CFPapers – Journées Internationales “RUTAS DE MERCADO, RUTAS DE ARTE”

(Universitat Politècnica de València, 17-18 novembre 2021)

Les personnes inscrites pourront suivre ces journées d’études en streaming, de même les intervenants pourront présenter leur communication en streaming.

ROUTES DE MARCHÉ, ROUTES D’ART. 1e Journées Internationales. Matériaux, procédés et artistes dans la configuration picturale méditerranéenne du XVe siècle.

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du CCIM

Les propositions de communications sont à envoyer jusqu’au 5 septembre 2021 à l’adresse mail : rutas@upv.es et devront se composer de :

  • titre de la communication
  • nom et prénom de l’Auteur
  • adresse électronique
  • nom de l’institution
  • un résumé

UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique.

Le 29 décembre 2020, l’Angleterre commémore le 850e anniversaire de l’assassinat de l’archevêque Thomas Becket dans la cathédrale de Canterbury et le 800e anniversaire du déplacement de son tombeau de la crypte à l’église supérieure. La mort de Thomas Becket, orchestrée par quatre nobles de l’entourage proche du roi Henri II d’Angleterre, est aujourd’hui considérée comme l’un des épisodes les plus terribles du Moyen Âge européen. La violence du crime, les évènements miraculeux survenus sur la tombe ainsi que la rapide canonisation de l’archevêque en l’an 1173, en font  rapidement l’objet d’une grande dévotion populaire. A la suite de ces faits, la figure du saint connait une grande renommée sur l’ensemble du vieux continent et son culte s’étend à tous les territoires y compris la péninsule ibérique.

A paintedtragedy (Una tragediapintada), publié par Anem Editors, est un ouvrage qui nous plonge dans le chapitre agité de l’histoire européenne du dernier quart du XIIe siècle, grâce à l’exceptionnel cycle peint de l’église Santa Maria de Terrassa en Catalogne (vers 1180), dédié à la mort et la sanctification de Thomas Becket.

Depuis leur découverte en 1917, ces peintures ont fait l’objet de diverses études. Depuis 2014 (année de l’exposition Pintar fa mil anys  Museu Episcopal de Vic ) nous avons apporté d’importantes contributions  à la connaissance de cet ensemble pictural,  ce qui au final nous a amené à la rédaction de cette monographie avec une nouvelle  méthodologie de travail. Celle-ci s’appuie sur une analyse systématique des acteurs engagés dans la réalisation d’une œuvre d’art, et  notamment l’action coordonnée du commanditaire et de l’artiste dans le conception et la réalisation des fresques.

 L’ouvrage reprend ainsi les dernières nouveautés quant à l’iconographie, la technique et les acteurs impliqués dans l’élaboration de ces peintures.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Pour quel motif  les chanoines de Santa Maria de Terrassa ont-ils accueilli le culte du martyr anglais ? Les raisons, ici présentées, justifiant la présence de ce cycle hagiographique sont au nombre de trois. Dans la diffusion de la dévotion à Thomas Becke, il convient de prendre en compte premièrement, le rôle actif de la communauté de chanoines de Saint-Ruf d’Avignon, qui réside alors à Terrassa.  Ensuite, la présence d’un chanoine nommé Harvey, d’origine anglaise, au sein de la communauté de Santa Maria de Terrassa apparait également avoir eu un impact certain. Enfin, il convient de rappeler les liens politiques et diplomatiques forgés entre la Catalogne et l’Angleterre depuis le milieu du XIIe siècle.

À la lumière de ces éléments, la décoration et la dédicace à Thomas Becket d’une chapelle du bras sud du transept de Santa Maria de Terrassa, ne peuvent être perçues , comme un simple exemple de la diffusion subie  du culte du saint en Europe. Mais bien plus comme un choix délibéré de la communauté des chanoines augustiniens – subordonnée à Saint-Ruf d’Avignon – qui régissait l’édifice. Fort probablement, la présence de l’ecclésiastique Harvey,  prêtre et chanoine d’origine anglo-normande, documenté dans le prieuré de Santa Maria dans la seconde moitié du XIIe, fut essentielle dans cette décision. Il convient de penser  qu’il joua un rôle prépondérant dans la dotation et la consécration de la chapelle dédiée à Thomas Becket à Terrassa. La réalisation du cycle peint pourrait alors se situer dans la troisième partie de l’activité dudit Harvey comme scribe (1184-1186), période durant laquelle est également documenté un certain Reginald, prieur, lui aussi probablement anglais.

Peintures murales du martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa, vers 1180 (c) photo auteur

Au-delà de ces connexions avec l’Angleterre, il faut également mentionner un évènement antérieur d’importance. Il s’agit, quelques années auparavant, de la présence sur le territoire de la couronne d’Aragon de l’abbé de Saint-Ruf d’Avignon, Nicolas Breakspear (d’origine anglaise), futur pape Adrien IV.

Le livre inclue en outre, un chapitre dédié à l’examen des relations politiques et diplomatiques entre la couronne d’Aragon et l’Angleterre au XIIe siècle, qui contribuèrent à créer un contexte propice à la bonne réception du culte de Becket.  Par ailleurs, n’oublions pas  que le comte de Barcelone, Ramón Berenguer IV, nomme dans son testament le roi d’Angleterre comme protecteur de ses enfants : preuve des bons rapports entre les deux gouvernants

Enfin, cette étude permet de confirmer l’attribution de ce cycle peint au Maître du devant d’autel d’Espinelves (vers 1187), œuvre aujourd’hui conservée au Museu Episcopal de Vic. La capacité  à travailler sur différents  supports correspond à un artiste au curriculum vitae assez commun dans le contexte de la peinture romane catalane . Et qui maîtrise autant les techniques de peinture sur bois que celles propres à la peinture murale  et  qui osa réemployer les mêmes formules d’une technique à l’autre comme en atteste l’utilisation de feuilles d’étain et de vernis doré dans les peintures de Terrassa.

En conclusion, l’ouvrage A painted tragedy se veut une œuvre de référence pour la compréhension du cycle de Terrassa et pour l’étude de la peinture romane.  A ce jour, les monographies, récentes, dédiées à des ensembles muraux peints  restent encore rares. Du point de vue de la Seu d’Ègara (complexe des églises de Sant Pere de Terrassa dont fait partie Santa Maria) il s’agit d’une contribution scientifique majeure pour que, dans le futur, cet ensemble monumental soit inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. 

ensemble monumental des églises Saint Pierre de Terrassa (c) photo auteur

Carles Sánchez Márquez, A painted tragedy. The martyrdom of Thomas Becket in Santa Maria de Terrassa and the diffusion of its cult in the Iberian Peninsula, Anem Editors, 2021 (ouvrage disponible en anglais, espagnol et catalan)

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Carles Sánchez Márquez, « UNE TRAGÉDIE PEINTE. Le martyr de Thomas Becket à Santa Maria de Terrassa et la diffusion de son culte dans la péninsule ibérique. », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 23/04/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1263

CYCLE DE CONFÉRENCES EN LIGNE – « Heraldry in Travelling European Legal Manuscripts »

Date : 28 avril 2021 |26 mai 2021 | 23 juin 2021

Lieu : cycle de cours en ligne, via la plateforme ZOOM, dispensé par l’Instituto de Estudos Medievais (Universidade Nova de Lisboa)

Langues des interventions : français, anglais et espagnol.

Ce cycle de webinaires est organisé par l’Institut d’études médiévales (IEM-FCSH / NOVA), en collaboration avec l’équipe de recherche IUS ILLUMINATUM et en partenariat avec l’Institut héraldique portugais (IPH). Cette initiative, coordonnée par les chercheurs Maria Alessandra Bilotta et Miguel Metelo de Seixas, vise à montrer l’utilité de l’analyse scientifique des emblèmes héraldiques dans les manuscrits enluminés et les documents juridiques, en se concentrant sur les manuscrits et documents qui ont circulé en Europe au Moyen Âges (13e-16e siècles).

Cet évènement vise à faciliter les synergies entre différents domaines de connaissances et à diffuser les résultats de ces recherches à un large public, tout en maintenant la rigueur scientifique, afin de promouvoir la prise de conscience du patrimoine héraldique dans les manuscrits et dans les documents juridiques médiévaux, en attirant également l’attention sur l’importance de conserver un tel patrimoine.

Enregistrement au cycle de webinaires à l’adresse suivante : maria.bilotta@fcsh.unl.pt

L’ensemble du programme est à retrouver ici.

CFPublications – Locus Amoenus 19 (2021).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 19 (2021). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 31 août 2021 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Hommage à Claudie Ressort

Claudie Ressort à Séville, 2018 (photo aimablement transmise par son mari que nous remercions)

Claudie Ressort a passé l’essentiel de sa carrière au Musée du Louvre où elle entra à la fin des années 1960 comme documentaliste au département des peintures avant d’être en charge des peintures espagnoles, suite au départ de la conservatrice Jeannine Baticle en 1989. Durant ces années au sein de l’institution muséale elle a contribué à de nombreuses études et expositions parmi lesquelles Goya (Paris, Orangerie des Tuileries, 1970), Mariano Forntuny et ses amis français (Castres, Musée Goya, 1974) ou encore Murillo dans les musées français (1983), artiste pour lequel elle avait une affection particulière et dont elle était reconnue comme spécialiste en France et dans le monde suite à cette exposition, ainsi que Dessin espagnols (Paris, musée du Louvre, 1991).

En 1981, elle participe à la réalisation de l’ouvrage La galerie espagnole de Louis-Philippe au Louvre avec Jeannine Baticle, Cristina Marina et Chantal Perrier.  Elle a aussi été co-auteure du riche catalogue dédié aux collections ibériques du musée du Louvre : Écoles espagnoles et portugaises réalisé avec Véronique Gérard Powell (2002).

Également intéressée par les primitifs espagnols, Claudie Ressort, rédigea plusieurs articles dont « Les portraits d’hommes illustres du Studio lo d’Urbino au Louvre par Juste de Gand et Pedro Berrugete » avec Nicole Reunaud (1991) ainsi que « Les quatre scènes de la légende de saint Georges par Bernardo Martorell après restauration » avec Annick Lautraite (1997). Elle a aussi largement contribué à l’enrichissement de l’Encyclopaedia Universalis avec diverses notices sur différents peintres comme les Serra, Bernat Martorell, Pedro Berruguete, Lluís Borrassá, Bartolomé Bermejo ou encore Jaume Huguet. Elle contribua au catalogue de l’exposition Jaume Huguet 500 anys (1993), avec une étude des deux panneaux du peintre conservés au Louvre, ainsi qu’à la miscellanea en hommage à l’historien catalan Joan Ainaud, avec un article dédié à « Un panneau inédit du Cercle des Osona : le saint-Michel du Musée Grobet-Labadie à Marseille » (1998-1999)

Dernièrement, elle s’intéressait plus particulièrement au chef-d’œuvre de l’art gothique valencien qu’est le Retable du Centenar de la Ploma (Londres, Victoria & Albert museum) passé en vente à Paris en 1864, ainsi qu’à la petit Pietà de Gonçal Peris Sarrià entrée au Louvre en 2015.

Retraitée depuis plusieurs années, elle continuait à se dédier à l’étude des peintures espagnoles. Elle intervenait dans des colloques, dans des émissions de radios à l’instar de Une vie, une œuvre dédié à Diego Velázquez en 2015 sur France Culture à l’occasion de l’exposition consacrée au peintre au Grand Palais, ou encore dans le congrès sur Murillo organisé à Séville en 2018 pour célébrer le quatrième centenaire du peintre. Ces dernières années elle travaillait, en collaboration avec Véronique Gérard Powell, sur la question des tableaux des maîtres anciens espagnols passés par les collections françaises, dont elle essayait de retracer le parcours. Elle était notamment à la recherche d’un portrait de Murillo que les sources situaient à Gand, en Belgique, au XVIIIème siècle, après son passage par la France.

Claudie Ressort et son mari au musée Hyacinthe Rigaud (Perpignan), février 2020 (photo : Elsa Espin)

Claudie Ressort nous a quitté le 9 février 2021, à l’âge de 87 ans. D’une grande bienveillance, elle aimait ouvrir sa porte et recevoir tout amateur et connaisseur d’art espagnol. Elle prenait plaisir à discuter autant avec l’étudiant qu’avec le professeur aguerri. D’elle, nous retiendrons son dynamisme, sa générosité et sa passion pour les arts, restés intacts jusqu’au bout. Nous souhaitons lui rendre un modeste et amical hommage par ces quelques mots. Puisse-t-elle inspirer des générations de jeunes chercheurs à s’intéresser à la peinture espagnole.

Elsa Espin & Eduardo Lamas

ARCHITECTURE ET NOBLESSE DANS LA CASTILLE DU BAS MOYEN ÂGE. Le patronage des Velasco entre Al-Andalus et l’Europe.

La famille des Velasco constitue un exemple extraordinaire de l’ancienne noblesse qui su voir, profiter et gérer les possibilités offertes par la royauté. Aux côtés des Mendoza, des Alba et des Manrique, elle fut la protagoniste de quelques-uns des épisodes les plus importants de l’histoire médiévale castillane. Depuis leurs origines, du XIIIe siècle jusqu’à la première moitié du XVIe, les Velasco passent de l’état de simple lignée régionale à la haute noblesse, et deviennent même l’une des principales maisons sous la dynastie des Trastamare. Ses membres occupent notamment la fonction de premier Valet sur plusieurs générations, mais également celle de bailli de Castille. Sous le règne des Rois Catholiques, ils sont nommés connétables de Castille et sont couverts de nobles titres  , parmi lesquels comte de Haro (1430) ou ducs de Frías (1492). Dans l’histoire de cette ascension sociale, l’architecture est un témoin essentiel traduisant et reflétant les aspirations de cette famille qui a réussi à se rendre indispensable dans la ville florissante de Burgos et dans le développement de la monarchie, complétant ainsi la genèse de l’État moderne sous la gouvernance des Rois Catholiques.

Entre les XIVe et XVIe siècles, les Velasco multiplient les entreprises artistiques, notamment l’édification de nombreux bâtiments, générant ainsi une certaine image de leur lignée où l’émulation de la mémoire passée est omniprésente. Ces constructions sont l’occasion d’un important renouveau et elles projettent vers le futur des messages et des formes uniques, ce notamment grâce à la renommée qui continue d’entourer le nom de leurs commanditaires. Elles témoignent d’une histoire de l’art qui ne se limite pas aux seules techniques et formes artistiques. Leur étude ne peut se limiter à un simple catalogage, il faut s’intéresser à la globalité des projets qui se veut véritablement identitaire. Des projets où les éléments issus de la culture d’Al-Andalus se combinent de manière unique aux traditions castillanes et françaises autour de l’an 1400.

Le noyau central du patrimoine des Velasco dans un territoire connu sous le nom de « Montagnes de Burgos », au nord de l’actuelle province de Burgos, et administrativement rattaché au baillage de l’ancienne Castille. Là, depuis Medina de Pomar, les Velasco étendent leur autorité à toutes les provinces de Burgos ainsi que sur une partie des provinces voisines dont la Cantabrie, Palencia, Zamora ou encore la Rioja. Ils ont des possessions également dans la zone de la Bureba, Salas de los Infantes, dans le baillage de Villadiego, à Herrera de Pisegra, à Itero del Castilla, à Villalpando et même dans la ville de Burgos. Là ils possèdent plusieurs maisons dans la rue Cantarrana la Menorainsi qu’une maison de villégiature en périphérie, ou encore la casa de la Vega et le célèbre palacio del Cordón édifié au XVe siècle et qui témoigne de toute la splendeur de la famille de Velasco.

Dans l’ouvrage Arquitectura y nobleza en la Castilla bajomedieval. El patrocino de los Velasco entre al-Andalus y Europa, l’historienne espagnole Elena Paulino Montero s’intéresse au panorama architectural de la couronne de Castille durant les XIVe et XVe siècles au travers du patronage artistique de la famille des Fernández de Velasco. Elle analyse la relation particulière entre l’élévation sociale et politique de cette famille de la noblesse castillane et son investissement dans le domaine de l’architecture. Au travers de ce remarquable travail, il est possible de comprendre comment les membres de cette importante lignée nobiliaire utilisent l’architecture pour élaborer leur propre identité familiale mais également afficher leur pouvoir et leur magnificence, à l’instar de nombreuses familles européennes à la fin du Moyen Âge. Il est souligné que, dans ce processus fondamental pour le développement de la seigneurie des Velasco, les femmes jouent un rôle clé. 

D’autre part, Elena Paulino Montero s’intéresse aux phénomènes artistiques de ce temps à partir de nouvelles perspectives, allant au-delà des classifications taxonomiques. Palais, chapelles funéraires, tours, forteresses et monastères dessinent un panorama aux multiples facettes, dans lequel il faut considérer l’intégration des traditions locales et le renouveau de la scène internationale. L’auteure souligne que l’architecture castillane est avant tout les résultats de choix et d’actions complexes où s’observe l’acceptation d’une certaine diversité et d’une géographie loin de se limiter au local ; elle se situe au centre d’un réseau d’échanges entre Al-Andalus et les royaumes chrétiens d’Europe.

Elena Paulino Montero, Arquitectura y nobleza en la Castilla bajomedieval. El patrocinio de los Velasco entre Al-Andalus y Europa, La Ergastula ediciones, Madrid, 2020.

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page linkedin de l’auteure en cliquant ici

Citer cet article 

Alicia Inés Montero Málaga, «ARCHITECTURE ET NOBLESSE DANS LA CASTILLE DU BAS MOYEN ÂGE. Le patronage des Velasco entre Al-Andalus et l’Europe. », dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 5 / 02 / 2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1184

CYCLE DE COURS EN LIGNE – « Mapping Words : Medieval to Modern »

Date :  12 avril au 16 avril 2021

Lieu : Cycle de cours en ligne dispensé par The Warburg Institute (School of Advanced Study University of Londons)

Langue du cours : anglaise

Ce cycle de cours en ligne sera dispensé par Alessandro Scafi, maître de conférence en histoire culturelle du Moyen Âge et de la Renaissance. Il explorera la manière dont les cartes ont servi à ordonner et à représenter les mondes physiques, sociaux et imaginaires de 1200 à 1700. L’accent sera mis sur le caractère iconographique des cartes et la relation complexe qui existe l’art et la science de la cartographie au travers de l’histoire. Les étudiants seront amenés à découvrir un large corpus d’images issues de différentes périodes et réalisées à des fins diverses, dans le but d’aborder autant l’histoire de l’art que la littérature, la philosophie et la culture visuelle. Des questions théoriques seront également abordées, comme le cas de l’association du mot et de l’image, la définition des cartes et la manière dont elles se démarquent des vues et des diagrammes. Le contexte de la réalisation et la finalité de chaque exemple pris seront également abordés. Il s’agira tant de cartes du monde médiéval, produites comme des artefacts indépendants, que de dessins d’illustrations d’ouvrages, que d’ensembles de cartes murales de la Renaissance italienne ou encore de gravures modernes réalisées pour identifier et décrire des territoires citées dans la Bible. Ces cours examineront la capacité créative et de projection des cartes, et à leur valeur comme témoignage historique. Des cartes mnémoniques et allégoriques seront également étudiées.

Ce cycle de cours sera dispensé en ligne sur la plateforme Zoom suivant une organisation de cinq cours de 2h, de 15h à 17h (heure anglaise) du lundi 12 avril au vendredi 16 avril 2021. Chaque session comprendra un temps de discussion. Une bibliographie sera mise à disposition des étudiants inscrits.  

Inscription

Programme

Lundi 12 :  Qu’est-ce qu’une carte ? Définition. Les cartes territoriales et les cartes de concept. L’art et la cartographie.

Mardi 13 : La cartographie rhétorique, d’hier et d’aujourd’hui : les cartes et la politique. Les cartes des villes et des empires médiévaux et modernes.  

Mercredi 14:  Cartographie des autres mondes. La cartographie médiévale et moderne du jardin d’Eden. Les cartes du passé.
 
Jeudi 15 :  Cartographier des mondes intérieurs.  Les cartes allégoriques et les cartes de l’imaginaire : cartes de l’amour, de l’esprit et du chemin de vie.
 
Vendredi 16 : Les cartes de la Mémoire. La pensée spatiale et l’art de la mémoire. Les cartes de connaissance et les cartes pour aides spirituelles.

CFPublications – Aragón en la Edad Media num. 21 (2020)

Aragón en la Edad Media est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Histoire médiévale, Sciences et Techniques historiographiques et Études arabes et islamiques de l’Universidad de Zaragoza. Depuis sa fondation en 1977, la revue a publié des recherches académiques ainsi que des études avancées de caractère inédit concernant l’histoire du Moyen Âge dans l’ensemble des territoires de la couronne d’Aragon. L’ensemble des travaux qui y sont présentés sont soumis à des évaluateurs externes et son édition reprend les critères de qualité propres aux meilleurs revues scientifiques en sciences humaines.

Elle prépare actuellement son prochain numéro (num.31, 2020). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 30 juin 2021 via l’adresse :

aragonem@unizar.es

Les auteurs devront respecter un volume maximun de 95.000 caractères (notes, espaces et bibliographie peuvent être comptés à part). L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom et prénom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés. L’article devra être précédé d’un résumé de cinq à dix lignes en espagnol (castillan) et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions peuvent être consultées ici.

Les articles peuvent être soumis en espagnol (castillan), en anglais et en français. Il n’existe pas de liste officielle des langues acceptées. Pour des informations complémentaires nous vous recommandons de contacter la revue à l’adresse mail indiquée ci-dessus.

COURS D’ÉTÉ UNED – “Catedrales y monasterios : arte y memoria episcopal entre las edades Media y Moderna”

Date : 9 au 11 septembre 2020

Lieu : Arenas de San Pedro (Ávila, Espagne)

Langue des présentations : espagnol 

Ce séminaire d’été a pour but de réviser la promotion artistique de l’épiscopat entre la fin du Moyen Âge et le début de l’Époque Moderne, notamment au travers des actions des évêques ibères dans des cathédrales et les monastères où la dimension mémorielle de leurs œuvres est accentuée. Différentes études de cas – qui comprennent aussi d’autres domaines d’action, comme les fondations dédiées à l’enseignement – nous permettront de voir les particularités de chaque territoire et moment historique.

Inscriptions

Programme

Mercredi 9 septembre

17:00-19:00. La cathédrale de Burgos et la commémoration épiscopale aux XIIIe-XVe siècles

Francisco de Asís García García (Université Autonome de Madrid)

19:00-21:00. Les prélats de Burgos et Tolède devant la morte (1327-1375)

José Alberto Moráis Morán (Université de Léon)

Jeudi 10 septembre

10:00-12:00. Un évêque hiéronymite dans la cour de Jean II de Castille. La promotion artistique de Gonzalo de Illescas (1464)

Ángel Fuentes Ortiz (Université Complutense de Madrid)

12:00-14:00. Frère Alonso de Burgos (1499) : un évêque promoteur aux cathédrales de Cuenca et Palencia

Diana Olivares Martínez (Université de Seville)

17:00-19:00. « Será su virtud correspondiente la fama eterna » : le legs artistique et spirituel du cardinal Cisneros

Diana Lucía Gómez-Chacón (CSDMM – Université Polytechnique de Madrid)

19:00-21:00. Évêques et cardinaux dans la Cour : art, politique et image de prélats absents (1488-1557)

Sergio Ramiro Ramírez (Université Autonome de Madrid)

Vendredi 11 septembre

9:00-11:00. Récupérer le lignage de Pierre I « le Cruel » : les espaces funéraires de l’évêque Alonso de Castilla (1541) parmi cathédrales, couvents et monastères

María Teresa Chicote Pompanin (Université de Durham)

11:00-13:00. L’introduction du Baroque dans la péninsule ibérique : le Patriarche Ribera et le renouveau artistique à Valence

Borja Franco Llopis (Université Nationale d’Enseignement à Distance)

Promotion: Département d’Histoire de l’Art, UNED

Parrainage: Projet de recherche « El patronazgo artístico en el reino de Castilla León (1230-1500). Obispos y catedrales II » (HAR2017-88045-P), Institut d’Études Médiévales, Universitad de Léon

CFPublications – Locus Amoenus 18 (2020).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 18 (2020). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 15 juillet 2020 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

ÁLVARO PIREZ D’ÉVORA – un peintre portugais en Italie à l’aube de la Renaissance.

 Du 29 novembre 2019 au 15 mars dernier s’est tenue au Museu Nacional de Arte Antigua de Lisbonne une exposition dédiée au peintre portugais Álvaro Pirez d’Évora – actif en Italie entre 1411 et 1434 –, sous la direction de Joaquim Oliveira Caetano, directeur du musée, et de Lorenzo Sbaraglio, conservateur du Polo Museale della Toscana. Au travers de 85 œuvres, dont certaines conservées au Portugal ainsi que celles de quelques grands peintres italiens contemporains, celle-ci fut l’occasion de revenir sur une figure phare de l’histoire de l’art médiéval portugais et italien.

Álvaro Pirez est le premier peintre portugais auquel il est possible de donner un nom et d’attribuer une œuvre. Documenté de 1411 à 1434, il est considéré comme originaire d’Évora, comme le laisse entendre la signature laissée sur le retable de l’église de Santa Croce de Fossabanda, près de Pise : « ALVARO PIREZ DEVORA PINTOV. » On sait peu de choses de sa vie, les données biographiques du peintre sont fragmentées. Alvaro Pirez est exclusivement connu pour des peintures religieuses réalisées Toscane. Cela lui vaut d’être mentionné brièvement (et peu élogieusement) par Giorgio Vasari dans la seconde édition des Vies des plus célèbres peintres, sculpteurs et architectes(1568) dans la biographie du peintre siennois Taddeo Bartoli (1363-1422). L’érudit écrit ainsi : « À cette époque, un Portugais, nommé Alvaro di Piero, suivit à peu près la même manière [que Taddeo Bartoli] ; mais il donne plus d’éclat à son coloris et moins de noblesse à ses figures. Il fit, à Volterre, à Sant-Antonio de Pise et dans divers endroits, des tableaux dont nous ne parlons pas à cause de leur peu de mérite. »

Alvaro Pirez, Vierge à l’enfant (détail), photo archives de l’auteur

Fort heureusement pour Álvaro Pirez, tous ne partagent pas l’opinion de Vasari quant au mérite de ses œuvres. En atteste l’exposition monographique qui lui a été dédiée au Museu Nacional de Arte Antigua de Lisbonne. Cela fut l’occasion de faire (re)découvrir le peintre au grand public grâce à la cinquantaine de peintures conservées de sa main et d’une trentaine d’œuvres supplémentaires – notamment de Toscans, puisque l’objectif était de replacer le peintre dans le contexte historique et artistique italien. Pour cela, le propos a été articulé selon trois axes principaux : le contexte portugais dans lequel il apparait, les lieux de son activité, ainsi que les artistes qui purent avoir un impact sur sa production.

Le peintre apparait alors que le Portugal a à sa tête la maison des Aviz (1385-1580), plus exactement de Jean Ier (1385-1433), fondateur de la dynastie, et de son fils d’Édouard Ier (1433-1438). La période correspond dans l’historiographie de l’art portugais au ciclo Batalhino, en référence aux grands chantiers de construction du monastère de Santa Maria de la Victoria, à Batalha. C’est alors le courant gothique qui prédomine, comme nous avons pu le voir dans de précédents articles, dont celui dédié au sculpteur contemporain João Afonso à Coimbra. Dans les arts picturaux, c’est le style courtois du gothique international qui prédomine.

La raison qui pousse Álvaro Pirez, (Alvarus Petri / Alvaro di Pietro comme le cite la documentation) à partir s’installer une vingtaine d’années en Italie n’est pas connue. Mais il est probable qu’il arrive déjà en partie formé. Cela n’empêchera pas les locaux d’avoir une incidence sur sa manière, à l’instar de Lorenzo Ghiberti (1378-1455), Gherardo Starnina (1360-1413), ou encore Lorenzo Monaco (1370-1424). Il travaille dans au moins quatre villes : Florence, Sienne, Pise et Volterre, ce qui lui permet d’être au contact de nombreux grands noms de l’histoire de l’art. C’est d’ailleurs cette confluence de lieux et de rencontres qui semble avoir forgé son art et sa manière si graphique et peu commune dans l’art portugais contemporain.  L’historien K. Steinweg (1959) écrit d’ailleurs à propos de son œuvre qu’il avait été capable de réaliser « une synthèse originale et inimitable », le fruit « d’une exécution toujours méticuleuse entremêlée d’un goût pour la finesse et l’évidence graphique ».

Exposition Lisbonne MNAA, photo : MIR 2020
Alvaro Pirez, Annonciation, ca. 1430-34, Lisbonne, MNAA, inv. 2207 Pint. Wikimedia Creative Commons

L’exposition fut une réussite, comme le souligne Nuttal dans sa critique publiée dans The Burlington Magazine (2020, p. 241) : « Il s’agit sans contexte d’une exposition exceptionnelle. » En effet, cet événement a su remplir ses objectifs, ce d’autant plus qu’elle a permis de resituer Álvaro Pirez dans le panorama de l’histoire de l’art portugais et européen, au travers d’une lecture globale et plurielle du son travail et de celui du statut de peintre au XVe siècle. En l’absence de récit biographique explicite, les organisateurs ont su s’éloigner du modèle conventionnel chronologique de l’exposition monographique.  Grâce à de nombreux prêts européens et un travail muséographique rigoureux, l’exposition a su rester claire et ne pas tomber dans le travers de certaines expositions surchargées en informations. Par ailleurs, le focus réalisé sur le contexte politico-artistique au Portugal a permis de remettre en lumière les origines de ce peintre qui a œuvré si loin de ses terres. L’exposition Álvaro Pirez d’Évora. Um pintor português em Itália nas vésperas do Renacimento a su souligner toute l’originalité du travail d’Álvaro Pirez et les intenses relations de l’espace méditerranéen à l’aube de la Renaissance. Désormais terminée, il est encore possible de profiter de la riche réflexion qui a découlé de l’événement grâce au catalogue qui, nous l’espérons, permettra également de faire découvrir à un public plus large encore cette figure de l’art européen largement mise à l’honneur au Museu Nacional de Arte Antiga de Lisbonne.

CAETANO, Joaquim Oliveira, SBARAGLIO, Lorenzo (Coords.). (2020). “Álvaro Pirez d’Évora. Um pintor português em Itália nas vésperas do Renascimento.” Catálogo de exposição. Museu Nacional de Arte Antiga – 29 de novembro de 2019 a 15 de março de 2020. Lisboa: Imprensa Nacional Casa da Moeda. 252 páginas. ISBN: 978-972-27-2816-4.

Citer cet article

João Correia de Sá, “ ÁLVARO PIREZ D’ÉVORA – un peintre portugais en Italie à la veille de la Renaissance. ”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 04/05/2020. Permalien : http://espagnesmed.hypotheses.org/?p=951‎

CFPapers – XIV Journées Complutenses d’Art Médiéval

(Université Madrid Complutense, 12 et 13 novembre 2020 évènement reporté aux 11 et 12 novembre 2021)

(Im)matérialité dans l’art médiéval

La maxime d’Ovide « Materiam superabat opus », évoquée durant tout le Moyen Âge et même au-dela, est indicative de la considération particulière alors apportée à l’habilité, la technique et les artifices dans les processus de création artistique. Ainsi, l’ingéniosité et la maîtrise sont les qualités privilégiées dans l’approche des œuvres, ce qui confère une vision singulière particulièrement présente dans l’histoire de l’art en tant que discipline. Cependant, tant les réflexions stylistiques comme la documentation qui accompagnent les commandes artistiques tout au long du Moyen Âge soulignent la grande importance accordée également à la dimension matérielle et sensorielle des artefacts et monuments. En résonance avec cette conception, récemment mise en avant avec le « tournant matériel » que les études historiques ont pris ces dernières années, ces XIVe Journées Complutenses d’Art Médiéval, proposent de se centrer sur la vision matérielle comme facteur essentiel de la production artistique, que cela soit dans la poétique de l’immatérialité comme dans la dimension intangible de l’expérience esthétique.

[…]

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site de l’UMC (version anglaise du CPF)

Les propositions de communications sont à envoyer jusqu’au 15 mai 2020 à l’adresse mail : inmaterial@ucm.es et devront se composer de :

  • Un titre
  • Nom, prénom et adresse électronique de l’Auteur
  • Un résumé (environ 500 mots)
  • Un bref CV académique et de recherche (environ 300mots)

Les communications peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français, italien et portugais.

CFPapers – Congrès International « L’eschatologie médiévale »

(Université de Santiago de Compostela,28-29 juillet 2020 28-29 juillet 2021)

L’eschatologie est l’une des composantes centrales de la culture chrétienne médiévale. La fin du monde, le Jugement Dernier, le salut, le messianisme, l’Antéchrist, l’Apocalypse ainsi que le millénarisme, sont autant d’éléments indispensables à ce que nous pouvons qualifier génériquement d’« eschatologie médiévale ». Dans ce contexte, l’arrivée de l’Antéchrist précède le Jugement dernier et la fin du monde. Cela en fait un terrain propice à l’apparition de prophéties et stimule la conformation d’un présent « en quête d’espoir » selon un futur salvateur ou de damnations qui se décidera lors du Jugement dernier. Ce scénario eschatologique médiéval se retrouve développé lors d’évènements, mais également par les auteurs, dans les textes anciens, par les mouvements sociaux ainsi que dans les représentations culturelles et artistiques.

[…]

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site La Escatología Medieval (version anglaise du CPF)

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 15 mai 2020 1er avril 2021 à l’adresse mail : israel.sanmartin@usc.es et devront se composer de :

  • Un titre
  • Nom et prénom de l’Auteur
  • Un résumé (1folio maximum)
  • Un bref CV (10 lignes maximum)

Les communications peuvent être envoyées en galicien, castillan, catalan, portugais, français, anglais ou italien.

NORD & SUD – L’art médiéval en Norvège et en Catalogne.

Le Musée Catharijneconvent d’Utrech (Pays-Bas) et le Museu Episcopal de Vic (Catalogne) sont à l’origine de l’exposition « Nord et Sud. L’art de l’autel médiéval en Norvège et en Catalogne ». Cette exposition se déroulera en deux temps : à Utrecht d’octobre 2019 à janvier 2020 et à Vic de février à mai 2020.

À l’occasion de cette exposition, le Museu Episcopal de Vic réunit en 2020 pour la première fois des œuvres d’art religieux du XIIe au XIVe siècle provenant de Catalogne et de Norvège. Il existe, dans toute l’Europe au Moyen Âge, des représentations, des symboles, des manifestations de croyances et des formes d’expression religieuse qui se révèlent au travers des autels peints. Or, pour cette période, sont conservés des exemples significatifs tant en Scandinavie (le Nord) qu’en Catalogne (le Sud) et pourtant absents dans les régions centrales de l’Europe. Plusieurs publications ont déjà cité ces deux régions comme des lieux où a été conservé de manière exceptionnelle ce patrimoine, mais jamais n’avait été fait l’effort de réunir les œuvres témoins de ces deux zones géographiques en une exposition.

L’exposition s’articule autour d’une comparaison typologique (non stylistique) d’objets catalans et norvégiens, datés entre 1100 et 1300.

Elle est le fruit de la collaboration entre le Musée CatharjineConvent de Utrech, le Museu Espicopal de Vic, avec la participation de Justin Kroesen, conservateur du Musée universitaire de Bergen (Norvège). Ces trois institutions sont membres du Réseau des musées d’art médiéval d’Europe. L’exposition compte par ailleurs des prêts d’autres lieux tels qu’Oslo et Trondheim.

Source : MEV

RETABLOS – la peinture espagnole du XIVe au XVIe siècle

Depuis le 1er décembre 2019 et jusqu’au 7 février 2020 se tient à la galerie Sam Fogg de Londres, l’exposition Retablos : Spanish painting from the 14th to 16th centuries (Retables : la peinture espagnole du XIVe au XVIe siècle). À cette occasion une vingtaine de panneaux sont exposés et proposent un tour d’horizon de la production peinte dans les différents royaumes de la péninsule. Elle se déplacera ensuite à Madrid, à la galerie Caylus, du 1er avril au 15 juin 2020.

L’exposition s’accompagne d’un catalogue de 270 pages dirigé par Alberto Velasco Gonzàles, professeur en Histoire de l’Art à l’Universitat de Lleida (Espagne/Catalogne), qu’il est possible d’acheter auprès des deux galeries.

Alberto Velasco Gonzàles, Spanish painting from the 14th to 16th centuries , Caylus/ Sam Foog éd., 2019.

Juan Ximénez, Pietà avec deux anges entourée de la Vierge et de saint Jean, ca. 1500-10. Saragosse, Espagne.

À propos :

Cette exposition est née d’une conversation entre Sam Fogg et la Galerie Gaylus en mars 2019. Durant la dernière décennie, les deux galeries avaient collecté de manière indépendante des œuvres espagnoles datées de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance avec un sentiment analogue, celui qu’il s’agissait là d’un domaine sous-estimé, sous-évalué sur le marché de l’art et sous-étudié dans le monde universitaire. Les deux galeries, étant fasciné par la qualité des peintures collectées — malgré souvent la négligence des institutions et collectionneurs qui les possédaient — et par la vision vivante et saisissante que les peintres ibères ont su retranscrire sur leur medium, ont eu l’idée de monter ensemble une exposition collaborative entièrement dédiée à ce sujet qui les passionnait. Il a alors été décidé qu’Alberto Velasco, professeur à l’Universitat de Lleida, spécialiste de la peinture médiévale espagnole dirigerait les recherches. Son intérêt pour l’évolution des goûts d’un temps, les changements de modes dans les collections, ainsi que le commerce à l’époque moderne, lui a permis d’ajouter une profondeur tangible à ses études et, ainsi d’enrichir le catalogue. Ses travaux de recherche ont notamment permis de mettre au jour nombre de documents d’archives et, dans plusieurs cas, de rapprocher des panneaux dispersés qui formaient autrefois quelques-uns des grands retables espagnols, à la forme si caractéristique.

Il est à espérer que cette exposition ainsi que le riche ouvrage qui l’accompagne sauront continuer d’alimenter l’intérêt pour ces peintures remarquables, et feront connaître à un plus large public leurs  histoires.

Martin del Cano, Mise au tombeau, ca. 1420. Daroca (Saragosse), Espagne.

Parmi les œuvres à y admirer, se trouve une Mise au tombeau attribuée au peintre aragonais Martín del Cano (ca. 1420), qui offre une vision théâtralisée et particulièrement sensible où la Vierge dans un geste d’impuissance et de résignation pose le revers de ses mains sur le corps mort de son fils. Il s’agit certainement ici d’un panneau latéral d’un retable, qui a pu entourer une Crucifixion, thème récurrent dans le couronnement des œuvres espagnoles. Et également présent un Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, allégorie de la charité chrétienne, réalisé par Tomás Giner (ca. 1460). Ici le panneau fait pas moins de 170cm de haut et devait faire office de panneau central à un retable, probablement dédié à la vie de saint Martin de Tours. L’œuvre, qui s’inscrit parfaitement dans le goût du temps, présente une riche attention aux détails et des rehauts de plâtre doré à la feuille d’or pour donner du relief aux éléments orfévré, tel qu’il était de coutume en Aragon.

Tomas Giner, Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, ca. 1460. Saragosse, Espagne.

* La présente brève constitue une version traduite du texte informatif aimablement communiqué par la galerie Sam Fogg.