CFPapers – Une belle peinture ? Canon(s) esthétique(s) et production picturale dans les territoires de la Couronne d’Espagne (XVIe-XIXe siècle)

(Paris et région parisienne, 9-10-11 décembre 2024)

Le Beau dans le domaine de la peinture hispanique (au sens de peinture produite dans les territoires de la Couronne d’Espagne) est une notion peu précisément définie et débattue au regard de son caractère fondamental dans l’histoire de l’art en général, et ce au profit d’une approche qui se concentre essentiellement sur le canon réaliste de cette peinture. Le Siècle d’Or espagnol, la peinture religieuse, la nature morte, ses grands noms (Velázquez, Zurbarán, Ribera…), sont tous rattachés à une forme de réalisme ou naturalisme présentée comme le trait le plus caractéristique de la peinture espagnole.

Pourtant, quelques récentes publications sur le Siècle d’Or lui-même témoignent d’un regain d’intérêt et d’une nouvelle approche du sujet, dont témoignent également les nouvelles orientations des recherches des jeunes chercheurs dans le domaine de la peinture hispanique des XVe-XIXe siècles. Par ailleurs, si la peinture de l’Amérique coloniale s’est déjà vu consacrer de passionnants travaux, qui mettent notamment en évidence l’importance d’adopter une périodisation dans laquelle 1700 ne constitue pas un point de rupture pour les territoires américains, une recherche sur la peinture dans les Philippines coloniales est à peine esquissée, et pour les autres territoires de la Couronne aussi, il semble évident que la périodisation ne peut être une donnée figée.

Enfin, un regain d’intérêt pour une approche historiographique de l’histoire de l’art espagnol s’est fait jour dans la dernière décennie. L’histoire de l’art hispanique vit donc un moment de mutation.

Ces journées d’études sont consacrées à la question du Beau dans la peinture produite dans les territoires de la Couronne d’Espagne (Espagne actuelle, mais également Sicile, Naples, Milan, Pays-Bas du Sud, Artois, Franche-Comté, ainsi que les territoires américains et philippins) du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Elles visent à interroger à la fois la manière dont s’est forgé un idéal dans la peinture produite dans ces territoires, souvent associée dans l’historiographie à un canon « réaliste » ou « naturaliste », avec toutes les problématiques que ces termes impliquent, et la manière dont ce canon a été perçu et reçu, voire adapté, transformé aux différentes périodes. Qu’est-ce qui était considéré comme beau dans la peinture des territoires sous domination espagnole pendant les temps modernes ? Quel était l’idéal esthétique du peintre et du spectateur ? Le Beau était-il vraiment le premier objectif des peintres ? Qu’en est-il en particulier du XVIIIe siècle, après le changement dynastique, et l’arrivée à la Cour d’artistes venus de France et d’Italie ? Et pour le XVIe siècle ?

Du point de vue historiographique, les paradigmes du Beau ont-ils été si modifiés qu’ils ont fait perdre à la peinture espagnole ses signes de reconnaissance (réalisme, prédominance du religieux), et l’ont fait oublier ? Quelle place donner dans ce cadre aux plus grands noms de la peinture (Morales, Ribera, Zurbarán, Velázquez, Goya, etc.) ? Peut-on penser l’histoire de l’art espagnol en leur accordant moins de place dans les canons esthétiques qu’on lui associe ?

Participants : Cette manifestation est consacrée aux jeunes chercheurs, et plus précisément aux doctorants et postdoctorants travaillant sur l’un des aspects décrits ci-dessus. Ces chercheurs français pourront entrer en dialogue avec des doctorants étrangers, en particulier espagnols, qui sont bien sûr également attendus : leur présence permettra d’apprécier s’il y a des écarts dans leurs approches, notamment en raison des traditions historiographiques sur lesquelles elles s’appuient.

Comité d’organisation :

  • RACCAH Clémence (INHA)
  • ROMAGNÉ Iris (CY Université et musée du Louvre)
  • VINCENT- CASSY, Cécile (CY Cergy Paris Université)

Comité scientifique :

  • ALCALÁ, Luisa Elena (Universidad Autónoma de Madrid)
  • CHASTEL-ROUSSEAU, Charlotte (musée du Louvre)
  • ESPIN, Elsa (CY Cergy Paris Université)
  • GONZÁLEZ TORNEL, Pablo (Museo de Bellas Artes de Valencia)
  • MOLINA MARTÍN, Álvaro (UNED)
  • PEREDA Felipe (Harvard University)
  • VINCENT-CASSY, Cécile (CY Cergy Paris Université)

Les propositions de communication (maximum 200 mots, complétés d’une brève présentation bio-bibliographique) sont à transmettre avant le 30 avril 2024 à clemence.raccah@inha.fr, iris.romagne@louvre.fr et cecile.vincent-cassy@cyu.fr

Les frais de voyage et de séjour (3 nuits) seront pris en charge par l’organisation de la rencontre.

CFPapers – Les chemins de Compostelle, itinéraire culturel européen et patrimoine mondial : Histoire, enjeux et perspectives

(Toulouse, 4 et 5 avril 2024)

Cet appel à contribution concerne un évènement scientifique organisé par l’université Toulouse Capitole. Il propose un dialogue interdisciplinaire sur les dimensions patrimoniales et culturelles des chemins de Compostelle. Il souhaite rassembler le monde académique, les professionnels du secteur et les institutions associées aux chemins de Compostelle. Les propositions de communication peuvent dépasser les seules études relatives au pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. 

Le pèlerinage vers Compostelle, où se trouve le tombeau de saint Jacques dit le Majeur, est une réalité millénaire (Rucquoi,2014). Ce pèlerinage vit un renouveau depuis plus de 25ans qui ne faiblit pas. Le nombre de pèlerins qui se sont rendus au sanctuaire pour retirer leur Compostela a été multiplié par 30 entre 1992 et 2022, pour arriver à un nombre de440 000 pèlerins comptabilisés par le bureau de pèlerins de Compostelle. On peut dire quecela traduit la volonté de l’Homme de renouer avec ses origines puisque « l’espèce humaine commence par les pieds » (Leroi Gourhan, 1982: 168). Nous voyons donc qu’Homo Viator se perpétue, cet homme en chemin qui est d’abord le marqueur d’Homo Sapiens dans sa colonisation de la planète et plus près de nous, il incarne la figure du pèlerin. « La marche est ouverture au monde » (Le Breton, 2000 :11). Elle est aussi un moyen pour l’Homme de s’approprier, ou du moins à présent de se réapproprier, l’univers qui nous entoure. À partir de ces constats, ce colloque international pluridisciplinaire s’articule autour de quatre axes ouverts à un large spectre de disciplines académiques telles que l’histoire, la géographie, la philosophie, le droit, la sociologie, la théologie, les sciences de gestion, la science politique, les sciences de l’information et de la communication …

AXE 1 : Histoire d’un pèlerinage : territoire et mémoire

Cet axe interroge l’histoire du pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, l’un des trois pèlerinages les plus important de la chrétienté avec celui de Jérusalem et de Rome. Les 1000 ans d’histoire à Compostelle sont un terrain d’études riche pour appréhender et affiner la perception du pèlerinage dans plusieurs domaines : Histoire, spiritualité, art, littérature, archéologie, sociologie, géographie et science politique. Autant d’entrées possibles pour interroger l’histoire des chemins, les métamorphoses et valeurs de cette pérégrination, l’historiographie jusqu’au XXIe siècle et son avenir.

AXE 2 : La patrimonialisation des chemins

La croissance de la fréquentation des chemins de Compostelle témoigne d’un glissement de la sphère cultuelle vers la sphère culturelle. La labellisation des chemins en 1987comme premier chemin culturel européen par le conseil de l’Europe, puis l’inscription au patrimoine mondial en 1993 du Camino Francés en Espagne et des chemins de Compostelle en France en 1998 par l’UNESCO sont des marqueurs du glissement évoqué. Par définition, « la patrimonialisation est le processus par lequel un collectif reconnaît le statut de patrimoine à des objets matériels ou immatériels, de sorte que ce collectif se trouve devenir l’héritier de ceux qui les ont produits et qu’à ce titre, il a une obligation de les garder afin de les transmettre. » (Davallon, 2014 : 1), c’est donc par ce prisme que les chemins seront étudiés. De façon opérationnelle, il est attendu des communications qui vont s’intéresser au statut de patrimoine en interrogeant les différents acteurs à différentes échelles qui contribuent à lui donner ce statut spécifique. Interroger «l’organisation de l’accès du collectif à l’objet patrimonial (Davallon, 2017, 2), c’est-à-dire la gestion et la valorisation du bien par les acteurs locaux est une entrée scientifique possible. Questionner la dimension économique et la valorisation territoriale que représentent les chemins est une autre entrée possible. Enfin, poser la question de la transmission et de la pérennité des reconnaissances culturelles : patrimoine mondial et itinéraire culturel, du désir ou du non-désir d’appropriation qu’elles suscitent auprès des institutions ou dans le monde associatif et la société civile ou par les individus et leur prise en compte dans les politiques publiques ou les actions bénévoles par des focales locales, régionales, nationales et transnationales, complète le champ d’investigation de cet axe.

AXE 3 : Médiatisation, médiation, et public

Le renouveau de la fréquentation des chemins produit un engouement médiatique considérable. Les médias grand public produisent régulièrement des articles sur Compostelle. De la même façon le cinéma s’intéresse aux chemins, par la fiction et le documentaire. Enfin, le web et plus particulièrement les réseaux sociaux sont les témoins d’un écosystème web dédié aux chemins de Compostelle et aux témoignages des pèlerins en ligne et cela se fait avec une viralité sans précédent. Dans le même temps, des acteurs de terrain s’approprient l’histoire des chemins dans une logique de médiation pour rencontrer et/ou renouveler les publics qui fréquentent ou s’intéressent aux chemins de Compostelle. Cet axe interroge donc le traitement médiatique des chemins, les différentes formes de médiation à l’œuvre et l’analyse des publics qui s’engagent dans une marche longue vers Compostelle.

AXE 4 : Pèlerinage et/ou tourisme spirituel

Les chemins de Compostelle interrogent le slow tourisme et plus spécifiquement le tourisme spirituel. La marche est le corollaire de cette nouvelle façon de concevoir le voyage. Cet axe interroge l’attractivité que représentent les chemins pour cette nouvelle forme touristique. Il est également attendu des études relatives à d’autres pèlerinages, d’autres marches sur le territoire et/ou dans le monde pouvant être analysées par le prisme du voyage spirituel. On cherchera alors à mettre en perspective la réalité de la fréquentation actuelle des chemins de Compostelle au regard des pratiques et de la fréquentation d’autres lieux de pèlerinages pour interroger cet éventuel mouvement de fond.

Soumettre une proposition de communication

Si vous souhaitez participer à cette journée, veuillez envoyer une proposition au format word. Elle doit comporter un titre, le nom, le prénom et l’institution de rattachement de chaque auteur. La proposition ne doit pas dépasser 8000 signes, espaces compris et bibliographie incluse (2 pages).

La proposition de communication doit clairement exposer une problématique, un cadre théorique, une méthodologie et un terrain d’étude (si la communication relève d’une étude empirique), ainsi qu’une bibliographie indicative au format APA. Il est demandé aux auteurs de bien expliciter l’originalité de la proposition.

Date limite de soumission des propositions de communication : 30 octobre 2023.
Chaque dépôt de proposition se fait par mail à l’adresse suivante :
contact@compostelle-lecolloque.org
Un accusé de réception sera adressé systématiquement dans les 24 heures

Les auteurs recevront une réponse le 15 décembre 2023.

Informations complémentaires sur https://www.compostelle-lecolloque.org/comite-scientifique-et-dorganisation/

CFPapers – Carrefours culturels : rencontres artistiques entre les Pays-Bas et l’Espagne du XVe au XVIIe siècle.

(Bruxelles, Fondation Perier-d’Ieteren, 24 novembrem 2023)

L’Instituto Moll (Madrid) et la Fondation Périer-D’Ieteren (Bruxelles) organisent une série de journées d’étude consacrées à l’exportation d’œuvres d’art produites dans les Pays-Bas méridionaux vers la péninsule ibérique. L’objectif de la première journée d’étude, consacrée à la peinture, est de proposer des contributions sur une peinture ou un ensemble de peintures flamandes (XVe-XVIIe siècle) peu connues et conservées en Espagne.

Les auteurs des propositions sélectionnées seront invités à présenter leurs recherches lors de la journée d’étude qui se tiendra le 24 novembre 2023 à la Fondation Périer-D’Ieteren (Bruxelles). Les communications seront présentées en anglais, français ou espagnol et dureront de 15 à 20 minutes. Les actes de la journée d’étude seront publiés dans la série Cahiers d’étude des Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie en 2024.

Si vous souhaitez participer à cette journée, veuillez envoyer un titre provisoire, un court résumé de votre communication (300 mots) et un CV avant le 30 juillet 2023 à Ana Diéguez Rodriguez (congreso@institutomoll.es) et Sacha Zdanov (sacha.zdanov@perier-dieteren.org). Les propositions de communication peuvent être envoyées en français, anglais ou espagnol.

informations complémentaires sur https://www.perier-dieteren.org/event/cultural-crossroads-artistic-encounters-between-the-low-countries-and-spain-15th-17th-centuries/

CFPapers – Au féminin. Les arts et les femmes au Moyen Âge

(Madrid, Universidad Complutense, 19 et 20 octobre 2023)

La seizième édition de la Conférence de la Complutense sur l’art médiéval se propose d’approfondir le rôle prépondérant des femmes dans la création artistique médiévale, rôle prépondérant entendu de la manière la plus large possible : de la promotion à la création et à la réception, en tant que canalisatrices de stratégies de pouvoir, transmetteuses de science ou génératrices de types iconographiques, et indépendamment de leur intervention, plus ou moins active, dans toutes ces dynamiques créatives.

Depuis quelques décennies, les références à la participation des femmes dans les processus artistiques médiévaux ont cessé d’être l’histoire d’une absence. De même, les études sur l’iconographie féminine médiévale ont transcendé la simple représentation des femmes en tant qu’épouses, mères, amantes, pécheresses et inductrices de péchés, ou religieuses. Tout au long du Moyen Âge, les femmes ont projeté, apprécié et créé de l’art, cela ne fait aucun doute. Un nombre croissant d’œuvres se concentrent sur l’exercice du mécénat féminin, parfois partagé avec le mari, mais souvent pratiqué de manière autonome et avec une valeur incalculable en tant que mécanisme d’affirmation de soi. D’autres propositions mettent en lumière des identités féminines cachées dans la liste des praticiens masculins de l’un ou l’autre des arts ou donnent des noms à des visages représentés dans des épisodes sacrés et profanes. À travers les témoignages de la culture matérielle et visuelle liée aux femmes, des réalités sociales différentes des relations de pouvoir établies à l’époque se dessinent de manière plus claire et plus précise. Malgré cela, les études artistiques restent en retrait par rapport à d’autres disciplines telles que l’histoire, la philosophie ou la littérature.

C’est pourquoi la seizième édition du Colloque Complutense sur l’art médiéval se propose d’approfondir le rôle prépondérant des femmes dans la création artistique médiévale, rôle prépondérant entendu de la manière la plus large possible : de la promotion à la création et à la réception, en tant que passeuses de stratégies de pouvoir, transmetteuses de science ou génératrices de types iconographiques, et indépendamment de leur intervention, plus ou moins active, dans toutes ces dynamiques créatives.

Les femmes, le genre et les arts, en bref, sont les vecteurs prioritaires autour desquels le contenu scientifique des sessions respectives de la réunion sera articulé par des spécialistes de renom tels que Verónica Abenza (UCM), Jessica Barker (The Courtauld Institute of Art), Bárbara Boloix (Université de Grenade), Irene González (UCM), Jitske Jasperse (CCHS-CSIC), Elizabeth L’Estrange (Université de Birmingham), Diana Lucía (UCM), Therese Martin (CCHS-CSIC), Ana Maria Rodrigues (Universidade de Lisboa) et Marta Poza (UCM).

Modalités de contribution

Nous invitons la communauté universitaire à soumettre des propositions de communication, composées d’un résumé de 500 mots soulignant leur caractère novateur, ainsi qu’un bref curriculum vitae (300 mots maximum), à l’adresse suivante : enfemenino@ucm.es

avant le 30 avril 2023.

Les lignes de travail proposées incluent (mais ne sont pas limitées à) :

  • Les femmes et la création artistique : artistes, artisanat, textiles.
  • Représentations et portraits : identité.
  • Genre et transversalité : prostitution, transsexualité, marginalité, altérité, vieillesse.
  • Architecture et espaces féminins
  • Art et spiritualité féminine
  • Vêtements et commerce textile
  • Mécénat et mémoire
  • Science, technologie, art et femmes

Le comité d’organisation accusera réception des propositions et sélectionnera celles qu’il juge les plus appropriées aux objectifs de la conférence, en y répondant avant le 25 mai. Les articles et les communications seront présentés lors des sessions de la conférence. Après évaluation par les pairs, les différentes interventions seront publiées dans une monographie.

Comité scientifique-organisateur

Marta Poza, Elena Paulino, Laura Rodríguez, Alexandra Uscatescu, Irene González, Diana Lucía, Diana Olivares, Verónica Abenza, Ángel Fuentes et Alba García-Monteavaro.

INFO : https://www.ucm.es/historiadelarte/en-femenino

CFPapers – BYZANCE ET LA MÉDITERRANÉE. Multiculturalisme, genre et sujets profanes dans les manuscrits enluminés

(Barcelone, Autònoma de Barcelona, 11 novembre 2011)

Premier séminaire international MABILUS organisé par l’Universitat Autònoma de Barcelona, Facultat de Filosofia i Lletres.

Coordination : Manuel Castiñeiras (UAB), Carles Sánchez Márquez (UAB), Giulia Arcidiacono (Università di Catania)

Les manuscrits enluminés byzantins constituent un champ d’étude fascinant à explorer en termes d’échanges interculturels, de questions de genre et de diffusion de sujets profanes. Ce phénomène est particulièrement riche et visible dans l’effervescence de l’art des XIIe et du XIIIe siècles en Méditerranée, en tant qu’espace privilégié d’échange entre Latins, Grecs et Musulmans.
Le prestige de Constantinople, la continuité des traditions artistiques byzantines profondément enracinées dans la plupart des régions de la Méditerranée (Sicile, Venise, Chypre, États croisés, etc.), et la mobilité croissante des artistes,) ainsi que la mobilité croissante des artistes, des modèles et des codex ont favorisé les rencontres artistiques. Certains des codex byzantins de cette période – chroniques, manuels dede cette période – chroniques, manuels de poliorcétique, traités cynégétiques ou encore manuscrits bibliques et liturgiques – nous fournissent de précieuses informations sur les coutumes, les cérémonies, mais également les techniques de guerre, ainsi que les bâtiments ou encore les vêtements, les strates sociales et la diversité ethnique et culturelle.

Ce premier séminaire international MABILUS est centré sur l’étude de ces sujets, en particulier ceux qui concernent les rôles de genre, la représentation de l’altérité, l’utilisation et la signification des répertoires profanes dans les manuscrits et leur diffusion et impact sur les autres arts visuels.

Vous êtes invités à soumettre votre proposition de communication (incluant un résumé de 120 mots) à manuel.castineiras@uab.cat, avant le lundi 4 juillet 2022.
Les propositions peuvent être rédigées en espagnol, catalan, italien, anglais ou français.

CFPublications – Medievalia 25 (2022)

Medievalia est la revue de l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle est publiée depuis 1980 en format physique et, depuis 2012, en format numérique.

Elle prépare actuellement le numéro 25 (2022). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 1er juillet 2022 au plus tard, au travers de la page web de la revue .
Les chercheurs désireux de publier leurs travaux sont invités à s’inscrire sur la page web de la revue de sorte pouvoir ensuite y télécharger leur article. La gestion au travers du système OJS permet aux auteurs et aux réviseurs de suivre l’ensemble du processus de soumission, d’évaluation et de correction des articles et aux lecteurs d’accéder au contenu des numéros existants.

Medievalia accepte les articles de recherche non publiés sur des sujets liés aux études médiévales dans tous ses domaines. Les articles seront examinés par des pairs et la date limite de soumission est le 1er juillet 2022. Il est également rappelé aux auteurs que Medievalia dispose d’une section de critique où ils peuvent envoyer des critiques de nouvelles publications (publiées après 2018).

Le volume des articles ne pourra excéder 30 pages et 2.700 caractère par page. Chaque proposition devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais, ainsi que 10 mots clés au maximum. L’ensemble des normes de publication et autres instructions sont à retrouver ici.

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

Pour plus d’information contacter revista.medievalia@uab.cat

CFPapers : CRUX TRUMPHALIS – Crucifix et poutres de gloire du Moyen Âge jusqu’au Concile de Trente

( Cadix, Université de Cadix, 13-15 octobre 2022)

Colloque organisé par le Département d’Histoire Moderne, Contemporaine, d’Amérique et d’Art de l’Université de Cadix ; Groupe de Recherche Ville, Image et Patrimoine. HUM-726 ; en collaboration avec le Comité Espagnol d’Histoire de l’Art (CEHA) et le Centre International d’Etudes Liturgiques (CIEL)

Au Moyen Âge ainsi qu’au début de l’époque moderne, l’image du Christ crucifié, la plupart du temps représenté avec la Vierge et Saint Jean à ses côtés et  supporté par une poutre de gloire, est le principal élément attirant le regard de ceux qui entraient dans une église. Cette poutre, posée sur les impostes de l’arc triomphal, devenait alors, avec les marches de l’autel une frontière évidente entre l’espace destiné aux fidèles et celui réservé au clergé. Grâce à sa position à l’entrée du chœur, le crucifix attirait le regard des fidèles, facilitant leur implication spirituelle dans les célébrations liturgiques.

Comme de nombreuses pièces du mobilier d’église, l’origine des poutres de gloire peut être retracée jusqu’au début du Moyen Âge voire même jusqu’à l’Antiquité tardive grâce à l’archéologie et aux preuves documentaires relatives à la littérature patristique ou au Liber Pontificalis. Les sources du Haut Moyen-âge mentionnant ces structures en bois et leurs crucifix et calvaires sont encore plus nombreuses, comme en attestent les traités de Sicard de Crémone et de Guillaume Durand.

Alors qu’il est encore  possible de localiser nombre de ces pièces dans toute l’Europe, ce qui témoigne de leur abondance à cette époque, la réalité hispanique est tout autre. La rareté des exemples conservés, ainsi que le manque d’intérêt académique pour ce sujet, pourraient donner une image erronée d’un passé où ces structures n’auraient eu que peu d’importance. Néanmoins, les preuves documentaires et les vestiges sculpturaux  conservés permettent de reconstruire une réalité bien différente où le grand pouvoir visuel de ces structures ne déclinerait qu’à la fin du XVe siècle, parallèlement à l’extraordinaire développement des grands retables. Lesquels ajoutés à  d’autres catalyseurs et  courants théologiques auront pour conséquence la chute en désuétude des poutres de gloire et leur oubli académique.

Cette première Rencontre internationale d’Art et Liturgie de l’université de Cadix, qui a pour vocation d’inaugurer un cycle pérenne,  a pour objectif de restaurer la mémoire de ces pièces singulières en prenant en compte leurs dimensions tant  architecturale que sculpturale et picturale, dans les contextes visuel et fonctionnel pour lesquels elles ont été conçues.

 Espace de débat, le colloque s’appuiera sur la présence d’experts de renom tels que Teresa Laguna, Justing Kroesen ou encore Eduardo Carrero, et sera organisé autour de quatre sessions.

Session I. La Croix triomphale dans les sources liturgiques et historiques. Étude des textes patristiques et des livres liturgiques du moyen-âge, des visites pastorales et d’autres sources littéraires comme la périégèse et la chorographie, ainsi que des sources documentaires contractuelles et comptables. Egalement des témoignages graphiques des poutres et des calvaires : dessins, gravures, peinture descriptive et photographie historique.

Session II. Calvaires et poutres de type  de l’imagerie religieuse espagnole dans le contexte européen. Origines et relations typologiques avec des éléments connexes : grilles, arrière-chœurs, jubés, etc. Configuration spatiale et évolution formelle. Royaumes ibériques. Particularités locales.

Session III. Le déclin d’une typologie. L’émergence des grands retables et production des dernières poutres. Désaffectation et démantèlement des poutres et des calvaires. Les aspects fonctionnels, liturgiques et de conservation liés à ce processus de disparition. Les exemples singuliers conservés : survie et renaissance.

Session IV. Images, piété et dévotion. Implications dévotionnelles dans le culte des crucifix et des calvaires médiévaux après leur déclin. Autels, retables et chapelles consacrés aux “Christs aux poutres triomphantes”. Le prestige de l’art du moyen âge  dans le contexte baroque.

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 31 mars 2022 à l’adresse mail : crux.triumphalis@uca.es.  Le dossier devra se composer d’un résumé de 500 à 700 mots soulignant la nature innovante de la proposition et la session choisie, ainsi qu’un bref curriculum vitae.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français ou italien.

La sélection des propositions retenues sera rendue publique au plus tard le 15 mai. Une version écrite de celle-ci devra être communiquée aux organisateurs avant le 15 novembre 2022 en vue d’une publication.

L’inscription au colloque est de 40€ pour l’intervenant (20 € pour les membres du CEHA) et comprend une copie des actes du colloque.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du colloque.

CFPapers – La sigillographie médiévale en Catalogne et dans l’Europe méditerranéenne. Etudes comparatives.

(Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, du 9 au 11 novembre 2022 & Naples, Università degli Studi Federico II, les 23 et 24 novembre 2022 )

Thématiques :

LA SIGILLOGRAPHIE MEDIEVALE EN CATALOGNE ET DANS LES TERRITOIRES DE LA COURONNE CATALANO-ARAGONAISE DANS UN CONTEXTE EUROPEEN (Barcelone)

LA SIGILLOGRAPHIE FEMININE DANS L’EUROPE MEDITERRANEENNE CATALANO ARAGONAISE ET ANGEVINE (Naples)


Appel à communications :


Entre 1916 et 1932 étaient publiés les 5 volumes d’un ouvrage fondamental de l’historiographie catalane et de la sigillographie du premier tiers du XXe siècle : Sigil.lografia catalana. Inventari, descripció i estudi dels segells de Catalunya de Ferran de Sagarra i de Siscar (1853-1939), membre de l’Institut d’Estudis Catalans. Le deuxième volume vit le jour en 1922. À cette occasion, l’Institut d’Estudis Catalans, sous la direction de Xavier Barral i Altet, et l’Université de Naples Federico II, sous la direction de Vinni Lucherini, organisent deux colloques internationaux de sigillographie médiévale. Le cadre géographique n’est pas limité à la Catalogne ; il s’étend à l’Europe méridionale méditerranéenne et aux territoires de l’ancienne couronne d’Aragon, ainsi qu’aux échanges européens. Les colloques seront ouverts à tous les aspects de la sigillographie, royale, nobiliaire, ecclésiastique, urbaine, etc. Par études comparatives nous entendons aussi bien les relations entre la Catalogne, l’espace méditerranéen et l’Europe, que les études comparatives entre disciplines, sigillographie, histoire, histoire de l’art, littérature, liturgie, archéologie ou numismatique. Nous accueillerons avec plaisir les contributions sur les collections ou les personnalités collectionneuses de sceaux médiévaux, depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. À Barcelone seront présentées les questions générales, monographiques ou comparatives, tandis qu’à Naples on se concentrera sur les sceaux féminins. Les colloques produiront deux publications complémentaires à Barcelone et à Naples.

Le présent appel à communications demeurera ouvert jusqu’au 30 janvier 2022.

Les candidats sont priés d’envoyer à l’adresse de courriel congressegells2022@gmail.com un titre et un résumé de la communication proposée ensemble avec un bref curriculum vitæ.

Les frais de voyage et de logement seront à la charge des communicants acceptés. L’organisation prendra à sa charge, en revanche, tous les frais collectifs, repas et pause-café, les publications issues des colloques, ainsi qu’un ensemble de publications qui seront offertes aux participants.

CFPapers – 10th International Medieval Meeting Lleida

(Universitat de Lleida, 27 au 30 juin 2022)

En raison de la situation sanitaire, les conférences se dérouleront exclusivement en ligne.

callforpapers - Twitter Search / Twitter

10th INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA. Les rencontres s’organiseront autour de deux thèmes majeures :

  • le 1er congrès toponymique Hiapaniae : interterritorialité et interdisciplinarité.

Toponymie, le nombre de noms de lieux dans le monde créé par l’être humain tout au long de l’Histoire, est un patrimoine protégé par l’UNESCO qui offre un témoignage des actions menées par l’humanité sur notre planète et même en dehors. Les noms de lieux sont des noms propres qui décrivent des caractéristiques culturelles de notre environnement et qui tendent à se cristalliser avec le temps. Ils constituent une inépuisable source de données sur la géographie, la géologie, la botanique, la faune, l’hydrologie, les croyances populaires, ainsi que la religion, la langue ou encore l’ethnologie. La perspective diachronique offerte
par nombre d’entre eux permet de se faire une idée d’une partie du patrimoine naturel et culturel éléments aujourd’hui disparu. En outre, ces noms ont une valeur référentielle, puisqu’ils désignent des lieux et permet de les distinguer les uns des autres. Ils
ont également une valeur identitaire, puisque les habitants d’un site se sentent émotionnellement liés à celui-ci et, par conséquent, au nom qui lui est associé. La toponymie est donc un domaine interdisciplinaire dans lequel diverses disciplines et
les méthodologies se rejoignent.

L’objectif de ce “Premier Congrès Toponymique Hispaniae : interterritorialité et interdisciplinarité” est de rassembler des chercheurs travaillant ces questions et désireux d’échanger leurs expériences et points de vue. Nous sommes profondément convaincus de la nécessité préserver et enquêter sur la toponymie hispanique, un trésor immatériel partagé par différentes terres avec des langues différentes, un objectif que seule un travail collaboratif peut atteindre.

  • Suffering power in the Middle Ages

Comme le répètent les écrits médiévaux, l’Église et les grands seigneurs, les souverains et les seigneurs sont nommés par Dieu pour assurer la justice, la défense et les privilèges de leurs sujets. Mais était-ce vraiment le cas ? Ou le pouvoir a-t-il était vécu comme une affliction ? Pour mieux aborder ce problème il convient de s’y intéresser en étudiant le pouvoir médiéval sous différents angles : juridictionnel, fiscal, idéologique ou de tout autre type.


Ce volet spécial est organisé dans le cadre du projet « El poder vifo en la Baja Edad Médias : percepción, representación y expresividad en la gestión y la recepción del poder (PID2019-104085GB-I00)”.


Les propositions de communication sont à soumettre jusqu’au 3 avril 2022 via le portail de l’université (formulaire en bas de page).

L’ensemble des informations sont à retrouver sur le site de l’Universitat de Lleida.

 

CFPapers – Journées Internationales “RUTAS DE MERCADO, RUTAS DE ARTE”

(Universitat Politècnica de València, 17-18 novembre 2021)

Les personnes inscrites pourront suivre ces journées d’études en streaming, de même les intervenants pourront présenter leur communication en streaming.

ROUTES MARCHANDES, ROUTES D’ART. 1e Journées Internationales. Matériaux, procédés et artistes dans la configuration picturale méditerranéenne du XVe siècle.

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du CCIM

Les propositions de communication sont à envoyer jusqu’au 5 septembre 2021 à l’adresse mail : rutas@upv.es et devront se composer de :

  • titre de la communication
  • nom et prénom de l’Auteur
  • adresse électronique
  • nom de l’institution
  • un résumé

 

CFPublications – Locus Amoenus 19 (2021).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 19 (2021). À cette occasion, des propositions d’article peuvent être envoyées jusqu’au 31 août 2021 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

CFPublications – Aragón en la Edad Media num. 21 (2020)

Aragón en la Edad Media est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Histoire médiévale, Sciences et Techniques historiographiques et Études arabes et islamiques de l’Universidad de Zaragoza. Depuis sa fondation en 1977, la revue a publié des recherches académiques ainsi que des études avancées de caractère inédit concernant l’histoire du Moyen Âge dans l’ensemble des territoires de la couronne d’Aragon. L’ensemble des travaux qui y sont présentés sont soumis à des évaluateurs externes et son édition reprend les critères de qualité propres aux meilleurs revues scientifiques en sciences humaines.

Elle prépare actuellement son prochain numéro (num.31, 2020). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 30 juin 2021 via l’adresse :

aragonem@unizar.es

Les auteurs devront respecter un volume maximun de 95.000 caractères (notes, espaces et bibliographie peuvent être comptés à part). L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom et prénom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés. L’article devra être précédé d’un résumé de cinq à dix lignes en espagnol (castillan) et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions peuvent être consultées ici.

Les articles peuvent être soumis en espagnol (castillan), en anglais et en français. Il n’existe pas de liste officielle des langues acceptées. Pour des informations complémentaires nous vous recommandons de contacter la revue à l’adresse mail indiquée ci-dessus.

CFPublications – Locus Amoenus 18 (2020).

Locus Amoenus est une revue scientifique annuelle publiée par le Département d’Art et de Musicologie de l’Universitat Autònoma de Barcelona. Elle publie des articles d’histoire de l’art, des analyses esthétiques et iconographiques, des études sur les fonds textuels et documentaires, ainsi que des comptes rendus de livres et d’expositions.

Elle prépare actuellement le numéro 18 (2020). À cette occasion, des propositions d’articles peuvent être envoyées jusqu’au 15 juillet 2020 au plus tard, au travers de la page web de la revue .

Les auteurs devront respecter un volume de 15.000 mots. L’article devra s’accompagner d’un titre, dans la langue de l’article et en anglais, du nom de l’auteur ou des auteurs, du nom de l’institution à laquelle ils sont rattachés, d’une adresse mail, du numéro ORCID, ainsi que d’un résumé de 250 mots maximum, dans la langue de l’article et en anglais. L’ensemble des normes de publication et autres instructions se retrouvent ici .

Les articles peuvent être soumis en catalan, en castillan, en français, en italien, en portugais et en anglais.

CFPapers – XIV Journées Complutenses d’Art Médiéval

(Université Madrid Complutense, 12 et 13 novembre 2020 évènement reporté aux 11 et 12 novembre 2021)

(Im)matérialité dans l’art médiéval

La maxime d’Ovide « Materiam superabat opus », évoquée durant tout le Moyen Âge et même au-dela, est indicative de la considération particulière alors apportée à l’habilité, la technique et les artifices dans les processus de création artistique. Ainsi, l’ingéniosité et la maîtrise sont les qualités privilégiées dans l’approche des œuvres, ce qui confère une vision singulière particulièrement présente dans l’histoire de l’art en tant que discipline. Cependant, tant les réflexions stylistiques comme la documentation qui accompagnent les commandes artistiques tout au long du Moyen Âge soulignent la grande importance accordée également à la dimension matérielle et sensorielle des artefacts et monuments. En résonance avec cette conception, récemment mise en avant avec le « tournant matériel » que les études historiques ont pris ces dernières années, ces XIVe Journées Complutenses d’Art Médiéval, proposent de se centrer sur la vision matérielle comme facteur essentiel de la production artistique, que cela soit dans la poétique de l’immatérialité comme dans la dimension intangible de l’expérience esthétique.

[…]

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site de l’UMC (version anglaise du CPF)

Les propositions de communications sont à envoyer jusqu’au 15 mai 2020 à l’adresse mail : inmaterial@ucm.es et devront se composer de :

  • Un titre
  • Nom, prénom et adresse électronique de l’Auteur
  • Un résumé (environ 500 mots)
  • Un bref CV académique et de recherche (environ 300mots)

Les communications peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français, italien et portugais.

CFPapers – Congrès International « L’eschatologie médiévale »

(Université de Santiago de Compostela,28-29 juillet 2020 28-29 juillet 2021)

L’eschatologie est l’une des composantes centrales de la culture chrétienne médiévale. La fin du monde, le Jugement Dernier, le salut, le messianisme, l’Antéchrist, l’Apocalypse ainsi que le millénarisme, sont autant d’éléments indispensables à ce que nous pouvons qualifier génériquement d’« eschatologie médiévale ». Dans ce contexte, l’arrivée de l’Antéchrist précède le Jugement dernier et la fin du monde. Cela en fait un terrain propice à l’apparition de prophéties et stimule la conformation d’un présent « en quête d’espoir » selon un futur salvateur ou de damnations qui se décidera lors du Jugement dernier. Ce scénario eschatologique médiéval se retrouve développé lors d’évènements, mais également par les auteurs, dans les textes anciens, par les mouvements sociaux ainsi que dans les représentations culturelles et artistiques.

[…]

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site La Escatología Medieval (version anglaise du CPF)

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 15 mai 2020 1er avril 2021 à l’adresse mail : israel.sanmartin@usc.es et devront se composer de :

  • Un titre
  • Nom et prénom de l’Auteur
  • Un résumé (1folio maximum)
  • Un bref CV (10 lignes maximum)

Les communications peuvent être envoyées en galicien, castillan, catalan, portugais, français, anglais ou italien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search