SÉMINAIRE – ATELIER OPERANDI

(Université Toulouse Jean-Jaurès / en ligne, les vendredis de 14h à 16h)

L’ouvrage de Sandrine Victor Le Pic et la Plume. L’administration d’un chantier (Catalogne XVe siècle) vous a donné envie d’en apprendre plus sur l’histoire du bâti ? L’université de Toulouse Jean Jaurès propose sur le premier semestre 2024 un séminaire, accessible en mode hybride, dédié à l’histoire et d’archéologie de la construction et du bâti : Atelier Operandi.

Si vous souhaitez suivre le séminaire en ligne demandez votre lien de connexion à sandrine.victor at univ-jfc.fr. 

Détails du Programme :

26 janvier 2024 : Table ronde : le chantier opératif, avec Clément Juarez, Arnaud Coutelas, Brice Brigaud et Frédéric Thibault.

16 février 2024 : Ecrire le chantier, avec Mélanie Dubois-Morestin et David Bardey.

29 mars 2024 : Notre-Dame de Paris, avec Frédéric Epaud et Mylène Pardoën.

26 avril 2024 : Bâtir le jardin, avec Alain Salamagne (discutant : Tristan Laduguie)

À propos du séminaire :

Il a pour but de servir de point de rencontre régulier aux chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants spécialistes d’histoire et d’archéologie de la construction et du bâti.

Dans le cadre des laboratoires toulousains Framespa (UMR 5136) et Traces (UMR 5608), le séminaire Atelier Operandi est animé par Sandrine Victor (Institut National Universitaire Champollion / Framespa), en collaboration avec Jacques Dubois (Université Toulouse Jean-Jaurès / Framespa, équipe Terrae). Notre séminaire est un atelier de discussion qui se déroule sur la base d’un dossier présenté par l’invité ou un membre du séminaire. L’idée est de pouvoir discuter des questions, des problématiques, des sources invoquées par le dossier en cours, des méthodes mobilisées, et de la démarche de recherche. Chaque séance permet de plus de faire un point sur l’actualité de la recherche dans le champ de l’histoire et de l’archéologie de la construction, et d’exposer le compte-rendu de lecture d’un ouvrage récent.

L’objectif est d’aider les participants à résoudre des problèmes de recherche qu’ils se poseraient et d’exposer à la réflexion commune ce qui est généralement considéré comme une littérature scientifique grise, afin que des débutants jusqu’aux chercheurs confirmés, chacun puisse s’en saisir et en faire profit.

Plus d’informations sur les invités et le programme, et tous les replays, sont disponibles sur operandi.hypotheses.org

ACTUALITÉ DU RECENSEMENT DES TABLEAUX IBÉRIQUES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES FRANÇAISES (1300-1870) – La Nouvelle-Aquitaine

Initié en 2021 par le département des Peintures du Louvre et l’Institut National d’Histoire de l’Art, le Recensement des tableaux ibériques dans les collections publiques françaises (RETIB) s’apprête à dévoiler les résultats de sa deuxième campagne d’inventaire.

D’abord centré sur l’Ile-de-France, ce programme de recherche a permis l’identification de plus de quatre-cents oeuvres, aussi bien originaux que copies qui témoignent du goût pour la peinture espagnole dans cette région ; dont quelques inédits, tous publiés sur la plateforme AGORHA. Parmi les découvertes importantes de ce premier inventaire, rappelons en particulier celle d’un ancien élément de retable réalisé par le peintre valencien Joan Reixach, aujourd’hui conservé au musée Marmottan Monet. 

Pour ce deuxième volet, les équipes du RETIB se sont intéressées à la Nouvelle-Aquitaine, territoire riche en tableaux ibériques conservés tant dans les musées à l’instar des Musées des Beaux-Arts de Bordeaux, de Pau, d’Agen et de Bayonne que dans des églises comme en témoigne par exemple l’ancienne collection du chanoine Marcadé exposée dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Pas moins de deux cent cinquante oeuvres ont pu être inventoriées avec certaines trouvailles remarquables comme au musée Labenche de Brive-la-Gaillarde où se trouve un panneau, anciennement attribué à Simone Martini, qui s’est révélé être un élément-clé de la production catalane du milieu du XIVe siècle. Les recherches, menées en collaboration avec le professeur Rafael Cornudella, ont permis de dévoiler qu’il s’agissait d’une oeuvre des Bassa vraisemblablement réalisée à la demande du roi Pierre le Cérémonieux pour la chapelle du Palais des Rois de Majorque (Perpignan).

Ferrer et Arnau Bassa, Sainte Hélène et Constantin flanquant la Sainte-Croix. Brive-la-Gaillarde, musée Labenche © Elsa Espin

Publiés cet automne sur AGORHA, les résultats de cette nouvelle enquête seront également présentés le 5 décembre prochain à l’occasion d’une table ronde organisée à l’INHA. Plus d’informations en cliquant ici . 

Une captation vidéo de l’évènement est disponible en ligne :

Citer cet article

Elsa Espin, “ACTUALITÉ DU RECENSEMENT DES TABLEAUX IBÉRIQUES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES FRANÇAISES (1300-1870) – La Nouvelle-Aquitaine“, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 06/ 11 /2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2637

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search