LE PIC ET LA PLUME – L’administration d’un chantier (Catalogne XVe siècle)

Le chantier médiéval a été l’objet de nombreuses études depuis une trentaine d’années. Le terme englobe des réalités très complexes. En effet, le mot désigne à la fois l’espace de travail où besognent les ouvriers, où sont conservés les outils, ainsi que où sont stockés des matériaux. Mais le chantier peut aussi regrouper dans un même système des espaces de stockage délocalisés, des sites d’exploitations éloignés (carrières, forêts…), des infrastructures rejetées aux abords des villes (fours, débarcadères…), une organisation logistique de transport, ou même, de façon plus ténue, des liens contractuels entre les ateliers artisans et un projet constructif. Également, il concerne l’armature administrative et comptable qui paye, recrute, décide, fait trace et mémoire.  D’abord envisagé selon un angle économique (les prix, les salaires), puis technique (matériaux, logistique, geste technique) et social (les Métiers, l’apprentissage), il est depuis peu envisagé sous le prisme de la gestion financière et humaine. Des études sur les fabriques, des cathédrales en particulier, ont ainsi été menées, en particulier en termes d’analyse de la comptabilité.

Speculum humanae salvationis, Paris, BnF, ms.latin 511, f. 33v © Paris, Bibliothèque nationale de France.

Avec Le Pic et la Plume, Sandrine Victor propose, en examinant deux dossiers complémentaires – celui de Gérone en 1462, ville assiégée dans un contexte de guerre civile, et celui de Salses, forteresse à construite en urgence à partir de 1495 pour faire face aux troupes françaises menaçantes et qui finiront par attaquer en 1503 – de repenser le chantier et son organisation par le prisme de son administration ou, pour mieux dire, par ses procédures administratives.

En effet, la façon dont les ordres du commanditaire, que ce soit ceux de la reine Johanna à Gérone ou des Rois Catholiques à Salses, sont transmis, transcrits et diffusés aux équipes de gestionnaires et de bâtisseurs est révélatrice des choix de gestion, d’optimisation ou de rationalisation qui sont opérés par les administrateurs des fabriques. L’étude, étayée par des sources nombreuses, comptables bien sûr, mais également notariés, administratives ou épistolaires, permet de différencier deux types d’organisation administrative du projet constructif. A Gérone, dans un contexte fortement contraint, le teneur de compte doit faire avec de maigres ressources et trouver des solutions pour palier les manques en matériaux, en hommes ou en argent. Sa tâche est rendue difficile par le contexte : assiégée, la ville doit se défendre et il incombe à Pere Miquel, le gestionnaire en question, de reconstruire la muraille, de fortifier les portes, de mettre en défense les éléments fragiles de l’enceinte. Seul, il doit trouver les arguments pour convaincre le roi resté en Aragon ou la reine sur place de l’aider à mener à bien sa tâche, mais aussi, il doit assumer les dysfonctionnements éventuels. A Salses, au contraire, ce sont le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle de Castille qui pressent les administrateurs pour aller le plus vite possible, leur offrant des moyens et des ressources, mais à charge à ces derniers de les optimiser, de les rationaliser et d’en tirer le meilleur profit possible.

Forteresse de Salses © Archives de l’auteure

En conséquence, il est possible d’étudier ces deux chantiers selon deux axes : un premier descendant, qui consiste à appliquer les ordres et exerce un contrôle sur les hommes, et un second ascendant, qui permet de faire remonter les problèmes, les difficultés, les dysfonctionnements afin que des décisions soient prises et que les choses soient améliorées. Cette approche offre une autre vision du quotidien, complémentaire de celle des ouvriers, charpentiers et maçons : celle des gestionnaires qui doivent passer leur temps à compter, justifier, rendre compte, améliorer et trouver des solutions aux petits et grands problèmes qu’un chantier à grande échelle peut apporter. Cet ouvrage est ainsi émaillé de nombreux exemples des tracasseries ordinaires sur un chantier, et joue volontiers avec les échelles, allant du ras du sol aux instances surplombantes. Il faut savoir régler à la fois les problèmes liés aux outils cassés ou aux malversations monétaires, tout comme pallier l’absence pour blessures des dirigeants ou faire des choix architecturaux en tenant compte de critères techniques, mais surtout économiques, logistiques ou politiques. Ordres et contre-ordres se succèdent, les procédures administratives s’adaptent, les sanctions sont prises, les solutions trouvées : tel est le quotidien des agents au service des projets des rois.

Au travers de la gestion d’un chantier, on voit un édifice administratif de plus en plus complexe se mettre en place, de même que la conscience des agents pour que les procédures soient respectées, lorsqu’elles émanent d’une structure surplombante. La part de la personnalité de chaque intervenant tend à se dissiper derrière la charge assumée. Ils deviennent les rouages d’une mécanique d’Etat qui les englobent et les surpassent. De ce fait, ils doivent connaître des processus, une hiérarchie, où ils interagissent avec d’autres agents qui leur sont inconnus humainement, ce qui implique de nouvelles compétences, de nouvelles connaissances, et donc des hommes nouveaux, dont le savoir ne s’appuie plus sur la formation classique aux arts libéraux. La fin du Moyen Âge offre encore une souplesse, une élasticité des processus administratifs, voire une certaine créativité. Toutefois, commence à transparaitre, en particulier dans le cas de Salses, un cadre de plus en plus fort qui structure désormais le fonctionnement du pouvoir, dont le roi n’est que l’incarnation temporaire. De fait, étudier le fonctionnement d’un chantier nous aide à envisager une autre forme de l’Etat : celle d’une bureaucratie, qui par sa mise en place et par l’émergence des compétences qu’elle nécessite est un marqueur fort de l’autorité en construction.

Sandrine Victor, Le Pic et la Plume. L’administration d’un chantier (Catalogne, XVe siècle), Classiques Garnier, 2023.

Citer cet article

Sandrine Victor, ” LE PIC ET LA PLUME – L’administration d’un chantier (Catalogne, XVe siècle)”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 11/09/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2476

 

CFPapers – Les chemins de Compostelle, itinéraire culturel européen et patrimoine mondial : Histoire, enjeux et perspectives

(Toulouse, 4 et 5 avril 2024)

Cet appel à contribution concerne un évènement scientifique organisé par l’université Toulouse Capitole. Il propose un dialogue interdisciplinaire sur les dimensions patrimoniales et culturelles des chemins de Compostelle. Il souhaite rassembler le monde académique, les professionnels du secteur et les institutions associées aux chemins de Compostelle. Les propositions de communication peuvent dépasser les seules études relatives au pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. 

Le pèlerinage vers Compostelle, où se trouve le tombeau de saint Jacques dit le Majeur, est une réalité millénaire (Rucquoi,2014). Ce pèlerinage vit un renouveau depuis plus de 25ans qui ne faiblit pas. Le nombre de pèlerins qui se sont rendus au sanctuaire pour retirer leur Compostela a été multiplié par 30 entre 1992 et 2022, pour arriver à un nombre de440 000 pèlerins comptabilisés par le bureau de pèlerins de Compostelle. On peut dire quecela traduit la volonté de l’Homme de renouer avec ses origines puisque « l’espèce humaine commence par les pieds » (Leroi Gourhan, 1982: 168). Nous voyons donc qu’Homo Viator se perpétue, cet homme en chemin qui est d’abord le marqueur d’Homo Sapiens dans sa colonisation de la planète et plus près de nous, il incarne la figure du pèlerin. « La marche est ouverture au monde » (Le Breton, 2000 :11). Elle est aussi un moyen pour l’Homme de s’approprier, ou du moins à présent de se réapproprier, l’univers qui nous entoure. À partir de ces constats, ce colloque international pluridisciplinaire s’articule autour de quatre axes ouverts à un large spectre de disciplines académiques telles que l’histoire, la géographie, la philosophie, le droit, la sociologie, la théologie, les sciences de gestion, la science politique, les sciences de l’information et de la communication …

AXE 1 : Histoire d’un pèlerinage : territoire et mémoire

Cet axe interroge l’histoire du pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, l’un des trois pèlerinages les plus important de la chrétienté avec celui de Jérusalem et de Rome. Les 1000 ans d’histoire à Compostelle sont un terrain d’études riche pour appréhender et affiner la perception du pèlerinage dans plusieurs domaines : Histoire, spiritualité, art, littérature, archéologie, sociologie, géographie et science politique. Autant d’entrées possibles pour interroger l’histoire des chemins, les métamorphoses et valeurs de cette pérégrination, l’historiographie jusqu’au XXIe siècle et son avenir.

AXE 2 : La patrimonialisation des chemins

La croissance de la fréquentation des chemins de Compostelle témoigne d’un glissement de la sphère cultuelle vers la sphère culturelle. La labellisation des chemins en 1987comme premier chemin culturel européen par le conseil de l’Europe, puis l’inscription au patrimoine mondial en 1993 du Camino Francés en Espagne et des chemins de Compostelle en France en 1998 par l’UNESCO sont des marqueurs du glissement évoqué. Par définition, « la patrimonialisation est le processus par lequel un collectif reconnaît le statut de patrimoine à des objets matériels ou immatériels, de sorte que ce collectif se trouve devenir l’héritier de ceux qui les ont produits et qu’à ce titre, il a une obligation de les garder afin de les transmettre. » (Davallon, 2014 : 1), c’est donc par ce prisme que les chemins seront étudiés. De façon opérationnelle, il est attendu des communications qui vont s’intéresser au statut de patrimoine en interrogeant les différents acteurs à différentes échelles qui contribuent à lui donner ce statut spécifique. Interroger «l’organisation de l’accès du collectif à l’objet patrimonial (Davallon, 2017, 2), c’est-à-dire la gestion et la valorisation du bien par les acteurs locaux est une entrée scientifique possible. Questionner la dimension économique et la valorisation territoriale que représentent les chemins est une autre entrée possible. Enfin, poser la question de la transmission et de la pérennité des reconnaissances culturelles : patrimoine mondial et itinéraire culturel, du désir ou du non-désir d’appropriation qu’elles suscitent auprès des institutions ou dans le monde associatif et la société civile ou par les individus et leur prise en compte dans les politiques publiques ou les actions bénévoles par des focales locales, régionales, nationales et transnationales, complète le champ d’investigation de cet axe.

AXE 3 : Médiatisation, médiation, et public

Le renouveau de la fréquentation des chemins produit un engouement médiatique considérable. Les médias grand public produisent régulièrement des articles sur Compostelle. De la même façon le cinéma s’intéresse aux chemins, par la fiction et le documentaire. Enfin, le web et plus particulièrement les réseaux sociaux sont les témoins d’un écosystème web dédié aux chemins de Compostelle et aux témoignages des pèlerins en ligne et cela se fait avec une viralité sans précédent. Dans le même temps, des acteurs de terrain s’approprient l’histoire des chemins dans une logique de médiation pour rencontrer et/ou renouveler les publics qui fréquentent ou s’intéressent aux chemins de Compostelle. Cet axe interroge donc le traitement médiatique des chemins, les différentes formes de médiation à l’œuvre et l’analyse des publics qui s’engagent dans une marche longue vers Compostelle.

AXE 4 : Pèlerinage et/ou tourisme spirituel

Les chemins de Compostelle interrogent le slow tourisme et plus spécifiquement le tourisme spirituel. La marche est le corollaire de cette nouvelle façon de concevoir le voyage. Cet axe interroge l’attractivité que représentent les chemins pour cette nouvelle forme touristique. Il est également attendu des études relatives à d’autres pèlerinages, d’autres marches sur le territoire et/ou dans le monde pouvant être analysées par le prisme du voyage spirituel. On cherchera alors à mettre en perspective la réalité de la fréquentation actuelle des chemins de Compostelle au regard des pratiques et de la fréquentation d’autres lieux de pèlerinages pour interroger cet éventuel mouvement de fond.

Soumettre une proposition de communication

Si vous souhaitez participer à cette journée, veuillez envoyer une proposition au format word. Elle doit comporter un titre, le nom, le prénom et l’institution de rattachement de chaque auteur. La proposition ne doit pas dépasser 8000 signes, espaces compris et bibliographie incluse (2 pages).

La proposition de communication doit clairement exposer une problématique, un cadre théorique, une méthodologie et un terrain d’étude (si la communication relève d’une étude empirique), ainsi qu’une bibliographie indicative au format APA. Il est demandé aux auteurs de bien expliciter l’originalité de la proposition.

Date limite de soumission des propositions de communication : 30 octobre 2023.
Chaque dépôt de proposition se fait par mail à l’adresse suivante :
contact@compostelle-lecolloque.org
Un accusé de réception sera adressé systématiquement dans les 24 heures

Les auteurs recevront une réponse le 15 décembre 2023.

Informations complémentaires sur https://www.compostelle-lecolloque.org/comite-scientifique-et-dorganisation/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search