Les auteurs

Francisco de Asís García García

Francisco de Asís García García est profesor ayudante doctor au Département d’Histoire et Théorie de l’Art à l’Université Autonome de Madrid. Il a obtenu son doctorat à l’Université Complutense de Madrid en 2016 avec une thèse dédiée à la sculpture romane de la cathédrale de Jaca. Il a bénéficié de bourses pré-doctorales de l’Université Complutense de Madrid, du Ministère de l’Éducation de l’Espagne et de l’Institut National d’Histoire de l’Art de France qui lui ont permis d’accomplir des séjours de recherche au CESCM de Poitiers, ainsi qu’au GAHOM et à l’INHA à Paris. Il a également été chercheur postdoctoral du programme « Juan de la Cierva » à l’Institut d’Études Médiévales de l’Université de León en 2018. Il a publié plusieurs travaux dans le domaine de l’art roman espagnol et s’intéresse aussi dernièrement à la production textile médiévale dans la péninsule ibérique.

JOÃO CORREIA DE SÁ

João Correia de Sá possède une licence en histoire de l’art de la Faculté de Sciences Sociales et Humaines de l’Universidade Nova de Lisbonne (2017). Il a participé à différent projets de recherche dont celui du Carla Varela Fernandes dans le cadre de son postdoctorat intitulé « Portuguese figurative sculpture from the 12th to the 14th centuries, knowledge, transfers “knowhow” and artistic itinerancy » (SFRH/BPD/76929/2011). Il a également travaillé un an au sein du département d’art médiéval du Museu Nacional d’Art de Catalunya (Barcelone) où il a participé à l’étude et la documentation des œuvres. Désormais à Barcelone, il prépare un master pour continuer sa spécialisation en art médiéval. Ses sujets d’investigation privilégiés sont l’art funéraire, les textiles ainsi que la muséologie.

Elsa Espin

Doctorante en histoire de l’art médiévale en cotutelle à Sorbonne Université et à l’Universitat Autònoma de Barcelone depuis 2016, sous la direction de Rafael Cornudella et de Philippe Lorentz, Elsa Espin se spécialise sur les échanges artistiques entre le nord et le sud de l’Europe, et plus particulièrement dans la péninsule Ibérique. En janvier 2019, elle crée le blog de vulgarisation scientifique Espagnes Médiévales, dédié à l’histoire et la culture de la péninsule ibérique et de ses couronnes. Elle rédige actuellement une thèse sur les peintres français, néerlandais et allemand dans la couronne d’Aragon – Aragon, Catalogne, Valence et Majorque – du règne de Jean Ierd’Aragon à celui de Ferdinand le Catholique ; et collabore au projet de recherche La condición del artista en Cataluña y Balerares durante los siglos XV al XVIII (HAR2015-66465-C2-2-P). 

Fernando Martín Pérez

Fernando Martín Pérez est docteur en histoire médiévale. Soutenue en 2017 à l’Universidad de Cantabria, sa thèse portait sur les espaces, le pouvoir et la société à San Vincente de la Barquera au bas Moyen Âge. Chercheur indépendant, il participe actuellement au projet de recherche « Política, instituciones y gobernanza de las ciudades portuarias de Europa Atlántica al final de la Edad Media : análisis comparativo transnacional » (HAR2017-83801-P) dirigé par le professeur Jesus Ángel Solórzano Telechea de l’Universidad de Cantabria et financé par le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de la Compétitivité du gouvernement d’Espagne. Ses principaux centres d’intérêt sont l’histoire socio-politique et l’histoire portuaire au bas Moyen Âge. 

Alicia Inés Montero Málaga

Alicia Inés Montero Málaga est licenciée d’Histoire et docteur en Histoire médiévale de l’Universidad Autónoma de Madrid (2017). Sa thèse portait sur la noblesse dans les villes, plus particulièrement la famille des Velascos et la ville de Burgos (1379-1520). Elle est actuellement détentrice de la bourse postdoctorale Juan de la Cierva à l’Universidad Pública de Navarra. Elle est chercheuse collaboratrice de I-Communistas (Institute for Advance Social Research) et participe à divers projets de recherche dont Ciudad y nobleza en el tránsito a la modernidad : autoritarismo regio, pactismo y conflictividad política. Castilla, de Isabel I a las Comunidades (HAR2017-83542-P) et MIGRAVIT. La muerte del Príncipe en Francia y en los reinos hispánicos. Ss. XI-XV (HAR2016-74846-P). Ses centres d’intérêt principaux sont l’histoire urbaine, la noblesse, les élites du pouvoir, le clientélisme et les réseaux sociaux. Elle a également publié en 2012 la monographie El linaje de los Velasco y la ciudad de Burgos (1379-1474). Identidad y poder político.

Nicolas Simon

Nicolas Simon est docteur en Histoire, histoire de l’art et archéologie depuis avril 2017. Depuis le 1er octobre 2017 il est chargé de recherche FRS-FNRS à l’UCLouvain et professeur invité à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. À partir du 1er octobre 2019 il entamera un mandat de recherche à la Casa de Velázquez et au Madrid Institute for Advanced Studies grâce à un Marie Skłodowska-Curie Fellowship. L’axe principal de ses recherches s’insère dans les champs de l’histoire du droit, en particulier celle de la législation, et de l’histoire interne des institutions. Sa thèse de doctorat portant sur l’étude du processus décisionnel au niveau législatif dans les Pays-Bas espagnols (fin XVIe-début XVIIe siècle) s’est vue octroyée le prix quinquennal Charles Duvivier de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (période 2013-2017).