Les auteurs

Francisco de Asís García García

Francisco de Asís García García est profesor ayudante doctor au Département d’Histoire et Théorie de l’Art à l’Universidad Autonoma de Madrid. Il a obtenu son doctorat à l’Université Complutense de Madrid en 2016 avec une thèse dédiée à la sculpture romane de la cathédrale de Jaca. Il a bénéficié de bourses pré-doctorales de l’Université Complutense de Madrid, du Ministère de l’Éducation de l’Espagne et de l’Institut National d’Histoire de l’Art de France qui lui ont permis d’accomplir des séjours de recherche au CESCM de Poitiers, ainsi qu’au GAHOM et à l’INHA à Paris. Il a également été chercheur postdoctoral du programme « Juan de la Cierva » à l’Institut d’Études Médiévales de l’Université de León en 2018. Il a publié plusieurs travaux dans le domaine de l’art roman espagnol et s’intéresse aussi dernièrement à la production textile médiévale dans la péninsule ibérique.

Matthieu Bayle

Après avoir quitté la région toulousaine pour Paris, Matthieu Bayle a réalisé ses études à Sorbonne Université où il a obtenu une double licence Histoire-Anglais. Il y poursuit actuellement ses études au sein du master Recherche-Agrégation, parcours Mondes médiévaux, sous la direction du professeur Bruno Dumézil. Après une première année de recherche consacrée à l’Aristocratie frontalière de la Marche d’Espagne de 778 à 950 ; il se focalise désormais sur les comportements et relations des membres du personnel comtal pré-catalans dans la première moitié du Xe siècle avant de préparer l’agrégation d’Histoire ainsi que possiblement entreprendre une thèse de doctorat.

Hugo Chatevaire

Hugo Chatevaire, agrégé d’histoire, rédige actuellement sa thèse, en cotutelle entre l’EPHE (Patrick Henriet) et l’Universitat Rovira i Virgili de Tarragone (Licia Buttà). Il est allocataire de recherche à la Casa de Velázquez à Madrid. Il a effectué un master de recherche entre 2012 et 2014 à l’EHESS sur les plafonds peints de Carcassonne sous la direction de Jean-Claude Schmitt, et travaille aujourd’hui pour sa thèse sur les charpentes peintes domestiques dans les territoires ibériques de la Couronne d’Aragon (milieu du XIIIe siècle – début XVIe siècle). Il est un membre actif de l’Association Internationale de Recherche sur les Charpentes et Plafonds Peints Médiévaux (RCPPM) qui contribue à la promotion scientifique, patrimoniale et touristiques de ces nouveaux objets d’histoire.

María Teresa Chicote Pompanin

María Teresa possède une licence en histoire de l’art de l’Universidad Complutense de Madrid (2013), un master en culture de la Renaissance au Warburg Institute de Londres (2014), et achève actuellement une thèse intitulée Patronage and Historical Memories in Castille. The Marquises of Villena at the Dawn of the Early Modern Period (1445-1529) dans la même université. Sa recherche se centre principalement sur la culture et la mémoire aristocratique des XVe et XVIe siècles, elle a publié plusieurs articles sur ces thèmes qui peuvent se consulter sur sa page Academia. Ses travaux ont été financés par la Fundación La Caixa, la London Arts and Humanities Partnership, la Casa de Velázquez et la Real Academia de España à Rome parmi d’autres. Elle a également donné des cours au département d’histoire de l’art au University College of London pour les années académiques 2017-2018 ainsi que 2018-2019.

JOÃO CORREIA DE SÁ

João Correia de Sá possède une licence en histoire de l’art de la Faculté de Sciences Sociales et Humaines de l’Universidade Nova de Lisbonne (2017). Il a participé à différent projets de recherche dont celui du Carla Varela Fernandes dans le cadre de son postdoctorat intitulé « Portuguese figurative sculpture from the 12th to the 14th centuries, knowledge, transfers “knowhow” and artistic itinerancy » (SFRH/BPD/76929/2011). Il a également travaillé un an au sein du département d’art médiéval du Museu Nacional d’Art de Catalunya (Barcelone) où il a participé à l’étude et la documentation des œuvres. Désormais en Catalogne, il prépare un master en gestion culturelle à l’Universitat de Gérone et l’Universitat Oberta de Catalunya. Ses sujets d’investigation privilégiés sont l’art funéraire, les textiles ainsi que la muséologie.

Sophie Ducret

Sophie Ducret est doctorante en histoire de l’art médiéval sous la direction de Géraldine Mallet, professeur des universités, au sein du Centre d’études médiévales de Montpellier (Université Paul-Valéry, Montpellier 3, EA 4583). Après un mémoire de master 1 portant sur les peintures déposées de Sant Esteve d’Andorre-la-Vieille et un master 2 consacré aux décors muraux des Corbières (Aude), elle poursuit ses recherches sur le rapport entre contexte historique, artistique et processus de la commande dans le Sud de la France dans le cadre de sa thèse. Ses travaux et centres d’intérêt portent également sur l’historiographie de la peinture murale médiévale en Catalogne et en France.

Elsa Espin

Doctorante en histoire de l’art médiévale en cotutelle à Sorbonne Université et à l’Universitat Autònoma de Barcelone depuis 2016, Elsa Espin se spécialise sur les échanges artistiques entre le nord et le sud de l’Europe, et plus particulièrement dans la péninsule Ibérique. En janvier 2019, elle crée  le Carnet Hypothèses “Espagnes Médiévales”, plateforme de vulgarisation scientifique dédiée à l’histoire et la culture de la péninsule ibérique et de ses couronnes. Elle rédige actuellement une thèse sur les peintres français, néerlandais et allemand dans la couronne d’Aragon – Aragon, Catalogne, Valence et Majorque – du règne de Jean Ierd’Aragon à celui de Ferdinand le Catholique ; et collabore au projet de recherche La condición del artista en Cataluña y Balerares durante los siglos XV al XVIII (HAR2015-66465-C2-2-P). 

Eduardo Lamas

Eduardo Lamas est historien de l’art à l’Institut royal du Patrimoine artistique (KIK-IRPA) à Bruxelles, où il mène des recherches sur la peinture et le dessin en Espagne pendant le XVIe et le XVIIe siècle, ainsi que sur leurs relations avec les anciens Pays-Bas. Il est titulaire d’un diplôme de Master 2 de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et d’un doctorat à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Sa thèse sur le peintre Baroque Francisco Rizi (1614-1685), réalisée sous la direction du Pr. Manuel Couvreur, lui a valu de recevoir en 2020 le prix Suzanne Sulzberger. En 2017, son étude monographique sur le peintre flamand Miguel Manrique lui a valu le prix trisannuel de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique.

Francisco Mamani-Fuentes

Francisco Mamani-Fuentes possède une licence en Histoire et géographie de l’Universidad de Concepción (Chili-2011) ainsi qu’un master en Histoire et civilisations comparées réalisé à l’université Paris-Diderot (2015). Il achève actuellement sa thèse, qu’il réalise en cotutelle entre l’École normale supérieure – Université Paris sciences et lettres (ED 540 – EA 7410) et l’Universidad de Granada, intitulée « Enlazada con grande artificio » Relire le mudéjar en contexte colonial : la charpenterie de lo blanco dans l’architecture religieuse de la vice-royauté du Pérou aux XVIe et XVIIe siècles. Transferts, agents et zones de contact. Ses travaux sont centrés à la première modernité entre l’Amérique et l’Europe (XVIe – XVIIe siècles), plus particulièrement sur les transferts artistiques et l’histoire de la construction. Dans ce cadre, il a notamment reçu les bourses Chile Doctorado en el Extranjero – Agencia Nacional de Investigacion y Desarrollo (ANID), ainsi que l’IRIS-Études Globales de l’université Paris sciences et lettres, ARD-2018 de l’Institut des Amériques et les Missions 2018-2019 de l’ED 540 (université Paris Sciences et Lettres)

Fernando Martín Pérez

Fernando Martín Pérez est docteur en histoire médiévale. Soutenue en 2017 à l’Universidad de Cantabria, sa thèse portait sur les espaces, le pouvoir et la société à San Vincente de la Barquera au bas Moyen Âge. Chercheur indépendant, il participe actuellement au projet de recherche « Política, instituciones y gobernanza de las ciudades portuarias de Europa Atlántica al final de la Edad Media : análisis comparativo transnacional » (HAR2017-83801-P) dirigé par le professeur Jesus Ángel Solórzano Telechea de l’Universidad de Cantabria et financé par le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de la Compétitivité du gouvernement d’Espagne. Ses principaux centres d’intérêt sont l’histoire socio-politique et l’histoire portuaire au bas Moyen Âge. 

Alexander Mimoun

Ingénieur de formation, Alexander Mimoun est diplômé de l’École Centrale de Paris et détient aussi une Maîtrise des Sciences de Gestion de l’Université Paris-Dauphine IX. Il a obtenu en 2019 sont grade de Licence en Histoire et Histoire de l’art à l’Université Paris-Nanterre, où il a récemment conclu un Master de Recherche en Histoire. Il se spécialise sur la péninsule Ibérique médiévale et plus spécialement sur la question de la minorité juive sous le règne d’Alphonse X de Castille et ses successeurs (XIII-XIVe siècle), sujet sur lequel il vient d’achever son travail de Master sous la co-direction des professeures Claire Soussen et Emmanuelle Tixier du Mesnil. Alexander est maintenant inscrit à l’Université Littoral Cote d’Opale afin de réaliser une thèse sous la direction de Claire Soussen dont le titre provisoire est «Les relations entre les juifs et les pouvoirs. Le cas de la Castille : D’Alphonse X aux massacres de 1391″.

Alicia Inés Montero Málaga

Alicia Inés Montero Málaga est licenciée d’Histoire et docteur en Histoire médiévale de l’Universidad Autónoma de Madrid (2017). Sa thèse portait sur la noblesse dans les villes, plus particulièrement la famille des Velascos et la ville de Burgos (1379-1520). Elle est actuellement détentrice de la bourse postdoctorale Juan de la Cierva à l’Universidad Pública de Navarra. Elle est chercheuse collaboratrice de I-Communistas (Institute for Advance Social Research) et participe à divers projets de recherche dont Ciudad y nobleza en el tránsito a la modernidad : autoritarismo regio, pactismo y conflictividad política. Castilla, de Isabel I a las Comunidades (HAR2017-83542-P) et MIGRAVIT. La muerte del Príncipe en Francia y en los reinos hispánicos. Ss. XI-XV (HAR2016-74846-P). Ses centres d’intérêt principaux sont l’histoire urbaine, la noblesse, les élites du pouvoir, le clientélisme et les réseaux sociaux. Elle a également publié en 2012 la monographie El linaje de los Velasco y la ciudad de Burgos (1379-1474). Identidad y poder político. 

Zoé Plaza Leroux

Après l’obtention d’une double licence Histoire – LLCER Anglais à Sorbonne Université, Zoé Plaza Leroux a réalisé un Master 1 dédié à l’Aquitaine anglaise entre 1254 et 1291, avant de se tourner en Master 2 vers la diplomatie médiévale, qui est sont sujet de spécialisation. Elle vient d’achever avec succès son Master de Recherche avec un mémoire portant sur « Les négociations matrimoniales comme objet de diplomatie entre la dynastie des derniers Plantagenêts et les couronnes de Castille et d’Aragon (1253-1348) » sous la direction de Fréderique Lachaud (Sorbonne Université) et Stéphane Péquignot (EPHE). Actuellement elle prépare l’agrégation d’histoire et espère poursuivre en thèse ses recherches.

Carles Sánchez Márquez

Carlos Sánchez est Docteur en Histoire de l’Art, diplômé de l’Université Autonome de Barcelone (2017 – Premio Extraordinarion de Doctorado) où il est professeur au sein du Département d’Art et de Musicologie.

Il exerce actuellement les fonctions d’enseignant  et  de directeur  pour la candidature de la Seu d’Egara (Terrassa, Catalogne) au Patrimoine Mondial de l’UESCO. Il a collaboré comme rédacteur à l’Encyclopédie du Roman en Espagne (Fundacion Santa Maria la Real)  et a obtenu une bourse de recherche de la Fondation Andrew W. Mellon, Programme Cathédrale de Santiago, pour l’étude du portail de la Gloire.

Ses principaux thèmes de  recherche sont la peinture et la sculpture romane ainsi que la sociologie de l’artiste médiéval. Ce dernier étant le sujet de sa thèse de doctorat  Bastir la catedral : organizacion del taller, estatus y rol del artista en el arte medieval  hispano.  (Bâtir la cathédrale : Organisation de l’atelier, statut et rôle de l’artiste dans l’art médiéval hispanique.)

Membre du groupe de recherche  Magistri Cataloniae-Estudiosculturales del Mediterraneo Medieval , il a participé a de nombreux congrès nationaux et internationaux à Barcelone, Madrid, Rome, Pise, Montpellier et Perpignan.

Nicolas Simon

Nicolas Simon est docteur en Histoire, histoire de l’art et archéologie depuis avril 2017. Depuis le 1er octobre 2017 il est chargé de recherche FRS-FNRS à l’UCLouvain et professeur invité à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. À partir du 1er octobre 2019 il entamera un mandat de recherche à la Casa de Velázquez et au Madrid Institute for Advanced Studies grâce à un Marie Skłodowska-Curie Fellowship. L’axe principal de ses recherches s’insère dans les champs de l’histoire du droit, en particulier celle de la législation, et de l’histoire interne des institutions. Sa thèse de doctorat portant sur l’étude du processus décisionnel au niveau législatif dans les Pays-Bas espagnols (fin XVIe-début XVIIe siècle) s’est vue octroyée le prix quinquennal Charles Duvivier de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (période 2013-2017).