CFPapers : CRUX TRUMPHALIS – Crucifix et poutres de gloire du Moyen Âge jusqu’au Concile de Trente

( Cadix, Université de Cadix, 13-15 octobre 2022)

Colloque organisé par le Département d’Histoire Moderne, Contemporaine, d’Amérique et d’Art de l’Université de Cadix ; Groupe de Recherche Ville, Image et Patrimoine. HUM-726 ; en collaboration avec le Comité Espagnol d’Histoire de l’Art (CEHA) et le Centre International d’Etudes Liturgiques (CIEL)

Au Moyen Âge ainsi qu’au début de l’époque moderne, l’image du Christ crucifié, la plupart du temps représenté avec la Vierge et Saint Jean à ses côtés et  supporté par une poutre de gloire, est le principal élément attirant le regard de ceux qui entraient dans une église. Cette poutre, posée sur les impostes de l’arc triomphal, devenait alors, avec les marches de l’autel une frontière évidente entre l’espace destiné aux fidèles et celui réservé au clergé. Grâce à sa position à l’entrée du chœur, le crucifix attirait le regard des fidèles, facilitant leur implication spirituelle dans les célébrations liturgiques.

Comme de nombreuses pièces du mobilier d’église, l’origine des poutres de gloire peut être retracée jusqu’au début du Moyen Âge voire même jusqu’à l’Antiquité tardive grâce à l’archéologie et aux preuves documentaires relatives à la littérature patristique ou au Liber Pontificalis. Les sources du Haut Moyen-âge mentionnant ces structures en bois et leurs crucifix et calvaires sont encore plus nombreuses, comme en attestent les traités de Sicard de Crémone et de Guillaume Durand.

Alors qu’il est encore  possible de localiser nombre de ces pièces dans toute l’Europe, ce qui témoigne de leur abondance à cette époque, la réalité hispanique est tout autre. La rareté des exemples conservés, ainsi que le manque d’intérêt académique pour ce sujet, pourraient donner une image erronée d’un passé où ces structures n’auraient eu que peu d’importance. Néanmoins, les preuves documentaires et les vestiges sculpturaux  conservés permettent de reconstruire une réalité bien différente où le grand pouvoir visuel de ces structures ne déclinerait qu’à la fin du XVe siècle, parallèlement à l’extraordinaire développement des grands retables. Lesquels ajoutés à  d’autres catalyseurs et  courants théologiques auront pour conséquence la chute en désuétude des poutres de gloire et leur oubli académique.

Cette première Rencontre internationale d’Art et Liturgie de l’université de Cadix, qui a pour vocation d’inaugurer un cycle pérenne,  a pour objectif de restaurer la mémoire de ces pièces singulières en prenant en compte leurs dimensions tant  architecturale que sculpturale et picturale, dans les contextes visuel et fonctionnel pour lesquels elles ont été conçues.

 Espace de débat, le colloque s’appuiera sur la présence d’experts de renom tels que Teresa Laguna, Justing Kroesen ou encore Eduardo Carrero, et sera organisé autour de quatre sessions.

Session I. La Croix triomphale dans les sources liturgiques et historiques. Étude des textes patristiques et des livres liturgiques du moyen-âge, des visites pastorales et d’autres sources littéraires comme la périégèse et la chorographie, ainsi que des sources documentaires contractuelles et comptables. Egalement des témoignages graphiques des poutres et des calvaires : dessins, gravures, peinture descriptive et photographie historique.

Session II. Calvaires et poutres de type  de l’imagerie religieuse espagnole dans le contexte européen. Origines et relations typologiques avec des éléments connexes : grilles, arrière-chœurs, jubés, etc. Configuration spatiale et évolution formelle. Royaumes ibériques. Particularités locales.

Session III. Le déclin d’une typologie. L’émergence des grands retables et production des dernières poutres. Désaffectation et démantèlement des poutres et des calvaires. Les aspects fonctionnels, liturgiques et de conservation liés à ce processus de disparition. Les exemples singuliers conservés : survie et renaissance.

Session IV. Images, piété et dévotion. Implications dévotionnelles dans le culte des crucifix et des calvaires médiévaux après leur déclin. Autels, retables et chapelles consacrés aux “Christs aux poutres triomphantes”. Le prestige de l’art du moyen âge  dans le contexte baroque.

L’appel à communication est ouvert jusqu’au 31 mars 2022 à l’adresse mail : crux.triumphalis@uca.es.  Le dossier devra se composer d’un résumé de 500 à 700 mots soulignant la nature innovante de la proposition et la session choisie, ainsi qu’un bref curriculum vitae.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en espagnol, anglais, français ou italien.

La sélection des propositions retenues sera rendue publique au plus tard le 15 mai. Une version écrite de celle-ci devra être communiquée aux organisateurs avant le 15 novembre 2022 en vue d’une publication.

L’inscription au colloque est de 40€ pour l’intervenant (20 € pour les membres du CEHA) et comprend une copie des actes du colloque.

Texte complet de l’appel à communication à retrouver sur le site du colloque.

Francisco de los Cobos et les arts à la cour de Charles Quint

Jan Gossaert, Portrait de Francisco de los Cobos (détail), vers 1530, Los Angeles, The Getty Center (c) Wikimedia Creative Commons

Conseiller de Charles Quint, Francisco de los Cobos y Molina (vers 1485/87-1547) est l’une des figures les plus exceptionnelles de son temps de par sa richesse, sa puissance et son influence sur la vie politique contemporaine. Dans une époque marquée par d’importants changements politiques et sociaux, il excelle  à utiliser l’architecture et les objets de luxe comme stratégie d’ascension sociale et moyen de fondation de lignée nobiliaire. Grâce à ses actions, il enrichit considérablement le panorama artistique espagnol du XVIe siècle, permettant entre autres la diffusion d’œuvres de grands maîtres comme Sebastiano del Piompo, le Titien ou encore Michel-Ange. Il fait également travailler à son service certains des plus grands artistes castillans à l’instar d’Alonso Berruguete.

Le présent ouvrage – Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V – commence par l’exploration de la vie personnelle et politique de ce singulier personnage. Y sont présentés les principaux jalons de son parcours ainsi que son extraordinaire ascension sociale, faisant de lui l’un des hommes les plus marquants de l’Empire et établissant une puissante lignée en seulement une génération. Son exemple n’est pourtant en rien un cas isolé. Il reprend, en réalité, un modèle adopté par de nombreuses personnalités influentes de son temps.

Au travers de l’étude des actions menées par Francisco de los Cobos dans le monde de l’art, nous avons souhaité, dans ce livre, souligner les relations entre politiques et artistes à l’Epoque Moderne. Pour illustrer le lien existant entre les clients et les créateurs, nous avons analysé de nombreux documents d’archives, dont des contrats d’œuvres émanant des élites, des inventaires ainsi que des correspondances d’ambassadeurs, d’agents politiques et de gouvernants. Ces sources soulignent que les artistes ne se limitent pas à un espace géographique réduit, tel qu’une ville, ni au seul contexte national, et dévoilent  tout un système d’échanges culturels et artistiques propre à toute l’Europe, notamment aux grandes cours, et qui s’étend progressivement au Nouveau Monde et à l’Orient. Dans la diffusion des arts à une échelle « globale », la diplomatie joue alors un rôle essentiel de par son riche réseau où se mêlent haute politique, faveurs et présents diplomatiques. Dans ce contexte,  nous avons porté une attention particulière au cas de l’Italie :   aux  tableaux du Titien et plus largement à la peinture vénitienne, aux marbres de Gênes… créations de grandes valeurs et très convoitées.

Francisco de los Cobos, dans ce cadre politique et culturel, ne peut être perçu comme un simple connaisseur ou collectionneur d’art. Son intérêt apparaît motivé par la recherche de pouvoir et de légitimé au sein de l’aristocratie. Plusieurs chapitres sont ainsi dédiés à l’élaboration de son patrimoine et à l’étroite relation de celui-ci avec son titre de noblesse, puis à son travail au service du roi d’Espagne qui le conduit à gérer le patrimoine royal.

Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V : Sergio, Ramiro  Ramírez: Amazon.fr: Livres

En conclusion, cette étude participe à établir un paradigme permettant la mise en lumière des standards culturels qui marquent le règne de Charles Quint, lesquels sont en partie hérités des Rois Catholiques mais sont aussi le fruit de l’évolution vers la modernité. Francisco de los Cobos peut être considéré comme à la genèse des figures politiques qui, par la suite, se démarqueront comme conseillers  et gouvernants de facto de la monarchie habsbourgeoise, sur le modèle des favoris. Il s’agit également de souligner que la période interrogée est marquée par le rôle prépondérant de la cour comme cadre propice à la gestation d’entreprises artistiques de grande importance et à l’échange de connaissances et de savoir-faire.

Sergio Ramiro Ramírez, Francisco de los Cobos y las artes en la corte de Carlos V, Madrid: Centro de Estudios Europa Hispanica, 2021.

Les premières pages de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici

Citer cet article :

Sergio Ramiro Ramírez, “Francisco de los Cobos et les arts à la cour de Charles Quint”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 7/02/2022. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1506