LA POSITION DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ MÉDIÉVALE – L’exemple de la péninsule Ibérique

L’étude de la place des femmes dans le passé est nécessaire non seulement pour élargir notre connaissance des sociétés historiques, mais aussi pour mieux comprendre les caractéristiques des sociétés actuelles.

L’ouvrage collectif Espacios de la mujer en la Península Ibérica medieval, publié début 2023, trouve son origine dans le Congrès international organisé en 2019 par le Groupe de recherche ITEM (Identidad y Territorio en la Edad Media / Identité et Territoire au Moyen Âge) à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid. Un évènement qui a réuni différents spécialistes de la question de l’espace des femmes dans les sociétés ibériques au Moyen Âge.

Aux premières réflexions faites dans le cadre de ces journées d’étude se sont ajoutées, par la suite, de nouvelles contributions de chercheurs qui ont abouti à l’ouvrage récemment édité. Le résultat est une somme d’analyses de l’espace, compris à partir de différentes perspectives, que les femmes occupent au sein de ces sociétés. Cet espace correspond tant à des lieux physiques que symboliques à l’instar des espaces de pouvoir, mais aussi d’une présence dans les textes, les documents et les interprétations historiographiques de leur corps et de leur fonction économique.

Reines, princesses, nobles, courtisanes, artisanes, domestiques et esclaves sont analysées pour tenter de contribuer à une meilleure connaissance de la réalité des femmes au Moyen Âge. Pour ce faire, deux aspects fondamentals ont été abordés : le monde andalou et le monde chrétien. Ce second aspect est, lui-même, divisé en deux dans l’ouvrage avec d’une part, les espaces de travail, sociaux et juridiques des femmes chrétiennes, juives et musulmanes dans les royaumes chrétiens et, d’autre part, leur rôle et leur présence dans les espaces de pouvoir.

Au total, douze chapitres offrent des contributions qui tendent à briser les idées reçues sur la situation des femmes dans les sociétés médiévales et à démystifier l’image leur image de personnages effacés qui accepteraient relégués dans la sphère privée et éloigné de la sphère publique.

Eduardo Jiménez Rayado (ed.), Espacios de la mujer en la península ibérica medieval, Sílex Ediciones, Madrid, 2022.

Le sommaire de l’ouvrage est consultable en cliquant ici.

Citer cet article :

Eduardo Jiménez Rayado , “LA POSITION DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ MÉDIÉVALE – L’exemple de la péninsule Ibérique”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 08/03/2024. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2884 

L’IMPACT DE L’EAU SUR LA SOCIÉTÉ – L’exemple de Madrid au Moyen Âge

Nos sociétés sont confrontées à un certain nombre de défis tel que la généralisation des discours de haine qui menace de normaliser les attitudes belliqueuses à l’égard de ceux qui sont considérés comme différents en raison de leur sexe, de leur identité, de leur origine ou de leurs croyances.  Nous devons également faire face aux dangers du changement climatique sous peine de disparaître à brève échéance. Dans ces luttes, il nous apparaît essentiel de nous tourner vers le passé. En effet, prendre conscience de la fluidité des frontières entre les différentes cultures qui ont partagé notre territoire nous permet de démasquer les faussetés des discours actuels. Par ailleurs, constater le rôle que le territoire où nous vivons a joué dans notre survie facilite la prise de conscience de l’importance de l’entretien et du respect du paysage naturel, de même que de la nécessité de mettre un terme à sa destruction. Dans Agua y sociedad en Madrid durante la Edad Media, c’est l’eau qui révèle le rôle fondamental du territoire et la perméabilité entre deux communautés médiévales apparemment opposées, musulmane et chrétienne, dans la formation de l’origine d’une ville tel que Madrid.

Dérivé d’une thèse de doctorat, soutenue en 2015 à l’Universidad de Valladolid, cet essai est un ouvrage monographique consacré à l’analyse critique du rôle de l’eau dans la construction et la configuration des sociétés du passé, tant sur le plan matériel que symbolique : organisation de l’espace, organisation économique, stratégie politico-militaire et base de la constitution de son système de représentations symboliques et idéologiques. Le contexte géographique est, comme l’annonce le titre de l’ouvrage, Madrid, la seule capitale européenne de fondation islamique, tandis que le contexte chronologique s’étend de sa fondation au milieu du IXe siècle jusqu’au début de l’ère moderne. Ces origines islamiques, et plus précisément ses racines imazighen-berbères et son rôle essentiel dans la relation que sa population a établie avec l’eau, constituent précisément un autre des éléments-clés de l’ouvrage. Une relation qui, avec quelques changements, a survécu au processus de conversion en ville chrétienne, à sa constitution, dès les siècles modernes, en tant que siège de la cour impériale des Habsbourg et à la construction d’histoires qui, depuis lors, ont re-imaginé ses origines pour lui donner l’honneur et le prestige qui conviennent à son nouveau statut.

Grâce à l’étude de la documentation municipale – des textes littéraires et hagiographiques, des sources archéologiques et toponymiques, ainsi que des études topographiques et environnementales – ce travail vise à reconstruire le paysage original sur lequel les premières familles de Madrid se sont installées et qui a eu une telle influence sur la configuration spatiale, économique et symbolique de l’agglomération. La grande disponibilité d’eau, dans un contexte de pénurie, a notamment permis à la ville de survivre aux changements continus qu’elle a connus. Elle a également servi de base à la construction de l’identité de ce centre à travers plusieurs éléments clés : son nom, Mayrit, lié aux cours d’eau de surface ; son panthéon local, avec des figures comme Isidro Labrador ou la Vierge d’Atocha liées au pouvoir symbolique de l’eau ; et son honneur et son prestige, fondés sur l’idée de la disponibilité d’une eau abondante et de grande qualité.

C’est précisément dans ce processus de construction identitaire que Madrid, malgré le passage des siècles et les grands changements qu’ils ont apportés, montre le plus clairement la convergence de son origine amazighe avec la tradition chrétienne médiévale.

Eduardo Jiménez Rayado, Agua y sociedad en Madrid durante la Edad Media, Cádiz: Editorial UCA, 2021

Le sommaire et l’introduction de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici.

Citer cet article :

Eduardo Jiménez Rayado , “L’IMPACT DE L’EAU SUR LA SOCIÉTÉ – L’exemple de Madrid au Moyen Âge”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 08/01/2024. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2756

RÉGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?

De la fin du IXe siècle à la seconde moitié du Xe, les territoires rassemblés à l’extrémité méridionale de l’archidiocèse de Narbonne voient plusieurs hommes issus des élites laïques locales se hisser à leur tête et y fonder de véritables principautés. Véritables comtes « pré-catalans », ces hommes y voient l’occasion d’ancrer leur pouvoir naissant dans des domaines qu’ils s’approprient sur un empire carolingien aux abois. Ils s’arrogent les honneurs confiés à leur famille par les souverains francs et font ainsi d’une charge publique un patrimoine autour duquel ils renforcent leur assise sur ces terres frontalières. Nouveaux maîtres d’une région allant des piémonts pyrénéens au Roussillon au nord, jusqu’à la ligne fluviale Llobregat-Cardener-Sègre au sud, ces comtes y déploient d’abord leur autorité grâce à leur collaboration avec les pouvoirs ecclésiastiques. Ils favorisent également la montée d’une aristocratie laïque de second rang, qui œuvre initialement comme relais des autorités comtales dans les périphéries de leur propre principauté et sur laquelle ils peuvent s’appuyer comme nous le verrons dans le présent article.


[Avertissement : les espaces géographiques dont il est question dans cet article recouvrent en partie la Catalogne contemporaine. Toutefois, cette dénomination n’apparaît qu’au début du XIIe siècle. Lors de la conquête de Majorque orchestrée en 1115 par le comte de Barcelone, Ramon Berenguer III le Grand (1097-1131), ses soutiens, des marins pisans, le qualifient de « duc des Catalans ». L’appellation ici utilisée des princes « pré-catalans », au-delà d’une vision téléologique ou anachronique, permet ainsi de mettre en avant la césure entre l’héritage commun de ces grands aristocrates et la désunion de l’ancienne Marche d’Espagne avec les nouvelles dynasties comtales.]

Depuis les campagnes de Charlemagne (778-814) et de ses lieutenants à la fin du VIIIe siècle, marquées par l’épisode de Roncevaux en 778 et la conquête de Barcelone en 801, le pouvoir franc se maintient péniblement sur sa frontière ultra-pyrénéenne. Les nominations entre délégués de la haute aristocratie impériale et les membres de l’aristocratie autochtone récemment intégrée à l’Empire s’alternent. Cette dichotomie est la source de conflits entre ces partis qui s’entremêlent, à l’image de la querelle entre Guilhemides et Borrellides. Ces derniers finissent par s’imposer durant le règne de Charles le Chauve (843-877), obtenant alors entre 862 et 878 leur nomination à la tête de plusieurs comtés situés à la frontière ibérique de l’archidiocèse de Narbonne (se référer pour ces éléments de contexte à l’article “La Marche d’Espagne– formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)“, notamment sa partie II). Durant cette longue décennie, ces aristocrates – descendants d’une élite autochtone liée à la Maison comtale de Carcassonne – réunissent entre leurs mains les différents postes de détention de la puissance publique de la région [Fig.1]. Sunyer II (862-915) est ainsi nommé à la tête des comtés d’Empúries et du Roussillon dès 862. Son cousin Guifred (870-897) obtient huit ans plus tard sa nomination dans les comtés de Cerdagne et Urgell avant qu’en 878, Louis le Bègue (877-879) ne lui concède les comtés associés à la cité de Barcelone.

Fig.1 – Généalogie simplifiée de la Maison comtale de Carcassonne, par l’auteur.

Loin de conduire, dès cette période, la reconquête d’une Hispanie alors presque entièrement dominée par les Omeyyades de Cordoue – qui connaissent même leur apogée à partir de 929 avec l’élévation de leur État au rang de califat par l’émir ‘Abd al-Ramhân III (912-961) – les comtes de la Marche sont alors essentiellement occupés à affirmer leur autorité, encore toute relative, sur les vastes domaines dont ils prennent pleine possession. Peu à même à s’opposer directement avec la puissance cordouane, ils concentrent leurs efforts sur la frontière, que Guifred parvient à redresser au mépris de sa vie, mais surtout sur l’établissement de réseaux qui étendent leur influence à travers leur principauté. Ainsi, autour de 885, il rétablit l’ancien diocèse d’Ausone. Cette action lui permet de rétablir le lien entre ses terres pyrénéennes en Cerdagne et dans la vallée d’Urgell avec celles méditerranéennes liées à Gérone et Barcelone [Fig.2]. Encore simples délégués du pouvoir franc à la frontière de son royaume, Guifred et Sunyer II mettent très tôt en œuvre des moyens visant à resserrer les liens entre les différents espaces sous leur autorité en accord avec les charges qui leur sont attribuées.

Fig.2 – Les principautés pré-catalanes et leurs évolutions c. 860-960, par l’auteur.

Alors que ces possessions appartiennent encore pleinement au souverain franc du temps des comtes Sunyer II et Guifred, leurs héritiers s’approprient personnellement les pouvoirs et revenus y étant associés au tournant du Xe siècle. Ils deviennent dès lors de véritables « princes » régionaux, qui ancrent leur pouvoir autour des pôles d’Empúries-Roussillon [Fig.4], de Barcelone-Ausone, de Cerdagne-Conflent et enfin d’Urgell [Fig.3]. Il s’ensuit sur plusieurs décennies une entreprise de renforcement de ces principautés, dont le destin fluctue selon les héritages, les accords diplomatiques entre comtes – leur titre officiel – mais aussi les affrontements face à la puissance musulmane voisine.

Autour de ces quatre principaux centres, qui deviennent dans la première moitié du Xe siècle autant de principautés indépendantes les unes des autres, quatre comtes se disputent avec leurs cousins rivaux la mainmise sur les ressources matérielles et symboliques de la Marche. Rapidement, du fait de l’importance de sa capitale ainsi que de son rôle frontalier majeur, le comte et marquis de Barcelone s’approprie la prééminence sur les autres grands aristocrates, ce qui ne les empêche pas ces derniers de contester son autorité. Eux aussi participent à une « course à la frontière » vers la Marche Supérieure d’al-Andalus tout en cherchant à accroître leurs richesses et privilèges par le gain d’évêchés et de monastères favorables à leur autorité.

À la mort de Guifred Borrell (897-911), comte et marquis de Barcelone, ses frères Miron II le Jeune (897-927) et Sunyer (911-947) se partagent ses possessions. L’aîné, Miron, accepte de céder à son cadet la possession de Barcelone et des pouvoirs associés. En échange, Sunyer doit renoncer au Ripollès, siège des monastères de Saint-Jean-des-Abbesses et surtout Sainte-Marie de Ripoll, riches fondations comtales et foyer de la mémoire dynastique pour le second, où le comte Guifred serait enterré [Fig.3]. Il découle de ces tractations une série de querelles dans la première moitié du siècle, qui opposent la lignée cerdane à celle de Barcelone pour le contrôle de ces riches vallées, dont l’abondance doit permettre de compenser la prédominance de la capitale barcelonaise.

Fig.3 – Généalogie des lignées fondatrices des principautés de Barcelone et de Cerdagne, par l’auteur.

Les monastères se révèlent être également des atouts de poids dans la recherche d’autorité des comtes sur leur principauté. À la suite des fondations monastiques de Guifred et son épouse Guinedilde dans le Ripollès à la fin du IXe siècle, ce sont tous les comtes qui vont s’affairer à rallier à leur cause des monastères, qu’ils fondent directement ex-nihilo ou s’attachent par la multiplication de dons.

Les évêchés représentent de même des enjeux primordiaux dans les luttes d’influences comtales. Ces familles cherchent donc à les ranger sous leur tutelle, notamment en plaçant à leur tête des hommes fidèles à leur cause, voire directement les plus jeunes membres de leur fratrie. De 916 à 947, le diocèse d’Elne est ainsi sous la coupe du pouvoir comtal d’Empúries, comme le montre les nominations d’Elmerad puis Guadall, les frères cadets du comte Gausbert [Fig.4]. Ces entreprises ont pour but de permettre aux différents princes d’assurer leur position en leur donnant une légitimité supplémentaire, tout en leur donnant accès aux vastes ressources foncières que contrôlent et mettent à profit les évêchés. Ainsi pour Ausone, fortement lié au pouvoir barcelonais, l’essentiel de la documentation localement conservée laisse deviner l’importance de l’évêché dans le défrichement et la mise en valeur des terres du diocèse – laissées à l’abandon à la suite des ravages subis au IXe siècle notamment pendant l’insurrection de ‘Ayshûn et Guilhem (se référer là encore à la partie II de l’article cité ci-dessus) – où les souverains barcelonais puissent par la suite pour récompenser leurs fidèles par l’octroi de terres et de titres.

Fig.4 – Généalogie de la lignée fondatrice de la principauté d’Empúries, par l’auteur.

Durant le premier tiers du Xe siècle, la concentration du pouvoir comtal se concrétise autour des grands sièges comtaux tels que Barcelone et des territoires associés aux évêchés et monastères. Pour ce faire, ils s’appuient sur une toile de localisations antérieures à l’époque comtale, longeant les voies romaines qui reliaient déjà les piémonts pyrénéens à la Gaule et aux villes littorales de la Narbonnaise, ainsi qu’à l’Hispanie. Assurer leur autorité autour de ces axes de circulation, le long desquels le peuplement s’était majoritairement établi, est d’abord une manière de contrôler la pérennité des déplacements. En effet, l’itinérance est primordiale pour ces princes en vue d’assurer la représentation de leur pouvoir. C’est également un moyen de taxer les échanges commerciaux qui empruntent ces mêmes voies. À titre d’exemple, en 939, Sunifred II d’Urgell (897-941) accorde, au travers d’une charte, la protection dans tous leurs déplacements aux moines de Saint-Sébastien de Junyent et aux habitants de la vallée du Cadí, à la croisée du comté d’Urgell, du Ripollès et du comté de Berga.

Pour compléter cette prise en main de leurs domaines, et en assurer la sécurité, les maîtres de la Marche sont contraints de déléguer une partie de leurs pouvoirs au sein de leurs possessions aux membres subalternes d’une aristocratie qui se hiérarchise, ces derniers se pressant à leur service afin d’en tirer profit et élévation sociale. Ces représentants correspondent à trois catégories distinctes : vicomtes, vicaires et une élite rurale subalterne qui tait son nom dans nos sources. Les séparations entre ces statuts restent poreuses et on observe de fréquentes ascensions sociales. C’est ce à quoi parviennent des propriétaires fonciers qui accroissent leur patrimoine dans les marges des comtés avant de mettre leur richesse au service des élites aristocratiques. Ils trouvent ces nouveaux biens à mettre en valeur d’abord au sein même des comtés, sur des terres abandonnées par les autorités comtales et ecclésiastiques, puis sur la frontière, face au monde islamique. La reconnaissance de cette élévation peut enfin être sanctionnée de l’octroi d’une charge.

Le comté de Berga, d’obédience cerdane, semble ainsi avoir été mis en valeur par le vicomte Brandoin. Sans doute originaire du comté d’Ausone, il y acquiert de nombreux biens dans la décennie 920-930. Dans les années 940, cette richesse foncière lui permet de se rapprocher de la comtesse douairière de Cerdagne, Ava (927-961), ainsi que de son fils, le comte Sunifred II (ca 940-966). Il a alors pu mettre à profit son patrimoine pour les soutenir dans le conflit qui les opposait au comte de Barcelone, Sunyer, oncle de Sunifred II de Cerdagne, à propos de l’héritage de Sunifred II d’Urgell [Fig.3]. Cet appui a pu motiver sa nomination en tant que vicomte dans le comté de Berga, où il devient par la suite le principal partenaire de Sunifred II de Cerdagne tout en y multipliant ses investissements fonciers.

Il existe dans chacun des comtés des aristocrates qui prennent une place croissante dans l’exercice du pouvoir, tout au long du Xe siècle. Reprenant le modèle d’autorité existant à leur propre échelle, ces nobles ancrent leur dynastie dans ces domaines, où ils accroissent leur influence tout en continuant de servir leur maître. Les vicomtes servent de relais auprès des tribunaux publics, ils administrent les terres concédées par les comtes et les soutiennent dans leurs conflits. Véritables petits seigneurs, forts d’une autorité assurée, ils en viennent même parfois à se dresser contre leurs maîtres. Durant sa régence, la comtesse Ava dut faire face au soulèvement du vicomte de Cerdagne Unifred, qui règne pour ainsi dire de manière quasi-indépendante à la croisée des comtés formant la principauté cerdane. Dans le comté de Gérone, lui aussi relativement autonome, le vicomte seconde avant tout l’évêque local, qui semble rester le principal maître du comté malgré les appétits du comte voisin de Barcelone. Là encore, le vicomte de Gérone porte la voix de l’évêque dans le reste de son diocèse.

Hiérarchiquement, au-dessous de ces vicomtes – premiers soutiens des princes pré-catalans – les sources révèlent également l’existence de vicaires. Ceux-ci sont placés à la tête des castra (castrum sing.) qui fleurissent alors sur l’ensemble de ces principautés. Si le terme renvoie le plus souvent à un lieu fortifié, il faut comprendre ici qu’il ne s’agit pas de simples fortins mais de véritables établissements fonciers, sortes de bourgs réduits où se concentrent les activités artisanales et marchandes sous la protection d’un maître. Depuis ces derniers, c’est tout un territoire qui est sous le contrôle de ces vicaires ; ils leur permettent de sécuriser des terres d’intérêt capital en raison de leur situation et/ou de leur fertilité, et protège les domaines du comte comme ses intérêts financiers. Au milieu du Xe siècle, le vicaire Salla concentre ainsi ses possessions dans un castrum (au sens du territoire placé sous sa domination) qui s’étend dans la vallée d’Osor, dans le comté d’Ausone, vallée où de nombreux moulins étant installés le long de la rivière éponyme qui la traverse. Il s’agit d’infrastructures incontournables à l’économie agraire du Xe siècle qui assurent bien à leur détenteur des revenus réguliers.

Les hommes à la tête de ces castra sont tenus de soutenir une familia étendue au sein de laquelle se retrouvent notamment plusieurs cavaliers armés, membres de la famille du vicaire mais aussi des fidèles, qui perçoivent une rétribution en échange de leur service et permettent le contrôle du domaine concerné. Le diacre Guadamir, fils cadet de ce même vicaire Salla, est installé sur la frontière du comté de Barcelone où il participe avec son père, puis son frère aîné Isarn (qui hérite de la charge paternelle) à développer l’influence barcelonaise dans le comté frontalier de Manresa. On devine ce parcours grâce à son testament, qui laisse aussi apparaître, à travers les dons d’armes à ses fidèles et les prières pour ses camarades prisonniers, cette familia qu’il avait pu constituer grâce aux revenus des terres conquises sur la frontière.

Nous voyons donc comment, en reprenant le double système de l’honneur et du bénéfice, tiré du monde carolingien, les comtes pré-catalans développent une organisation pré-féodale, qui doit pallier les faiblesses découlant de l’opposition entre l’étendue de leur principauté, leur volonté de s’étendre et le manque de personnel pour l’encadrer. Pour que ce système soit efficient, les grands seigneurs doivent encore faire le lien entre ces relais qu’ils mettent en place et les communautés rurales qui travaillent directement leurs terres. L’appropriation générale des terres de la Marche en parallèle à la patrimonialisation des charges comtales au début du Xe siècle offre aux comtes de vastes domaines d’où ils tirent des réserves foncières servant à récompenser leurs fidèles. Mais ces terres sont aussi leur principale source de revenus. Ils doivent donc y trouver, parmi les élites de la paysannerie libre – qui compose l’essentiel de la société d’alors – des agents à même de leur fournir la main-d’œuvre et l’encadrement nécessaires pour mener à bien les travaux agricoles. Ces riches paysans, qui forment donc la troisième catégorie hiérarchique de l’aristocratie pré-catalane, servent aussi de relais dans les tribunaux comtaux. Ils y font appliquer les décisions, participent par le biais de leurs témoignages, expertises et signatures des actes y étant souscrits, ce qui accroît la légitimité intrinsèque de ces cérémonies publiques aux yeux des communautés dont ils ont la charge. Ce sont enfin ces derniers qui organisent avec les vicaires, fréquemment issus de cette paysannerie, la défense des terres comtales. Ils participent au guet tout en servant dans l’ost, mettant leurs ressources à profit pour armer des cavaliers [Fig.5]. Ces éléments sont spécifiés dans la charte de 913 octroyée aux habitants de la villa (vaste exploitation rurale) de Vilamacolum. On y voit le comte Gausbert d’Empúries (915-931), alors associé au pouvoir de son père Sunyer II, ordonner aux habitants de la villa d’accomplir leurs services, participer à l’ost et payer le cens. Les hommes à la tête de la villa repoussent pourtant ces exigences, au titre de privilèges anciens qui les dispensent d’obéir à ces devoirs. Nous voyons alors que sans la collaboration de ces riches paysans, le pouvoir comtal se trouve bloqué.

Fig.5 – Enluminure du cavalier sauroctone issue du Beatus de Gérone (c. 975), folio 134v, manuscrit 7 (400x260mm), trésor de la cathédrale de Gérone.

Pour ces élites des frontières, la Marche d’Espagne post-carolingienne représente un terrain favorable à l’obtention de terres et l’accroissement de leur rang au sein de principautés encore en pleine formation. À la lumière de l’ensemble des éléments cités ci-dessus, nous constatons qu’il est impossible pour les comtes pré-catalans de gouverner ces principautés naissantes sans le recours à ces élites de second rang. Mis à profit dans un système découlant de l’organisation socio-politique carolingienne, ils échangent le service de ces hommes contre des terres, que l’on trouve en abondance dans la Marche en raison de la patrimonialisation des biens publics mais aussi des défrichages entrepris dans les périphéries et marges de leurs domaines. Administrateurs et relais de la puissance comtale dans sa principauté, cette aristocratie participe autant à la valorisation des domaines des maîtres de Barcelone, Llívia, Castellciutat ou Empúries, qu’à les défendre face aux incursions d’aristocrates rivaux mais aussi des razzias conduites par les seigneurs musulmans de la Marche Supérieure d’al-Andalus.

Dans un Xe siècle que l’on peut étirer des années 860 à 985 (date du sac de Barcelone par Al- Mansûr), se forment dans la Marche d’Espagne post-carolingienne des principautés aristocratiques autochtones. En leur sein, des dynasties profitent de la loyauté sans faille de leur père vis-à-vis des monarques carolingiens pour y récupérer des honneurs qu’ils attachent par la suite à leur propre patrimoine lorsque l’éloignement du pouvoir franc rend toute soumission symbolique. Par la suite, c’est au sein même de ces principautés que les princes assoient leur domination par la concession d’une partie de leur autorité à des fidèles, récompensés pour leur service par l’octroi de terres, bien immobiliers et titres.

À partir de cette aristocratie comtale (issue de la Maison de Carcassonne, qui se divise par la suite en diverses branches régionales) apparaissent, en particulier au mitan du Xe siècle, de vastes réseaux hiérarchiques structurant une aristocratie laïque qui s’empare alors pleinement du pouvoir. Cette vaste région, propice au développement de ces petits seigneurs en raison de l’abondance de terres à défricher ainsi que de celles à conquérir sur la frontière, représente ainsi un terreau favorable à l’établissement d’une élite qui peut être qualifiée de pré-féodale. L’aristocratie de la Marche d’Espagne post-carolingienne est donc largement hétéroclite, sa structure hiérarchisée répondant aux besoins des comtes pré-catalans, qui s’appuient pour régner sur les vicomtes, vicaires et de riches paysans à qui il ne manque d’aristocrate que le nom.

Citer cet article :

Matthieu Bayle, “REGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 16/10/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2548

Bibliographie :

ABADAL I DE VINYALS Ramon (1958), Els Primer Comtes Catalans, Barcelone : Vicens-Vives..

SALRACH Josep Maria (1987), Història de Catalunya, volum II, El Procés de Feudalització, segles III- XII, Pierre Vilar (dir.), Barcelone : edicions 62.

JARRETT Jonathan (2010), Rulers and ruled in frontier Catalonia, 880-1010 : Pathways of power, Woodbridge :The Boydell Press.

HURTADO Víctor (2014), Atles manual d’Història de Catalunya, Del Paleolític a la unió amb Aragó, Barcelone : Rafael Dalmau.

VERGÉS PONS Oliver (2017), Urgell mil anys enrere. Història política, social i econòmica d’un comtat i de la seva classe dirigent (870-1066), Barcelone : Universitat Autonoma de Barcelona.

CHANDLER Cullen J. (2019), Carolingian Catalonia : Politcs, Culture, and Identity in an Imperial Province, 778-987, Cambridge University Press.

VERGÉS PONS Oliver (2019), Estudis sobre els orígens de la noblesa medieval al nord-est peninsular (segles XXII), Anem, La Seu d’Urgell : Anem.

ZIMMERMAN Michel (2019), Naissance de la Catalogne, VIIIe-XIIe siècle, Limoges : Pulim.

SÉNAC Philippe (2020), Al-Andalus, une histoire politique, VIIIe-Xie siècle, Paris : Armand Colin.

CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle

Dans l’imaginaire collectif, la figure de la princesse a toujours fait l’objet d’un certain engouement avec leur mariage – qui conditionne leur fin heureuse ou malheureuse- et qui bien souvent constitue le moment culminant de leur existence. Aujourd’hui, l’étude de ces figures repose en grande partie sur un travail de déconstruction des légendes dorées ou noires qui leur sont associées. Dans ce cadre, les princesses espagnoles représentent un champ de recherche particulièrement riche car elles furent victimes de nombreux a priori souvent négatifs. Cet article présentera les outils permettant de mieux comprendre les enjeux qui se jouent pour elles à l’heure de célébrer leurs noces. En effet, c’est en relisant leur destin et les rôles genrés qui leur étaient imposés, tout en comparant leur vie respective, qu’il est alors possible de repenser des évènements bien connus comme le scandaleux « divorce » royal de Catherine d’Aragon, en 1532, et la « folie » de Jeanne de Castille, mère de Charles Quint.


Les princesses ont de tout temps fait l’objet d’un engouement qu’il soit littéraire, artistique, cinématographique ou encore audiovisuel. L’enfance de la plupart d’entre nous a été bercée par des histoires, tout droit tirées des contes de fées, où ces jeunes filles deviennent femmes au travers de leur mariage ; elles quittent alors le château paternel pour celui d’un (beau) prince étranger. Ce dernier accueille immédiatement sa nouvelle épouse dans sa demeure, dont il est sous le charme dès le premier regard. Ces histoires des noces princières dont on nous abreuve dès notre plus jeune âge sont basées sur ce fameux coup de foudre.

Au-delà du conte et de la fantaisie, ce mythe de l’amour au premier regard existe dans les sources historiques témoignant des alliances dynastiques, c’est-à-dire des unions entre deux familles princières. Celui-ci repose sur l’existence d’échanges de portraits pour que les jeunes princes et princesses puissent se voir avant le jour de leur mariage. L’amour, né soudainement, au moment de découvrir le portrait, se retrouve notamment dans les lettres d’amour du jeune prince Arthur, fils d’Henri VII Tudor et d’Elizabeth d’York, adressées à Catherine d’Aragon, fille des Rois Catholiques d’Espagne (fig. 1).

Fig. 1 – Juan de Flandres, L’Infance Catherine d’Aragon (?), vers 1496. Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid

Pareillement, la fille de cette dernière, Marie Ière Tudor serait tombée amoureuse du portrait de son jeune cousin Philippe II d’Espagne, fils du neveu de sa mère : Charles Quint (fig. 2). Elle aurait été si obsédée par ce portrait, qu’elle aurait fait fi de ses conseillers anglais peu enclins à une alliance espagnole et aurait ainsi obtenu un mariage d’amour.

Fig. 2 – Titien, Philippe II d’Espagne, 1550. Madrid, Museo Nacional del Prado ©Wikimedia Creative Commons

Jean Molinet, chroniqueur des ducs de Bourgogne, narre aussi ce sentiment qui naît à la découverte de Jeanne de Castille, princesse espagnole sur le point d’épouser Philippe le Beau, jeune prince bourguignon. Il décrit la jeune femme en ces mots :

la fille fort belle / Jenne s’appelle elle est doulce et humille / Fertille utille experte fort habille 

Bien entendu, il ne s’agit pas de prendre au premier degré ce que rapportent les sources à propos des mariages d’amour ni de la présumée beauté des fiancé(e)s. Il serait d’ailleurs plus juste de comprendre « de prestigieuse lignée », voire « riche », lorsque l’adjectif « belle » est utilisé. Loin de l’image romancée, l’alliance de deux familles souveraines peut viser plusieurs objectifs : augmenter son territoire, se lier à une famille noble ainsi qu’obtenir les faveurs économiques et/ou militaires du potentiel partenaire. Il semble, néanmoins, qu’il existe un besoin de justifier ces unions qui s’apparentent en réalité à une transaction où les promises sont converties en monnaie d’échange. La littérature et l’iconographie amoureuse imaginée autour de l’alliance sont en réalité une pure « propagande politique » brodée autour des négociations, durant lesquelles la fiancée est déracinée et implantée dans un nouveau royaume auquel elle doit offrir le prestige de sa lignée. Contraintes par le mariage, les jeunes épouses doivent dès lors servir fidèlement leurs deux « maisons » : celles qu’elles intègrent et à auxquelles elles doivent se conformer ainsi que celles dont elles sont issues, qu’elles doivent représenter fièrement.

Le cas des princesses espagnoles

Les princesses espagnoles, aussi dites infantes, ont particulièrement joué de malchance lors de leurs mariages, ce qui a éveillé l’intérêt des historiens. En effet, leurs unions ont été perçues comme des échecs. Les filles des Rois Catholiques (https://www.rah.es/reyes-catolicos/), au tournant du XVe et XVIe siècle, possèdent des destinées présentées comme particulièrement négatives par les sources qui leur sont contemporaines, de même que par celles postérieures. Isabelle d’Aragon, l’aînée, par sa mort tragique en couche en 1498 et son mariage infertile avec Alphonse de Portugal, voit son union élevée au rang de grande cause de la chute de la dynastie des Trastamare. L’Espagne passe alors à une dynastie germano-bourguignonne, celle des Habsbourg. Jeanne de Castille, la puînée, est connue sous le nom de Jeanne la Folle, notamment pour son prétendu amour fou à l’égard de Philippe le Beau qu’elle épouse en 1496. Ce dernier est un Habsbourg et par son mariage avec Jeanne le gouvernement des royaumes espagnols passe à sa famille et à son fils, Charles Quint. Marie d’Aragon , la cadette, récupère le mari de son aînée, Isabelle, à sa mort. Enfin, Catherine d’Aragon, la benjamine, fait un premier mariage éclair, en 1501, avec Arthur Tudor, prince de Galles, qui décède prématurément. Elle est ensuite unie, en 1509, à Henri VIII d’Angleterre, avec qui elle connait un mariage, semble-t-il, malheureux. La vaste historiographie, rédigée à la fin du XXe siècle, rapporte que Catherine était triste et dépressive sur l’île britannique. Son mariage est probablement le plus célèbre puisqu’il se conclut par un divorce (qui est, en réalité, une annulation de mariage) – le roi lui ayant préféré Anne Boleyn, mère de la future Élisabeth Ière d’Angleterre.

Les filles de Jeanne de Castille, les sœurs de Charles Quint, connaissent un sort guère plus favorable. Éléonore d’Autriche est mariée, en 1518, au roi du Portugal, de 30 ans son aîné, qui avait déjà épousé deux de ses tantes auparavant. De cette union née une fille dont Éléonore est séparée de force. À la suite de la mort de son premier époux, Éléonore est envoyée en France par son frère pour y épouser François Ier – ce mariage étant l’un des accords signés lors de la paix de Cambrai (1529). Elle vit alors dans l’ombre des maîtresses du souverain français auquel elle ne donna jamais d’enfants. Cette situation rend sa position instable au point qu’au décès de François Ier, Éléonore est contrainte de fuir le royaume. Sa sœur, Isabelle d’Autriche, la puinée, est envoyée au Danemark en 1515 où elle subit également l’infidélité de son mari, Christian II. Elle est condamnée à fuir, avec son époux et ses enfants, suite aux soulèvements de Suède. Le couple se réfugie aux Pays-Bas où Isabelle décède à l’âge de seulement 25 ans. Marie d’Autriche, appelée également Marie de Hongrie, la plus jeune des sœurs, est mariée à Louis II de Hongrie, en 1515. En 1526, Marie perd son époux et son royaume, du fait de l’invasion turque, elle refuse par la suite de se remarier.

Ces alliances dynastiques malheureuses semblent d’autant plus étonnantes que les royaumes d’Espagne, sous les Rois Catholiques, sont en pleine expansion. La conquête de Grenade, en 1492, n’a fait qu’accroître le prestige de cette dynastie. De même, Charles Quint, souverain des royaumes ibériques, étend son royaume au point de le convertir en véritable empire au moment où sa mère, Jeanne de Castille, est écartée du pouvoir en raison de sa supposée folie. Pourquoi ces unions sont-elles alors perçues comme des échecs ? Quelles sont les causes et les conséquences de ces légendes noires autour des unions des princesses espagnoles ?

Pour répondre à ces interrogations, il faut tout d’abord se débarrasser des idées préconçues qui nous empêchent d’appréhender ces mariages avec un regard critique et contextualisé. Les sources contemporaines, ou proches en date, des vies de ces jeunes femmes sont notamment des chroniques royales, c’est-à-dire des textes de propagande politique, qui ont longtemps été lues/entendues au premier degré. Ce fut le cas pour les peintres romantiques du XIXe siècle qui diffusèrent, par exemple, les images de la folie de Jeanne de Castille, dont la représentation de la souveraine désemparée et hors de toute raison au côté du cadavre de son époux (fig. 3 & 4).

Fig. 3 – Lorenzo Valles, La démence de Jeanne la Folle, 1867. Madrid, Museo Nacional del Prado © Wikimedia Creative Commons
Fig. 4 – Charles de Seuben, Jeanne la folle attendant la résurrection de Philippe le Beau son mari. Lille, Palais des Beaux-Arts ©RMN-GP – cliché René-Gabriel Ojéda

Or, tout le discours monté autour de la folie amoureuse de Jeanne est le fruit d’une fine manipulation du père de celle-ci, Ferdinand le Catholique, puis de son fils, le futur Charles Quint, pour récupérer son pouvoir et son autorité sur les différents royaumes et territoires ibériques.  Des siècles plus tard, les peintres romantiques reprennent cette légende noire, ainsi que celle des autres princesses espagnoles, en insistant sur la dimension émotive de leur triste destin. On remarque le même procédé avec Catherine d’Aragon qui est représentée suppliant son époux, Henri VIII d’Angleterre, de renoncer au divorce (fig. 5). Ce type d’images fortes continuent, aujourd’hui encore, à conditionner notre vision de ces faits tandis que l’historiographie insiste davantage sur le caractère raisonné de Catherine pour se défendre face à la menace d’être répudiée.

Fig. 5 – Henry Nelson O’Neil, Catherine d’Aragon plaide sa cause contre le divorce par Henry Nelson O’Neil, 1846-1848. Birmingham, Museum and Art Gallery ©Wikimedia Creative Commons

Réviser l’histoire des femmes et les nouveaux outils pour le faire

Les représentations qui nous sont parvenues de ces mariages peuvent être datées dans le temps. Selon l’époque et les intérêts scientifiques, elles ont pris différentes formes. Au XIXe siècle, avec la montée de discours nationalistes en Espagne, la vie de Jeanne de Castille, la reine folle d’amour, subit une relecture. Jeanne devient la traitresse à sa Nation, celle qui a vendu par amour ses royaumes à son époux bourguignon et pro-français. Par la suite, au début du XXe siècle, avec le nouvel engouement pour la psychologie, des historiens écrivent sur l’état mental des princesses. Jeanne aurait ainsi été schizophrène, tandis que sa sœur Catherine est diagnostiquée dépressive. À la fin du XXe siècle, avec le début de l’histoire des émotions et la grande pitié que pouvait inspirer les destins des princesses, celles-ci sont réhabilitées. Jeanne de Castille est désormais présentée comme une pauvre prisonnière. Sa sœur Catherine devient une reine malheureuse piégée en Angleterre. Éléonore, la sœur de Charles Quint, est décrite, elle aussi, bien triste en terres étrangères car aux prises d’un mari volage. Avec l’apparition du mouvement féministe, qui permet notamment l’essor de l’histoire des femmes, ces princesses sont alors perçues comme des héroïnes du passé ayant lutté pour leur liberté. Malgré ces évolutions, la plupart de ces figures féminines sont encore perçues au travers d’un autre prisme qui modifie notre perception de leur mariage : l’invisibilité. Trop souvent encore, les infantes espagnoles, et autres princesses, sont traitées comme un simple chapitre de la vie de leurs illustres époux. La méconnaissance dont elles font l’objet empêche ainsi de comprendre ce qui s’est réellement joué pour elles lors de leurs mariages.

Renouveler les recherches sur les princesses permet de repenser le pouvoir féminin. Les destins de ces femmes espagnoles laisseraient effectivement imaginer, au premier abord, qu’elles étaient dépossédées de toute autorité et qu’elles subissaient leur mariage. Cet aspect de l’Histoire existe bel et bien, mais il est trop réducteur de résumer leur existence à une « incapacité » à se saisir du pouvoir au côté de leur époux. Elles étaient préparées, éduquées, à être mariées à un souverain (ou futur souverain) étranger et à prendre un rôle complexe auprès de celui-ci. Par ailleurs, la notion de pouvoir, dans sa définition actuelle et son signifié, n’est peut-être pas optimale pour comprendre la vie de ces femmes, trop souvent perçues comme de simples objets dans les alliances dynastiques. En effet, le terme « pouvoir » renvoie à une image masculine. L’exercice du pouvoir est traditionnellement associé dans l’Europe chrétienne à des concepts d’autorité, de domination, de justice, de forces exercées par des hommes. Les princesses et les reines, étudiées ainsi, ne semblent pas avoir de place dans l’exercice d’un pouvoir monarchique qui serait masculin. Il en résulte que le destin de puissantes souveraines ayant elles-mêmes gouverné est perçu comme une exception ; c’est notamment le cas d’Isabelle la Catholique, reine de Castille, et mère du premier groupe de princesses présentées précédemment, qui même après son mariage à Ferdinand II d’Aragon continue d’assurer la gouvernance de la couronne de Castille.

Par le biais de l’Histoire des femmes, les chercheurs tendent à reconstituer les expériences de vie des personnages féminins dans le passé et à les réhabiliter dans l’Histoire commune.  L’Histoire du genre, pour sa part, s’intéresse à l’évolution des systèmes symboliques de ce concept dans le temps et selon les espaces – le genre renvoyant au « sexe social » ou à la « construction culturelle du sexe », pour reprendre les mots de l’historien Didier Lett. Partant de ce principe, il est possible d’étudier les princesses en sortant des imaginaires préconçus par des émotions collectives diffusées entre le XIXe et le XXe siècle. Les princesses ne sont plus à percevoir comme des victimes, ni même des héroïnes mal comprises dans ces histoires de mariage, mais elles agissent dans le cadre d’un pouvoir genré. Le concept de Queenship (« Réginalité » en français) constitue, pour l’historien, un outil qui considère qu’il existe un pouvoir sexué de la reine, non pas dans le but d’exécuter une hiérarchie entre les pouvoirs du roi et de la reine, mais d’envisager le pouvoir à travers un prisme nouveau et démasculinisé. De cette manière, le pouvoir de la reine et ses possibilités apparaîtraient. Par conséquent, pour comprendre la vie des infantes, il est nécessaire de comprendre leur environnement et les conditions réelles d’opportunité qu’elles avaient pour prendre une place particulière auprès de leur époux. Ces conditions changent selon les époques et les espaces. Ces possibilités d’action des princesses pour agir sur leur environnement en fonction de conditions particulières sont appelées sous le terme d’Agency (« agentivité » en français).

L’étude comparative des royaumes et des mariages pour s’extraire des idées préconçues

Le champ d’action de ces femmes change d’un royaume à un autre ; il en va de même d’une époque à une autre. L’étude comparative des royaumes et des mariages permet alors de s’extirper des idées préconçues. Mesurer le « déplacement » des futures souveraines au moment de leurs mariages permet d’observer à quelle forme de pouvoir elles ont été préparées et comment celui-ci prend forme dans la cour qui les accueille, c’est-à-dire celle de leur mari. Il s’agit ainsi de sortir des thèses de « folies » et de tragico-romance forgées par une longue historiographie, pour mieux comprendre comment le changement d’aire géographique mais aussi la transformation culturelle et sociale des princesses affectent les conditions d’exercice d’un pouvoir. Or, appliquer les nouveaux concepts que sont le Queenship et l’Agency pour réviser notre perception des destins des princesses espagnoles n’est possible qu’en les mettant en comparaison les unes avec les autres, car elles ne se marient pas toutes dans les mêmes royaumes et ne subissent pas une réception identique dans le temps présent et dans l’histoire.

Pour ne reprendre que quelques résultats de cette méthode, les princesses se mariant au Portugal pour plusieurs raisons, dont la proximité géographique et le mélange des familles nobiliaires portugaises et espagnoles, ont plus de facilité d’adaptation dans leur cour d’accueil.  Ce constat est bien entendu à nuancer, en effet, le Portugal demeure un royaume ayant parfois pris position contre les intérêts espagnols. Inversement, Catherine d’Aragon doit apprendre des langues et des manières étrangères pour tenir sa nouvelle maison désormais en Angleterre. Des lettres témoignent de son enseignement du français et des difficultés qu’elle avait à s’habituer aux températures anglaises.

Parmi les éléments divergents selon les cas de figure, et qui nous apportent de précieuses informations, il est important de prendre en compte les sources de revenus dont disposent les princesses. Il s’agit d’un élément clé pour comprendre leur capacité à se saisir, ou non, du pouvoir. Selon le contexte politique et économique du royaume dans lequel elles évoluent, il est possible d’observer des différences qui sont aussi conditionnées par le rapport diplomatique entre leur époux et leurs parents. Éclaircir les moyens économiques qui étaient à leur disposition permet d’avoir une vision plus juste de leur indépendance, une perception plus globale, qui nous empêche de tomber dans des clichés parfois faciles. C’est notamment le cas de Catherine d’Aragon, souvent réduite à son destin de femme répudiée. Cependant, en 1513, elle bénéficie d’une telle confiance de son époux qu’elle est nommée « Lieutenante Générale » du royaume d’Angleterre pour mener les guerres en Écosse pendant qu’Henri VIII est coincé à Calais. Son divorce arrive pour des raisons diverses qui ne peuvent se limiter à sa simple individualité ou l’absence d’héritier mâle, les motifs sont également diplomatiques. Le moment de la rupture entre Catherine et Henri VIII était aussi celui du rapprochement entre l’Angleterre et la France, ennemi des royaumes d’Espagne de Charles Quint, le neveu de Catherine.

Conclusion

Nous l’avons vu, les princesses espagnoles souffrent de représentations fortement négatives dans la postérité, ce qui a longtemps altéré notre façon de faire de l’Histoire à leur propos. Souvent victimisées, parfois considérées comme totalement dégénérées à l’instar de Jeanne de Castille, plus rarement héroïsée, y compris à outrance, ces femmes ont pourtant bel et bien joué un rôle important.  Leurs installations dans de nouveau royaumes ont permis des connexions entre des royaumes qui ont entraîné des mutations culturelles ainsi que la construction des États modernes actuels. Il s’agit d’un pan de l’histoire qui mérite d’être étudié en tant que tel et sous l’égide des nouveaux concepts scientifiques. Les historiennes et les historiens s’y intéressent davantage aujourd’hui, ce qui permet notamment de comprendre le rôle politique que pouvaient avoir ces princesses, mais également comment pouvait se créer cette vision de l’échec autour de leurs mariages, qui ne sont pas tant des preuves d’amour que des actes politiques. La relecture de ces unions permettrait de donner une voix plus juste à leur histoire et comprendre que les capacités d’action des femmes sont aussi liées à une temporalité historique et à un contexte diplomatique.

Fig. 6 – Affiche de promotion de la série “The Spanish Princess” © Fair Use

Bien que les historiennes et historiens cherchent à saisir la complexité du pouvoir féminin à la fin du Moyen Âge, aujourd’hui encore, nous avons du mal à la comprendre, comme en témoignent nos représentations contemporaines des princesses. Elles sont pensées avec des symboles monarchiques du pouvoir masculin qui n’ont pas forcément lieu d’être. Une épée, symbole masculin par excellence de la monarchie, est placée entre les mains d’une Catherine d’Aragon enceinte, dont l’armure s’adapte à cette rondeur, pour illustrer la série The Spanish Princess (fig. 6). Bien qu’il s’agisse d’une image construite par des non-spécialistes et destinée au grand public, elle dévoile notre perception du pouvoir féminin qui nécessite des modes d’expression inadéquats pour être transmis au plus grand nombre. Cependant, d’autres séries tentent de montrer de manière plus juste au niveau historique le pouvoir des princesses. C’est notamment le cas de la série espagnole Isabel qui met en scène l’influence de la souveraine à travers l’activation de son réseau de correspondances ou encore par la diffusion de leur sceaux et de leurs actes officiels. La  démarche est toutefois critiquée, car jugée ennuyeuse pour les téléspectateurs. Révéler les symboles d’un pouvoir féminin qui diffèrent de ceux du pouvoir masculin, constitue ainsi un enjeu majeur de nos illustrations actuelles de l’Histoire, mais aussi plus largement de notre compréhension du rôle de ces femmes au destin hors du commun.

Citer cet article

Clara Kalogérakis, “CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 18/04/2023. Permalien :https://espagnesmed.hypotheses.org/2180

Bibliographie

ARAM Bethany (2001), La reina Juana: gobierno, piedad y dinastía, Marcial Pons, Madrid.

SEGURA GRAIÑO Cristina (2003), « Utilización política de la imagen de la reina Juana I de Castilla », AMADOR CARRETERO P. & RUIZ FRANCO R. (éd.), Representación, Construcción e Interpretación de La Imagen Visual de las Mujeres, AEIHM-Instituto de Cultura y Tecnología Miguel de Unamuno, Madrid, p. 173‑189.

GUILHAUMOU J. (2012), « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, no 41, p. 25‑34.

EARENFIGHT Theresa (2013), Queenship in Medieval Europe, New York, Palgrave.

WOODACRE Elena (2012), « The Queen’s marriage; matrimonial politics in Pre-Modern Europe », dans (J.) Murray (éd.), Marriage in Pre-Modern Europe; Italy and beyond, Toronto, CRRS Publications, p. 29‑46.

LETT Didier (2013), Hommes et femmes au Moyen âge: histoire du genre, XIIe-XVe siècle, , Paris, Armand Colin.

ALEX-CODET, Cécile (2014), Femmes et éducation en Espagne à l’aube des temps modernes (1454 – fin des années 1520), thèse soutenue à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

BAZÁN DÍAZ Iñaki (2019), «Las mujeres medievales como agentes de paz y reconciliación. Elementos de análisis y discusión», e-Spania, 33 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/31445

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

KALOGERAKIS Clara (2022), « Le portrait contrasté de Jeanne de Castille : polyphonie dans les chroniques et les relations de voyage », e-Spania, 42 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/44559

SÉMINAIRE EN LIGNE – De la risa al miedo: las emociones en la Edad Media

Date : 21 octobre 2022

Lieu : en ligne / plateforme Teams

Langue des présentations : espagnol

Assistance libre à la session grâce au lien Teams (cliquer sur le mot surligné pour accéder à la session le jour J)

Programme

Vendredi 21 octobre 2021

10h – Présentation par le Président de la Société Espagnoles d’Études Médiévales (SEEM)

Dr. Juan Francisco Jiménez Alcázar (Univ. de Murcia) 

10h10 – Introduction du coordinateur du Séminaire “Transferencia y Divulgación 

Dr. José Antonio Jara Fuente (Univ. de Castilla-La Mancha) 

10h15 – Présentation du Séminaire De la risa al miedo par la coordinatrice

Dre. Alicia Inés Montero Málaga (Univ. Autónoma de Madrid

10h30 – Los múltiples rostros de la risa

Dr. Raúl González González (Univ. de León) 

11h – Conflicto y emoción en la Edad Media

Dre. Nuria Corral Sánchez (Univ. de Salamanca

11h30 – El miedo de los poderosos

Dre. Alicia Inés Montero Málaga (Univ. Autónoma de Madrid

12h – Débat

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site de la SEEM.

LA MARCHE D’ESPAGNE – formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)

Dès son apparition en tant qu’entité politique propre à l’époque médiévale, la Catalogne a su jouer de son passé afin de promouvoir son identité face à ses voisins. Cette situation s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui, et dans les débats actuels au sujet de sa prise d’indépendance vis-à-vis de Madrid, symboles et événements historiques tels que son hymne, son drapeau ou la célébration de son millénaire d’indépendance en 1988 sont encore fortement repris pour légitimer le choix de la distance avec l’État espagnol. Les IXe et Xe siècles, auxquels remontent la Marche d’Espagne, représentent également une période fondatrice de l’identité catalane, au point que certains historiens ont parfois voulu y voir la préfiguration téléologique d’un caractère indépendantiste naturel lié à ce peuple qui ne porte pas encore le nom de Catalan. Reprenant le travail de recherche de master 1 réalisé au cours de l’année passée, ce bref essai cherche à décrire l’évolution du pouvoir aristocratique dans les comtés de la Marche d’Espagne dans son exercice et ses relations avec les dirigeants des États limitrophes, au cours d’une période fondatrice pour l’identité et la culture catalane.


            À l’aube du VIIIe siècle, les guerriers musulmans d’Afrique du Nord pénètrent en Occident par le détroit de Gibraltar. L’Espagne wisigothique s’effondre devant eux en moins d’une décennie, ce qui les mène au contact de la Gaule où ils entament une série de razzias. S’ils ne cherchent pas à envahir ces territoires, ils s’installent cependant en Septimanie, dans le prolongement de l’ouverture pyrénéenne orientale. C’est dans ce contexte qu’ils se heurtent en 732 à Charles Martel vers Poitiers, sur la route menant à la ville de Tours qui abrite le riche monastère de Saint-Martin. Le pépinnide est alors maire du palais d’Austrasie, et sa victoire face aux pillards maures lui permet de s’imposer davantage dans le Midi sur les Aquitains, qui demeurent encore farouchement opposés au pouvoir franc implanté au-delà de la Loire. Cette œuvre d’expansion méridionale est poursuivie après sa mort, en 741 par son fils Pépin le Bref, qui lutte dans la région de Septimanie face aux établissements musulmans et leur reprend Narbonne autour de 759. Son fils Charles hérite de son royaume en 768. Roi guerrier, il entreprend de nombreuses campagnes : en Aquitaine, puis au-delà de ses frontières : en Italie et en Saxe. Il y trouve à la fois des richesses pour ses fidèles et y promeut sa foi en tant que protecteur de la papauté ; c’est dans ce contexte qu’il est appelé en 777 par des gouverneurs musulmans de la vallée de l’Èbre afin de les soutenir dans leur insurrection contre l’émir ‘Abd al-Rahmân l’Immigré.

Organisation de l’Empire de Charlemagne, carte issue du dossier « Charlemagne, les habits neufs de l’empereur », L’Histoire n°406, décembre 2014.

I. De Roncevaux à Barcelone : déboires et réussites des « libérateurs » francs à travers les Pyrénées

En pénétrant dans la vallée de l’Èbre, Charlemagne voit la possibilité d’étendre son influence politique et de gagner à la foi chrétienne de nouvelles populations. Nous pouvons penser qu’il a vu cette campagne comme le début d’une reconquête totale de l’Hispanie, selon le projet de redressement d’un nouvel empire romain d’Occident chrétien. Pour autant, malgré des préparatifs massifs, il est mis en échec au pied des murailles antiques de Saragosse et doit se résoudre à retraverser les montagnes pour faire face à une révolte en Saxe. C’est à ce moment qu’il tombe dans une embuscade tendue par les Vascons, des indigènes s’affrontant fréquemment avec les Francs en Aquitaine, qui assaillent son arrière-garde au col de Roncevaux, fournissant la matière à la Chanson de Roland, toutefois rédigée près de trois siècles a posteriori.

Si la campagne espagnole de Charlemagne est un fiasco, elle remue fortement la région. En effet, les Vascons sont transcendés par leur succès et l’émir omeyyade conduit plusieurs campagnes de représailles jusqu’aux Pyrénées pour châtier les rebelles. Ces querelles fragilisent la jeune frontière méridionale franque, et c’est ce qui pousse Charlemagne à y instaurer en 781 un royaume d’Aquitaine, qu’il confie à son fils Louis. Le renforcement de la présence franque et la sécurité qu’elle amène pour les populations chrétiennes les poussent à immigrer dans cette région, voire à remettre leurs cités sous leur obédience. C’est ainsi qu’en 785, les habitants de Gérone se remettent au roi des Francs, suivis peu d’années après par la Cerdagne et Urgell ; les premiers territoires de la Marche d’Espagne se dessinent.
Dans le territoire carolingien, une marche désigne une zone tampon destinée à la fois à protéger la frontière tout en servant de point de ralliement à de futures offensives contre les régions limitrophes. On en retrouve dans les Pyrénées, en Bretagne, ou encore sur la frontière orientale, face aux Danois, aux Slaves ou aux Avars. Dans le cas de la Marche d’Espagne, elle ne correspond jamais réellement à une zone administrative distincte, mais à l’appellation d’un ensemble de comtés où celui de Barcelone semble prédominer. Cette appellation voit sa popularité s’accroître au XVIIe siècle, quand des penseurs français cherchent à légitimer l’expansion française transpyrénéenne. Elle sera ensuite reprise par les penseurs catalans qui y voient une justification supplémentaire à leur quête d’autonomie.

La présence franque est assurée dans le royaume d’Aquitaine par l’envoi de dignitaires laïcs et ecclésiastiques, à l’image du duc de Toulouse en charge de la défense de la frontière pyrénéenne, Guillaume de Gellone, cousin du roi et héros de chansons de geste ; Charlemagne peut aussi s’appuyer sur des nobles locaux, tels que Borrell, issu du Conflent, qui est amené à diriger les comtés de Cerdagne-Urgell-Ausone dans la décennie 790. Ces aristocrates francs et indigènes luttent pour maintenir l’intégrité de la frontière, fréquemment violée par des bandes musulmanes et les armées de l’émir. C’est notamment le cas en 793 où les faubourgs de Narbonne et Carcassonne sont ravagés et l’armée du duc de Toulouse balayée. La fin du VIIIe siècle voit l’accroissement de la présence carolingienne dans les Pyrénées, illustré par le redressement d’anciennes forteresses et des installations de populations. Louis, le jeune fils de Charlemagne, fait finalement conduire son ost par Guillaume contre la ville de Barcelone, décrite par les chroniqueurs francs, tels qu’Ermold le Noir, comme étant un véritable repaire de pillards maures. Il existe plusieurs récits épiques du siège de la ville, qui tombe finalement aux mains des Francs en 801. Si la Marche d’Espagne peut dès lors être constituée, les armées franques n’iront pas plus loin et ne pousseront jamais la frontière de l’Empire au-delà du Llobregat.

Passé le temps des conquêtes, vient celui de l’installation : plusieurs comtés sont formés le long de la frontière, dont celui de Barcelone, d’Ausone, d’Urgell, de Cerdagne, de Gérone, d’Empúries et de Roussillon. Chacun d’eux trouve un comte à sa tête, mélangeant nobles francs et indigènes. Le modèle carolingien est également repris au niveau ecclésiastique. Ces territoires sont ainsi divisés en quatre évêchés : ceux de Barcelone, d’Ausone, d’Urgell et d’Elne. Ceux-ci doivent lutter contre une doctrine religieuse hispanique : l’adoptianisme, contraire au dogme promu par la papauté.

Carte de la «Marca Hispanica», «Navarri» et «Wasconia» en 806, dressée par Auguste Longnon, 1876

 

Malgré cette volonté d’unification politique et religieuse, ces territoires ne constituent jamais réellement un ensemble institutionnel cohérent. Si le comte de Barcelone peut détenir une certaine prééminence, il n’en reste pas moins l’égal des autres comtes. Chaque comte exerce ses prérogatives dans son propre domaine : conduite de la guerre, exercice de la justice, récolte des taxes, etc. ; ils servent aussi de liens avec le roi puis empereur des Francs. La Marche d’Espagne n’est en fait que la dénomination littéraire d’une zone frontalière mouvante.

Au sein de cette Marche, naît une opposition dans l’aristocratie frontalière entre deux partis. Autour de Béra, comte de Barcelone de 801 à 820, un « parti wisigothique » prône la paix avec leurs voisins musulmans, alors qu’un « parti franc », rassemblé autour des fils de Guillaume de Gellone, favorise une politique plus belliqueuse. Leurs dissensions poussent à la fomentation d’un complot, et Béra finit accusé de trahison en 820. Il est défait de ses fonctions après avoir perdu son duel judiciaire. En 825, la nomination de Bernard (futur duc de Septimanie), jeune fils de Guillaume et filleul de Louis le Pieux, permet au parti franc de s’imposer sur la scène politique pyrénéenne. Le nouveau comte de Barcelone s’illustre rapidement et fait passer la dignité comtale à un autre niveau en la portant sur le devant de la scène impériale.

II. De Bernard de Septimanie à Bernard de Gothie, la Marche face à l’Empire

Dès son accession à sa nouvelle charge, Bernard de Septimanie (825-844) se heurte à une révolte massive. En 826, une fraction de la Marche se soulève contre ses maîtres francs et ravage les comtés. L’insurrection est conduite par ‘Ayshûn et Guilhem : l’un serait un ancien seigneur musulman local et l’autre le fils de Béra. Cette alliance viserait à se débarrasser du poids de l’administration imposée par l’Empire franc et ses intermédiaires comtaux. Elle échoue finalement malgré les renforts de l’émir qui dévastent les comtés, en particulier celui d’Ausone, épicentre du soulèvement, qui est détruit. Le comte de Barcelone conduit la défense brillamment, au contraire des chefs de l’armée de secours, Matfrid d’Orléans et Hugues de Tours, principaux seigneurs de l’Empire franc, finalement évincés en raison de leur incapacité. Bernard, fort de sa gloire nouvelle, peut briguer le poste de chambrier à la capitale franque où il rejoint l’empereur, devenant son second, alors que ses charges dans la Marche sont récupérées par son frère Gaucelme et par les vicomtes.

Tableau généalogique des Guilhemides, par l’auteur

Malgré ses faits d’armes, Bernard de Septimanie est très peu apprécié à la cour de Louis le Pieux. Afin de le renverser, ses opposants l’accusent d’adultère avec la nouvelle impératrice Judith. En 830, rassemblés autour du fils aîné de Louis le Pieux, Lothaire, les grands de l’Empire chassent Bernard qui doit se réfugier à Barcelone. Ce coup d’État inaugure une décennie de renversements politiques, ce qui entraine l’affaiblissement du pouvoir de l’Empire. Durant cette période, se dessine une opposition entre « parti légitimiste » et « parti impérialiste ». Ces mêmes partis se retrouvent dans les territoires de la Marche. Bernard navigue, lui, entre les différents fils de l’empereur afin de garantir son pouvoir ; il s’oppose néanmoins toujours à Lothaire, qui a fait aveugler son frère Héribert en 830, décapiter Gaucelm et noyer sa sœur Gerberge dans la Saône en 834. Malgré ces troubles, le comte de Barcelone parvient finalement à se maintenir dans l’essentiel de ses charges. Il perd toutefois les comtés de Cerdagne et d’Urgell, qui sont confiés à son opposant politique Sunifred, le fils du comte Borrell d’Ausone et futur premier marquis de Barcelone.

Tableau généalogique de la maison comtale de Carcassonne, par l’auteur.

Les années 840 représentent une nouvelle étape dans la déstabilisation de l’Empire et de sa marche méridionale. Louis le Pieux meurt en 840 et ses fils se déchirent pour leur héritage, entraînant les aristocrates dans leurs querelles fratricides. Ces affrontements dégarnissent les frontières, ce qui facilite les incursions, comme en 841-842 où une armée émirale pénètre dans la Marche avant d’être renversée par les forces de Sunifred de Cerdagne-Urgell. Bernard de Septimanie, lui, achève d’irriter le roi du nouveau royaume de Francie occidentale, Charles le Chauve (838-877), qui le fait exécuter en 844 à Toulouse. Fort de son indéfectible loyauté et de ses succès militaires et diplomatiques face aux Omeyyades, Sunifred est nommé comte et marquis de Barcelone, ainsi que comte de Gérone, de Cerdagne et d’Urgell. Avec ses cousins, Sunyer d’Empúries et Oliba de Carcassonne, ils forment la maison comtale de Carcassonne et en viennent alors à dominer l’ensemble de la Marche, avant d’être balayés dès 848 par le fils de Bernard de Septimanie, Guillaume, qui est à son tour exécuté en 850 par le nouveau marquis nommé par Charles le Chauve. Cette exécution clôt la période d’affrontements entre les Guilhemides et les Borrellides (le clan des héritiers de Borrell).

Mort tragique de Bernard duc de Septimanie, dans Histoire générale de Languedoc, par deux religieux bénédictins de la congrégation de S.-Maur, tome 1, Livre Dixième, p. 522, Paris, 1730-1745.

Cette période est charnière dans l’évolution des rapports entre l’Empire et la Marche. En effet, à mesure que la Marche s’intègre de plus en plus dans l’Empire, elle s’en éloigne paradoxalement. Le comte de Barcelone la quitte pour aller siéger à la capitale de l’Empire franc, puis guerroyer pour divers prétendants au trône. Bernard de Septimanie cède son gouvernement à des vicomtes. Il passe le plus clair de son temps dans ses domaines bourguignons (sa famille détient depuis plusieurs générations le comté d’Autun), d’où il conduit ses vassaux et leurs levées vers les champs de bataille de la guerre civile. En parallèle, la maison de Carcassonne cherche davantage à s’imposer localement et multiplie les mariages avec les seigneurs voisins afin de se renforcer tout en n’oubliant jamais sa loyauté envers les empereurs francs.

Nous avons vu que les querelles à l’intérieur de l’Empire facilitaient les incursions étrangères en son sein. Cela explique le besoin de Charles le Chauve d’assainir le gouvernement de la Marche. Il y nomme donc des marquis étrangers aux conflits locaux après le massacre du clan de Carcassonne en 848, dont les héritiers cherchent lentement à se redresser. Cependant, ces marquis peinent à remplir la tâche qui leur incombe. De 850 à 878, quatre marquis se succèdent, et tous échouent à défendre efficacement la frontière, ou finissent par trahir leur souverain. Alors qu’ils participent à la défense du royaume face aux agressions des demi-frères de Charles, les comtés pyrénéens sont assaillis à plusieurs reprises. Leur administration est laissée à des vicomtes qui ne disposent pas de moyens équivalents à ces puissants aristocrates et ont donc du mal à exercer leurs charges. Charles le Chauve revient par la suite vers les héritiers des aristocrates lui ayant été traditionnellement fidèles : Guifred, le fils de Sunifred, récupère en 870 les comtés de Cerdagne et d’Urgell, qu’il partage avec son frère cadet Miron. Avec leurs cousins, ils s’opposent au marquis de Barcelone Bernard de Gothie (865-878), qui est entré en rébellion en 877. L’année suivante, Guifred, dit le Velu, obtient secrètement du fils de Charles le Chauve, Louis le Bègue, les charges de comte et marquis de Barcelone, ainsi que les comtés de Gérone, Cerdagne et Urgell, destinés à former le noyau traditionnel de la maison comtale de Barcelone et par extension téléologique, de la Catalogne à venir. Avec les nominations d’Oliba II à Carcassonne, de Sunyer II en Empúries et de Miron en Roussillon, de véritables dynasties tendent à se constituer dans la Marche, alors que ces comtes se trouvent être les derniers à être directement nommés par leurs souverains.

III. De fonctionnaires d’Empire à une aristocratie frontalière héréditaire

L’histoire de la fondation de la Catalogne est indissociable de Guifred le Velu, qui peut être perçu comme une sorte de héros national, déclencheur de « la Marxa a la Sobirania » ou marche vers la souveraineté, théorisée par Ramon d’Abadal, grand historien de la Catalogne alto-médiévale qui a décrit le développement de l’émancipation des comtes vis-à-vis de la royauté franque. C’est ainsi à lui que la légende prête la création du blason de la Catalogne, qu’il aurait obtenu du roi Charles le Chauve après avoir été blessé en repoussant une incursion normande dans le royaume de Francie occidentale. Celui-ci, en acquérant définitivement les bénéfices des comtés barcelonais et attachés, fonde la dynastie comtale de Barcelone, qui se maintient au pouvoir jusqu’au XVe siècle. Pour autant, ce marquis de Barcelone a eu un rôle bien moindre que celui que lui imputent les récits nationalistes rédigés à partir du XIIe siècle. Le principal succès du règne de Guifred est à chercher du côté du repeuplement de la frontière dévastée de ses comtés. Il donne un cadre aux mouvements d’expansion de la petite paysannerie en développant la restauration de châteaux qu’il cède à la noblesse pré-catalane, il soutient aussi l’établissement monastique. Dès 886, le comté d’Ausone est relevé par ses soins ; il y restaure un évêché et y fait ériger les monastères de Ripoll et Saint-Jean-des-Abbesses, sa fille devient d’ailleurs abbesse du dernier. Guifred relance également les assauts contre les musulmans de la frontière, et il meurt en 897 au cours d’un assaut contre Lérida, place forte des Banû Qâsî. 

Claude Lorenzale, Origine de l’écu des comtes de Barcelone, 1843/1844 (c) Wikimedia Creative Commons

Son fils Guifred-Borrell lui succède sans recevoir de nomination royale. En parallèle, trois dynasties commencent à se distinguer dans la Marche : celle de Barcelone autour de Guifred-Borrell, de Cerdagne derrière Miron II le Jeune, et d’Empúries avec Sunyer II. Le comte-marquis de Barcelone développe sa prééminence en raison de l’importance de sa capitale antique, de son rôle de garant de la frontière, de sa filiation à Guifred et de ses relations avec le personnel ecclésiastique pré-catalan.
Les comtes de la Marche quittent alors réellement les affaires de l’Empire, sans toutefois rompre complètement avec lui. Ils continuent de recevoir des diplômes et des confirmations royales, mais ne prêtent plus hommage et n’attendent plus d’être investis dans leurs charges. Le pouvoir comtal devient héréditaire et avec cela, les oppositions entre les clans reprennent. Elles se cristallisent essentiellement autour de questions d’attributions de terres ou de sièges épiscopaux. Les comtes s’affrontent dans des tribunaux comme il leur arrive de coopérer. La reprise en main locale du pouvoir et l’affaiblissement du voisin musulman permet la continuation de l’expansion frontalière, où les comtes favorisent le développement d’une petite noblesse guerrière, à qui elle cède des terres à administrer et défendre, tout en saccageant celles de leurs voisins musulmans.

Réunion dynastique des comtés de la Marche d'Espagne au tournant du Xe siècle et reprise de l'expansion frontalière, par l'auteur
Réunion dynastique des comtés de la Marche d’Espagne au tournant du Xe siècle et reprise de l’expansion frontalière, par l’auteur

Au fil des décennies, de nouveaux problèmes s’ajoutent. Si des alliances se perpétuent par l’intermédiaire de mariages interfamiliaux, les comtes s’opposent de plus en plus entre eux. Au début des années 940, Sunyer de Barcelone, dernier héritier de Guifred, et Sunifred II de Cerdagne, le fils de Miron II le Jeune, prennent les armes pour se départager dans leur querelle à propos de la succession du comté d’Urgell. En 942 à Baltargua, en Cerdagne, les Barcelonais l’emportent sur les Cerdans, mais le jeune fils de Sunyer, Ermengol, y perd la vie. Ces affrontements pèsent sur les comtés pré-catalans, notamment en raison du ralliement d’Al-Andalus à l’énergique émir ‘Abd al-Rahmân III, qui fonde le califat omeyyade de Cordoue en 929. Si les assauts musulmans contre la frontière avaient diminué en fréquence comme en intensité, le califat et la promotion du djihadqu’il entraîne permettent de les relancer. Privés du soutien franc, trop occupé à gérer un royaume affaibli et en proie à de nombreux troubles successoraux, les comtes catalans doivent lutter seuls face aux raids musulmans, notamment maritimes, comme en 935 où les rives des comtés de Roussillon, Empúries et Barcelone sont ravagées. Ce rostre de Damoclès force les comtes à traiter avec le califat, vers lequel les ambassades se multiplient. Il n’y a pour autant pas de soumission, des actions de représailles sont menées par les chrétiens, qui cherchent également à obtenir le soutien de la papauté. En 936, en réaction à la campagne de piraterie califale, Sunyer de Barcelone conduit ainsi ses vassaux au-delà de la frontière et défait le gouverneur de Valence. Face aux musulmans, la fortification des frontières, les grandes chevauchées et le soutien de la papauté semblent déjà préfigurer la Reconquête qui démarre au siècle suivant. À partir du XIe siècle, les chrétiens s’imposent sur leurs voisins musulmans, les comtes de Barcelone les soumettent à des tributs, grâce auxquels ils parviennent à s’affirmer sur la noblesse locale. C’est autour de cette domination que les comtes pré-catalans vont baser leur mainmise sur la région et réussir à s’imposer comme la dynastie principale, autour de laquelle l’idée de Catalogne va croître jusqu’à devenir dans les derniers siècles du Moyen Âge une puissance méditerranéenne majeure.

Conclusion 

L’histoire des comtes de la Marche d’Espagne est ainsi longue et complexe. Ils jouent au fur et à mesure du temps divers rôles : lieutenants du roi franc pendant les campagnes hispaniques, seigneurs semi-indépendants dans le cadre du développement des principautés post-carolingienne, ou encore soutiens des candidats à la pourpre lors des guerres civiles du IXe siècle. Fonctionnaires de l’Empire, ils gèrent la diplomatie de frontière, la guerre, mais aussi l’administration avec la levée des impôts, des troupes et de l’exercice de la justice. Ces charges caractérisent leur évolution avec une prise croissante de souveraineté dans leur exercice. À mesure que des dynasties locales s’accaparent les charges comtales, elles s’intéressent davantage aux agressions expansionnistes et à la défense de leurs terres, qu’elles encadrent en encourageant le développement agraire par l’octroi de diplômes comme le faisait auparavant l’empereur pour eux. C’est à partir de ces dynasties que se développent les familles aristocratiques qui vont façonner l’ancienne Marche d’Espagne, jusqu’à leur réunion sous le contrôle de la maison comtale de Barcelone au XIIe siècle. Si ces comtes pré-catalans ne rompent jamais réellement avec les souverains carolingiens, ils ne reconnaissent pas les divers usurpateurs du Xe siècle et coupent définitivement les ponts avec la couronne franque lorsqu’elle les abandonne après le sac de Barcelone en 985. À partir de cette date, les comtés pré-catalans exercent dans les faits leur autonomie, même s’il faudra encore attendre plusieurs siècles avant qu’ils n’évoluent en une entité politique catalane unie.

Citer cet article

Matthieu Bayle, “LA MARCHE D’ESPAGNE – formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 18/10/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1401

Bibliographie

ABADAL Y DE VINYALS, Ramon, Els Primer Comtes Catalans, 1958, Barcelona.

BONNASSIE, Pierre. La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, croissance et mutation d’une société, Tome 1 & 2, Toulouse, 1975-1976.

CHANDLER, Cullen, J., Carolingian Catalonia: Politcs, Culture, and Identity in an Imperial Province, 778-987, Cambridge University Press, 2019.

GUICHARD, Pierre, Al-Andalus, 711-1492 : une histoire de l’Espagne musulmane, Paris, 2011.
HURTADO, Víctor, Atles manual d’Història de Catalunya, Del Paleolític a la unió amb Aragó, Barcelona, 2014.

LE JAN, Régine (dir.). La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920), Lille, 1998.

RICHÉ, Pierre, Les Carolingiens, une famille qui fit l’Europe, Paris, 2012.

SALRACH, Josep Maria, El Procés de formació nacional de Catalunya (segles VIII-IX), Tome 1 & 2, Barcelona, 1978.

SÉNAC, Philippe, Charlemagne et Mahomet, En Espagne, VIIIe-IXe siècles, , Paris, 2015. – ZIMMERMAN, Michel, Naissance de la Catalogne, VIIIe-XIIe siècle, Limoges, 2019.

DE L’ENNEMI DOCTRINAL À L’ENNEMI FONCTIONNEL – Évolution de l’image des juifs à la Cour de Castille (1252-1371)

Le contraste est frappant entre la situation de la minorité juive en Castille sous le règne d’Alphonse X (1252-1284) – que certains historiens n’hésitent pas à qualifier d’apogée d’un point de vue démographique, financier et quant à la coexistence pacifique avec les chrétiens – et le tragique “pogrom” dont ils sont les victimes en 1391 en Castille comme dans d’autres parties de la péninsule ibérique. Pourtant, à peine plus d’un siècle sépare ces deux moments entre lesquels se sont sensiblement modifiées la situation de la minorité juive et son image. L’atmosphère de coexistence pacifique qui règne sous Alphonse X n’empêche pas les juifs d’avoir déjà une image d’« ennemi doctrinal », mais celle-ci évolue significativement au cours du siècle pour devenir celle d’un véritable « ennemi fonctionnel » contre qui la violence verbale puis physique peut se déchaîner. C’est sur cette évolution que se penche le présent article qui reprend un travail de recherche effectué dans le cadre d’un Master 2 de Recherche en Histoire réalisé en 2020/2021 sous la co-direction des professeures Claire Soussen et Emmanuelle Tixier du Mesnil.

 

Avertissement : nous vous recommandons de lire en amont « ALPHONSE X DE CASTILLE ET LES JUIFS – Image d’une minorité dans les manuscrits produits entre 1252 et 1284 », publié l’an dernier sur Espagnes Médiévales, afin de mieux comprendre le présent article

 


 

Avec la fin du règne d’Alphonse X dit le Sage (r. 1252-1284), le royaume de Castille entre dans une période troublée d’un point de vue politique, économique et social. Le contexte de la fin du XIIIe siècle et du XIVe siècle est ainsi marqué par un certain déclin démographique et une nette érosion de la rente seigneuriale, à l’origine de tensions sociales qui se trouvent amplifiées par des aléas politiques caractérisés par de féroces conflits de succession (Sancho IV, Pierre Ier), de longues périodes de régence dues à des minorités royales (Ferdinand IV, Alphonse XI) et d’importants épisodes de prédation seigneuriale. Le contexte intérieur de la Castille s’insère par ailleurs dans un environnement international agité avec des affrontements l’opposant à la plupart de ses voisins à un moment ou à un autre de la période.

 

1. Des traditionnels stéréotypes antijuifs au danger économique et social

 

L’ensemble de ces éléments influence de manière certaine l’évolution de l’image des juifs au sein de la société mais aussi leur situation au quotidien. Pour étudier cette question, nous nous sommes penchés sur un corpus constitué de manuscrits produits au scriptorium d’Alphonse X (œuvres à caractère historiographique, scientifique ou ludique), complétant ceux étudiés dans le cadre de notre Master 1, de chroniques royales, mais surtout des comptes-rendus (cuadernos) des assemblées représentatives (Cortes) de Castille de la période concernée. Ces Cortes ont l’avantage d’être réunies fréquemment, environ une réunion tous les deux ans, et d’aborder quasi-systématiquement des questions ayant trait à la minorité juive (150 décisions réparties sur 32 réunions de Cortes parmi les 36 documentées entre 1252 et 1371).

 

À la différence du corpus étudié l’an dernier, les aspects religieux et théologiques sont peu présents dans l’image renvoyée des juifs et ne représentent clairement pas une ligne de force. Nous y trouvons néanmoins quelques traces de « tolérance » et de protection sous condition de subordination comme nous avions pu l’identifier dans les œuvres juridiques et liturgiques d’Alphonse X. En revanche, la représentation des juifs dans les manuscrits retenus y est beaucoup plus nuancée. Ainsi, les marqueurs iconographiques (chapeau pointu, barbe, nez busqué) ne jouent qu’un rôle de convention et ne sont pas nécessairement le reflet de caricatures dévalorisantes.

Malgré ce constat, les poncifs continuent de marquer les juifs. Toutefois, ceux-ci se déploient sur un autre registre. En effet, ils se détachent du domaine religieux pour converger vers une dimension économique et offrir le portrait d’un groupe représentant un danger pour le corps social du royaume. Il ne s’agit plus alors d’une caractérisation physique des juifs, affublés de signes distinctifs tels que leur nez, mais avant tout de la construction d’une image mentale comme en attestent les représentations des manuscrits étudiés (Fig. 1, 2 & 3).

Fig. 1 – Libro de los juegos, T.I.6, 20r © archives de l’auteur
Fig. 2 – Libro de los juegos, T.I.6, 75r © archives de l’auteur

Cette image s’appuie sur la permanence d’un substrat de défauts qui sont reprochés aux juifs de longue date : obstination, incrédulité, accusations de crimes rituels, antagonisme, traîtrise ou enfin mauvais conseil. Mais la figure qui s’impose surtout est celle du juif cupide et malhonnête, parfaitement incarnée par l’image du « juif usurier ». La tromperie, la ruse et la malice sont alors les principaux travers reprochés aux juifs. Ils sont accusés dès le début du XIVe siècle d’être à l’origine d’un véritable cercle vicieux qui lie perception fiscale, prêt financier et tromperie, dans le but d’entraîner les chrétiens vers le surendettement et la banqueroute. Les juifs sont assimilés à des agents royaux en charge de l’extraction de la rente féodale et accumulent contre eux un fort ressentiment. Cela se traduit par le déploiement d’une panoplie d’expressions à connotation systématiquement négative (grandes daños/grands dommages, engaños/tromperies, malicia/malice, perjuizio/préjudice, infintas/feintes, encubiertas/ruses, furtos/arnaques, robos/vols, deservicio/desservir, etc.) pour décrire l’effet que les juifs ont sur le corps social du royaume. Le prêteur et le percepteur juifs finissent par représenter des personnages cherchant à faire du mal aux chrétiens en leur soutirant leur argent comme de véritables « suceurs de sang ». Ce discours participe alors à la construction d’un mythe selon lequel les juifs feraient courir un grave danger aux chrétiens de Castille.

Fig. 3 – Lapidario, H.I.15, 14r © archives de l’auteur

Les juifs continuent à fournir un service et une utilité économique et sociale reconnus, il n’en reste pas moins que l’image subliminale qui se dégage de ces sources est celle d’une population majoritairement perçue comme constituée de parasites indignes de confiance qui s’accaparent et détruisent le bien commun en plus d’être des ennemis de la foi. Cela justifie ainsi la volonté de tenir cette menace à distance par la séparation physique entre la population juive et chrétienne. Des requêtes demandant l’éloignement au niveau domestique ou public (interdiction d’utiliser des nourrices chrétiennes pour élever les enfants juifs, restrictions sur les lieux d’habitation, etc.) et la distinction par un signe (rouelle, interdiction d’utiliser des noms chrétiens) surgissent par intermittence et sont régulièrement accordées par le roi, tout particulièrement lors des épisodes de fragilité de l’autorité monarchique. Les tentatives pour renforcer les frontières religieuses et sociales ou bien instaurer des lois somptuaires (interdiction de porter des vêtements de certaines couleurs ou certains textiles luxueux) semblent néanmoins rester de l’ordre du simple discours. En effet, la réalité est bien différente de l’idéal exprimé qui reflète surtout l’anxiété de la société chrétienne vis-à-vis du judaïsme tout comme sa forte volonté d’ordonnancement.

 

2. Lutter contre les « positions d’autorité » des juifs sur les chrétiens

 

Cette offensive, menée principalement par l’élite urbaine, ne se limite pas à une tentative de ségrégation et se porte aussi sur le terrain juridique. Elle cherche à réduire l’autonomie dont bénéficie la minorité juive pour tenter de la ramener dans la sphère de compétence des concejos (institution du pouvoir municipal). Cela se traduit par de multiples tentatives pour mettre fin à l’existence des alcaldes apartados (juges particuliers dédiés aux affaires juives), tout en cherchant à amputer certains des privilèges juridiques juifs (non emprisonnement pour dette, secret professionnel, capacité d’appel). C’est également l’occasion de combattre la parole juive en mettant en doute sa crédibilité et sa dignité, au point de chercher à l’invisibiliser dans l’ensemble des procédures juridiques. L’objectif recherché reste néanmoins concentré sur un motif principal : affaiblir les juifs dans leur capacité à se défendre dans les litiges civils ayant trait aux questions de dette. L’analyse diachronique de la réponse apportée par les rois à ces requêtes illustre que celle-ci dépend fortement du contexte politique, en particulier du rapport de force entre monarchie et pouvoirs municipaux, rendant les concessions ainsi obtenues souvent temporaires.

 

L’oligarchie urbaine s’appuie aussi sur des prétextes religieux pour chercher à légitimer la politique de discrimination qu’elle tente de faire acter par l’autorité monarchique. Mais en y regardant de près, les requêtes des villes font surtout ressortir d’autres dynamiques en jeu : lutte contre des concurrents, perte de chance économique des chrétiens, préjudice institutionnel, lutte des villes pour leur autonomie contre un appareil monarchique cherchant à centraliser le pouvoir. Par ailleurs, le décalage entre la parole du souverain au cours des Cortes et la réalité de la situation à sa Cour est particulièrement frappant, du moins tel que cela nous a été transmis dans les récits de chroniques royales. En effet, chacun des règnes étudiés apporte des exemples d’un ou plusieurs juifs qui s’est vu accorder d’importantes charges officielles, souvent financières, en contradiction directe avec les affirmations et engagements royaux (à l’instar de Zag de la Maleha, Abraham el Barchilon, Samuel Bilforado, Yuçaf de Ecija, Samuel Ibn Waqqar ou encore le fameux Samuel Ha-Lévy).

 

Les élites urbaines tentent également de pousser à une régulation plus stricte de l’activité économique des juifs. Ce qui les préoccupe principalement, c’est, bien entendu, l’encadrement de l’activité de prêt afin d’en circonscrire les éventuels abus donnant par la même occasion naissance à une véritable bureaucratie. Les tentatives royales pour mettre fin aux prêts à usure en 1348 échouent. Un système hybride, où les juifs pratiquent à la fois le crédit tout en détenant des domaines agricoles malgré les nombreux efforts du patriciat pour les évincer de ce segment d’activité, semble s’installer.

 

Au mitan du XIVe siècle, les principales concessions obtenues par les procurateurs des villes sont soit remises en question, soit validées, mais d’application théorique, rendant ainsi le bilan de leur démarche mitigé. Toutefois, l’offensive menée a certainement créé, conceptualisé et renforcé l’hostilité des chrétiens envers les juifs. Elle a, de même, diffusé ce message au travers des cuadernos des Cortes alors que s’observe au même moment une hausse des liquidations forcées de dettes du fait d’un contexte économique dégradé. Cette dynamique renforce la perception des juifs comme responsables de la ruine des citadins de par leur rôle de prêteur ou leur participation active dans le système de recouvrement des impôts constitutif de « l’oppression économique » de la monarchie. L’ensemble de ces éléments convertit les juifs en « un maillon fondamental de l’extraction féodale des excédents » et explique probablement l’origine d’une partie de la rancœur et de la violence à leur encontre.

 

3. L’instrumentalisation de la minorité juive, du conflit d’autorité à la violence physique

 

En sus du ressentiment généré à son encontre, la population juive se retrouve régulièrement à la croisée de différentes luttes d’influence où elle est fréquemment prise à parti comme variable d’ajustement. C’est notamment le cas dans des litiges qui opposent le roi à l’Église sur la question de l’assujettissement et du recouvrement de la dîme ecclésiastique. Cela s’observe également dans le conflit de juridiction entre la justice royale et la justice ecclésiastique, opposition qui est par ailleurs doublée d’un conflit en termes de droit applicable (droit civil vs droit canon). Ce contexte donne l’occasion au roi d’utiliser la minorité juive comme un véritable instrument de gouvernement et d’affirmation de son pouvoir. En effet, le souverain peut décider de soumettre ou non les juifs au paiement de certains impôts, notamment nécessaires au fonctionnement de l’Église, cela de manière locale. Il utilise alors ce pouvoir pour engager, en cas de besoin, un bras de fer avec les pouvoirs ecclésiastiques locaux qui, pour leur part, s’en remettent à l’autorité papale pour tenter de faire céder le monarque en leur faveur.

 

 Il existe également des précédents dans les désaccords opposant le roi aux représentants des villes sur la question des entregadores apartados (agents de recouvrement des dettes impayées), très similaire sur le fond à celle concernant les alcaldes apartados (juges particuliers dédiés aux affaires juives) mentionnée plus haut. Il s’agit pour les concejos de s’approprier l’autorité administrative sur ces officiers de recouvrement. Les juifs prêteurs se retrouvent ainsi pris dans le feu croisé d’une lutte entre juridiction municipale et autorité royale. Dans cette opposition, le roi n’hésite pas à produire un discours rassurant envers les villes sur leur autonomie, tout en s’ingérant dans leurs affaires. Cette intervention royale est pourtant parfois réclamée à cor et à cri par les villes comme sur la question de la restructuration des dettes. L’élite urbaine demande ainsi à de multiples reprises, à partir de 1315, à pouvoir bénéficier d’amnistie et de moratoire sur les remboursements dus aux prêteurs juifs. Sur cette question, l’autorité royale démontre alors sa capacité à utiliser les juifs comme une monnaie d’échange pour intervenir dans la gestion des affaires municipales.

 

Un autre exemple d’instrumentalisation s’observe dans des litiges qui opposent le souverain aux nobles, au sein desquels les juifs peuvent jouer le rôle d’une pièce sur l’échiquier des conflits dynastiques ou des luttes entre factions nobiliaires. Les disputes peuvent en particulier concerner le recouvrement des impôts dus par les juifs. Ceux-ci sont la propriété du roi, et ce dernier tente à partir du XIIIe siècle de reconstituer son emprise sur ces montants (dont les droits ont été partiellement cédés au cours des XI-XIIe siècles par certains de ses prédécesseurs). D’autre part, les juifs sont parfois pris comme « cible de substitution » au pouvoir royal, au parti légitimiste ou au système féodal auxquels ils sont assimilés. Des juifs de Cour font aussi les frais de violences individuelles dans le cadre de luttes de faction, mais leur caractère spécifiquement antijuif est ici discutable.

 

Enfin, les juifs peuvent également être employés comme monnaie d’échange ou faire l’objet de campagnes de propagande lors des moments de tensions politiques. Nous pouvons ainsi observer une augmentation notable des pétitions à leur encontre durant les périodes de faiblesse du pouvoir royal. D’autre part, certains prétendants au trône, à l’exemple d’Enrique de Trastamare (futur Enrique II de Castille) durant la guerre civile de 1366-1369, n’ont pas non plus hésité à réaliser d’importantes campagnes antijuives pour mobiliser leurs partisans dans la course à la couronne de Castille. Nous ne pouvons qu’être frappé par l’accueil des plus favorables dont a bénéficié le message antijuif du clan Trastamare auprès de la population. Le mythe de « l’usurier qui étouffe les pauvres chrétiens », précédemment mentionné, a probablement préparé le terrain à une telle réception. Il fournit aussi un élément d’explication au passage à l’acte illustré par les importantes violences physiques de la décennie 1360-1370 dont les juifs sont victimes en Castille mais également dans la couronne d’Aragon. Il n’en reste pas moins difficile de mettre le doigt sur ce qui explique précisément ce phénomène. Une combinaison de plusieurs facteurs en est probablement à l’origine : une conjoncture économique complexe au cœur de laquelle les juifs apparaissent comme les figures visibles et détestées de la Cour, la circulation d’un message largement antijuif dans les cuadernos, le rôle critiqué des juifs dans l’extraction des excédents féodaux et une influence extérieure en provenance de plusieurs royaumes voisins.

Fig. 4 – Massacre de juifs à Barcelone durant les émeutes antijuives de 1391 (Josep Segrelles, ca. 1910) (C) Wikimedia Creative Commons

 

Conclusion

 

En conclusion, la période qui s’étend du milieu du XIIIe siècle à la deuxième partie du XIVe siècle représente un véritable tournant pour la minorité juive de Castille. Au cours de cette période, l’image négative et caricaturale dont elle était jusqu’alors affublée dans les ouvrages liturgiques et juridiques évolue progressivement vers celle d’un ennemi intérieur, présent au sein de la couronne castillane. Perçue comme un véritable danger pour la population, elle fait l’objet d’une large offensive par l’oligarchie urbaine qui tente de l’isoler, la marginaliser et la discriminer, tout en cherchant à en profiter pour se défaire des liens financiers les reliant (dettes, recouvrement d’impôts). La tension est alors portée à un tel niveau que la guerre civile de 1366-1369 débouche sur un passage à l’acte violent, marqué par des massacres importants de juifs et des tentatives d’élimination des traces documentaires des dettes dues aux prêteurs juifs.

 

Une fois Enrique II de Castille installé sur le trône et malgré un retour à une politique plus traditionnelle envers les juifs, le souverain doit faire face à des pétitions toujours plus acerbes à l’encontre de la communauté juive, illustrant le fossé qui s’est créé entre la position royale et celle des masses. Nous pouvons alors détecter trois discours différents au sein de l’antisémitisme qui imprègne peu à peu la péninsule ibérique : l’un, doctrinal, est porté par le discours théologique des ecclésiastiques ; un second, d’ordre politique, est porté par la noblesse et la monarchie ; enfin, il existe également un courant plus populaire. L’évolution observée du sentiment antijuif au cours de la période de 1252 à 1371 traduit d’une certaine manière la transition de la pensée doctrinale, qui se fait alors plus discrète, à la faveur du développement des deux autres courants portés par le contexte économique et les aléas politiques. De nombreux historiens ont vu dans les événements de la guerre civile de 1366-1369 et les vociférations des Cortes de Toro (1371) les prémisses du véritable “pogrom” de 1391 (fig. 4). Le chemin vers ce dernier événement n’était probablement pas inéluctable, toutefois le contexte étudié dans cet article a probablement joué le rôle de terreau fertile aux persécutions antijuives. Nous espérons pouvoir poursuivre, dans les prochaines années, l’analyse de cette période afin de mieux saisir ce qui, au cours des vingt années suivantes, a pu nourrir et amplifier cette tendance au point d’aboutir à de tels massacres de grande ampleur.

Citer cet article :

Alexander Mimoun, “DE L’ENNEMI DOCTRINAL À L’ENNEMI FONCTIONNEL – Évolution de l’image des juifs à la Cour de Castille (1252-1371)”, dans  Espagnes Médiévales, mis en ligne le 16/09/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1334

Bibliographie :

Julio VALDEÓN BARUQUE (1968), Los judíos de Castilla y la revolución Trastamara, Valladolid.

José María MONSALVO ANTÓN (1985), Teoría y evolución de un conflicto social : el antisemitismo en la Corona de Castilla en la Baja Edad Media, Madrid.

Pilar LEÓN TELLO (1988), « Disposiciones sobre judíos en los fueros de Castilla y León », Medievalia, n°8, pp. 223-52

José María MONSALVO ANTÓN (1998), « Cortes de Castilla y León y minorías », Burgos.

Yitzhak Fritz BAER (1992), A History of the Jews in christian Spain. Volume 1, from the Age of Reconquest to the Fourteenth Century, traduit par Louis Schoffman, Philadelphia.

Joseph SHATZMILLER (2000), Shylock revu et corrigé : les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, traduit par Sylvain Piron.

David NIRENBERG (2001), Violence et minorités au Moyen Âge, traduit par Nicole Genet, Paris.

Rica AMRAN (2009), Judíos y conversos en el reino de Castilla : propaganda y mensajes políticos, sociales y religiosos (siglos XIV-XVI), Valladolid.

Maya SOIFER IRISH(2016) , Jews and Christians in medieval Castile: tradition, coexistence, and change, Washington, 2016.

Giacomo TODESCHINI (2017) , Les Marchands et le Temple : La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse du Moyen Âge à l’Epoque moderne, traduit par Mathieu Arnoux, Paris.

Cecil REID  (2021), Jews and Converts in Late Medieval Castile: Breaking with the Past, New York.

CFPapers – Journées Internationales “RUTAS DE MERCADO, RUTAS DE ARTE”

(Universitat Politècnica de València, 17-18 novembre 2021)

Les personnes inscrites pourront suivre ces journées d’études en streaming, de même les intervenants pourront présenter leur communication en streaming.

ROUTES MARCHANDES, ROUTES D’ART. 1e Journées Internationales. Matériaux, procédés et artistes dans la configuration picturale méditerranéenne du XVe siècle.

Les études de la peinture gothique valencienne continuent d’être l’un des sujets les plus intrigants de l’histoire de l’art de la couronne d’Aragon. La transition du gothique italien vers la gestation et la consolidation du Gothique international sont particulièrement intéressants. Il s’agit de l’un des moments les plus significatifs pour comprendre le développement et la diffusion de ces styles. Il convient alors d’aborder un tel phénomène comme un fait multiforme et complexe, d’un point de vue historico-artistique, mais également d’un point de vue matériel et procédural, en explorant les liens existants entre les œuvres et les ateliers ; marchands, routes, pigments et colorants ; artistes itinérants et transmission technique. Ces éléments seront les axes centraux de recherche des conférences présentées durant ces journées d’études.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du CCIM

Les propositions de communication sont à envoyer jusqu’au 5 septembre 2021 à l’adresse mail : rutas@upv.es et devront se composer de :

  • titre de la communication
  • nom et prénom de l’Auteur
  • adresse électronique
  • nom de l’institution
  • un résumé

 

NÉGOCIATIONS MATRIMONIALES ET DIPLOMATIE AU MOYEN ÂGE – le projet anglo-aragonais de 1273-1291

Lorsqu’ils ne sont pas en guerre, les souverains cherchent le plus souvent à faire des alliances leur permettant d’assoir leur pouvoir. Dans ce contexte, les accords de mariage sont souvent le fondement et le cœur des unions politiques au Moyen Âge entre dynasties. Les négociations qui sont menées à ces occasions constituent alors une étape fondamentale du processus d’union, ainsi que des moments où chaque partie révèle diverses stratégies diplomatiques. Le projet matrimonial anglo-aragonais de 1273-1291, que nous verrons dans le présent article, permet d’illustrer les enjeux présents dans ce type de négociations, ainsi que les difficultés qui peuvent surgir pour les différents partis au moment de la construction d’alliances.


Le champ des relations diplomatiques  au Moyen Âge peut être divisé entre ceux qui sont « amis » et ceux qui ne le sont pas, voire de potentiels ennemis. Il n’y a dans les faits pas de place pour la neutralité. Ces « amitiés » peuvent alors être perçues comme un lien « quasi juridique » : ceux qui sont unis par ce dernier partagent des sentiments cordiaux mais se doivent également entraide et protection. Ces rapports d’amour et d’amitié sont le fondement même des alliances. Ils peuvent être entretenus par des lettres, des échanges d’ambassades, des rencontres entre princes, des échanges de cadeaux et des liens de parenté. Or, la parenté crée de fait une communauté d’amour et d’amitié. Ainsi, le mariage est l’un des principaux moyens employés par ceux qui cherchent à construire une alliance.

Les enjeux des négociations

Lorsqu’à la fin de l’année 1272, Édouard Ier d’Angleterre est couronné, il cherche rapidement des appuis face aux menaces qui pèsent sur le duché d’Aquitaine, terre dont les anglais ont la gouvernance depuis le mariage d’Henri II d’Angleterre avec Aliénor d’Aquitaine en 1152. En effet, ce territoire est limitrophe de quatre royaumes : celui de Castille, de France, de Navarre et de la couronne d’Aragon. Depuis le début du XIIIe siècle, l’Aquitaine avait été menacée par chacune de ces puissances à l’exception de l’Aragon. Il y existe donc l’éventualité d’une attaque externe. En outre, un des seigneurs du duché, Gaston de Béarn, y cause de nombreux troubles en 1272-1273. Les menaces peuvent donc également être internes.

Édouard est marié avec Eléanor, sœur du roi de Castille, depuis 1254. Il peut donc espérer déjà un soutien de la part de ce royaume et va alors tourner son regard vers la couronne d’Aragon, alors dirigée par Jacques Ier (1213-1276), dit « le Conquérant », et qui connait une incroyable expansion en Méditerranée. (fig.1)

Fig. 1 L’expansion méditerranéenne de la couronne d’Aragon aux XIIIe et XIVe siècles (Source : Marie-Claude Gerbet, L’Espagne au Moyen Âge VIIIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 1992, p. 250)

Édouard Ier, qui revient de croisade en 1272, est bien placé pour apprécier les avantages des conquêtes du souverain aragonais. Celles-ci lui offriraient un bénéfice non seulement d’un point de vue de prestige dynastique, mais également d’un point de vue stratégique pour aider à la reprise de la Terre sainte. En effet, alors que les voyages pour s’y rendre sont longs et périlleux, les nouvelles possessions aragonaises peuvent permettre aux croisés de faire le voyage en plusieurs étapes en territoire chrétien. Ils peuvent ainsi se ravitailler et trouver refuge face aux tempêtes.

Pour les Aragonais, cette possible alliance avec Édouard Ier présente également des intérêts certains, notamment pour faire face aux menaces du roi de France. En effet, en 1271 le comté de Toulouse est rattaché au domaine royal du roi de France et son influence s’étend jusqu’aux Pyrénées. Il peut donc directement inquiéter la couronne d’Aragon.

Notons également que dans les années 1265-1266, le troubadour provençal Paulet de Marseille, alors présent à la cour d’Aragon, compose une pastourelle où il fait savoir son désir de voir une alliance grandir entre le prince Édouard et l’infant Pierre d’Aragon :

« Senher, ieu volgra de N’audoart

E del nobl’ enfan ferma amor

Pos cascuns ha bel cors galhart,

E que ama pretz e valor »

(Messire je désire un amour fidèle entre Édouard et le noble infant (Pierre) car chacun a un beau corps gaillard et aime l’honneur et le courage)

 Il se peut donc que déjà à l’époque, dans la cour aragonaise, l’idée d’une alliance avec l’Angleterre ait été discutée.

La promesse d’union

La première mention de ce projet d’union se trouve dans le pacte de mariage conclu entre Édouard Ier et Pierre, futur roi d’Aragon sous le nom de Pierre III, fils de Jacques Ier, le 8 octobre 1273 à Sorde (Gascogne) (fig.2). Les deux souverains veulent alors unir leurs deux aînés respectifs : l’infant aragonais Alphonse et la princesse anglaise Aliénor. Le document souligne que les deux souverains cherchent à véritablement établir une alliance entre leurs deux dynasties en mariant leurs aînés respectifs.

Fig. 2 – Cavalier ou cavalière de la couronne d’Aragon tiré d’un registre contenant entre autres des copies de documents relatifs au projet anglo-aragonais de mariage entre Aliénor d’Angleterre, fille d’Édouard Ier, et Alphonse III d’Aragon. ( The National Archives E 36/274 ,f° 17v) © Archives de l’auteur

Les principaux concernés par cet accord sont alors âgés de huit ans dans le cas de l’infant aragonais, et de quatre ans pour la princesse anglaise. Si la consommation du mariage à cette époque n’est autorisée qu’à partir de douze ans pour les filles et quatorze ans pour les garçons, les familles commencent souvent les négociations dès leur plus jeune âge afin de pérenniser au plus vite l’alliance. En effet, une fois les fiançailles réalisées, et puisqu’elles sont un engagement public pour l’aristocratie, il est très compliqué et grave de les rompre. Ainsi, si le mariage est le fondement des alliances, les fiançailles en sont la promesse et engagent déjà jusqu’à un certain point les parties à l’entraide.

 Les fiançailles sont donc réalisées en 1273, et dès 1275, Pierre d’Aragon tente de consolider l’alliance en proposant un second mariage : celui de sa fille aînée Isabelle et du fils aîné du roi anglais. Ainsi, la princesse anglaise deviendrait reine de la couronne d’Aragon et la princesse aragonaise pour sa part serait un jour reine de l’Angleterre. Les liens entre les deux dynasties n’en seraient que renforcés puisqu’un membre de chaque dynastie serait présent dans la cour de l’autre. Ce second projet ne voit néanmoins jamais le jour, mais il traduit la volonté aragonaise de voir cette alliance entrer en vigueur.  

Le mariage par procuration

Arrive enfin l’an 1281. Huit années se sont écoulées depuis le début des négociations et les deux jeunes époux ont l’âge légal de consommer le mariage. Pierre III d’Aragon demande à ce que la princesse anglaise vienne à la cour afin de célébrer les noces, cependant le parti anglais répond qu’Aliénor est encore un peu jeune. Néanmoins désireux de conserver cette alliance, Édouard Ier envoie des messagers afin d’assurer au roi d’Aragon de sa volonté de voir l’union menée à terme. Ainsi, il fait parvenir en février 1282 une lettre de la princesse elle-même donnant son consentement à l’union. Toutefois, au printemps 1282, l’affaire n’a toujours pas avancé. Pierre d’Aragon envoie donc un courrier au roi d’Angleterre où il se plaint du retard et l’accuse d’inconséquence.

Pendant tout ce temps de nombreuses ambassades et missives sont échangées. Il s’agit parfois simplement de demander des nouvelles ou de négocier certains détails de l’arrangement. Les négociations sont longues, elles permettent au moins de créer un espace de dialogue entre ces deux pouvoirs.

Face à l’insistance de l’Aragonais, Édouard Ier fini par envoyer John de Vescy, l’un des ambassadeurs chargés de cette affaire, afin de conclure un mariage par procuration avec l’infant Alphonse d’Aragon. Ceci ne peut évidemment pas remplacer le vrai mariage, mais il s’agit toutefois d’un acte juridique fort, souvent réalisé avant la vraie cérémonie, particulièrement dans des situations comme celle-ci où l’éloignement géographique est très important. Le mariage par procuration a ainsi lieu le 15 août 1282 en présence d’Alphonse, qui est désormais considéré uni avec la princesse anglaise. Il ne manque plus que cette dernière soit envoyée en Aragon.

L’affaire sicilienne

Pourtant, des événements ayant aussi lieu en 1282 vont à nouveau retarder la conclusion totale du mariage.

Le 30 ou 31 mars 1282, une révolte éclate à Palerme en Sicile. L’île est alors sous contrôle de l’oncle du roi de France, Charles d’Anjou, qui a pris le trône à la dynastie des Hohenstaufen en 1266. Les Français de Palerme sont massacrés et les tueries se répandent dans toute l’île. Les Siciliens se tournent vers la dernière représentante de la dynastie Hohenstaufen, Constance, femme de Pierre III d’Aragon, et propose la couronne au couple aragonais. Pierre ne se fait pas attendre et débarque sur l’île le 30 août et est couronné dans la foulée.

Édouard Ier d’Angleterre est au courant de cette affaire mais les négociations pour le mariage se poursuivent normalement, d’autant plus que cette nouvelle conquête ne fait qu’accroitre le prestige de la couronne d’Aragon.

C’est sans compter que le pape Martin IV est également au fait de la chose. Ce dernier suspecte l’Aragonais d’avoir secrètement orchestré la révolte, si bien qu’il condamne ses actions et l’excommunie dès le mois de novembre 1282. Il offre en outre la couronne d’Aragon au fils aîné de Philippe III de France qui lance alors une croisade contre l’Aragon. Édouard Ier, qui doit allégeance au roi de France pour son duché d’Aquitaine, est convoqué pour lutter contre Pierre III d’Aragon. Il se retrouve alors dans une situation délicate car il ne peut aller contre la volonté du roi de France et du pape mais refuse d’abandonner le projet d’alliance avec la couronne d’Aragon. Pour compliquer l’affaire, les principaux intéressés, Pierre III d’Aragon et Charles d’Anjou, décident de s’affronter en duel à Bordeaux, c’est-à-dire sur les terres d’Édouard Ier. Le pape, horrifié par cette idée, supplie le roi d’Angleterre d’empêcher celui-ci. Finalement le duel n’a pas lieu. La situation ne se résout pas et Édouard est toujours dans une impasse.

  Le roi d’Aragon continue à réclamer l’envoi de la princesse mais Édouard ne peut pas désobéir au pape au risque de se faire lui-même excommunier. Surtout qu’entre-temps le fils de Charles d’Anjou, prince de Salerne, a été pris en otage par les Aragonais, exacerbant ainsi les tensions (fig.3) .

Fig. 3 – Le prince de Salerne, Charles II d’Anjou, est amené devant Alphonse III d’Aragon (British Library, Royal 20 C VII, f°23v) © The British Library

Désireux de ne pas rompre les négociations malgré ces péripéties, le roi d’Angleterre envoie plusieurs lettres à Pierre d’Aragon où il souligne la dangerosité du voyage qui empêche l’envoi de la princesse – repoussant ainsi l’échéance -, tout en assurant que l’interdiction papale du mariage n’a rien à voir avec ses réserves.

Négociations pour la paix

 En 1285, les principaux protagonistes du conflit, Pierre III d’Aragon, Charles d’Anjou et Philippe III de France décèdent. Édouard Ier tente alors de pousser les descendants à faire la paix et multiplie donc les ambassades vers l’Aragon et la France entre 1286 et 1288.  Une trêve franco-aragonaise est finalement accordée en juillet 1287, les négociations pour le mariage anglo-aragonais peuvent donc reprendre.

Le roi d’Angleterre et Alphonse, désormais roi d’Aragon, se retrouvent à Oloron-Sainte-Marie dans le Béarn à l’été 1287. Le chroniqueur catalan Ramon Muntaner rapporte qu’un mariage entre Aliénor et Alphonse est célébré à cette occasion, mais il n’est pas consommé.  

En octobre 1288, les différents partis s’accordent à signer la paix, Charles, prince de Salerne, est libéré et accepte de renoncer à la Sicile.  L’affaire semble donc réglée. Pourtant, le nouveau pape, Nicolas IV, profite du passage du prince de Salerne en Italie en juin 1289 pour faire couronner ce dernier roi de Sicile. Les animosités franco-aragonaises reprennent donc et il n’est plus sûr pour la princesse anglaise de venir. Édouard reprend donc les efforts pour instaurer la paix entre les différentes parties. Il y arrive enfin en février 1291. Ainsi, après dix-huit ans de négociations pour le mariage, la princesse Aliénor semble pouvoir partir retrouver son époux afin que l’union soit consommée et ainsi être pleinement valable. Le chroniqueur Ramon Muntaner rapporte que des célébrations sont données à Barcelone pour célébrer l’événement. Hélas, au même moment, Alphonse III d’Aragon tombe malade et décède sans que le mariage ne soit apparemment consommé.

Conclusion

Le considérable effort diplomatique déployé par Édouard Ier d’Angleterre, Pierre III et Alphonse d’Aragon fini en échec. Néanmoins, il apparaît qu’au long de ces dix-huit années d’échanges entre les deux souverains se crée une certaine amitié entre eux. Ainsi, en juillet 1294, Édouard Ier envoie une lettre à Jacques II d’Aragon pour lui proposer de continuer l’entente qu’il avait partagé avec son père, Pierre III, et son frère, Alphonse III. En outre, lors de la guerre franco-anglaise de 1294-1303, de nombreux chevaliers aragonais offrent leur aide au roi d’Angleterre. De même lorsque Édouard II d’Angleterre et Jacques II d’Aragon négocient un autre projet matrimonial dans les années 1320-1325, cette première alliance est constamment rappelée et mise en avant pour justifier la bienveillance qui règne entre les deux dynasties et solliciter qu’elle soit reconduite.

Bien que le projet matrimonial anglo-aragonais de 1273-1291 ne crée pas de liens réels de parenté, il semble qu’une sorte de parenté virtuelle se soit établie entre ces deux dynasties. Toutefois dans les faits, ce n’est pas une véritable entraide qui est fondée et donc il n’y a pas une véritable alliance. Néanmoins, le projet permet et favorise un dialogue entre le roi d’Aragon et celui d’Angleterre. Il apparait ainsi que les projets matrimoniaux, y compris ceux qui se soldent par un échec, révèlent des liens diplomatiques qui ne prennent sens qu’à la lumière de leur analyse.  

Citer cet article 

Zoé Plaza Leroux, “NÉGOCIATIONS MATRIMONIALES ET DIPLOMATIE AU MOYEN ÂGE – le projet anglo-aragonais de 1273-1291”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 9/11/2020. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=1110

Bibliographie

AURELL, Martin, Les stratégies matrimoniales (IXe-XIIIe siècle), Turnhout, Brepols, 2013

CHAPLAIS, Pierre, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, Londres, Hambledon and London, 2003

FEDELE, Dante, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XVIIe siècles). L’ambassadeur au croisement du droit, de l’éthique et de la politique, Baden-Baden, Nomos Verlag, 2017

FERRER MALLOL, María Teresa ; MOEGLIN, Jean-Marie ; PÉQUIGNOT, Stéphane ; SÁNCHEZ MARTÍNEZ, Manuel, Negociar en la Edad Media. Négocier au Moyen Âge, Barcelona, Consejo Superior De Investigaciones Científicas, Institución Milá y Fontanals, Departamento de Estudios Medievales, 2005

GOODMAN, Anthony, « Before the Armada: Iberia and England in the Middle Ages », dans England in Europe, 1066-1453, éd. NIGEL Saul, New York, St. Martin’s Press, 1994 pp. 108- 120.

GOODMAN, Anthony, « England and Iberia in the Middles Ages », dans England and her neighbours, 1066-1453. Essays in honour of Pierre Chaplais, Michael JONES et Malcolm VALE (dirs.), Londres, 1989, pp. 72-96

MOEGLIN, Jean-Marie, PÉQUIGNOT, Stéphane, Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge (IXe-XVe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017

PÉQUIGNOT, Stéphane, « Les diplomaties occidentales » dans Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Publications de la Sorbonne, Paris, 2011, pp. 47-66

RUNCIAM, Steven, The Sicilian vespers a history of the Mediterranean world in the later thirteenth century, Baltimore, Penguin Books, 1960

WILKINSON, Louise, “Royal Daughters and Diplomacy at the Court of Edward I”, dans Edward I: New Interprétations, éd. Andy King et Andrew M. Spencer, Martlesham, Boydell & Brewer, 2020, pp. 84-104

ALPHONSE X DE CASTILLE ET LES JUIFS – Image d’une minorité dans les manuscrits produits entre 1252 et 1284

Parangon de la « convivencia » ou précurseur des « antisémites », l’attitude d’Alphonse X envers la minorité juive donne lieu à des opinions contrastées entre chercheurs. Afin d’explorer cette question, on analyse l’image des juifs telle qu’elle ressort de sources juridiques et liturgiques produites à sa cour sous l’impulsion du souverain. Les juifs sont l’objet de nombreux stéréotypes religieux mais aussi « populaires », qui traduisent la coexistence de deux courants de pensée concernant la place à leur accorder au sein de la société chrétienne. Certaines contradictions entre ces deux courants, oscillant entre « criminalisation » et « tolérance sous condition », sont à l’origine d’une partie de l’ambivalence attribuée à Alphonse X envers la minorité juive.

Le présent article reprend un travail de recherche effectué dans le cadre d’un Master 1 de recherche en Histoire réalisé en 2019/2020 sous la co-direction des professeures Claire Soussen et Emmanuelle Tixier du Mesnil


À la suite de la mort de son père Ferdinand III, Alphonse X monte sur le trône de Castille en 1252 et y règne jusqu’en 1284. Il hérite d’un royaume largement agrandi où la frontière avec les royaumes musulmans a été repoussée très au sud de la péninsule ibérique, incorporant au passage d’importantes villes comme Cordoue (1236) ou Séville (1248). Une des conséquences de ces importants gains territoriaux est qu’Alphonse X devient l’un des premiers souverains chrétiens médiévaux de la péninsule ibérique à devoir gouverner d’importantes minorités non chrétiennes, dont la minorité juive forte de plusieurs dizaines de milliers d’âmes. Cette minorité occupe une place importante dans sa politique de colonisation des nouveaux territoires de la couronne de Castille, et il y trouve des sujets en mesure de se rendre très utiles grâce à leur maîtrise de l’arabe ou de savoir-faire administratifs et financiers.

Les sources utilisées pour notre étude de l’image des juifs

Les contradictions et ambivalences ne manquent pas pour celui qui s’intéresse au règne d’Alphonse X de Castille. Ses relations avec la minorité juive de la péninsule ibérique ne font pas exception à cet état de fait. Certains historiens considèrent ainsi que le souverain mérite pleinement son surnom de « el Sabio » (le Sage / le Savant ), faisant de lui un premier prince « humaniste ». Ils mettent ainsi en avant sa capacité à s’entourer de scientifiques, médecins et autres fonctionnaires issus des minorités juives et musulmanes en les traitant avec considération. D’autres historiens, en revanche, perçoivent Alphonse X comme un « fils de son temps », un homme qui adhère en pensée comme en acte à tous les stéréotypes négatifs frappant les juifs, qui sont alors considérés comme déicides, infanticides ou encore comme d’avides usuriers.

Afin de tenter de mieux comprendre laquelle de ces deux positions est la plus proche de la réalité, nous nous sommes penché sur « l’image » des juifs – au sens iconographique mais aussi textuel – qui ressort dans les ouvrages produits à la cour d’Alphonse X. Les manuscrits produits par le scriptorium d’Alphonse X sont de nature très variée : oeuvres scientifiques (en particulier dans le domaine de l’astrologie), codes juridiques, chroniques historiques ou encore recueils de poésie liturgique. Compte tenu de sa prolixité, nous avons commencé par sélectionner un échantillon d’ouvrages juridiques et liturgiques. Pour le corpus juridique, nous nous sommes concentré sur le Fuero Real (un code municipal rédigé autour de 1255 et octroyé par Alphonse X aux villes nouvellement conquises lors de la « Reconquista ») et les Siete Partidas (code juridique majeur rédigé entre 1256 et 1265) dans lesquels la minorité juive occupe une place certaine avec plus de 300 mentions dans 120 articles de lois différents. Au-delà de la présence au travers des textes, les ouvrages liturgiques offrent l’avantage d’être riches en représentations, ce qui nous a amené à retenir les Cantigas de Santa Maria. Ce recueil de 427 poèmes de louanges mariales, rédigé en trois phases entre 1265 et 1284, fait jouer un rôle aux juifs dans une quarantaine de ses poèmes allant d’un rôle principal à une simple mention anecdotique. Surtout, l’un des manuscrits des Cantigas de Santa Maria qui a survécu, trèsrichement enluminé et surnommé Codice Rico, dispose d’une quinzaine de poèmes illustrés avec des représentations iconographiques de juifs datant de la fin du XIIIe siècle.

Une image teintée de stéréotypes

Fig.1 – Cantiga 3 (T.I.1) © archives de l’auteur
Fig. 2 – Cantiga 4 (T.I.1) © archives de l’auteur

On ne peut qu’être frappé par la représentation iconographique, très stéréotypée, des juifs dans les miniatures des Cantigas de Santa Maria (Fig. 1, Fig. 2), avec leur « profil sémite », c’est-à-dire de grands yeux, une barbe sombre et pointue, un large nez crochu, portant un chapeau pointu ou un vêtement à capuche et caractérisé par de grands gestes tortueux. Ce modèle qui apparait dès le milieu du XIIIe siècle affuble les juifs de traits caricaturaux qui leur collent aujourd’hui encore à la peau. Néanmoins, il ne s’agit pas dans le cas qui nous intéresse de caricature mais plutôt d’une norme aidant à l’identification de ces personnages juifs. Il est ainsi possible d’observer dans au moins deux poèmes (Cantigas 4 et Cantigas 108) la transformation physique des traits du visage du personnage juif une fois que celui-ci a opté pour une conversion au christianisme. Ce phénomène traduit, d’une certaine manière, qu’au XIIIe siècle, le caractère juif n’était pas encore considéré comme inné ou indélébile (Fig. 3, Fig. 4). Cela ne sera plus le cas une fois que rentreront en ligne de compte, en contexte ibérique, les lois de « pureté du sang » (limpieza de sangre) après le milieu du XVe siècle.

Fig. 3 – Cantiga 4 (T.I.1) © archives de l’auteur

L’image des juifs dans les Cantigas de Santa Maria n’en est pas moins teintée de stéréotypes largement négatifs. Ils sont ainsi présentés comme les ennemis de la foi chrétienne, les coupables d’infanticides, les instruments du diable et d’avides et malhonnêtes usuriers. Néanmoins, leur destin n’est pas définitivement scellé, ils peuvent encore retrouver le droit chemin grâce à la conversion qui se doit d’être volontaire et acquise par la conviction. Ainsi la grande majorité des juifs tenant un rôle principal dans l’un des poèmes des Cantigas de Santa Maria terminent soit convertis soit morts. Cela n’est pas le fruit du hasard mais plutôt le reflet de la position théologique prônée par les ordres mendiants, en pleine expansion en Europe depuis le début du XIIIe siècle, quant à la place qu’ils veulent bien accorder aux juifs au sein de la société chrétienne. En effet, suite à la « découverte » du Talmud (texte fondamental du judaïsme mettant par écrit la loi orale accompagnant la loi écrite de l’Ancien Testament) par les Frères prêcheurs et les Frères mineurs lors de la Dispute de Paris (1240) et de celle de Barcelone (1263), ceux-ci estiment que les juifs se sont écartés de leur ancienne loi et sont donc des hérétiques ne méritant plus la tolérance prêchée par saint Augustin au IVe siècle qui leur attribuait une fonction de peuple-témoin. Leur présence n’est donc plus nécessaire ni souhaitable au sein de la société chrétienne dont ils doivent être extraits soit par la conversion, soit par l’expulsion, ou en dernier recours la mort. On assiste alors à une certaine « criminalisation » du judaïsme que les stéréotypes populaires négatifs aident à justifier ou légitimer.

Fig. 4 – Cantiga 4 (T.I.1) © archives de l’auteur

Les juifs entre insertion et distinction

Pour autant, la position de tolérance « augustinienne » reste vivace dans les textes de lois rédigés et promulgués au cours du règne d’Alphonse X (fig. 5). Ceux-ci sont effectivement les produits d’une longue tradition qui se nourrit à la fois du droit romain et du droit canon. Ils reflètent ainsi une politique de « tolérance » de la minorité juive, assortie de protections pour ce qui concerne sa liberté de culte, ses synagogues, ses fêtes, ses biens, ainsi que ses personnes et d’une certaine autonomie juridique des aljamas (communautés). Mais cette protection et cette autonomie sont également conditionnées à une infériorisation légale et sociale. Un arsenal de dispositions est prévu afin de tenter de maintenir une distance sociale entre la minorité juive et la société chrétienne d’accueil. Il est ainsi, par exemple, théoriquement interdit de partager sa table ou du vin avec un juif ou encore de fréquenter les mêmes thermes. On cherche à protéger la société chrétienne de leurs blasphèmes, d’éventuelles relations sexuelles interreligieuses tout comme de leur démarche prosélyte potentielle, en particulier envers des personnes influençables qui pourraient se trouver sous leur emprise financière ou sociale. Dans les faits, ces dispositions ne sont pas toujours strictement respectées et leur application dépend pour beaucoup de l’utilité sociale dont peuvent faire preuve les juifs. Ainsi, Alphonse X n’hésite pas à donner des postes d’autorité dans l’administration fiscale, comme lorsqu’il confie la fonction d’almojarife mayor (collecteur fiscal principal) à Zag de la Maleha, en opposition avec les dispositions du code des Siete Partidas. De la même manière, il autorise la création de nouvelles synagogues à Séville ou à Tolède dans le cadre de sa politique de colonisation des territoires nouvellement conquis, toujours en opposition avec les codes juridiques en place. Il est également intéressant de constater qu’il n’impose nullement le port du signe distinctif aux juifs tel que prévu par le concile du Latran IV (1215) et pourtant entré dans le corpus des Siete Partidas. Si ces « dérogations » peuvent être favorables aux juifs, elles peuvent aussi s’avérer défavorables en fonction des circonstances. C’est notamment le cas lorsque Alphonse X, utilisant des méthodes mises au point par Philippe Auguste en France au XIIe siècle, enferme les juifs dans leurs synagogues un jour de shabbat afin de les forcer à accepter le paiement d’un tribut de 4 380 000 maravedis (unité de monnaie d’or),représentant le double du tribut annuel habituel, en réaction à la « trahison » du même Zag de la Maleha en 1281.

Fig. 5 – Siete Partidas, 7e Partie, Titre 24 « Des Juifs » © archives de l’auteur

De manière globale, les sources juridiques présentent également une partie des stéréotypes présents dans les Cantigas de Santa Maria, plus particulièrement ceux en lien avec un trait religieux (déicide, blasphème), alors que ceux plus « populaires » sont en revanche absents. Il n’y a ainsi pas de référence à un lien avec le diable ni à des traits physiques particuliers, même si on retrouve des traces concernant les rumeurs de « crimes rituels ». Par contre, une large part des textes de lois est dédiée au rôle économico-social joué par les juifs. Ils disposent ainsi d’une large liberté en termes d’activités professionnelles et ils ne sont pas cantonnés à un type unique d’activité. Ils occupent ainsi des postes tels que fonctionnaires, artisans, agriculteurs ou vignerons. On doute néanmoins souvent de leur honnêteté, de leur sincérité et de leur intégrité, au point que la perfidie semble être une de leur caractéristique essentielle. L’absence de confiance touche de nombreux domaines et tout particulièrement celui du crédit où ils jouent malgré tout un rôle central. Les codes juridiques encadrent et régulent finement l’activité de prêt sur gage qui leur est systématiquement associée et qui semble être à la source de nombreux litiges et frictions, ne faisant qu’exacerber l’hostilité de la société chrétienne à leur égard malgré le service rendu.

Soulignons enfin que cette minorité juive constitue une importante source de revenus pour le souverain, avec lequel un lien vertical les relie, mais aussi pour l’Église qui n’hésite pas à collecter la dîme sur certaines de leurs propriétés 

Conclusion

L’image qui ressort de l’analyse du corpus des sources juridiques et liturgiques produites à la cour d’Alphonse X de Castille est donc profondément ambivalente. Elle témoigne de la coexistence de deux courants concurrents concernant l’attitude à tenir envers les juifs au sein de la société chrétienne. Un premier courant de pensée cherche à criminaliser le judaïsme et l’extirper de la société ibérique. Tandis qu’une deuxième vision, plus pragmatique, se place dans le sillon d’une longue tradition de « tolérance » sous condition d’infériorisation. L’ambiguïté ressentie est le résultat de la coexistence de ces deux approches dans les manuscrits et textes consultés. Il faut néanmoins rester prudent sur les conclusions que nous pouvons tirer de cette analyse, puisqu’elle se limite à la voix d’une partie de la société dominante au travers de « représentations » et de textes de lois qui expriment un « idéal social », dont on a vu qu’il est théorique et régulièrement remis en question en fonction des circonstances. Il conviendra pour pouvoir affiner cette première ébauche de la confronter et la compléter à l’aide de sources issues de la pratique, ainsi qu’en donnant une place à la voix venant de l’intérieur de la minorité juive. C’est ce que nous nous attèlerons à faire l’an prochain, dans le cadre d’un Master 2, en incorporant à nos sources une partie des débats tenus aux Cortes sous le règne d’Alphonse X impliquant la minorité juive ainsi que certaines sources produites au sein de cette minorité.

Citer cet article :

Alexander Mimoun, « ALPHONSE X DE CASTILLE ET LES JUIFS – Image d’une minorité dans les manuscrits produits entre 1252 et 1284 », dans  dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 1/09/2020. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=1031

Bibliographie

Dwayne E. Carpenter (éd.), Alfonso X and the Jews: an edition of and commentary on « siete partidas » 7.24 “De los judíos, Berkeley, 1986.

Yitzhak Fritz Baer, A History of the Jews in christian Spain. Volume 1, from the Age of Reconquest to the Fourteenth Century, Philadelphia, 1992.

Jeremy Cohen, The Friars and the Jews: the evolution of medieval anti-judaism, Ithaca, 1983.

David Norenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, traduit par Nicole Genet, Paris, 2001.

H. SalvadorMartínez , La convivencia en la España del siglo XIII: perspectivas alfonsíes, Madrid, 2006.

Sara Lipton, Dark mirror: the medieval origins of anti-Jewish iconography, New York 2014.

Irish Maya Soifer, Jews and Christians in medieval Castile: tradition, coexistence, and change, Washington, 2016.

FÊTES ET PRÉSENTS AU MOYEN ÂGE – La réception du comte d’Armagnac à Burgos en 1462.

Désignée « tête de la Castille », la ville de Burgos reçoit la visite de nombre de personnages illustres à la fin du Moyen Âge. Ces réceptions sont l’occasion pour la cité de souligner sa prééminence et son pouvoir aux puissants de passage, et pour cela le gouvernement ne lésine pas sur les présents, notamment lorsque ceux-ci peuvent lui obtenir quelques avantages. C’est ainsi que se déroule la réception de Jean V, comte d’Armagnac, en 1462.


Durant le bas Moyen Âge, les villes reçoivent un afflux constant de populations, attirées par les possibilités politiques et économiques que ces centres offrent. De fait, les différentes cités concentrent et articulent la vie sociale du règne, recevant de nombreuses visites de rois, de princes, de prélats et autres sortes de notables. Les arrivées de ces personnalités sont de véritables événements pour les villes, qui se précipitent pour les recevoir avec faste. C’est l’occasion pour celles-ci de mettre en scène leur pouvoir, leur prééminence face aux puissants de l’époque. Le corps politique en profite également pour montrer sa puissance à ses voisins. Enfin, c’est aussi l’occasion de nouer des alliances, voire de réclamer des faveurs aux plus puissants.

À la fin du XVe siècle, la ville de Burgos, de par sa position géographique stratégique au milieu du chemin de Compostelle et des principales routes commerciales du nord de la Castille, se transforme en l’un des centres financiers les plus importants d’Europe. Par ailleurs, Arlanzón (dans la province de Burgos) devient un centre politique de premier ordre au sein de la couronne de Castille. Burgos est la ville « très noble », « très fidèle », la « tête de la Castille », la « chambre du Roi » (« muy noble… muy leal… cabeza de Castilla…Cámara del Rey ») ; ces titres exaltent la cité et ses représentants, leur donnant un statut à part, une reconnaissance et une supériorité sur les autres villes de la couronne.

 Dès lors, Burgos devient le lieu des funérailles royales, mais aussi de mariages et autres réceptions comme celle de Jean II en 1424, ou encore la célébration de Cortes en 1338, 1430, 1453 et 1515. De même entre 1487 et 1492, le Conseil royal siège dans la ville, dans la Casa del Cordón, palais qui appartient alors au deuxième comte de Haro, vice-roi de Castille, Pedro Fernández de Velasco. Ce palais est également le lieu d’événements importants qui marquent l’histoire péninsulaire, dont l’accueil de Christophe Colomb en 1496 à son retour des Amériques, le séjour et la mort de Philippe Ier de Castille, les ambassades de Julien II et du « roi maure » de Tremecen, ou encore la cérémonie d’incorporation des rois de Navarre à la Castille en 1515. À cela il faut également ajouter la réception des Rois Catholiques en 1495 et 1496, et de Ferdinand le Catholique en 1507, 1508, 1511, 1512 et 1515.

Façade principale de la Casa del Córdon, Burgos © archives de l’auteur

Ces visites sont l’occasion pour Burgos de montrer sa suprématie politique et économique. Comme l’a souligné le professeur Bonachía Hernando, la force de ses titres oblige la cité castillane à donner l’exemple. Comme Caput Castellae (tête de la Castille), elle doit être la première sur la scène lors des accouchements et des enterrements royaux, organisant les fêtes appropriées et soulignant sa capacité d’action et de mise en scène, déployant alors des moyens plus fastueux que toute autre ville. Lors de ces célébrations, Burgos se doit également de montrer son allégeance à la Couronne, exhibant par là même son honneur et sa réputation. D’autre part, ce type d’événement, où participent également les villes voisines de la cité, est l’occasion d’encourager la cohésion urbaine. C’est aussi le prétexte pour la ville d’obtenir quelques bénéfices, comme la concession d’un second marché franc lors de la venue de Charles Ier (aussi connu sous le nom de Charles Quint) lors des guerres des Communautés de Castille.   Pour organiser ces événements, différentes commissions nommées par le conseil municipal se réunissent plusieurs semaines en avance pour déterminer les différentes tâches à gérer lors des réceptions princières et royales : comme le nettoyage, le pavement et la décoration des rues, l’ordre du défilé qui se fait au moment de l’entrée du souverain, la préparation des banquets et divertissements tels que les joutes et les corridas, la recherche de logements et leur nettoyage, la construction de nouvelles infrastructures, etc. Plus grande est la grâce souhaitée, plus grandes sont les festivités et cérémonies d’accueil des membres de la famille royale, de même les cadeaux offerts se font plus fastueux. Ainsi, en 1506, Burgos offre à Jeanne et à Philippe le Beau trois chevaux et trois mules, présents à la hauteur de la faveur que la ville reçoit lorsque s’y installent les ducs de Bourgogne.

Les monarques ne sont pas les seuls à visiter la ville de Burgos, il y a également de nombreux nobles reçus eux aussi en grandes pompes, à l’exemple d’Álvaro de Luna, connétable de Castille. Voulant obtenir son appui dans le cadre de litiges avec la cour, Burgos lui offre lors d’une visite trois tissus et ornements richement décorés.

Parmi ces visites de notables, se démarque particulièrement celle de Jean V, comte d’Armagnac, en 1462.

Jean V, comte d’Armagnac, gravure sur acier originale dessinée par J. Lecurieux, gravée par J. Thompson 1826 © Creative Commons

À la différence d’autres visites, pour lesquelles nous ne possédons que peu d’informations, outre celles contenues dans quelques chroniques ou récits de voyages – comme les chroniques de l’anonyme viennois qui accompagne Philippe le Beau, duc de Bourgogne, et sa femme Isabelle dans leur voyage en Castille –, le folio 25 recto et verso du Livre des Actes conservé aux archives municipales de Burgos contient une liste détaillée des dépenses faites par la ville à l’occasion de la visite du comte d’Armagnac. Grâce à ce document, nous savons que la cité a investi un total de 13 460 maravedíes (monnaie courante de Castille) dans l’événement. De cette somme, 70% a été dédié à l’achat de nourriture pour le comte et sa délégation, qui se composait d’une centaine d’hommes, pour lesquels il fallait également prévoir un logement dans la ville, précisent les archives. Le banquet réalisé pour l’occasion était également fort copieux, à en croire les comptes qui dénombrent l’achat de 98 perdrix, 111 lapins, 18 lièvres, 86 chapons, 36 poulets, sans compter l’orge, le pain et le vin !


Banquet à la cour de Bourgogne, Livre des Conquestes et faits d’Alexandre f.86v., Anonyme (vers 1467), Paris, musée du Petit Palais.

La ville a investi également dans des questions mineures d’intendance comme l’achat de charbon et la préparation de la maison où le comte devait être logé, il fallait la nettoyer mais également la décorer de tapis et de peaux. À cela s’ajoutait l’organisation d’une corrida avec quatre taureaux pour distraire le comte et ses invités. La moitié de l’argent restant a été, lui, consacré aux présents donnés aux convives, ce qui souligne l’importance que la cité accorde à la question. Dans ce cas précis, les cadeaux étaient des caisses de confiseries, ainsi que des jarres et des outres de vin blanc.

L’arrivée du comte d’Armagnac en Castille devait encourager la ratification d’une alliance franco-castillane. Sa réception à Burgos marque donc une conjoncture politique importante pour la Couronne et c’est ainsi que l’entend la ville. En se mettant au service du comte, Burgos sert le roi de Castille et de fait le royaume, si bien que Burgos n’hésite pas à recevoir le représentant français avec tout le faste nécessaire, affirmant ainsi son rôle de Caput Castellae.

Citer cet article :

Alicia Inés Montero Málaga, “FÊTES ET PRÉSENTS AU MOYEN ÂGE – La réception du comte d’Armagnac à Burgos en 1462.”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 7/11/2019. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/293

Bibliographie

José Manuel NIETO SORIA, Ceremonias de la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid, 1993.

César OLIVERA SERRANO, « Los condes de Armagnac y la diplomacia castellana del siglo XV (1425-1474) », En la España Medieval, 16 (1993), pp. 189-222.

Luis MOREA, Cities and Sovereigns: Ceremonial Receptions of Iberia as Seen from Below, 1350-1550, Minesota, 2010.

1473 – Le concile d’Aranda

Tout au long du Moyen Âge, l’Église tente de s’imposer comme une institution forte, réglée notamment par les dogmes de la foi et les rites liturgiques. L’ensemble de ces éléments sont définis lors de conciles, réunis au rythme des diverses questions à résoudre. Parmi les principales préoccupations, un clergé quelque peu apathique, parfois ignorant, voire aux mœurs légères. Pour tenter d’y remédier est alors organisé en 1473 le concile d’Aranda à la demande de l’archevêque de Tolède, Alonso Carillo de Acuña. Transcrit, le texte du concile révèle à la fois une critique et une condamnation de la société ecclésiastique et laïque des dernières années du XVe siècle à cause notamment de ses péchés, de ses vices ; il aide également à comprendre l’organisation de l’Église.

—————————

Le bas Moyen Âge se caractérise comme étant une période de grande spiritualité et d’une grande volonté de réforme de la part des hauts membres du clergé. Ce renouvellement se fait notamment lors de conciles et de synodes dans la continuité du quatrième concile de Latran en 1215, soulignant le pouvoir que l’institution catholique peut exercer sur ses membres, grâce, entre autres, à des concepts de repentance, de mariage, etc. Les grandes préoccupations sont celles de moraliser les clercs, fortifier la pastorale chrétienne, défendre les biens de l’Église… Des problèmes latents tout au long des XIVe et XVe siècles et qui semblent de ne jamais vraiment être résolus. Pour tenter de dénouer cela, tout un processus réformateur est organisé autour de conciles, depuis celui de Latran en 1215 jusqu’au temps des Rois Catholiques. À partir des années 1380, avec le concile de Soria (1380), puis de Ségovie (1383), on peut noter l’inquiétude grandissante à propos de la simonie (le commerce des objets sacrés), du nicolaïsme (le mariage des prêtres), mais également des pécheurs, clercs comme laïcs, de plus en plus présents.

S’ensuivent de nombreuses années sans la moindre assemblée dans la couronne de Castille, années pendant lesquelles perdurent ces préoccupations. Une nouvelle tentative pour y remédier est lancée en 1473 sous l’impulsion d’Alfonso Carrillo de Acuña, archevêque de Tolède, qui entend ainsi « combattre l’ignorance et la vie dissolue de certains clercs ». Avant tout pour réformer les habitudes ecclésiastiques, ce concile a en réalité aussi des fins politiques. En effet, il faut rappeler qu’il se déroule à la fin du règne d’Enrique IV, dit « el Impotente » (le faible) par ses détracteurs. Toute sa vie le souverain a dû faire face à des révoltes, dont celle le 5 juin 1465 : « la farce d’Ávila », où il est contraint d’abdiquer en faveur de son demi-frère l’infant Alphonse ; puis en 1468, lors du « traité des Tauraux de Guisando », lorsque qu’Isabelle, sa demi-sœur et future reine catholique, se fait instituer comme héritière de la Couronne. Néanmoins, en 1469, le mariage d’Isabelle avec Ferdinand II d’Aragon, sans son accord, pousse le roi à changer son testament rendant à nouveau sa fille, l’infante Jeanne, héritière légitime du trône de Castille. Alfonso Carrillo de Acuña, homme d’Église resté toujours proche des intrigues de la noblesse, prend le parti d’Isabelle (bien qu’il finisse par se retourner contre les Rois Catholiques quelques années plus tard).

Juan de Borgoña, Portrait de Alfonso Carrillo de Acuña (détail de la peinture murale de la salle capitulaire de la cathédrale de Tolède), 1508. © Wikimedia Creative Commons

Réuni dans l’église San Juan Bautista le 5 décembre 1473, le concile d’Aranda promulgue 29 décrets relatifs à la discipline ecclésiastique.

Cadrer le clergé

Au cœur du concile se trouve le clergé jugé trop peu professionnel. Il est donc ordonné d’organiser des conciles deux fois par an et des synodes de manière annuelle. La présence du clergé à ceux-ci est obligatoire et nécessaire à leur formation comme membres de l’Église sur les questions ecclésiastiques. Il est également souligné que l’institution aux articles de la Foi, aux préceptes du Décalogue, aux sacrements de l’Église, aux types de vices et de vertus, aux connaissances en médecine, en physique, dans les arts libéraux, etc., est indispensable à la bonne formation d’un clerc. Par ailleurs, pour être en mesure de connaitre tout cela, le clerc se doit d’être docteur en latin – chose trop rare à l’époque –, alors que c’est un prérequis indispensable pour diriger une paroisse. Pour remédier à cela, il est convenu que les évêques des différents diocèses, ou à défaut deux prêtres, docteurs, irréprochables dans leur pratique et envoyés par l’évêque, devront évaluer les futurs curés de sorte qu’ils répondent à ces critères.

Alphonso Carrillo. Concilium Arandense. Tituli capitulorum. 1473.

Peu professionnels, voire feignants, il est rappelé aux prêtres que la célébration de l’eucharistie est liée aux tâches ecclésiastiques et qu’elle est donc obligatoire. Pour que cela soit respecté, un nombre minimal de messes à célébrer chaque année est établi pour palier le trop grand nombre de prêtres et d’évêques avec peu d’activité.

L’apparence des membres de la paroisse se révèle aussi une question importante. L’habit ne fait-il pas le moine !? Les archevêques se doivent de porter une roquette (vêtement liturgique) en public et ne peuvent porter de soie ni de chaussures de couleur blanche, tandis que les clercs mineurs doivent avoir une tonsure courte et un vêtement discret en accord avec l’interdiction de porter de la soie, s’il ne s’agit pas d’une doublure, et de s’habiller avec des vêtements et chaussures de couleurs vives ou claires. Par ailleurs, l’idée de vie après la mort implique que les clercs ne peuvent porter des vêtements de deuil.

Enfin, il est convenu que les clercs ne peuvent prendre part aux conflits entre seigneurs laïcs, cela reviendrait à se soumettre à un état de servitude, ce qui est propre aux domestiques, et déshonorerait l’Église. Il leur est également interdit de jouer aux dés, l’un des grands vices du XVe siècle, notamment parce que les clercs, peu scrupuleux, ont tendance à parier les biens de leur paroisse.

Cadrer la vie quotidienne

En plus des interdits/obligations, sont développées toute une série de règles visant les clercs comme les laïcs et leurs pratiques du christianisme.

            De l’ordre dans les paroisses

Les paroisses ne sont pas uniquement le centre de vie des quartiers et villes de Castille au bas Moyen Âge, leurs ecclésiastiques forment un point de connexion direct entre les villageois et Dieu, mais également avec les prises de décisions de l’Église et la diffusion de celles-ci. Dans une société analphabète comme celle du Moyen Âge, ce rôle est plus qu’essentiel. En conséquence, les prêtres doivent diffuser aux fidèles les préceptes de la foi par des messes, mais également leur communiquer ce que l’Église interdit, faire connaître par ce moyen les péchés, condamner les prédicateurs et informer des décisions prises par l’Église.

L’Église craint que les célébrations religieuses ne se transforment en fêtes carnavalesques, voire en farces. Elle rappelle alors comment il convient de célébrer un mariage, de manière sobre et solennelle, interdisant par-là même que celui-ci puisse être célébré le premier dimanche de l’Avent, à la Nativité ou encore entre le Mercredi des cendres et Pâques. Concernant les célébrations quotidiennes, le concile en profite pour marquer la différence entre ce qui est une « représentation honnête » et une « représentation malhonnête » de la fiesta de los locos (fête des fous ), ce qui est également l’occasion de faire la distinction entre les représentations de l’office et le théâtre profane.

Les métiers nécessitant de se tacher les mains ne peuvent être faits les jours saints, ni les dimanches comme les autres fêtes, ces jours étant réservés à la célébration.

            Combattre le « désordre »

Les conflits de clans et les délits à caractère économique préoccupent fortement les membres de l’Église. Il est ainsi décidé que ceux qui meurent dans un duel ne pourront être enterrés selon la tradition chrétienne, il leur est par conséquent refusé toute salvation. Il en est de même pour les voleurs connus publiquement, outre l’interdiction pour eux d’avoir une sépulture chrétienne, ces criminels se voient également proscrire la possibilité de réaliser un testament et leurs enfants ne peuvent prétendre au moindre bénéfice ecclésiastique. Sont également visés les prédicateurs errants, sans affiliation officielle avec l’Église, mais ayant parfois l’approbation des basses strates de la société ecclésiastique, et qui offrent indulgences et autres grâces à moindre coûts.

Un clergé de pécheurs

            Les fautes commises

Les membres du clergé sont présentés comme des gens de petite morale, qui accordent peu d’attention à leurs tâches pastorales. Les prêtres sont peu instruits et font preuve de peu de dévouement dans leurs devoirs religieux, cela du fait de leurs faibles notions en latin mais également à cause des hautes sphères de l’archidiocèse qui s’occupent plus des mondanités que de leurs devoirs. Il s’agit donc de rompre avec cette époque de vide, où aucune assemblée ecclésiastique n’est organisée en Castille. Les consistoires sont désormais obligatoires, ainsi que toute une série de préceptes qui réglementent la vie des religieux, ne pas les respecter est assimilé à une faute.

            Les péchés pardonnables

Toute une série de péchés sont listés pendant le concile et les sanctions qui les accompagnent, les plus graves pouvant mener jusqu’à l’excommunication. Ainsi les prêtres vivant avec des concubines (péché déjà dénoncé lors du concile de Valladolid en 1322) doivent corriger leur mauvaise habitude dans les dix mois à venir sous peine de perdre l’ensemble de leurs privilèges ; de plus, s’il advenait qu’ils meurent en concubinage, ils perdraient leur droit à un enterrement chrétien. Si la concubine est une moniale ou si elle n’est pas chrétienne, la sanction s’aggrave.

Il est également fait mention de clercs vendant des droits voire des biens ecclésiastiques à des laïcs. Outre la dénonciation de la simonie, les membres du diocèse tolédan cherchent alors à la définir : s’agit-il d’un péché ? d’un vice ? d’une hérésie ? Les principaux acteurs de ce débat sont Pedro Damián et Humberto de Silvacándida qui y voient là une action de vice et un péché, mais en aucun cas une hérésie – car l’acte bien que préjudiciable ne contredit pas les dogmes de l’Église –, ils soulignent néanmoins la nécessité de durcir la punition qui en découle.

La rédemption par la sanction

Les condamnations varient selon l’erreur commise et se matérialisent sous de multiples aspects pouvant aller de la privation de liberté physique –  ce qui peut correspondre à une interdiction d’entrer dans une église ou de passer par la case prison –, à une amende, une punition – souvent physique (toujours sans effusion de sang comme cela a été établi lors du quatrième concile de Letrán en 1215) –, voire d’une excommunication.

            La privation de liberté

Il s’agit le plus souvent d’une interdiction d’entrer dans les lieux saints. Sont visés ceux qui n’organiseront pas de concile ni de synode comme cela est spécifié dans les canons, ils seront interdits d’entrer dans une église jusqu’à ce que l’archevêque célèbre un concile provincial et les évêques un synode. Par ailleurs, celui qui manquera l’un desdits événements sans justification ni personne pour le substituer n’aura pas le droit d’entrer dans une église pendant une période de trois mois et devra s’acquitter d’une amende de deux-cents florins, somme qui devra par la suite être utilisée pour l’organisation du prochain concile provincial.

Les prédicateurs errants, dépourvus de licence de la part de l’archevêque ou de l’évêque du diocèse où ils prêchent, sont également vus d’un mauvais œil et sont menacés d’être privés pendant un mois d’entrer dans une église, et s’ils persistent dans leur pratique illégale, cet interdit pourra aller jusqu’à trois mois.

            Les sanctions économiques

C’est probablement la punition la plus commune. Présentés comme des amendes, celles-ci peuvent être payées en monnaie sonnante et trébuchante ou via la perte des privilèges pendant un temps donné.

Suivant ces préceptes, il est spécifié que les ordres de publier doivent être réalisés et les clercs qui ne s’y soumettent pas doivent chaque fois payer deux reales ; les paroisses qui ne condamneront pas publiquement les prédicateurs errants devront payer trente reales ; de même, les paroisses qui ne communiqueront pas à leurs paroissiens quand ils ont le droit ou non de se marier devront payer dix reales.

Doivent également payer une amende les clercs et prélats qui ne se vêtissent pas de la manière recommandée précédemment. Les archevêques devront payer vingt florins et les clercs perdent leur ration pendant dix jours, chaque fois qu’ils s’habillent d’une manière différente de celle définie par le concile. Si leur manière de s’habiller avait à voir avec le deuil, les clercs renonceraient pendant trois mois à leurs bénéfices, et les évêques et prélats paieraient la somme de vingt florins.

Jouer à des jeux de dés est sanctionné par une amende de trente reales.

Ne pas célébrer l’eucharistie le nombre minimum de fois imposé par le concile peut être puni par deux types d’amendes : trente reales à payer et une punition lors du prochain concile.

Les clercs qui mènent une vie militaire pour un seigneur laïc perdent leur office et les bénéfices allant avec jusqu’à ce qu’ils renoncent à ces tâches bien trop éloignées des devoirs d’un religieux. Ceux qui célèbrent des mariages en des temps interdits par le concile se verront obligés de payer une amende de dix florins à chaque fois ; donner une sépulture à quelqu’un mort en deuil équivaudra à six mois sans offices ; lorsqu’il s’agit d’un voleur une amende de cinq florins sera appliquée, voire d’autres châtiments.

Enfin, les clercs faisant des représentations déshonorantes – cf. le théâtre – de l’Église devront payer trente reales s’ils en tirent quelques bénéfices financiers, et quinze reales s’ils n’en tirent pas de bénéfices.

            L’excommunication

C’est la plus lourde peine qui puisse être infligée. Elle n’implique pas seulement une personne physique mais inclut aussi le déshonneur de sa famille et de sa communauté (elle équivaut à l’infamie dans la législation civile castillane). Y sont soumis ceux qui portent atteinte à une autre personne, les laïcs ne respectant pas les décisions ecclésiastiques – par exemple ceux qui se marient un jour interdit par le concile –, ceux qui portent atteinte aux biens immobiliers de l’Église et à ses droits ecclésiastiques, ainsi que les clercs ayant une sexualité ou toute activité illicite.

            À qui profite ces sanctions ?

Il est spécifié tout au long des actes du concile que l’argent et les bénéfices qui résulteront des sanctions iront principalement à la célébration des prochains conciles provinciaux qui se célèbreront dans le diocèse de Tolède, et à la fabrique des églises où ont été commises les infractions. Par ailleurs, lorsque le crime est dénoncé par un témoin synodal, une partie de la somme lui revient également, le délateur étant considéré comme une nécessité pour investiguer et dénoncer les fautes commises.

Le concile d’Aranda 1473. Pièce de théâtre jouée en juin 2014 à la maison de la Culture de Burgos.

Conclusion

La célébration du concile d’Aranda en 1473 marque le début d’une nouvelle époque pour l’histoire de l’Église castillane, qui se veut désormais mieux cadrée et organisée, pour ne pas dire irréprochable, et coïncide avec l’arrivée au pouvoir des Rois Catholiques qui se conforment alors au système épiscopal et conciliaire jusqu’alors délaissé.

Les préceptes de ce concile soulignent l’existence de nombreux problèmes au sein même de l’ordre ecclésiastique et de la vie chrétienne des laïcs et entend y palier par la série d’articles promulgués. L’Église se révèle alors une institution puissante qui gère de manière stricte la vie de sa communauté. Pourtant, prétendre contrôler ses membres au travers d’ordres conciliaires souligne également ses limites, notamment lorsqu’elle encourage la délation pour affirmer son emprise sur ses membres.

Enfin, on remarque que la majeure partie des sanctions mentionnées sont économiques. Elles soulignent la nature d’une action et sa gravité dans les mentalités de l’époque. Il est révélateur de voir que les clercs officiant des mariages clandestins doivent payer la somme de dix florins alors que la majorité des autres amendes sont en real, une monnaie bien moins forte. Par ailleurs, ces sommes permettant de racheter presque tous les péchés reviennent systématiquement à l’Église – jugée victime car entachée par ces actes – et jamais aux fidèles. Cela peut, dans une moindre mesure, nous aider à comprendre la naissance du protestantisme qui s’oppose à cette idée d’un Dieu qu’il faut payer pour être pardonné.

Citer cet article

Fernando Martín Pérez, “1473 – Le concile d’Aranda” dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 4/10/2019. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=260

Biographie 

J. Sánchez Herrero, Concilios provinciales y sínodos toledanos de los siglos XIV y XV, Universidad de la Laguna, 1976.

Enrique IV de Castilla y su tiempo, Fundación Gregorio Marañon, Valladolid, 2000.

C. Perez Gonzalez, El concilio provincial de Aranda (1473), Fundación Instituto Castellano y Leones de la Lengua, Burgos, 2007.

J. Sánchez Herrero, Historia de la Iglesia en España e Hispanoamerica desde sus inicios hasta el siglo XXI, Sílex,Madrid, 2008.


UNE RELATION “LONGUE DISTANCE” – L’Espagne et les anciens Pays-Bas au XVIe siècle .

Le XVIe siècle est le moment d’une « rencontre » particulière : celle entre l’Espagne et les anciens Pays-Bas. Par le mariage de Jeanne de Castille et de Philippe le Beau, ces deux ensembles territoriaux vont être amenés à partager une histoire commune parsemée de nombreux soubresauts. Ce billet vise à mettre en évidence quelques éléments saillants concernant l’histoire de cette relation « longue distance ». À maints égards, le règne de Philippe II focalise l’attention en raison de l’opposition importante et violente qui naît rapidement au cours des années 1560. L’un des enjeux de cette relation particulière, dans le chef des souverains espagnols, a été de s’assurer du bon gouvernement des Pays-Bas. L’obligation de nommer un.e représentant.e du monarque s’est vite et naturellement imposée. Cependant, l’absence du souverain des Pays-Bas est restée, tout au long du XVIe et encore du XVIIe siècle, un point d’incertitude pour les sujets de ces territoires.


Les premières années du XVIe siècle voient l’infante Jeanne, fille des souverains catholiques Ferdinand et Isabelle, unir les couronnes de Castille et d’Aragon. Le mariage de Jeanne avec l’archiduc Philippe dit « le Beau », fils de Marie de Bourgogne et de l’empereur Maximilien Ier, a non seulement permis l’union de deux individus mais aussi deux espaces politiques. Union ? Le terme est, à vrai dire, incorrect pour qualifier les relations que connaîtront les territoires de la péninsule ibérique – on parlera ici d’Espagne par commodité – et cet ensemble singulier que sont les anciens Pays-Bas.

Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, les Pays-Bas constituent un point d’attention essentiel pour la politique européenne des monarques espagnols. Ce billet vise à présenter – de manière succincte – les grandes lignes de cette relation « longue distance » qui, comme souvent dans un cas pareil, est loin d’avoir été un long fleuve tranquille.

Les anciens Pays-Bas : explication d’une expression

Issu du rassemblement territorial enclenché par les ducs de Bourgogne dès la fin du XIVe siècle, l’espace des Pays-Bas comprend à la fin du siècle suivant un nombre limité de principautés : Flandre, Artois, Brabant, Limbourg et Outre-Meuse, Namur, Hollande, Zélande, Luxembourg, Hainaut et la seigneurie de Malines. Il faut reconnaître à Charles Quint, fils de Jeanne et de Philippe le Beau, l’entreprise d’agrandissement du patrimoine territorial, parachevée en 1543 par l’incorporation de la Gueldre et du Zutphen.

Les Pays-Bas au XVIe siècle (divisés après la rupture des provinces septentrionales) . © Cambridge Modern History Atlas, 1912, carte 22

La première moitié du XVIe siècle coïncide avec des tentatives répétées de la part de Charles Quint pour obtenir une indépendance politique et juridique des Pays-Bas. Que ce soit par le traité de Madrid (1526), celui de Cambrai (1529), la Transaction d’Augsbourg (1548) ou la Pragmatique Sanction (1549), Charles Quint a tâché de fournir aux Pays-Bas une situation juridique particulière en éliminant les droits dont le souverain français pouvait encore se prévaloir dans certaines principautés – la Flandre notamment – ou en soustrayant les Pays-Bas à diverses obligations vis-à-vis de l’Empire. Quoi qu’il en soit, Charles Quint et ses successeurs n’ont jamais doté les Pays-Bas d’une personnalité juridique stricto sensu. Il s’agissait bien de principautés rassemblées sous la direction d’un même prince selon la logique d’une union personnelle au sein de laquelle chaque principauté disposait de ses prérogatives juridiques.

Charles Quint et, à sa suite, Philippe II, n’arrivent donc pas en terrain vierge de tout patrimoine institutionnel ou juridique. Les gouvernants des Pays-Bas ont donc dû composer avec l’héritage que constituaient les conseils de justice de ces provinces de même que les coutumes qui étaient en usage dans celles-ci.

La domination espagnole dans les Pays-Bas

C’est par le même titre que celui que nous avons employé ici qu’Ernest Gossart choisit d’intituler le premier de ses deux ouvrages consacrés aux « liens entre Espagnols et Flamands » au XVIe siècle. Dès l’entame du premier volume (1905), l’auteur dépeint une « Belgique assujettie à l’Espagne » ! À la fin du second volume (1906), Gossart en vient à écrire que « la seconde moitié du XVIe siècle est l’époque la plus tourmentée et la plus sombre de l’histoire des Pays-Bas. (…) Tous les maux qu’elles ont soufferts, on les a généralement attribués à l’intolérance religieuse de Philippe II (…) ». Bon joueur, Gossart reconnaissait que le fanatisme supposé du Rey prudente n’était pas la cause unique de ce désastre… En résumé, le fils de Charles Quint est loin de faire l’unanimité parmi les historiens de la Belle Époque.

Comme l’a rappelé Gustaaf Jassens, les historiens belges de la fin du XIXe siècle ont souvent témoigné d’une âcreté vis-à-vis de Philippe II. Si Charles Quint est alors perçu comme un Belge avant l’heure – il est né à Gand –, on ne peut pas dire que son fils ait été perçu par l’historiographie avec la même bienveillance. Les deux figures sont d’ailleurs généralement mises en parallèle, voire même comparées. À ce jeu de miroir, l’avantage est souvent donné à l’aîné. Là où Charles Quint apparaît comme un « monarque universel », son fils ne serait qu’un « nationaliste espagnol ». Quand Charles de Gand est perçu comme l’incarnation d’un humanisme bourguignon, Philippe de Valladolid ne serait que l’avatar du catholicisme fanatique espagnol. Cette vision éculée n’est toutefois plus de mise aujourd’hui.

L’obligation d’une gestion à distance

Lorsqu’au début du XVIe siècle Philippe le Beau et Jeanne de Castille doivent se rendre dans la péninsule ibérique en vue d’y être reconnus par les Cortès, se pose d’emblée la question du gouvernement des Pays-Bas pendant leur absence. Philippe et Jeanne tracent alors les sillons d’une pratique qui perdurera jusqu’à la fin de l’époque moderne. Ils nomment un lieutenant général chargé de la gestion des territoires. Les continuateurs de cette première pratique sont bien connus puisqu’il s’agit des gouverneurs/-antes généraux/-ales. Les noms de certain.e.s comptent d’ailleurs parmi les figures les plus connues de ce XVIe siècle : Marguerite d’Autriche, Marie de Hongrie, Marguerite de Parme, Fernando Álvarez de Toledo y Pimentel, troisième duc d’Albe, Alexandre Farnèse, duc de Parme, ou encore l’archiduc Albert d’Autriche.

Depuis le premier tiers du XVIe siècle, le cœur du gouvernement des Pays-Bas bat au centre de Bruxelles. Le Palais du Coudenberg, dont la construction avait été entamée par les Ducs de Bourgogne, incarne ce lieu de la décision politique. Les trois conseils centraux – Conseil privé, Conseil d’État et Conseil des finances – établis de iure en 1531, s’y réunissent sous l’égide du gouverneur général. C’est également en ces murs que se rassemblent les États généraux des XVII Provinces pour acter l’abdication de l’empereur en 1555, par exemple.

Anonyme, Vue du palais du Coudenberg, après 1534. Musée de la Ville de Bruxelles – Maison du Roi

Entouré.e des trois conseils dits collatéraux, le/la gouverneur/-ante général.e doit assurer la bonne gestion et le gouvernement des Pays-Bas au nom du souverain. Il va sans dire que la distance qui sépare Bruxelles de Madrid constitue un handicap insurmontable et même un réel fardeau lorsqu’il convient de prendre urgemment des décisions importantes. De fait, l’un des problèmes majeurs de la prise de décision est bien l’absence quasi continue du souverain espagnol.

L’absence du souverain : un vide qui suscite l’inquiétude

Le règne de Philippe II (r. 1555-1598) est jalonné de tensions extrêmes au sein des Pays-Bas.

Johannes Eillarts, Portrait de Philippe II d’Espagne, 1600 – 1650. Rijksmuseum, Amsterdam.

Ces territoires constituent une véritable épine dans le pied du monarque espagnol. Ce qu’on a pu appeler la guerre des Quatre-Vingts Ans ou la Révolte des Pays-Bas constitue assurément un moment charnière dans l’histoire de cet ensemble territorial. L’un des plus fameux épisodes n’est autre que la déchéance de Philippe II prononcée unilatéralement, en 1581, par les États généraux des provinces septentrionales des Pays-Bas opposées au souverain espagnol, la Hollande en tête.

L’opposition à Philippe II entend s’appuyer sur différents griefs tels que la mauvaise conduite du gouvernement des Pays-Bas ou la question de la liberté religieuse. Le gouvernorat du duc d’Albe (1567-1573) cristallise les passions autour de l’établissement du Conseil des troubles – rapidement renommé le Conseil du sang – et l’arrivée massive de soldats espagnols  chargés de pacifier les Pays-Bas. De nouvelles revendications verront le jour pour condamner la présence jugée trop massive de cette soldatesque « étrangère ». Durant les années 1570, la tension est à son comble. À tel point que Don Juan d’Autriche, gouverneur général (1576-1578), ne peut compter que sur deux provinces restées fidèles à Philippe II : Namur et le Luxembourg.

Anonyme, image de la tyrannie espagnole aux Pays-Bas, 1566-1597. Rijksmuseum, Amsterdam.

Pour d’aucuns, la présence du roi dans les Pays-Bas permettrait de calmer les esprits. Cette question restera l’un des points d’achoppement majeur tout au long des XVIe et XVIIe siècles. Philippe II avait bien sûr voyagé dans ces territoires en 1549 afin d’y être reconnu l’héritier de son père. Par la suite, il était resté plusieurs années dans les Pays-Bas – excepté l’intermède durant son mariage avec Marie Tudor d’Angleterre – avant de regagner définitivement la péninsule ibérique en 1559. À plusieurs reprises, l’idée d’un voyage du monarque aux Pays-Bas est évoquée – surtout durant les années 1570 – avant d’être systématiquement abandonnée.

Philippe II paraît donc loin, très loin, trop loin de territoires qu’il ne connaît finalement qu’à travers la correspondance qui lui est adressée ou les mémoires et avis qu’il reçoit.

El Rey en el despacho*

*Le roi dans son bureau… Tels sont les termes que l’historien du droit espagnol José Antonio Escudero a utilisé pour décrire Philippe II. C’est que le Rey prudente (Roi prudent) est aussi le rey papelero (Roi “administratif”) assiégé par la masse documentaire provenant de tous les territoires de la Monarchie. Ainsi, Philippe II s’imposait de longues heures de travail afin de prendre connaissance des mémoires, avis, projets et autres lettres qui lui étaient envoyées.

La minutie que prend le souverain à traiter toutes les affaires qui concernent ses territoires est de nature à avoir donné l’impression qu’il était un roi irrésolu, indécis. Geoffrey Parker a soutenu l’idée que cette vision s’explique principalement par la volonté de Philippe II à prendre « la » bonne décision en toute circonstance. Parmi les proches collaborateurs du souverain, deux visions s’opposent d’ailleurs. Il y a, d’une part, ceux qui louent cette dévotion envers le gouvernement de la Monarchie et, d’autre part, ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une perte de temps.

Gouverner à distance est une tâche compliquée et ardue à laquelle Philippe II s’est adonné au cours d’un règne long de plus de quarante ans. La singularité des Pays-Bas, la personnalité complexe du souverain espagnol, la poursuite des intérêts de la Monarchie et de la Maison des Habsbourg sont autant de facteurs à prendre en considération dès lors que l’on envisage les relations entre l’Espagne et les anciens Pays-Bas. Ce sont aussi autant d’arguments pour ne pas nous laisser aller à des conclusions hâtives et simplistes.

Citer cet article :

Nicolas Simon, “UNE RELATION “LONGUE DISTANCE” – L’Espagne et les anciens Pays-Bas au XVIe siècle”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 17/05/2019. Permalien :  https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=191 

Bibliographie sélective:

Geoffrey PARKER, The Dutch Revolt, Ithaca, Cornell UP, 1977.

José Antonio ESCUDERO, Felipe II. El rey en el despacho, Madrid, Editorial Complutense, 2002.

René VERMEIR, Les gouverneurs-généraux aux Pays-Bas habsbourgeois, dans N. F. MAY, G. HANOTIN et D. AZNAR (dir.), À la place du Roi : vice-rois, gouverneurs et ambassadeurs dans les monarchies française et espagnole (XVIe-XVIIIe siècle), Madrid, Mélanges de la Casa de Velázquez, 2014, pp. 17-33.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search