.

L’œuvre sera réalisée à l’huile, de fines couleurs et d’azur et sera semblable à la Pietà de Juan de Loperuelo ; et sera achevée avec perfection tant dans les couleurs, comme dans les figures et les carnations, semblables à la Pietà de Juan de Loperuelo, et devra être finie de la main du maître Bartolomé Bermejo.

Le retable devra être réalisé dans un délai de un an à partir du prochain Noël, jusqu’au Noël de l’année suivante.

Pour ce qui est du prix du retable : il a été convenu dans un premier temps comme étant de 2300 sous avec des mesures de 13 paumes de large et 20 de haut ; il a par la suite été décidé d’augmenter la taille du retable à 16 paumes de large et 28 paumes de haut comme convenu dans la première clause de ce contrat, pour cette raison, les délégués et les maîtres se sont accordés à augmenter le prix du retable. Les délégués de la paroisse Andreas Pallares, Jaime Molins et le juriste don Pedro García, le marchand Pedro García et Juan de Loperuelo, une fois l’œuvre achevée et si celle-ci le mérite, ils décideront s’ils souhaitent payer pour celle-ci les 3000 sous demandés par les maîtres. Ceci est la première condition.

La seconde condition est que la somme qui sera ajoutée aux 2300 sous initialement prévus, sera décidée par les députés avec l’opinion d’experts.

La troisième condition est que le maître Juan Bonilla devra prendre en compte tous les coûts engendrés par la réalisation dont la somme versée à Bermejo pour le travail qu’il réalisera de sa main, selon ce qui est convenu. De même, sera compté dans les coûts le bois, les couleurs et l’or. Il devra déclarer les coûts sous serment.

Tous les délégués peuvent obliger les maîtres à accepter l’accord.

Pour ce qui est des échéances de paiement : les délégués effectueront un premier paiement de 1000 sous quand le retable sera dessiné et le panneau central réalisé et présenté dans l’église. 1000 sous seront payés quand le retable sera exposé dans l’église. Le reste de la somme sera payé selon ce qui sera convenu.

Les maîtres sont obligés de donner des garanties, tant pour l’argent qu’ils recevront que pour l’œuvre que le maître Bermejo doit achever comme cela est convenu ; et s’il part en laissant l’œuvre inachevée, les délégués décideront s’ils garderont celle-ci comme telle ou s’ils souhaitent le remboursement des parties réalisées.

Pour plus de sécurité des clauses et des conditions, Bartolomé Bermejo est obligé de prêter serment devant le notaire et devant la Croix et les saints Évangiles et accepte de recevoir la sentence d’excommunication de l’Officier s’il n’achève pas l’œuvre et le retable dans les temps impartis et il acceptera l’excommunication volontairement et la sentence pourra être rendue publique et reconnue dans tous les territoires et règnes, obligeant Bartolomé Bermejo à payer à la paroisse de Santo Domingo les dommages et coûts du jugement. 

Signent comme témoins Miguel del Collado et Francisco Giner, clercs de Daroca.

Signe également Gabriel Ramírez, habitant de Daroca, notaire public des règnes d’Aragon et de Valence.

Bartolomé Bermejo s’engage donc, en septembre 1474, à réaliser et surtout à achever le retable du maître autel de la paroisse de Santo Domingo de Daroca pour la fin de l’année 1475. S’il ne respecte pas cet accord, le peintre sera alors excommunié et la sentence rendue publique et valide dans l’ensemble des territoires et royaumes.

La mise à exécution

Malgré la menace qui pèse, trois ans après la signature du contrat, Bermejo n’a achevé que le panneau central figurant saint Dominique intronisé (fig.2 ) et a de plus délaissé la ville de Daroca au profit de Saragosse, capitale du royaume d’Aragon. Ce retard peut s’expliquer par la grande minutie du maître mais également par son habitude à s’engager pour toutes les commandes qui lui étaient soumises, il se retrouvait ainsi dans l’incapacité de respecter l’ensemble de ses engagements. Devant cette situation, pour le moins inconvenante, les commanditaires du retable décident en juillet 1477 de rendre publique la sentence d’excommunication.

Fig. 2 – Bartolomé Bermejo, Saint Dominique intronisé, 1477-78 Madrid, Museo del Prado (c) Museo Nacional del Prado.

L’excommunication est la peine spirituelle la plus importante que l’Église médiévale ait développée. Celle-ci consiste en une exclusion de la communauté ecclésiastique. Celui qui en est victime est alors exclu des sacrements et du service divin, ainsi que des relations sociales avec les autres chrétiens. Cela implique une sorte de honte sociale pouvant avoir un lourd impact sur la vie de la personne concernée. L’excommunication prive par ailleurs l’individu de certains droits : il ne peut plus être témoin, il ne peut plus acquérir de terre, voire ne plus pouvoir travailler dans certains cas. Parce que son impact est sévère, au bas Moyen Âge, l’excommunication sert de menace particulièrement efficace pour imposer des jugements ecclésiastiques mais également pour faire rentrer des redevances ou encore obtenir le remboursement de dettes. C’est, en d’autres termes, un moyen implacable (ou presque puisque cela ne fonctionne pas avec Bermejo) d’obtenir ce que l’on souhaite. Nous pouvons alors nous interroger sur la présence d’une telle menace dans un contrat pour la réalisation de la peinture d’un maître autel. Plus surprenant encore, pourquoi cette condamnation ne concerne-t-elle que Bartolomé Bermejo et pas son associé Juan de Bonilla ?

À la lecture du contrat, nous comprenons rapidement que bien que deux artistes soient engagés, le principal concerné est Bartolomé Bermejo. C’est de sa main que doit être réalisé le retable et c’est également lui qui engage sa réputation. Juan de Bonilla ne semble servir que de faire-valoir. Rappelons que Bermejo est un peintre itinérant, et de ce fait étranger au royaume d’Aragon. Comme étranger, il ne peut aisément établir d’atelier en raison des normes, particulièrement rigides, établies par les guildes pour protéger leur domaine de compétences et leur travail. Or en s’associant à un artiste local, comme l’est Juan de Bonilla, Bartolomé Bermejo contourne le problème. Cela fonctionne d’ailleurs si bien qu’il répète l’opération à de nombreuses reprises, notamment avec un autre peintre de Saragosse, Martín Bernat.

S’il faut ruser pour engager Bartolomé Bermejo, alors pourquoi donc le menacer par la suite ? Aussi surprenant que cela puisse nous sembler aujourd’hui, il s’agit d’une pratique qui n’avait rien d’un cas isolé. Il est commun dans les contrats de ce type que l’une des clauses spécifie, comme garantie du bon déroulement de la commande, que chacune des parties et plus particulièrement l’artiste, engage ses biens mobiliers. Ceux-ci pouvant ainsi être utilisés pour rembourser une éventuelle dette. Or, Bartolomé Bermejo ne semble pas posséder grand-chose et manque de finances, ce qu’il solutionne en partie par un mariage avec une veuve fortunée. La seule chose qu’il peut alors mettre en gage est sa foi.

Dans les faits

La menace d’excommunication n’a donc eu que peu d’influence sur Bartholomé Bermejo. Celui-ci l’accepte pleinement et quitte néanmoins Daroca sans achever le retable pour lequel il s’était engagé en 1474. En juillet 1477, la paroisse de Santo Domingo de Daroca rend donc publique la sentence d’excommunication. Une décision qui devait principalement impacter et restreindre l’activité professionnelle du peintre, bien qu’il ne soit pas clair si la sentence fut rendue effective. Quoi qu’il en soit, malgré leur action, les commanditaires du retable ne renoncent pas pour autant à voir le projet achevé, qui plus est par la main de Bermejo. En atteste la signature le 17 novembre 1477 d’un nouveau contrat avec le peintre pour terminer le retable en question.

Voici ce que dit le nouveau contrat :

Contrat fait entre Andrea Pallares, vicaire de l’église de Santo Domingo de Daroca et Bartolomé Bermejo, peintre, habitant de Saragosse pour achever le retable de ladite église que le peintre a commencé.

Ils s’accordent sur les points suivants :

– Le maître Bermejo, de sa propre main, doit achever la prédelle du retable qu’il a commencé et cela pour le mois de mai de 1478.

– Bartolomé Bermejo devra peindre de sa propre main chacune des cinq histoires du corps du retable, deux images principales et toutes les carnations des cinq histoires quand la peau du corps est à nu et les figures ; et dessiner la pointe du retable.

– Bartolomé Bermejo devra achever de sa propre main une histoire du retable dans lequel doit être figuré un pont de verre.

– Les parties s’accordent sur le fait que Bartolomé Bermejo devra achever et donner pour finie l’œuvre comme il a été convenu et bien finie comme les panneaux qu’a fait faire Joan Loperuelo pour la chapelle du monastère de San Francisco de Daroca.

– Bartolomé Bermejo achèvera le retable en mai 1478 et le reste du retable qui sont cinq pièces pour mai 1479.

Bartolomé Bermejo recevra pour l’œuvre la somme de 500 sous en monnaie de Jaca, payée en deux fois. Un premier paiement sera de 200 sous versés par Andrea Pallares à Bermejo au moment d’envoyer la prédelle à Saragosse pour que le peintre puisse l’achever. Et le deuxième versement de 300 sous quand Pallares enverra au peintre les cinq autres panneaux pour qu’il les achève.

Le paiement se fera au travers du juriste Ramon Mur, habitant de Saragosse, mais le paiement se fera de la manière suivante : Ramon Mur donnera mensuellement la somme de 50 sous au peintre Martin Bernat qui sera chargé de les remettre à Bermejo.

Andrea Pallares et Bartolomé Bermejo signent le contrat en présence de Ramon Mur et Bartolomé Bermejo donne comme garant Martin Bernat, habitant de Saragosse.

Ainsi, malgré son important retard, Bartolomé Bermejo est réengagé pour terminer le retable. Nous pouvons par ailleurs constater que la paroisse de Santo Domingo met tout en place pour être certain que le peintre soit en mesure d’achever l’œuvre puisqu’elle lui fait envoyer à Saragosse. Par ailleurs, puisque la menace d’excommunication semble n’avoir aucun impact sur le peintre, cette fois un juriste est nommé pour effectuer les paiements, qui se feront en petites quantités et au travers de la main d’un autre peintre, Martín Bernat. Celui-ci s’est d’ailleurs engagé un mois avant à achever le retable si Bermejo ne le faisait pas. Moins charismatique que le peintre cordouan, il semble que l’on devine l’intervention de sa main dans les panneaux latéraux aujourd’hui encore conservés. (fig. 3 et 4)

Fig. 3 – Bartolomé Bermejo et Martin Bernat, Ferdinand Ier de Castille embrassant saint Dominique, 1477-78, Madrid, Museo del Prado (c) Museo Nacional del Prado.
Fig. 3 – Bartolomé Bermejo et Martin Bernat, Mort de saint Dominique, 1477-78, coll. privée (c) Creative Commons.

Un autre document, daté du 17 novembre 1477, vient compléter ce second contrat. Il y est spécifié que : Andrea Pallares, vicaire de Santo Domingo de la ville de Daroca, absout Bartolomé Bermejo de toutes les obligations qui pourraient contrarier la signature du contrat pour la réalisation du retable du maître autel de l’église. La question de l’excommunication est donc oubliée.

Conclusion

L’étude de la documentation relative à la réalisation du somptueux retable de saint Dominique nous apprend ainsi que la menace de l’excommunication, aussi surprenante puisse-t-elle nous paraître aujourd’hui, est en réalité une pratique relativement commune. Elle sert, lorsque l’une des parties engagées possède peu de biens meubles, à engager sa bonne foi et de garantie. Dans ce présent cas, sa mise en exécution restreint plus l’activité professionnelle qu’elle ne comprend de peines spirituelles.

Hélas pour la paroisse de Santo Domingo de Daroca, cette menace ne fut pas suffisante pour inciter Bartolomé Bermejo à respecter ses engagements. Malgré cette complication, celle-ci réitère trois ans après le premier contrat son souhait de voir le retable de son maître autel achevé par le peintre. Tout est par ailleurs mis en œuvre pour que cela puisse se faire. Nous pouvons en déduire que la renommée et le talent du vivant de Bartolomé Bermejo étaient tels qu’un retable de sa main valait bien quelques désagréments et un peu d’attente.

Citer cet article :

Elsa Espin, « LE RETABLE DE SAINT DOMINIQUE DE SILOS – Quand Bartolomé Bermejo peignait sous la menace de l’excommunication », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 10/05/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=1143

Bibliographie :

SERRANO Y SANZ Manuel (1916), « Documentos relativos a la pintura en Aragón durante los siglos XIV y XV »Revista de archivos, bibliotecas y museos, XX, 34, pp. 462-492.

BERG-SOBRÉ Judith (1997), Bartolomé de Cárdenas « el Bermejo », pintor errante en la Corona de Aragón, San Francisco, Londres.

RUIZ I QUESADA Francesc (2009-10), « La incidencia de las fuentes escritas en la iconografía del retablo de Santo Domingo de Silos de Bartolomé Bermejo », Butlletí del Museu Nacional d’Art de Catalunya, 23-24, pp. 33-53

GAYO D., JOVER M., ALBA L. (2013), “The altarpiece of Saint Dominic of Silos by Bartolomé Bermejo: an example of painting practices during the early Spanish Renaissance”, dans David SAUNDERS, Malika SPRING & Andrew MEEK (éd.), The Renaissance workshop, pp. 71-78.

MOLINA Joan (dir., 2018), Bartolomé Bermejo, cat. expo., Museo del Prado, Madrid.

À propos de la reconstitution du retable voir également Cèsar FAVÀ et Mireia MESTRE (2019), “Las tablas de Cristo Redentor de Bermejo, un bancal para el retablo de Santo Domingo de Silos (Daroca)“, dans Blog Museu Nacional de Catalunya, publié le 2 mai 2019, URL : https://blog.museunacional.cat/es/las-tablas-de-cristo-redentor-de-bermejo-un-bancal-para-el-retablo-de-santo-domingo-de-silos-daroca/

CYCLE DE CONFÉRENCES EN LIGNE – « Heraldry in Travelling European Legal Manuscripts »

Date : 28 avril 2021 |26 mai 2021 | 23 juin 2021

Lieu : cycle de cours en ligne, via la plateforme ZOOM, dispensé par l’Instituto de Estudos Medievais (Universidade Nova de Lisboa)

Langues des interventions : français, anglais et espagnol.

Ce cycle de webinaires est organisé par l’Institut d’études médiévales (IEM-FCSH / NOVA), en collaboration avec l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM et en partenariat avec l’Institut héraldique portugais (IPH). Cette initiative, coordonnée par les chercheurs Maria Alessandra Bilotta et Miguel Metelo de Seixas, vise à montrer l’utilité de l’analyse scientifique des emblèmes héraldiques dans les manuscrits enluminés et les documents juridiques, en se concentrant sur les manuscrits et documents qui ont circulé en Europe au Moyen Âges (13e-16e siècles).

Cet évènement vise à faciliter les synergies entre différents domaines de connaissances et à diffuser les résultats de ces recherches à un large public, tout en maintenant la rigueur scientifique, afin de promouvoir la prise de conscience du patrimoine héraldique dans les manuscrits et dans les documents juridiques médiévaux, en attirant également l’attention sur l’importance de conserver un tel patrimoine.

Enregistrement au cycle de webinaires à l’adresse suivante : maria.bilotta@fcsh.unl.pt

L’ensemble du programme est à retrouver ici.

CFPublications – Locus Amoenus 19 (2021).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 19 (2021). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 31 août 2021 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Hommage à Claudie Ressort

Claudie Ressort à Séville, 2018 (photo aimablement transmise par son mari que nous remercions)

Claudie Ressort a passé l’essentiel de sa carrière au Musée du Louvre où elle entra à la fin des années 1960 comme documentaliste au département des peintures avant d’être en charge des peintures espagnoles, suite au départ de la conservatrice Jeannine Baticle en 1989. Durant ces années au sein de l’institution muséale elle a contribué à de nombreuses études et expositions parmi lesquelles Goya (Paris, Orangerie des Tuileries, 1970), Mariano Forntuny et ses amis français (Castres, Musée Goya, 1974) ou encore Murillo dans les musées français (1983), artiste pour lequel elle avait une affection particulière et dont elle était reconnue comme spécialiste en France et dans le monde suite à cette exposition, ainsi que Dessin espagnols (Paris, musée du Louvre, 1991).

En 1981, elle participe à la réalisation de l’ouvrage La galerie espagnole de Louis-Philippe au Louvre avec Jeannine Baticle, Cristina Marina et Chantal Perrier.  Elle a aussi été co-auteure du riche catalogue dédié aux collections ibériques du musée du Louvre : Écoles espagnoles et portugaises réalisé avec Véronique Gérard Powell (2002).

Également intéressée par les primitifs espagnols, Claudie Ressort, rédigea plusieurs articles dont « Les portraits d’hommes illustres du Studio lo d’Urbino au Louvre par Juste de Gand et Pedro Berrugete » avec Nicole Reunaud (1991) ainsi que « Les quatre scènes de la légende de saint Georges par Bernardo Martorell après restauration » avec Annick Lautraite (1997). Elle a aussi largement contribué à l’enrichissement de l’Encyclopaedia Universalis avec diverses notices sur différents peintres comme les Serra, Bernat Martorell, Pedro Berruguete, Lluís Borrassá, Bartolomé Bermejo ou encore Jaume Huguet. Elle contribua au catalogue de l’exposition Jaume Huguet 500 anys (1993), avec une étude des deux panneaux du peintre conservés au Louvre, ainsi qu’à la miscellanea en hommage à l’historien catalan Joan Ainaud, avec un article dédié à « Un panneau inédit du Cercle des Osona : le saint-Michel du Musée Grobet-Labadie à Marseille » (1998-1999)

Dernièrement, elle s’intéressait plus particulièrement au chef-d’œuvre de l’art gothique valencien qu’est le Retable du Centenar de la Ploma (Londres, Victoria & Albert museum) passé en vente à Paris en 1864, ainsi qu’à la petit Pietà de Gonçal Peris Sarrià entrée au Louvre en 2015.

Retraitée depuis plusieurs années, elle continuait à se dédier à l’étude des peintures espagnoles. Elle intervenait dans des colloques, dans des émissions de radios à l’instar de Une vie, une œuvre dédié à Diego Velázquez en 2015 sur France Culture à l’occasion de l’exposition consacrée au peintre au Grand Palais, ou encore dans le congrès sur Murillo organisé à Séville en 2018 pour célébrer le quatrième centenaire du peintre. Ces dernières années elle travaillait, en collaboration avec Véronique Gérard Powell, sur la question des tableaux des maîtres anciens espagnols passés par les collections françaises, dont elle essayait de retracer le parcours. Elle était notamment à la recherche d’un portrait de Murillo que les sources situaient à Gand, en Belgique, au XVIIIème siècle, après son passage par la France.

Claudie Ressort et son mari au musée Hyacinthe Rigaud (Perpignan), février 2020 (photo : Elsa Espin)

Claudie Ressort nous a quitté le 9 février 2021, à l’âge de 87 ans. D’une grande bienveillance, elle aimait ouvrir sa porte et recevoir tout amateur et connaisseur d’art espagnol. Elle prenait plaisir à discuter autant avec l’étudiant qu’avec le professeur aguerri. D’elle, nous retiendrons son dynamisme, sa générosité et sa passion pour les arts, restés intacts jusqu’au bout. Nous souhaitons lui rendre un modeste et amical hommage par ces quelques mots. Puisse-t-elle inspirer des générations de jeunes chercheurs à s’intéresser à la peinture espagnole.

Elsa Espin & Eduardo Lamas

CYCLE DE COURS EN LIGNE – « Mapping Words : Medieval to Modern »

Date :  12 avril au 16 avril 2021

Lieu : Cycle de cours en ligne dispensé par The Warburg Institute (School of Advanced Study University of Londons)

Langue du cours : anglaise

Ce cycle de cours en ligne sera dispensé par Alessandro Scafi, maître de conférence en histoire culturelle du Moyen Âge et de la Renaissance. Il explorera la manière dont les cartes ont servi à ordonner et à représenter les mondes physiques, sociaux et imaginaires de 1200 à 1700. L’accent sera mis sur le caractère iconographique des cartes et la relation complexe qui existe l’art et la science de la cartographie au travers de l’histoire. Les étudiants seront amenés à découvrir un large corpus d’images issues de différentes périodes et réalisées à des fins diverses, dans le but d’aborder autant l’histoire de l’art que la littérature, la philosophie et la culture visuelle. Des questions théoriques seront également abordées, comme le cas de l’association du mot et de l’image, la définition des cartes et la manière dont elles se démarquent des vues et des diagrammes. Le contexte de la réalisation et la finalité de chaque exemple pris seront également abordés. Il s’agira tant de cartes du monde médiéval, produites comme des artefacts indépendants, que de dessins d’illustrations d’ouvrages, que d’ensembles de cartes murales de la Renaissance italienne ou encore de gravures modernes réalisées pour identifier et décrire des territoires citées dans la Bible. Ces cours examineront la capacité créative et de projection des cartes, et à leur valeur comme témoignage historique. Des cartes mnémoniques et allégoriques seront également étudiées.

Ce cycle de cours sera dispensé en ligne sur la plateforme Zoom suivant une organisation de cinq cours de 2h, de 15h à 17h (heure anglaise) du lundi 12 avril au vendredi 16 avril 2021. Chaque session comprendra un temps de discussion. Une bibliographie sera mise à disposition des étudiants inscrits.  

Inscription

Programme

Lundi 12 :  Qu’est-ce qu’une carte ? Définition. Les cartes territoriales et les cartes de concept. L’art et la cartographie.

Mardi 13 : La cartographie rhétorique, d’hier et d’aujourd’hui : les cartes et la politique. Les cartes des villes et des empires médiévaux et modernes.  

Mercredi 14:  Cartographie des autres mondes. La cartographie médiévale et moderne du jardin d’Eden. Les cartes du passé.
 
Jeudi 15 :  Cartographier des mondes intérieurs.  Les cartes allégoriques et les cartes de l’imaginaire : cartes de l’amour, de l’esprit et du chemin de vie.
 
Vendredi 16 : Les cartes de la Mémoire. La pensée spatiale et l’art de la mémoire. Les cartes de connaissance et les cartes pour aides spirituelles.

CFPublications – Aragón en la Edad Media num. 21 (2020)

Aragón en la Edad Media est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Histoire médiévale, Sciences et Techniques historiographiques et Études arabes et islamiques de l’Universidad de Zaragoza. Depuis sa fondation en 1977, la revue a publié des recherches académiques ainsi que des études avancées de caractère inédit concernant l’histoire du Moyen Âge dans l’ensemble des territoires de la couronne d’Aragon. L’ensemble des travaux qui y sont présentés sont soumis à des évaluateurs externes et son édition reprend les critères de qualité propres aux meilleurs revues scientifiques en sciences humaines.

Elle prépare actuellement son prochain numéro (num.31, 2020). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 30 juin 2021 via l’adresse :

aragonem@unizar.es

Les auteurs devront respecter un volume maximun de 95.000 caractères (notes, espaces et bibliographie peuvent être comptés à part). L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom et prénom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés. L’article devra être précédé d’un résumé de cinq à dix lignes en espagnol (castillan) et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions peuvent être consultées ici.

Les articles peuvent être soumis en espagnol (castillan), en anglais et en français. Il n’existe pas de liste officielle des langues acceptées. Pour des informations complémentaires nous vous recommandons de contacter la revue à l’adresse mail indiquée ci-dessus.