PEDRO BERRUGUETE – découverte d’un inédit chez Drouot ?

Bien que des experts aient la charge de réaliser un premier examen et une évaluation des œuvres d’art mises sur le marché, il arrive que certaines passent entre les mailles du filet et les salles de ventes réservent parfois des surprises. C’est ce qui s’est produit le 25 avril dernier à Paris : un petit panneau présenté comme italien et estimé à 1.500 euros s’est finalement vendu pour un peu moins de 20.000 euros, une somme qui reste bien mince pour une œuvre qui pourrait bien être de l’un des premiers peintres la Renaissance espagnole : Pedro Berruguete.

Pedro Berruguete (?), Ecce Homo © Drouot

Portrait de l’oeuvre

Sur un petit panneau de bois, de 32 cm de large par 22,3 cm de haut, est figuré le Christ. Vêtu de pourpre et les mains croisées sur la poitrine, il apparaît devant le spectateur encadré d’éléments d’architecture en pierre, en trompe-l’œil, donnant l’illusion que le cadre est une « fenêtre » ouverte sur une autre réalité, celle de la Passion. Sur le linteau supérieur, nous pouvons lire ECCE OMO c’est-à-dire « voici l’homme ». Ce sont les mots qu’aurait prononcés Ponce Pilate, gouverneur romain de Judée, lorsqu’il présente Jésus à la foule après lui avoir mis la couronne d’épines, l’avoir attaché à une colonne et l’avoir flagellé. Nous retrouvons d’ailleurs sur le panneau ladite couronne sur la tête du Christ ainsi que les liens, autour de son cou et de ses mains, qui servirent à l’attacher.

Présenté en vente le 25 mars 2022, le tableau est catalogué  comme une œuvre italienne de la fin du XVe siècle, réalisée par un artiste anonyme de l’entourage de Bartolomeo Montagna (v. 1455 -1523), un peintre originaire du nord de l’Italie. Une attribution qui semble devoir être revue en faveur du castillan Pedro Berruguete, peintre emblématique de la Renaissance ibérique, d’après les dires du professeur catalan Alberto Velasco. Cette réattribution fait d’autant plus de bruit dans le monde de l’histoire de l’art qu’il s’agirait alors d’une peinture inédite de l’artiste dont les apparitions sur le marché de l’art sont aussi rares que recherchées.

Mais qui est donc ce peintre qui agite aujourd’hui les experts de la peinture espagnole ?

Portrait de l’artiste

Pedro Berruguete est considéré comme le premier peintre de la Renaissance dans la couronne de Castille – pour reprendre le titre de l’exposition monographique qui lui était dédiée en 2003 à Valladolid. Malheureusement, les éléments documentés de sa vie et de sa production sont peu nombreux. La majorité des œuvres mentionnées dans les archives nous sont inconnues ou sont perdues, attendant peut-être elles aussi de réapparaitre un jour sur le marché de l’art.

Malgré ces lacunes documentaires, nous savons que Pedro Berruguete est originaire de Paredes de Nava, dans la province de Palencia, en Castille-et-Léon, où il dû naître vers 1445-50. Il a dû se former à l’art de la peinture dans la même région, aux alentours des années 1465-70, possiblement à Burgos qui est alors le centre culturel le plus important du nord de la Castille.

Il est généralement considéré que le jeune Pedro quitte la péninsule Ibérique vers 1473, peut-être même dès 1472, pour l’Italie où il travaille pour Frédéric III de Montefeltro, duc d’Urbino. Pour ce dernier, il aurait notamment achevé le décor d’un studiolo initié par le peintre flamand Juste de Gand.  Il serait alors le « Perus Spagnolus » mentionné dans les archives, bien que cette hypothèse ne soit pas acceptée de manière unanime par les historiens. La décennie suivante, Pedro Berruguete est de retour en Castille où il s’établit jusqu’à sa mort en 1503. Durant cette période, nous savons qu’il travaille au décor de la sacristie de la cathédrale de Tolède, peintures aujourd’hui perdues, ainsi qu’à la réalisation du retable du maître-autel de la cathédrale d’Avila.

Juste de Gand et/ou Pedro Berruguete, Portrait de Federico da Montefeltro et son fils Guidobaldo © Creative Commons

Le catalogue actuel de Pedro Berruguete est constitué sur la base des quatre œuvres documentées qui nous sont parvenues : le retable principal de l’église de Santa Eulalia de Paredes de Nava daté vers 1490 ; les peintures murales de l’extérieur de la chapelle de San Pedro dans la cathédrale de Tolède de 1497 ; le retable de la cathédrale d’Ávila, documenté à partir de 1499 et laissé inachevé à sa mort, ainsi que le retable de Guaza de Campos (Palencia), documenté en 1501, dont seul le Salvator Mundi de la prédelle est aujourd’hui conservé (Ibercaja, Zaragoza). Dans celles-ci, comme dans toutes les peintures qui lui sont attribuées, nous pouvons apprécier l’éclectisme de son art et la dette de son style envers l’art flamand – qui se diffuse dans la péninsule Ibérique à partir des années 1426/27 suite à la venue de Jan van Eyck – auquel il dû être sensibilisé dès sa formation, ainsi qu’envers l’art italien avec lequel il entre en contact lors de son séjour à Urbino.

Pedro Berruguete, Salvador Mundi © Fundacion Ibercaja

Un inédit de Pedro Berruguete ?

Le petit panneau passé en vente en mars dernier à Paris serait donc un inédit d’un artiste clé de la peinture Renaissance espagnole. Son caractère est d’autant plus exceptionnel que les œuvres de Pedro Berruguete sont rares sur le marché de l’art et atteignent généralement des prix élevés. Parmi celles passées en vente ces dernières années nous pouvons notamment rappeler celle du 7 décembre 2016 chez Christie’s. Il s’agissait d’une Adoration des Mages provenant de la collection Várez Fisa et qui ouvrait le catalogue de l’exposition de 2003. Le panneau s’est vendu pour la somme de 245 000 £. La même année, Isbilya vendait aux enchères une Apparition de l’ange à saint Joachim  avec un rapport favorable d’Isabel Mateo, pour 135.000 euros. Enfin, le 2 avril 2019 était également proposé par la maison espagnole Segre une Naissance du Christ, partie pour la somme de 100.000 euros.

Nous pouvons alors nous demander comment l’œuvre passée à Drouot le 25 avril dernier a pu se retrouver sur le marché sans être identifiée et à un prix si bas ? Malheureusement, l’art espagnol en France n’éveille qu’un intérêt limité, ce qui peut expliquer une certaine méconnaissance de la production afférente et en conséquence certaines attributions erronées. Il convient toutefois de rester prudent et de s’interroger.

Cette possible attribution à Pedro Berruguete s’appuie sur une comparaison stylistique avec d’autres œuvres de l’artiste, notamment au niveau de la physionomie du Christ, ainsi que sur le traitement illusionniste de l’espace dont il est l’un des pionniers dans la péninsule Ibérique. Le peintre reproduit ici des éléments d’architecture régis par la perspective géométrique, ce qui lui permet de guider l’œil du spectateur. Le trompe-l’œil est d’autant plus convainquant que l’artiste a représenté sur le linteau supérieur de fausses écritures, comme gravées, qui viennent renforcer l’illusion ; un procédé tout à fait similaire à celui d’un autre panneau de l’artiste, celui de la Sainte Famille de la Fondation Godia à Barcelone.

Pedro Berruguete, Sainte famille © Fondation Godia, Barcelone.

Toutefois, aussi passionnante et séduisante que serait cette découverte, à ce jour seul le professeur Alberto Velasco – à l’origine de la découverte et de l’attribution proposée – s’est prononcé sur cette œuvre. Il rédigera d’ailleurs une étude sur le sujet dans le prochain numéro de la revue spécialisée espagnole Ars Magazine (num. 55, julio-septiembre 2022). Il nous semble donc, dans ce contexte, judicieux d’attendre de plus amples informations, voire une future restauration (le panneau présentant quelques accidents) et une expertise scientifique, pour confirmer la paternité de cet Ecce Homo.

Citer cet article

Elsa Espin, “PEDRO BERRUGUETE – découverte d’un inédit chez Drouot ? “, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 23/ 05 /2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1615

Pour en apprendre plus sur Pedro Berruguete 

REYNAUD Nicole & RESSORT Claudie (1991), «Les portraits d’hommes illustres du studiolo d’Urbino au Louvre par Juste de Gand et Pedro Berruguete», Revue du Louvre, xli, i, París, pp. 82-113.

SILVA MAROTO Pilar, (1998) Pedro Berruguete, Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura.

MARIAS Fernando & PEREDA Felipe (2002), «Petrus Hispanus en Urbino y el bastón del Gonfaloniere: el problema Pedro Berruguete en Italia y la historiografía española», Archivo Español de Arte, LXXV, n.º 300, Madrid, pp. 361-380.

VV.AA. (2003) Pedro Berruguete. El primer pintor renacentista de la corona de Castilla, cat. exp., Valladolid, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura.

CFPapers – BYZANCE ET LA MÉDITERRANÉE. Multiculturalisme, genre et sujets profanes dans les manuscrits enluminés

(Barcelone, Autònoma de Barcelona, 11 novembre 2011)

Premier séminaire international MABILUS organisé par l’Universitat Autònoma de Barcelona, Facultat de Filosofia i Lletres.

Coordination : Manuel Castiñeiras (UAB), Carles Sánchez Márquez (UAB), Giulia Arcidiacono (Università di Catania)

Les manuscrits enluminés byzantins constituent un champ d’étude fascinant à explorer en termes d’échanges interculturels, de questions de genre et de diffusion de sujets profanes. Ce phénomène est particulièrement riche et visible dans l’effervescence de l’art des XIIe et du XIIIe siècles en Méditerranée, en tant qu’espace privilégié d’échange entre Latins, Grecs et Musulmans.
Le prestige de Constantinople, la continuité des traditions artistiques byzantines profondément enracinées dans la plupart des régions de la Méditerranée (Sicile, Venise, Chypre, États croisés, etc.), et la mobilité croissante des artistes,) ainsi que la mobilité croissante des artistes, des modèles et des codex ont favorisé les rencontres artistiques. Certains des codex byzantins de cette période – chroniques, manuels dede cette période – chroniques, manuels de poliorcétique, traités cynégétiques ou encore manuscrits bibliques et liturgiques – nous fournissent de précieuses informations sur les coutumes, les cérémonies, mais également les techniques de guerre, ainsi que les bâtiments ou encore les vêtements, les strates sociales et la diversité ethnique et culturelle.

Ce premier séminaire international MABILUS est centré sur l’étude de ces sujets, en particulier ceux qui concernent les rôles de genre, la représentation de l’altérité, l’utilisation et la signification des répertoires profanes dans les manuscrits et leur diffusion et impact sur les autres arts visuels.

Vous êtes invités à soumettre votre proposition de communication (incluant un résumé de 120 mots) à manuel.castineiras@uab.cat, avant le lundi 4 juillet 2022.
Les propositions peuvent être rédigées en espagnol, catalan, italien, anglais ou français.

CFPublications – Medievalia 25 (2022)

Medievalia est la revue de l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle est publiée depuis 1980 en format physique et, depuis 2012, en format numérique.

Elle prépare actuellement le numéro 25 (2022). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 1er juillet 2022 au plus tard, au travers de la page web de la revue .
Les chercheurs désireux de publier leurs travaux sont invités à s’inscrire sur la page web de la revue de sorte pouvoir ensuite y télécharger leur article. La gestion au travers du système OJS permet aux auteurs et aux réviseurs de suivre l’ensemble du processus de soumission, d’évaluation et de correction des articles et aux lecteurs d’accéder au contenu des numéros existants.

Medievalia accepte les articles de recherche non publiés sur des sujets liés aux études médiévales dans tous ses domaines. Les articles seront examinés par des pairs et la date limite de soumission est le 1er juillet 2022. Il est également rappelé aux auteurs que Medievalia dispose d’une section de critique où ils peuvent envoyer des critiques de nouvelles publications (publiées après 2018).

Le volume des articles ne pourra excéder 30 pages et 2.700 caractère par page. Chaque proposition devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais, ainsi que 10 mots clés au maximum. L’ensemble des normes de publication et autres instructions sont à retrouver ici.

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Pour plus d’information contacter revista.medievalia@uab.cat

CFPapers : CRUX TRUMPHALIS – Crucifix et poutres de gloire du Moyen Âge jusqu’au Concile de Trente

( Cadix, Université de Cadix, 13-15 octobre 2022)

Colloque organisé par le Département d’Histoire Moderne, Contemporaine, d’Amérique et d’Art de l’Université de Cadix ; Groupe de Recherche Ville, Image et Patrimoine. HUM-726 ; en collaboration avec le Comité Espagnol d’Histoire de l’Art (CEHA) et le Centre International d’Etudes Liturgiques (CIEL)

Au Moyen Âge ainsi qu’au début de l’époque moderne, l’image du Christ crucifié, la plupart du temps représenté avec la Vierge et Saint Jean à ses côtés et  supporté par une poutre de gloire, est le principal élément attirant le regard de ceux qui entraient dans une église. Cette poutre, posée sur les impostes de l’arc triomphal, devenait alors, avec les marches de l’autel une frontière évidente entre l’espace destiné aux fidèles et celui réservé au clergé. Grâce à sa position à l’entrée du chœur, le crucifix attirait le regard des fidèles, facilitant leur implication spirituelle dans les célébrations liturgiques.

Comme de nombreuses pièces du mobilier d’église, l’origine des poutres de gloire peut être retracée jusqu’au début du Moyen Âge voire même jusqu’à l’Antiquité tardive grâce à l’archéologie et aux preuves documentaires relatives à la littérature patristique ou au Liber Pontificalis. Les sources du Haut Moyen-âge mentionnant ces structures en bois et leurs crucifix et calvaires sont encore plus nombreuses, comme en attestent les traités de Sicard de Crémone et de Guillaume Durand.

Alors qu’il est encore  possible de localiser nombre de ces pièces dans toute l’Europe, ce qui témoigne de leur abondance à cette époque, la réalité hispanique est tout autre. La rareté des exemples conservés, ainsi que le manque d’intérêt académique pour ce sujet, pourraient donner une image erronée d’un passé où ces structures n’auraient eu que peu d’importance. Néanmoins, les preuves documentaires et les vestiges sculpturaux  conservés permettent de reconstruire une réalité bien différente où le grand pouvoir visuel de ces structures ne déclinerait qu’à la fin du XVe siècle, parallèlement à l’extraordinaire développement des grands retables. Lesquels ajoutés à  d’autres catalyseurs et  courants théologiques auront pour conséquence la chute en désuétude des poutres de gloire et leur oubli académique.

Cette première Rencontre internationale d’Art et Liturgie de l’université de Cadix, qui a pour vocation d’inaugurer un cycle pérenne,  a pour objectif de restaurer la mémoire de ces pièces singulières en prenant en compte leurs dimensions tant  architecturale que sculpturale et picturale, dans les contextes visuel et fonctionnel pour lesquels elles ont été conçues.

 Espace de débat, le colloque s’appuiera sur la présence d’experts de renom tels que Teresa Laguna, Justing Kroesen ou encore Eduardo Carrero, et sera organisé autour de quatre sessions.

Session I. La Croix triomphale dans les sources liturgiques et historiques. Étude des textes patristiques et des livres liturgiques du moyen-âge, des visites pastorales et d’autres sources littéraires comme la périégèse et la chorographie, ainsi que des sources documentaires contractuelles et comptables. Egalement des témoignages graphiques des poutres et des calvaires : dessins, gravures, peinture descriptive et photographie historique.

Session II. Calvaires et poutres de type  de l’imagerie religieuse espagnole dans le contexte européen. Origines et relations typologiques avec des éléments connexes : grilles, arrière-chœurs, jubés, etc. Configuration spatiale et évolution formelle. Royaumes ibériques. Particularités locales.

Session III. Le déclin d’une typologie. L’émergence des grands retables et production des dernières poutres. Désaffectation et démantèlement des poutres et des calvaires. Les aspects fonctionnels, liturgiques et de conservation liés à ce processus de disparition. Les exemples singuliers conservés : survie et renaissance.

Session IV. Images, piété et dévotion. Implications dévotionnelles dans le culte des crucifix et des calvaires médiévaux après leur déclin. Autels, retables et chapelles consacrés aux “Christs aux poutres triomphantes”. Le prestige de l’art du moyen âge  dans le contexte baroque.

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 31 mars 2022 à l’adresse mail : crux.triumphalis@uca.es.  Le dossier devra se composer d’un résumé de 500 à 700 mots soulignant la nature innovante de la proposition et la session choisie, ainsi qu’un bref curriculum vitae.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français ou italien.

La sélection des propositions retenues sera rendue publique au plus tard le 15 mai. Une version écrite de celle-ci devra être communiquée aux organisateurs avant le 15 novembre 2022 en vue d’une publication.

L’inscription au colloque est de 40€ pour l’intervenant (20 € pour les membres du CEHA) et comprend une copie des actes du colloque.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du colloque.

Francisco de los Cobos et les arts à la cour de Charles Quint

Jan Gossaert, Portrait de Francisco de los Cobos (détail), vers 1530, Los Angeles, The Getty Center (c) Wikimedia Creative Commons

Conseiller de Charles Quint, Francisco de los Cobos y Molina (vers 1485/87-1547) est l’une des figures les plus exceptionnelles de son temps de par sa richesse, sa puissance et son influence sur la vie politique contemporaine. Dans une époque marquée par d’importants changements politiques et sociaux, il excelle  à utiliser l’architecture et les objets de luxe comme stratégie d’ascension sociale et moyen de fondation de lignée nobiliaire. Grâce à ses actions, il enrichit considérablement le panorama artistique espagnol du XVIe siècle, permettant entre autres la diffusion d’œuvres de grands maîtres comme Sebastiano del Piompo, le Titien ou encore Michel-Ange. Il fait également travailler à son service certains des plus grands artistes castillans à l’instar d’Alonso Berruguete.

Le présent ouvrage – Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V – commence par l’exploration de la vie personnelle et politique de ce singulier personnage. Y sont présentés les principaux jalons de son parcours ainsi que son extraordinaire ascension sociale, faisant de lui l’un des hommes les plus marquants de l’Empire et établissant une puissante lignée en seulement une génération. Son exemple n’est pourtant en rien un cas isolé. Il reprend, en réalité, un modèle adopté par de nombreuses personnalités influentes de son temps.

Au travers de l’étude des actions menées par Francisco de los Cobos dans le monde de l’art, nous avons souhaité, dans ce livre, souligner les relations entre politiques et artistes à l’Epoque Moderne. Pour illustrer le lien existant entre les clients et les créateurs, nous avons analysé de nombreux documents d’archives, dont des contrats d’œuvres émanant des élites, des inventaires ainsi que des correspondances d’ambassadeurs, d’agents politiques et de gouvernants. Ces sources soulignent que les artistes ne se limitent pas à un espace géographique réduit, tel qu’une ville, ni au seul contexte national, et dévoilent  tout un système d’échanges culturels et artistiques propre à toute l’Europe, notamment aux grandes cours, et qui s’étend progressivement au Nouveau Monde et à l’Orient. Dans la diffusion des arts à une échelle « globale », la diplomatie joue alors un rôle essentiel de par son riche réseau où se mêlent haute politique, faveurs et présents diplomatiques. Dans ce contexte,  nous avons porté une attention particulière au cas de l’Italie :   aux  tableaux du Titien et plus largement à la peinture vénitienne, aux marbres de Gênes… créations de grandes valeurs et très convoitées.

Francisco de los Cobos, dans ce cadre politique et culturel, ne peut être perçu comme un simple connaisseur ou collectionneur d’art. Son intérêt apparaît motivé par la recherche de pouvoir et de légitimé au sein de l’aristocratie. Plusieurs chapitres sont ainsi dédiés à l’élaboration de son patrimoine et à l’étroite relation de celui-ci avec son titre de noblesse, puis à son travail au service du roi d’Espagne qui le conduit à gérer le patrimoine royal.

Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V : Sergio, Ramiro  Ramírez: Amazon.fr: Livres

En conclusion, cette étude participe à établir un paradigme permettant la mise en lumière des standards culturels qui marquent le règne de Charles Quint, lesquels sont en partie hérités des Rois Catholiques mais sont aussi le fruit de l’évolution vers la modernité. Francisco de los Cobos peut être considéré comme à la genèse des figures politiques qui, par la suite, se démarqueront comme conseillers  et gouvernants de facto de la monarchie habsbourgeoise, sur le modèle des favoris. Il s’agit également de souligner que la période interrogée est marquée par le rôle prépondérant de la cour comme cadre propice à la gestation d’entreprises artistiques de grande importance et à l’échange de connaissances et de savoir-faire.

Sergio Ramiro Ramírez, Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V, Madrid: Centro de Estudios Europa Hispanica, 2021.

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Sergio Ramiro Ramírez, “Francisco de los Cobos et les arts à la cour de Charles Quint”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 7/02/2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1506

CFPapers – La sigillographie médiévale en Catalogne et dans l’Europe méditerranéenne. Etudes comparatives.

(Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, du 9 au 11 novembre 2022 & Naples, Università degli Studi Federico II, les 23 et 24 novembre 2022 )

Thématiques :

LA SIGILLOGRAPHIE MEDIEVALE EN CATALOGNE ET DANS LES TERRITOIRES DE LA COURONNE CATALANO-ARAGONAISE DANS UN CONTEXTE EUROPEEN (Barcelone)

LA SIGILLOGRAPHIE FEMININE DANS L’EUROPE MEDITERRANEENNE CATALANO ARAGONAISE ET ANGEVINE (Naples)


Appel à communications :


Entre 1916 et 1932 étaient publiés les 5 volumes d’un ouvrage fondamental de l’historiographie catalane et de la sigillographie du premier tiers du XXe siècle : Sigil.lografia catalana. Inventari, descripció i estudi dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939), membre de l’Institut d’Estudis Catalans. Le deuxième volume vit le jour en 1922. À cette occasion, l’Institut d’Estudis Catalans, sous la direction de Xavier Barral i Altet, et l’Université de Naples Federico II, sous la direction de Vinni Lucherini, organisent deux colloques internationaux de sigillographie médiévale. Le cadre géographique n’est pas limité à la Catalogne ; il s’étend à l’Europe méridionale méditerranéenne et aux territoires de l’ancienne couronne d’Aragon, ainsi qu’aux échanges européens. Les colloques seront ouverts à tous les aspects de la sigillographie, royale, nobiliaire, ecclésiastique, urbaine, etc. Par études comparatives nous entendons aussi bien les relations entre la Catalogne, l’espace méditerranéen et l’Europe, que les études comparatives entre disciplines, sigillographie, histoire, histoire de l’art, littérature, liturgie, archéologie ou numismatique. Nous accueillerons avec plaisir les contributions sur les collections ou les personnalités collectionneuses de sceaux médiévaux, depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. À Barcelone seront présentées les questions générales, monographiques ou comparatives, tandis qu’à Naples on se concentrera sur les sceaux féminins. Les colloques produiront deux publications complémentaires à Barcelone et à Naples.

Le présent appel à communications demeurera ouvert jusqu’au 30 janvier 2022.

Les candidats sont priés d’envoyer à l’adresse de courriel congressegells2022@gmail.com un titre et un résumé de la communication proposée ensemble avec un bref curriculum vitæ.

Les frais de voyage et de logement seront à la charge des communicants acceptés. L’organisation prendra à sa charge, en revanche, tous les frais collectifs, repas et pause-café, les publications issues des colloques, ainsi qu’un ensemble de publications qui seront offertes aux participants.

CFPapers – 10th International Medieval Meeting Lleida

(Universitat de Lleida, 27 au 30 juin 2022)

En raison de la situation sanitaire, les conférences se dérouleront exclusivement en ligne.

callforpapers - Twitter Search / Twitter

10th INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA. Les rencontres s’organiseront autour de deux thèmes majeures :

  • le 1er congrès toponymique Hiapaniae : interterritorialité et interdisciplinarité.

Toponymie, le nombre de noms de lieux dans le monde créé par l’être humain tout au long de l’Histoire, est un patrimoine protégé par l’UNESCO qui offre un témoignage des actions menées par l’humanité sur notre planète et même en dehors. Les noms de lieux sont des noms propres qui décrivent des caractéristiques culturelles de notre environnement et qui tendent à se cristalliser avec le temps. Ils constituent une inépuisable source de données sur la géographie, la géologie, la botanique, la faune, l’hydrologie, les croyances populaires, ainsi que la religion, la langue ou encore l’ethnologie. La perspective diachronique offerte
par nombre d’entre eux permet de se faire une idée d’une partie du patrimoine naturel et culturel éléments aujourd’hui disparu. En outre, ces noms ont une valeur référentielle, puisqu’ils désignent des lieux et permet de les distinguer les uns des autres. Ils
ont également une valeur identitaire, puisque les habitants d’un site se sentent émotionnellement liés à celui-ci et, par conséquent, au nom qui lui est associé. La toponymie est donc un domaine interdisciplinaire dans lequel diverses disciplines et
les méthodologies se rejoignent.

L’objectif de ce “Premier Congrès Toponymique Hispaniae : interterritorialité et interdisciplinarité” est de rassembler des chercheurs travaillant ces questions et désireux d’échanger leurs expériences et points de vue. Nous sommes profondément convaincus de la nécessité préserver et enquêter sur la toponymie hispanique, un trésor immatériel partagé par différentes terres avec des langues différentes, un objectif que seule un travail collaboratif peut atteindre.

  • Suffering power in the Middle Ages

Comme le répètent les écrits médiévaux, l’Église et les grands seigneurs, les souverains et les seigneurs sont nommés par Dieu pour assurer la justice, la défense et les privilèges de leurs sujets. Mais était-ce vraiment le cas ? Ou le pouvoir a-t-il était vécu comme une affliction ? Pour mieux aborder ce problème il convient de s’y intéresser en étudiant le pouvoir médiéval sous différents angles : juridictionnel, fiscal, idéologique ou de tout autre type.


Ce volet spécial est organisé dans le cadre du projet « El poder vifo en la Baja Edad Médias : percepción, representación y expresividad en la gestión y la recepción del poder (PID2019-104085GB-I00)”.


Les propositions de communication sont à soumettre jusqu’au 3 avril 2022 via le portail de l’université (formulaire en bas de page).

L’ensemble des informations sont à retrouver sur le site de l’Universitat de Lleida.

 

LE SIÈGE ÉPISCOPAL D’ÉGARA – un trésor caché

À tout juste quelques kilomètres à l’ouest de Barcelone, au cœur de la ville industrielle et moderniste de Terrassa, s’élève un complexe monumental fondé au milieu du Ve siècle et parvenu jusqu’à nous : le siège de l’ancien épiscopat d’Égara. Constitué de trois bâtiments, la cathédrale Santa Maria et son baptistère, le monument funéraire de Sant Miquel ainsi que l’église paroissiale de Sant Pere, cet ensemble est édifié entre le milieu du Ve siècle et le XIIe siècle. Il constitue un exemple exceptionnel d’architecture et de peinture des époques wisigothique et romane. La Seu d’Ègara offre ainsi une vision unique de la splendeur de l’ancien évêché catalan, un caractère singulier qui lui vaut d’être reconnu bien d’intérêt culturel en 1931. Aujourd’hui, l’ancien siège épiscopal d’Égara est candidat pour être classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Fig. 1 – Vue générale de l’ensemble épiscopal d’Égara de nos jours © archives de l’auteur

L’ancien siège épiscopal d’Égara (Seu d’Ègara en catalan), aujourd’hui situé à Terrassa, est un exemple exceptionnel de l’architecture et de la peinture monumentales de l’époque wisigothique (Ve-VIIIe siècles). La création de cet évêché, vers 450 après J.-C., marque par ailleurs un moment de splendeur d’une enceinte dans laquelle s’est développé un complexe épiscopal d’une importance extraordinaire sur le plan artistique pour l’Europe chrétienne occidentale. Il s’agit en effet de l’un des monuments les mieux conservés de l’Hispanie wisigothique.

La persistance des éléments artistiques et archéologiques de cette période, observée au travers de l’architecture de la cathédrale Santa Maria, de l’édifice funéraire de Sant Miquel, ainsi que la paroisse de Sant Pere, de même que la décoration picturale de leurs trois absides, fait de cet ensemble un exemple unique dans le panorama du patrimoine européen.

Fig. 2- Reconstruction virtuelle de l’ensemble épiscopal d’Égara d’après M. G. Garcia, A. Moro et F. Tuset.

1. Un vestige exceptionnel de l’époque wisigothe

Le complexe épiscopal d’Égara, construit à partir du milieu du Ve siècle, est dès le départ organisé sur trois terrasses, comprenant chacune un édifice cultuel. Sur la première, située au sud, sont construits les nouvelles dépendances et espaces destinés à la résidence de l’évêque, ainsi qu’une chapelle particulière dédiée aux saints Just et Pasteur. Sur la seconde terrasse est édifiée la cathédrale Santa Maria, avec deux espaces distincts : le baptistère, situé au pied de l’église, et la basilique à trois nefs. Au nord de la cathédrale est également construite une église funéraire, Sant Miquel. Enfin, sur la troisième terrasse, tout au nord, est construite la paroisse de Sant Pere. À cet ensemble déjà riche, il faut également ajouter dans le secteur ouest, clôturant le groupe architectural, un double corridor funéraire communiquant entre le baptistère et l’église paroissiale, si bien que tous les édifices sont liés autour d’un patio central faisant office de cimetière.

Aujourd’hui, nous conservons d’importants vestiges des édifices épiscopaux : l’abside de la cathédrale Santa Maria et son baptistère, l’intégralité de Sant Miquel, de même que le chevet de l’église paroissiale de Sant Pere.

Fig. 3- Ensemble épiscopal d’Égara, Sant Miquel à gauche et Santa Maria à droite © archives de l’auteur.

La cathédrale Santa Maria

Santa Maria devait être à l’origine une construction de plan basilical à trois nefs séparées par des colonnes, avec un chevet tripartite et un baptistère à ses pieds. Toutefois, avant que le projet initial soit achevé, le chevet s’est transformé en une unique abside, de plan quadrangulaire à l’extérieur et semi-circulaire à l’intérieur ; une modification qui semble pouvoir être datée du VIe siècle. Cette abside présente un décor pictural sur l’ensemble de sa surface, partiellement conservé, où est figuré l’Arrestation du Christ, l’histoire d’Absalon, des scènes de la prédication de saint Paul et de la Vierge comme trône du Christ, acclamée par les apôtres et les prophètes.

Le chevet de l’ancienne cathédrale, celui aujourd’hui conservé, a par la suite été intégré à l’église romane de Santa Maria, consacrée le 2 janvier 1112.

Sant Miquel

Sant Miquel est certainement l’édifice le plus singulier du complexe monumental d’Égara. Il s’agit d’une chapelle associée au cimetière du patio, et destinée à l’enterrement et la liturgie des défunts sur le modèle des martyria byzantins ; soit un lieu dissimulé par les premiers chrétiens afin de pouvoir être enterrés proche de leurs martyrs.

L’élément le plus exceptionnel de ce bâtiment est, sans aucun doute, les peintures murales décorant l’abside et organisées sur deux registres. Dans la partie supérieure est représentée une grande mandorle soutenue par des anges, à l’intérieur de laquelle est représenté le Christ intronisé. Sur le niveau inférieur, nous pouvons observer le collège apostolique représenté à genoux.

Fig. 4 – Intérieur de l’église Sant Miquel © archives de l’auteur.
Fig. 5 – Peintures de l’abside de Sant Miquel © archives de l’auteur.

La paroisse de Sant Pere

Le complexe architectural d’Égara comprend également la construction d’un troisième édifice destiné aux fonctions paroissiales : Sant Pere. Malheureusement, de la construction originale du VIe siècle nous ne conservons que l’abside de plan trilobé à laquelle est ajoutée au XIIe siècle l’actuelle nef romane, de la même manière que pour l’église de Santa Maria. Ainsi, à son origine, l’église paroissiale de Sant Pere présentait un plan basilical à trois nefs avec un transept. L’accès à l’édifice se faisait par la façade est, de même que dans l’agencement roman aujourd’hui conservé, par le biais d’un perron.

Fig. 6 – Paroisse de Sant Pere © archives de l’auteur.

2. La splendeur du roman

Les invasions musulmanes dans la péninsule Ibérique au cours du VIIIe siècle mettent fin à la plus importante période de rayonnement d’Égara et de son évêché. Il faut attendre la reconquête de Barcelone par les Francs, en 801, pour que la région retrouve une certaine stabilité, qui permet en 810 la restitution de quelques sièges épiscopaux catalans. Toutefois, les communes d’Empúries et Égara n’en font pas partie. Santa Maria perd ainsi son rôle de cathédrale, et Égara son statut d’évêché. L’activité ne s’arrête pas pour autant par la suite. En témoigne notamment l’exceptionnel retable de pierre de l’abside de Sant Pere, daté du VIIIe siècle. Divisé en trois niveaux et de forme semi-circulaire pour s’adapter à son espace, ce retable conserve une polychromie significative. Nous pouvons encore observer sur le niveau intermédiaire le tétramorphe, chaque niche représentant l’un des évangélistes, ainsi que cinq personnages ailés et auréolés dans les écoinçons. Sur la partie sommitale, seules deux niches ont été taillées. Nous y voyons deux figures auréolées, possiblement saint Pierre et saint Paul, entourés de chérubins (des anges nimbés avec quatre ailes). Enfin, sur la partie inférieure du retable nous pouvons voir l’épisode de la Traversée de la Mer Rouge.

Fig. 9 – Retable mural de Sant Pere © archives de l’auteur.

Au XIIe siècle, le complexe monumental d’Égara est l’objet d’un important renouveau artistique. Dans ce cadre, la nouvelle église romane de Santa Maria est consacrée le 2 janvier 1112. Ce nouvel édifice, nous l’avons évoqué précédemment, réemploie l’abside de l’ancienne cathédrale ainsi que ses peintures murales. Quelques années plus tard, est également réalisée la chapelle Saint-Thomas, véritable chef-d’œuvre de la peinture murale romane. Celle-ci présente un cycle pictural dédié au martyr anglais Thomas Becket, assassiné sur les ordres du roi Henri II d’Angleterre en 1170, auquel nous avons dédié un ouvrage.

Fig. 10 – Peintures murales du martyr de Thomas Becket © archives de l’auteur.

La fin du XIIe siècle correspond également au moment de l’édification de la nef romane de l’église de Sant Pere, aujourd’hui conservée, qui vient s’ajouter à l’ancienne abside trilobée héritée de la période épiscopale du sanctuaire.

3. La candidature à l’Unesco

De par leur histoire et leur conservation, les églises d’Égara et leurs décors présentent un caractère véritablement exceptionnel au sein du patrimoine culturel européen. De ce fait, la municipalité de Terrassa travaille aujourd’hui à la candidature du complexe monumental de l’ancien évêché au Patrimoine de l’humanité, statut octroyé par l’Unesco. L’élément principal qui confère sa singularité aux monuments de Terrassa est sans aucun doute le décor pictural des églises de Santa Maria et de Sant Miquel datés du VIe par les historiens de l’art, comme les archéologues, restaurateurs et épigraphistes. Ces peintures constituent un exemple paradigmatique du contact entre deux cultures – hispano-chrétienne et wisigothique –, auxquelles il faut ajouter la réception de l’art byzantin. Ainsi, les innovations architectoniques telles que la coupole de Sant Miquel (de modèle byzantin) et les emprunts artistiques de l’Orient byzantin que nous pouvons observer dans les cycles picturaux d’Égara (reprise notamment de la mosaïque de la Rotonde de Thessalonique, des peintures du monastère de Baouit en Égypte, ou encore de motifs issus du Dioscoride de Vienne) permettent de classer le complexe monumental d’Égara comme un témoignage unique et exceptionnel des échanges culturels qui s’opèrent dans la Méditerranée du VIe siècle. En effet, à cette époque, la côte méditerranéenne de l’Hispanie conjugue la présence hispano-romaine à celle wisigothe et byzantine, chacune parfaitement établie dans la péninsule et aux Baléares dès 552.

Fig. 7 – Peintures de l’abside de Santa Maria © TRACER
Fig. 8 – Le Dioscoride de Vienne, VIe siècle, Bibliothèque nationale d’Autriche, Cod. Med. Gr. 1, fol. 6v © archives de l’auteur

L’architecture de l’ancien siège de l’évêché d’Égara et ses peintures sont par ailleurs parmi les derniers vestiges encore « palpables » de ce qui peut être véritablement perçu comme un héritage d’échanges et de contacts qui ont eu lieu au sein de l’espace méditerranéen. Les seuls autres témoignages de cette culture singulière qu’est la culture chrétienne au VIe siècle sont une série de bibles produites en Orient (à Constantinople, en Syrie, ainsi qu’en Palestine), ainsi que quelques complexes décoratifs égyptiens dont la chapelle de Baouit et la nécropole de Bagawat.

Il est d’autre part important de souligner que Terrassa constitue l’unique complexe épiscopal conservé au monde à posséder des peintures murales aussi anciennes, et ce parmi les plus anciens évêchés de l’Europe ancienne à l’instar de Valence, Barcelone, Mérida, Aoste, Grenoble, Genève ou encore Porec en Croatie.

Enfin, le retable mural de Sant Pere précédemment évoqué est également un élément clé de la singularité d’Égara. Véritable unicum dans l’histoire de l’art chrétien d’Occident, cette œuvre est d’autant plus particulière et exceptionnelle. Il ne fait aucun doute que sa valeur la plus intrinsèque est la nature de sa construction et sa fonction comme retable mural dans l’abside paroissiale. Il s’agit d’une solution architecturale tant originale qu’inédite, qui fait de ce retable finalement une sorte d’écran de façade et n’est comparable sur le plan chronologique comme fonctionnel à aucune autre de l’Occident et de l’Orient médiévaux.

Actuellement, la municipalité de Terrassa œuvre à toute une série d’actions, allant de la recherche scientifique aux participations citoyennes et projets éducatifs autour de la Seu d’Ègara, avec l’objectif d’enfin faire reconnaître cet exceptionnel complexe monumental au Patrimoine mondial de l’humanité. 

Citer cet article

SÁNCHEZ MÁRQUEZ Carles, « LE SIÈGE ÉPISCOPAL D’ÉGARA – un trésor caché », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 22/ 11 /2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1427

Bibliographie

PUIG I CADAFALCH, J. (1931), « Les peintures du VIe siècle de la cathédrale d’Égara », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 75ᵉ année, N. 2, pp.154-162.

GRABAR, A., (1945), « Une fresque visigothique et l´iconographie du silence », Cahiers archéologiques, I, pp. 124-128.

GUÀRDIA, M. (1992), « La pintura mural pre-romànica de les esglésies de Sant Pere de Terrassa », dans Actes del I Simposi Internacional sobre les Esglésies de Sant Pere de Terrassa, pp. 153-160.

GARCÍA, G. ; MACIAS, J. M. ; MORO, A. (2007), « La iglesia funeraria de época visigoda de Sant Miquel de Terrassa. Análisis arquitectónico », dans ROLDÁN, L. ; MACIAS, J. M. ; PIZZO, A., RODRÍGUEZ, O. (éd.), Modelos constructivos y urbanísticos de la arquitectura de Hispania, Documenta 29, Tarragone, pp. 183-198.

MARTÍ I BONET, J. M. (2007), El Bisbat d´Égara. Breu Història, Barcelone.

FERRAN, D. (2009), Ecclesiae Egarenses. Les esglésies de Sant Pere de Terrassa, Barcelone, 2009.

GARCIA, M.G. ; MORO, A. ; TUSET, F. (2009), La Seu Episcopal d’Égara. Arqueologia d’un conjunt cristià del segle IV al segle IX, Serie Documenta 8, Tarragone.

MANCHO, C. (2012), La peinture murale du haut Moyen Âge en Catalogne (IX-X siècles). Turnhout, pp. 343-394.

GOROSTIDI, D. ; LÓPEZ VILAR, J. (2016), « Inscripciones visigodas en el ordo apostolorum del ábside de Sant Miquel de Terrassa (Barcelona). Evidencias a partir de los tituli picti », Jahrbuch für Antike und Christentum, 59, pp. 114-136.

FERRAN, D. ; GARCIA, M.G. ; MORO, A. ; TUSET, F. (2019), « La seu episcopal d’Ègara. Arquitectura, litúrgia i art », dans Actes del 4t Congrés Internacional d’arqueologia i món antic. El cristianisme en l’Antiguitat Tardana. Noves perspectives, Tarragone, pp. 215-224. 

SÁNCHEZ, C (2019), «Singing to Emmanuel: The Wall Paintings of Sant Miquel in Terrassa and the 6th Century Artistic Reception of Byzantium in the Western Mediterranean», Arts 2019, 8(4), 128; https://doi.org/10.3390/arts8040128

SÁNCHEZ, C. (2021), A painted tragedy. The martyrdom of Thomas Becket in Santa Maria de Terrassa and the diffusion of its cult in the Iberian Peninsula, Anem Editors. 

SÁNCHEZ, C. (2021), «Las pinturas de Santa Maria y Miquel de Terrassa ¿ecos de un repertorio oriental tardoantiguo?», a C.Varela – M. Castiñeiras (eds.), Creation, circulation and function of images between  West and East in the Middle Ages (5th – 15th centúries), pp. 99-128.

JOURNÉES INTERNATIONALES D’ÉTUDE – Rutas de mercado, rutas de arte. Materiales, procedimientos y artistas en la configuración pictórica en el Mediterráneo del siglo XV.

Date : 17 & 18 novembre 2021

Lieu : Universitat Politècnica de València & en ligne

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Programme

mercredi 17 novembre

09:00Recepción
09:30Presentación congreso

Mesa I. Especias, tintes, drogas, pigmentos y dinero. Rutas y mercados en un Mediterráneo global.
10:00La pintura llegada a través del mar: De Romania a Flandes (s. XIII-XV)Francesca Español, Universitat de Barcelona.
11:00Descanso
11:10Del taller al cliente. Proceso creativo y mercantil del arte en el siglo XVMatilde Miquel Juan e Iban Redondo Pares, Universidad Complutense de Madrid.
12:20La pintura valenciana en el sur de Teruel. Joan Reixach como ejemplo de la circulación artística, Pablo Cercós Maícas
Descanso

Mesa II. Talleres internacionales y artistas viajeros. Preceptos, técnicas, modalidades pictóricas, recursos de obrador y procedimientos en itinerancia.
15:30De blanco y bien labrado alabastro: algunas consideraciones técnicas, económicas y artísticas de la escultura española entre los siglos XIV-XVI. Stefanos Kroustallis, Escuela Superior de Conservación y restauración de Bienes Culturales.
16:30Los escultores septentrionales y nuevas tradiciones de escultura policromada en CastillaNicola Jennings, The Courtauld Institute of Art.
17:30Descanso
17:40Marçal de Sas: estado de la cuestión y nuevas perspectivas de estudio, Encarna Montero Tortajada.
18:00Las redes mercantiles, una piedra angular en los intercambios artísticos y en la llegada de artistas foráneos en la Corona de Aragón en el siglo XV, Elsa Margot Espin.

Jeudi 18 novembre

10:00Recepción

Mesa III. Obras de arte en las bodegas: formas artísticas en dispersión. Modelos, libros, dibujos, cuadernos, pinturas, tapices, y otras obras viajeras.
10:30Circulaciones artísticas en la obra de los iluminadores tolosanos de la primera mitad del siglo XIV: el caso del Maestro del Misal de Augier de Cogeux y su tallerMaria Alessandra Bilotta, Instituto de Estudios Medievales (IEM)- NOVA.
11:30Repensar la geografía del arte Italiano, 1350-1550. Rethinking the Geography of Italian Art, 1350-1550Stephen J. Campbell, Universidad John Hopkins.
12:30Descanso
12:40El Bifaz de la parroquia Sant Jaume Apóstol de La Pobla de Vallbona. Estudio histórico y técnico, Beatriz Oliver López, Eva Pérez, Nuria Ramón, Dolores Julia Yusá.
13:00El preludio de Botticelli en la monarquía hispánica. La pintura de la Oración del Huerto de Isabel I de Castilla, Alexandre Vico Martori.
13:20Conclusiones del grupo de investigación CIMM. Joan Aliaga-Morell, Universitat Politècnica de València

Inscription

JOURNÉE D’ÉTUDE – La commande artistique aux âges romans (XIe-XIIe siècles) – Architecture, peinture, sculpture, orfèvrerie

Date : jeudi 18 novembre 2021

Lieu : Bibliothèque Ramon-Llull, salle Archipel (1er étage) – Université Paul-Valéry Montpellier 3, Route de Mende
Montpellier, France (34090)

Depuis les années 1980, et notamment l’introduction de la pluridisciplinarité, l’histoire de l’art médiéval prend davantage en compte les aspects sociaux de la création artistique. Ainsi, si le travail et le statut de l’artiste sont mieux connus, les acteurs de la commande artistique aux âges romans demeure encore dans l’ombre. La présente journée d’étude propose d’aborder cette question à travers l’exemple de plusieurs medias artistiques et de s’interroger sur la méthodologie d’un tel travail de recherches, marqué par un certain silence des sources historiques. 

Journée d'étude – La commande artistique aux âges romans (XIe-XIIe siècle).  Architecture, peinture, sculpture, orfèvrerie Approches épistémologique et  méthodologique | RMBLF.be

Programme

Matinée

10h : Ouverture de la journée – Sophie Ducret, doctorante en histoire de l’art médiéval CEMM EA4583

  • 10h30 : La commande artistique dans la sphère cistercienne : l’exemple de l’architecture – Sylvain Demarthe, maître de conférences en histoire de l’art médiéval, CEMM EA4583

11h : Pause

  • 11h15 : Les ateliers de sculpture en Catalogne aux XIIe et XIIIe siècles et leur contexte. Transmission et interactions de modèles, techniques et typologies – Jordi Camps i Sòria, conservateur en chef, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelone

11h45 : Questions

Après-midi

  • 14h : L’étude de la commande artistique à travers l’exemple des peintures murales du Midi de la France aux âges romans – Sophie Ducret, doctorante en histoire de l’art médiéval, CEMM EA4583
  • 14h30 : Le grand mécénat (noblesse, haute Église) et le micro-mécénat (les contributions des fidèles) dans la construction des œuvres pour la célébration des cérémonies liturgiques (IXe-XIIIe siècle) – Lourdes de Sanjosé i Llongueras, docteure en histoire de l’art médiéval, université de Barcelone

15h : Pause

  • 15h15 : La commande artistique en Arménie (XIe-XIIe siècle) – Isabelle Augé, professeure d’histoire médiévale, CEMM EA4583

15h45 : Questions

16h : Conclusions de la journée – Xavier Barral i Altet, professeur d’histoire de l’art médiéval,université de Rennes, université Ca’ Foscari de Venise

Accès libre dans la limite des places disponibles

Contact : Sophie Ducret à sophie.ducret [at] etu.univ-montp3.fr

CFPapers – Journées Internationales “RUTAS DE MERCADO, RUTAS DE ARTE”

(Universitat Politècnica de València, 17-18 novembre 2021)

Les personnes inscrites pourront suivre ces journées d’études en streaming, de même les intervenants pourront présenter leur communication en streaming.

ROUTES MARCHANDES, ROUTES D’ART. 1e Journées Internationales. Matériaux, procédés et artistes dans la configuration picturale méditerranéenne du XVe siècle.

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du CCIM

Les propositions de communication sont à envoyer jusqu’au 5 septembre 2021 à l’adresse mail : rutas@upv.es et devront se composer de :

  • titre de la communication
  • nom et prénom de l’Auteur
  • adresse électronique
  • nom de l’institution
  • un résumé

 

UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique.

Le 29 décembre 2020, l’Angleterre commémore le 850e anniversaire de l’assassinat de l’archevêque Thomas Becket dans la cathédrale de Canterbury et le 800e anniversaire du déplacement de son tombeau de la crypte à l’église supérieure. La mort de Thomas Becket, orchestrée par quatre nobles de l’entourage proche du roi Henri II d’Angleterre, est aujourd’hui considérée comme l’un des épisodes les plus terribles du Moyen Âge européen. La violence du crime, les évènements miraculeux survenus sur la tombe ainsi que la rapide canonisation de l’archevêque en l’an 1173, en font  rapidement l’objet d’une grande dévotion populaire. A la suite de ces faits, la figure du saint connait une grande renommée sur l’ensemble du vieux continent et son culte s’étend à tous les territoires y compris la péninsule ibérique.

A paintedtragedy (Una tragediapintada), publié par Anem Editors, est un ouvrage qui nous plonge dans le chapitre agité de l’histoire européenne du dernier quart du XIIe siècle, grâce à l’exceptionnel cycle peint de l’église Santa Maria de Terrassa en Catalogne (vers 1180), dédié à la mort et la sanctification de Thomas Becket.

Depuis leur découverte en 1917, ces peintures ont fait l’objet de diverses études. Depuis 2014 (année de l’exposition Pintar fa mil anys  Museu Episcopal de Vic ) nous avons apporté d’importantes contributions  à la connaissance de cet ensemble pictural,  ce qui au final nous a amené à la rédaction de cette monographie avec une nouvelle  méthodologie de travail. Celle-ci s’appuie sur une analyse systématique des acteurs engagés dans la réalisation d’une œuvre d’art, et  notamment l’action coordonnée du commanditaire et de l’artiste dans le conception et la réalisation des fresques.

 L’ouvrage reprend ainsi les dernières nouveautés quant à l’iconographie, la technique et les acteurs impliqués dans l’élaboration de ces peintures.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Pour quel motif  les chanoines de Santa Maria de Terrassa ont-ils accueilli le culte du martyr anglais ? Les raisons, ici présentées, justifiant la présence de ce cycle hagiographique sont au nombre de trois. Dans la diffusion de la dévotion à Thomas Becke, il convient de prendre en compte premièrement, le rôle actif de la communauté de chanoines de Saint-Ruf d’Avignon, qui réside alors à Terrassa.  Ensuite, la présence d’un chanoine nommé Harvey, d’origine anglaise, au sein de la communauté de Santa Maria de Terrassa apparait également avoir eu un impact certain. Enfin, il convient de rappeler les liens politiques et diplomatiques forgés entre la Catalogne et l’Angleterre depuis le milieu du XIIe siècle.

À la lumière de ces éléments, la décoration et la dédicace à Thomas Becket d’une chapelle du bras sud du transept de Santa Maria de Terrassa, ne peuvent être perçues , comme un simple exemple de la diffusion subie  du culte du saint en Europe. Mais bien plus comme un choix délibéré de la communauté des chanoines augustiniens – subordonnée à Saint-Ruf d’Avignon – qui régissait l’édifice. Fort probablement, la présence de l’ecclésiastique Harvey,  prêtre et chanoine d’origine anglo-normande, documenté dans le prieuré de Santa Maria dans la seconde moitié du XIIe, fut essentielle dans cette décision. Il convient de penser  qu’il joua un rôle prépondérant dans la dotation et la consécration de la chapelle dédiée à Thomas Becket à Terrassa. La réalisation du cycle peint pourrait alors se situer dans la troisième partie de l’activité dudit Harvey comme scribe (1184-1186), période durant laquelle est également documenté un certain Reginald, prieur, lui aussi probablement anglais.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Au-delà de ces connexions avec l’Angleterre, il faut également mentionner un évènement antérieur d’importance. Il s’agit, quelques années auparavant, de la présence sur le territoire de la couronne d’Aragon de l’abbé de Saint-Ruf d’Avignon, Nicolas Breakspear (d’origine anglaise), futur pape Adrien IV.

Le livre inclue en outre, un chapitre dédié à l’examen des relations politiques et diplomatiques entre la couronne d’Aragon et l’Angleterre au XIIe siècle, qui contribuèrent à créer un contexte propice à la bonne réception du culte de Becket.  Par ailleurs, n’oublions pas  que le comte de Barcelone, Ramón Berenguer IV, nomme dans son testament le roi d’Angleterre comme protecteur de ses enfants : preuve des bons rapports entre les deux gouvernants

Enfin, cette étude permet de confirmer l’attribution de ce cycle peint au Maître du devant d’autel d’Espinelves (vers 1187), œuvre aujourd’hui conservée au Museu Episcopal de Vic. La capacité  à travailler sur différents  supports correspond à un artiste au curriculum vitae assez commun dans le contexte de la peinture romane catalane . Et qui maîtrise autant les techniques de peinture sur bois que celles propres à la peinture murale  et  qui osa réemployer les mêmes formules d’une technique à l’autre comme en atteste l’utilisation de feuilles d’étain et de vernis doré dans les peintures de Terrassa.

En conclusion, l’ouvrage A painted tragedy se veut une œuvre de référence pour la compréhension du cycle de Terrassa et pour l’étude de la peinture romane.  A ce jour, les monographies, récentes, dédiées à des ensembles muraux peints  restent encore rares. Du point de vue de la Seu d’Ègara (complexe des églises de Sant Pere de Terrassa dont fait partie Santa Maria) il s’agit d’une contribution scientifique majeure pour que, dans le futur, cet ensemble monumental soit inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. 

ensemble monumental des églises Saint Pierre de Terrassa (c) photo auteur

Carles Sánchez Márquez, A painted tragedy. The martyrdom of Thomas Becket in Santa Maria de Terrassa and the diffusion of its cult in the Iberian Peninsula, Anem Editors, 2021 (ouvrage disponible en anglais, espagnol et catalan)

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Carles Sánchez Márquez, « UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique. », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 23/04/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1263

CYCLE DE CONFÉRENCES EN LIGNE – « Heraldry in Travelling European Legal Manuscripts »

Date : 28 avril 2021 |26 mai 2021 | 23 juin 2021

Lieu : cycle de cours en ligne, via la plateforme ZOOM, dispensé par l’Instituto de Estudos Medievais (Universidade Nova de Lisboa)

Langues des interventions : français, anglais et espagnol.

Ce cycle de webinaires est organisé par l’Institut d’études médiévales (IEM-FCSH / NOVA), en collaboration avec l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM et en partenariat avec l’Institut héraldique portugais (IPH). Cette initiative, coordonnée par les chercheurs Maria Alessandra Bilotta et Miguel Metelo de Seixas, vise à montrer l’utilité de l’analyse scientifique des emblèmes héraldiques dans les manuscrits enluminés et les documents juridiques, en se concentrant sur les manuscrits et documents qui ont circulé en Europe au Moyen Âges (13e-16e siècles).

Cet évènement vise à faciliter les synergies entre différents domaines de connaissances et à diffuser les résultats de ces recherches à un large public, tout en maintenant la rigueur scientifique, afin de promouvoir la prise de conscience du patrimoine héraldique dans les manuscrits et dans les documents juridiques médiévaux, en attirant également l’attention sur l’importance de conserver un tel patrimoine.

Enregistrement au cycle de webinaires à l’adresse suivante : maria.bilotta@fcsh.unl.pt

L’ensemble du programme est à retrouver ici.

CFPublications – Locus Amoenus 19 (2021).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 19 (2021). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 31 août 2021 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Hommage à Claudie Ressort

Claudie Ressort à Séville, 2018 (photo aimablement transmise par son mari que nous remercions)

Claudie Ressort a passé l’essentiel de sa carrière au Musée du Louvre où elle entra à la fin des années 1960 comme documentaliste au département des peintures avant d’être en charge des peintures espagnoles, suite au départ de la conservatrice Jeannine Baticle en 1989. Durant ces années au sein de l’institution muséale elle a contribué à de nombreuses études et expositions parmi lesquelles Goya (Paris, Orangerie des Tuileries, 1970), Mariano Forntuny et ses amis français (Castres, Musée Goya, 1974) ou encore Murillo dans les musées français (1983), artiste pour lequel elle avait une affection particulière et dont elle était reconnue comme spécialiste en France et dans le monde suite à cette exposition, ainsi que Dessin espagnols (Paris, musée du Louvre, 1991).

En 1981, elle participe à la réalisation de l’ouvrage La galerie espagnole de Louis-Philippe au Louvre avec Jeannine Baticle, Cristina Marina et Chantal Perrier.  Elle a aussi été co-auteure du riche catalogue dédié aux collections ibériques du musée du Louvre : Écoles espagnoles et portugaises réalisé avec Véronique Gérard Powell (2002).

Également intéressée par les primitifs espagnols, Claudie Ressort, rédigea plusieurs articles dont « Les portraits d’hommes illustres du Studio lo d’Urbino au Louvre par Juste de Gand et Pedro Berrugete » avec Nicole Reunaud (1991) ainsi que « Les quatre scènes de la légende de saint Georges par Bernardo Martorell après restauration » avec Annick Lautraite (1997). Elle a aussi largement contribué à l’enrichissement de l’Encyclopaedia Universalis avec diverses notices sur différents peintres comme les Serra, Bernat Martorell, Pedro Berruguete, Lluís Borrassá, Bartolomé Bermejo ou encore Jaume Huguet. Elle contribua au catalogue de l’exposition Jaume Huguet 500 anys (1993), avec une étude des deux panneaux du peintre conservés au Louvre, ainsi qu’à la miscellanea en hommage à l’historien catalan Joan Ainaud, avec un article dédié à « Un panneau inédit du Cercle des Osona : le saint-Michel du Musée Grobet-Labadie à Marseille » (1998-1999)

Dernièrement, elle s’intéressait plus particulièrement au chef-d’œuvre de l’art gothique valencien qu’est le Retable du Centenar de la Ploma (Londres, Victoria & Albert museum) passé en vente à Paris en 1864, ainsi qu’à la petit Pietà de Gonçal Peris Sarrià entrée au Louvre en 2015.

Retraitée depuis plusieurs années, elle continuait à se dédier à l’étude des peintures espagnoles. Elle intervenait dans des colloques, dans des émissions de radios à l’instar de Une vie, une œuvre dédié à Diego Velázquez en 2015 sur France Culture à l’occasion de l’exposition consacrée au peintre au Grand Palais, ou encore dans le congrès sur Murillo organisé à Séville en 2018 pour célébrer le quatrième centenaire du peintre. Ces dernières années elle travaillait, en collaboration avec Véronique Gérard Powell, sur la question des tableaux des maîtres anciens espagnols passés par les collections françaises, dont elle essayait de retracer le parcours. Elle était notamment à la recherche d’un portrait de Murillo que les sources situaient à Gand, en Belgique, au XVIIIème siècle, après son passage par la France.

Claudie Ressort et son mari au musée Hyacinthe Rigaud (Perpignan), février 2020 (photo : Elsa Espin)

Claudie Ressort nous a quitté le 9 février 2021, à l’âge de 87 ans. D’une grande bienveillance, elle aimait ouvrir sa porte et recevoir tout amateur et connaisseur d’art espagnol. Elle prenait plaisir à discuter autant avec l’étudiant qu’avec le professeur aguerri. D’elle, nous retiendrons son dynamisme, sa générosité et sa passion pour les arts, restés intacts jusqu’au bout. Nous souhaitons lui rendre un modeste et amical hommage par ces quelques mots. Puisse-t-elle inspirer des générations de jeunes chercheurs à s’intéresser à la peinture espagnole.

Elsa Espin & Eduardo Lamas