SÉMINAIRE – Dernières recherches sur la couronne d’Aragon

(Paris, Collège d’Espagne / le vendredi 16 février de 16h à 20h)

Programme

16h Présentation du séminaire

16h15 Guillermo López-Juan (Universitat de València) Preludio a la tempestad: endogamia e integración social de una comunidad conversa antes de la Inquisición (Valencia, 1391-1482) 

16h30 Rubén Gregori Bou (Universidad Católica San Vicente Mártir de València) Imágenes para la conversión. El Calvario de la Redención como metáfora visual 

16h45 Alba Barceló Plana (Universitat de Barcelona) Reflexions sobre la il·luminació de les haggadot de la Corona d’Aragó 

17h Alberto Barber Blasco (Universitat de Lleida) Epidèmies i crisis de mortalitat a Catalunya: 1348-1500 

17h15 Débat

Pause

18h Elsa Espin (UMR 9022 Héritages – Cergy Paris Université) Viajes de artistas y gusto por la pintura flamenca: el ejemplo de la Corona de Aragón en el siglo XV 

18h15 Francesc Granell Sales (Universitat de València – Universidad Complutense de Madrid) Recordar a Jaime I, agraviar a los musulmanes 

18h30 Arantxa Sola Moragues (Universitat de València) Desitjos, espais i mobilitat: una aproximació al pecat nefand a la Corona d’Aragó 

18h45 Alejandro Llinares Planells (Universidad de Málaga) La mitificació i el record del bandolerisme valencià del Barroc 

19h Maria Margalida Perelló Pons (Universitat de les Illes Balears) La Germania de Mallorca, un l’alçament entre dues èpoques. Causes, fases i conseqüències 

19h15 Débat

Clôture du séminaire

Accès sans inscription

L’IMPACT DE L’EAU SUR LA SOCIÉTÉ – L’exemple de Madrid au Moyen Âge

Nos sociétés sont confrontées à un certain nombre de défis tel que la généralisation des discours de haine qui menace de normaliser les attitudes belliqueuses à l’égard de ceux qui sont considérés comme différents en raison de leur sexe, de leur identité, de leur origine ou de leurs croyances.  Nous devons également faire face aux dangers du changement climatique sous peine de disparaître à brève échéance. Dans ces luttes, il nous apparaît essentiel de nous tourner vers le passé. En effet, prendre conscience de la fluidité des frontières entre les différentes cultures qui ont partagé notre territoire nous permet de démasquer les faussetés des discours actuels. Par ailleurs, constater le rôle que le territoire où nous vivons a joué dans notre survie facilite la prise de conscience de l’importance de l’entretien et du respect du paysage naturel, de même que de la nécessité de mettre un terme à sa destruction. Dans Agua y sociedad en Madrid durante la Edad Media, c’est l’eau qui révèle le rôle fondamental du territoire et la perméabilité entre deux communautés médiévales apparemment opposées, musulmane et chrétienne, dans la formation de l’origine d’une ville tel que Madrid.

Dérivé d’une thèse de doctorat, soutenue en 2015 à l’Universidad de Valladolid, cet essai est un ouvrage monographique consacré à l’analyse critique du rôle de l’eau dans la construction et la configuration des sociétés du passé, tant sur le plan matériel que symbolique : organisation de l’espace, organisation économique, stratégie politico-militaire et base de la constitution de son système de représentations symboliques et idéologiques. Le contexte géographique est, comme l’annonce le titre de l’ouvrage, Madrid, la seule capitale européenne de fondation islamique, tandis que le contexte chronologique s’étend de sa fondation au milieu du IXe siècle jusqu’au début de l’ère moderne. Ces origines islamiques, et plus précisément ses racines imazighen-berbères et son rôle essentiel dans la relation que sa population a établie avec l’eau, constituent précisément un autre des éléments-clés de l’ouvrage. Une relation qui, avec quelques changements, a survécu au processus de conversion en ville chrétienne, à sa constitution, dès les siècles modernes, en tant que siège de la cour impériale des Habsbourg et à la construction d’histoires qui, depuis lors, ont re-imaginé ses origines pour lui donner l’honneur et le prestige qui conviennent à son nouveau statut.

Grâce à l’étude de la documentation municipale – des textes littéraires et hagiographiques, des sources archéologiques et toponymiques, ainsi que des études topographiques et environnementales – ce travail vise à reconstruire le paysage original sur lequel les premières familles de Madrid se sont installées et qui a eu une telle influence sur la configuration spatiale, économique et symbolique de l’agglomération. La grande disponibilité d’eau, dans un contexte de pénurie, a notamment permis à la ville de survivre aux changements continus qu’elle a connus. Elle a également servi de base à la construction de l’identité de ce centre à travers plusieurs éléments clés : son nom, Mayrit, lié aux cours d’eau de surface ; son panthéon local, avec des figures comme Isidro Labrador ou la Vierge d’Atocha liées au pouvoir symbolique de l’eau ; et son honneur et son prestige, fondés sur l’idée de la disponibilité d’une eau abondante et de grande qualité.

C’est précisément dans ce processus de construction identitaire que Madrid, malgré le passage des siècles et les grands changements qu’ils ont apportés, montre le plus clairement la convergence de son origine amazighe avec la tradition chrétienne médiévale.

Eduardo Jiménez Rayado, Agua y sociedad en Madrid durante la Edad Media, Cádiz: Editorial UCA, 2021

Le sommaire et l’introduction de l’ouvrage sont consultables sur la page de l’éditeur en cliquant ici.

Citer cet article :

Eduardo Jiménez Rayado , “L’IMPACT DE L’EAU SUR LA SOCIÉTÉ – L’exemple de Madrid au Moyen Âge”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 08/01/2024. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2756

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search