Lexique

Ars Nova :

Nom d’un traité écrit par le compositeur Philippe de Vitry (1291-1361) à Paris dans les années 1320. L’ouvrage correspond à une véritable prise de conscience de l’évolution esthétique musicale avec de nouvelles tendances qui se retrouvent chez ses contemporains comme Johannes de Muris ou encore Marchelus de Padoue. La musicologie moderne a elle-même attribué le terme d’ars nova à la production musicale du XIVème siècle, en opposition à l’ars antiqua qui fait référence au siècle précédent.

En 1953, dans son ouvrage Les primitifs flamands, Erwin Panosfky reprend le même vocable pour qualifier la révolution picturale qui s’est opérée au XVème siècle. Celle-ci se caractérise par un langage illusionniste, offrant au spectateur une vision globale du réel, retranscrit avec minutie au sein d’un espace pictural convaincant. Elle est initiée  en Flandre dans le deuxième quart du XVe siècle par Jan van Eyck qui en est la figure de proue. Cette nouvelle pratique rompt avec l’esthétique linéaire et sophistiquée du gothique international.

Couronne d’Aragon :

Ensemble des territoires réunis sous la couronne aragonaise. Se forme au XIIe siècle lors de l’union du royaume d’Aragon et du comté de Barcelone, la Couronne perdure jusqu’au XVIIIe siècle. Malgré une union dynastique avec la Couronne de Castille, suite au mariage d’Isabelle de Castille et de Ferdinand II d’Aragon -surnommés les  « rois catholiques » par le pape – en 1469, il faut attendre la fin de la guerre de Succession en 1714 pour que ces deux entités politiques se fondent en une seule : le royaume d’Espagne.

L’ensemble de ces royaumes et comtés varie au fil des siècles. À son apogée – sous Alphonse le Magnanime (1416-1418) – la Couronne d’Aragon comprend l’Aragon, la Catalogne, Valence, Majorque, la Sardaigne, la Sicile et le royaume de Naples.

Attention : Ne pas confondre avec le royaume d’Aragon, qui n’est qu’une partie de la couronne d’Aragon !

Couronne de Castille :

Ensemble des territoires qui au Moyen Âge sont sous l’autorité des rois de Castille. Sa formation remonte au XIe siècle lorsque le souverain Fernando Ier rassemble le comté de Castille et le royaume de Léon pour former le royaume de Castille et Léon, mais à sa mort ses territoires sont divisés entre ses fils. Il faut attendre 1230 et le règne de Fernando III pour que cette union soit définitive.

Par la suite, au fur et à mesure de la Reconquista (Reconquête des territoires alors sous occupation musulmane) sont annexés les royaumes de Galice, de Tolède, de Séville de Cordoue, de Jaén et de Murcie.

En 1469, le mariage d’Isabelle Ière de Castille et Ferdinand II d’Aragon, rois catholiques, permet une union dynastique avec la Couronne d’Aragon. Néanmoins celle-ci ne prend la forme officiellement de royaume d’Espagne qu’en 1714 lorsque les deux entités politiques se fondent en une seule.

Gothique international :

Notion forgée par Louis Courajod, ancien conservateur du Musée du Louvre et professeur à l’école du même nom, lors de ses Leçons professées à l’école du Louvre (1887-1896). Il y délimite un « courant international » selon ses résonances observées dans les différents pays européens.

Sans en être exactement le synonyme, il peut aussi être question d’un « art de 1400 ». Cette dénomination chronologique est employée à partir de l’exposition de Vienne en 1962 : L’art européen vers 1400.

« Gothique international » comme « art de 1400 » renvoient à un art courtois marqué par l’élégance des formes, avec une prédilection pour les arabesques, une gamme chromatique intense et la représentation des détails de la vie quotidienne. Développé en France, en particulier à Paris, il se répand dans toute l’Europe à partir des dernières décennies du XIVe siècle et se prolonge de manière flexible selon les aires géographiques. En Espagne, il perdure jusqu’au milieu du XVe  siècle. Ses plus importants représentants dans la péninsule ibérique sont Lluís Borrassa, Bernat Martorell, Marçal de Sas ou encore Gonçal Peris Sarria.

Grisaille :

Peinture monochrome en camaïeu gris, utilisant des différences de nuances pour marquer les ombres, donnant ainsi l’illusion du relief et de la sculpture.  Le procédé a été utilisé dès l’Antiquité à Pompéi et à Herculanum comme le mentionne Pline quand il évoque les monochromata. Il est particulièrement employé chez les peintres primitifs flamands sur les revers des portes de retables comme dans le cas du Diptyque de l’Annonciation de Jan van Eyck, modèle qui est largement repris par la suite dans toute l’Europe. Cette monochromie peut être établie également à partir d’une gamme chromatique différente à base de vert, par exemple, comme dans les fresques du « cloître vert » peintes par Uccello à Florence dans l’église Santa Maria (ca. 1447-1448).

Dans l’art du vitrail le terme de grisaille renvoie à une peinture monochrome du verre.

Hispanoflamand :

Terme suranné qui désigne la production peinte dans la péninsule ibérique du XVe siècle imprégnée/marquée par les innovations flamandes, dite ars nova, initiée par Jan van Eyck.

Portant à confusion (s’agit-il de peintres espagnols peignant comme des Flamands ? de Flamands peignant comme des Espagnols ? De Flamands en Espagne ? ou inversement, etc.), les historiens lui préfèrent généralement le terme de « gothique tardif » emprunté au vocabulaire architectural pour désigner la production de cette période.

Royaume du Portugal :

Longtemps l’histoire du Portugal et de l’Espagne s’entremêle. D’abord simple comté, le Portugal est rattaché à la couronne de Castille au XIe siècle dans une volonté d’unir les royaumes chrétiens face à l’expansion musulmane. C’est seulement un siècle plus tard, sous l’impulsion du comte Afonso Henriques, futur Afonso Ier dit le Conquitador (Fondateur), que le comté acquière son indépendance. Celle-ci n’est reconnue par la Couronne de Castille qu’en 1143 lors du traité de Zamora.