RÉGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?

De la fin du IXe siècle à la seconde moitié du Xe, les territoires rassemblés à l’extrémité méridionale de l’archidiocèse de Narbonne voient plusieurs hommes issus des élites laïques locales se hisser à leur tête et y fonder de véritables principautés. Véritables comtes « pré-catalans », ces hommes y voient l’occasion d’ancrer leur pouvoir naissant dans des domaines qu’ils s’approprient sur un empire carolingien aux abois. Ils s’arrogent les honneurs confiés à leur famille par les souverains francs et font ainsi d’une charge publique un patrimoine autour duquel ils renforcent leur assise sur ces terres frontalières. Nouveaux maîtres d’une région allant des piémonts pyrénéens au Roussillon au nord, jusqu’à la ligne fluviale Llobregat-Cardener-Sègre au sud, ces comtes y déploient d’abord leur autorité grâce à leur collaboration avec les pouvoirs ecclésiastiques. Ils favorisent également la montée d’une aristocratie laïque de second rang, qui œuvre initialement comme relais des autorités comtales dans les périphéries de leur propre principauté et sur laquelle ils peuvent s’appuyer comme nous le verrons dans le présent article.


[Avertissement : les espaces géographiques dont il est question dans cet article recouvrent en partie la Catalogne contemporaine. Toutefois, cette dénomination n’apparaît qu’au début du XIIe siècle. Lors de la conquête de Majorque orchestrée en 1115 par le comte de Barcelone, Ramon Berenguer III le Grand (1097-1131), ses soutiens, des marins pisans, le qualifient de « duc des Catalans ». L’appellation ici utilisée des princes « pré-catalans », au-delà d’une vision téléologique ou anachronique, permet ainsi de mettre en avant la césure entre l’héritage commun de ces grands aristocrates et la désunion de l’ancienne Marche d’Espagne avec les nouvelles dynasties comtales.]

Depuis les campagnes de Charlemagne (778-814) et de ses lieutenants à la fin du VIIIe siècle, marquées par l’épisode de Roncevaux en 778 et la conquête de Barcelone en 801, le pouvoir franc se maintient péniblement sur sa frontière ultra-pyrénéenne. Les nominations entre délégués de la haute aristocratie impériale et les membres de l’aristocratie autochtone récemment intégrée à l’Empire s’alternent. Cette dichotomie est la source de conflits entre ces partis qui s’entremêlent, à l’image de la querelle entre Guilhemides et Borrellides. Ces derniers finissent par s’imposer durant le règne de Charles le Chauve (843-877), obtenant alors entre 862 et 878 leur nomination à la tête de plusieurs comtés situés à la frontière ibérique de l’archidiocèse de Narbonne (se référer pour ces éléments de contexte à l’article “La Marche d’Espagne– formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)“, notamment sa partie II). Durant cette longue décennie, ces aristocrates – descendants d’une élite autochtone liée à la Maison comtale de Carcassonne – réunissent entre leurs mains les différents postes de détention de la puissance publique de la région [Fig.1]. Sunyer II (862-915) est ainsi nommé à la tête des comtés d’Empúries et du Roussillon dès 862. Son cousin Guifred (870-897) obtient huit ans plus tard sa nomination dans les comtés de Cerdagne et Urgell avant qu’en 878, Louis le Bègue (877-879) ne lui concède les comtés associés à la cité de Barcelone.

Fig.1 – Généalogie simplifiée de la Maison comtale de Carcassonne, par l’auteur.

Loin de conduire, dès cette période, la reconquête d’une Hispanie alors presque entièrement dominée par les Omeyyades de Cordoue – qui connaissent même leur apogée à partir de 929 avec l’élévation de leur État au rang de califat par l’émir ‘Abd al-Ramhân III (912-961) – les comtes de la Marche sont alors essentiellement occupés à affirmer leur autorité, encore toute relative, sur les vastes domaines dont ils prennent pleine possession. Peu à même à s’opposer directement avec la puissance cordouane, ils concentrent leurs efforts sur la frontière, que Guifred parvient à redresser au mépris de sa vie, mais surtout sur l’établissement de réseaux qui étendent leur influence à travers leur principauté. Ainsi, autour de 885, il rétablit l’ancien diocèse d’Ausone. Cette action lui permet de rétablir le lien entre ses terres pyrénéennes en Cerdagne et dans la vallée d’Urgell avec celles méditerranéennes liées à Gérone et Barcelone [Fig.2]. Encore simples délégués du pouvoir franc à la frontière de son royaume, Guifred et Sunyer II mettent très tôt en œuvre des moyens visant à resserrer les liens entre les différents espaces sous leur autorité en accord avec les charges qui leur sont attribuées.

Fig.2 – Les principautés pré-catalanes et leurs évolutions c. 860-960, par l’auteur.

Alors que ces possessions appartiennent encore pleinement au souverain franc du temps des comtes Sunyer II et Guifred, leurs héritiers s’approprient personnellement les pouvoirs et revenus y étant associés au tournant du Xe siècle. Ils deviennent dès lors de véritables « princes » régionaux, qui ancrent leur pouvoir autour des pôles d’Empúries-Roussillon [Fig.4], de Barcelone-Ausone, de Cerdagne-Conflent et enfin d’Urgell [Fig.3]. Il s’ensuit sur plusieurs décennies une entreprise de renforcement de ces principautés, dont le destin fluctue selon les héritages, les accords diplomatiques entre comtes – leur titre officiel – mais aussi les affrontements face à la puissance musulmane voisine.

Autour de ces quatre principaux centres, qui deviennent dans la première moitié du Xe siècle autant de principautés indépendantes les unes des autres, quatre comtes se disputent avec leurs cousins rivaux la mainmise sur les ressources matérielles et symboliques de la Marche. Rapidement, du fait de l’importance de sa capitale ainsi que de son rôle frontalier majeur, le comte et marquis de Barcelone s’approprie la prééminence sur les autres grands aristocrates, ce qui ne les empêche pas ces derniers de contester son autorité. Eux aussi participent à une « course à la frontière » vers la Marche Supérieure d’al-Andalus tout en cherchant à accroître leurs richesses et privilèges par le gain d’évêchés et de monastères favorables à leur autorité.

À la mort de Guifred Borrell (897-911), comte et marquis de Barcelone, ses frères Miron II le Jeune (897-927) et Sunyer (911-947) se partagent ses possessions. L’aîné, Miron, accepte de céder à son cadet la possession de Barcelone et des pouvoirs associés. En échange, Sunyer doit renoncer au Ripollès, siège des monastères de Saint-Jean-des-Abbesses et surtout Sainte-Marie de Ripoll, riches fondations comtales et foyer de la mémoire dynastique pour le second, où le comte Guifred serait enterré [Fig.3]. Il découle de ces tractations une série de querelles dans la première moitié du siècle, qui opposent la lignée cerdane à celle de Barcelone pour le contrôle de ces riches vallées, dont l’abondance doit permettre de compenser la prédominance de la capitale barcelonaise.

Fig.3 – Généalogie des lignées fondatrices des principautés de Barcelone et de Cerdagne, par l’auteur.

Les monastères se révèlent être également des atouts de poids dans la recherche d’autorité des comtes sur leur principauté. À la suite des fondations monastiques de Guifred et son épouse Guinedilde dans le Ripollès à la fin du IXe siècle, ce sont tous les comtes qui vont s’affairer à rallier à leur cause des monastères, qu’ils fondent directement ex-nihilo ou s’attachent par la multiplication de dons.

Les évêchés représentent de même des enjeux primordiaux dans les luttes d’influences comtales. Ces familles cherchent donc à les ranger sous leur tutelle, notamment en plaçant à leur tête des hommes fidèles à leur cause, voire directement les plus jeunes membres de leur fratrie. De 916 à 947, le diocèse d’Elne est ainsi sous la coupe du pouvoir comtal d’Empúries, comme le montre les nominations d’Elmerad puis Guadall, les frères cadets du comte Gausbert [Fig.4]. Ces entreprises ont pour but de permettre aux différents princes d’assurer leur position en leur donnant une légitimité supplémentaire, tout en leur donnant accès aux vastes ressources foncières que contrôlent et mettent à profit les évêchés. Ainsi pour Ausone, fortement lié au pouvoir barcelonais, l’essentiel de la documentation localement conservée laisse deviner l’importance de l’évêché dans le défrichement et la mise en valeur des terres du diocèse – laissées à l’abandon à la suite des ravages subis au IXe siècle notamment pendant l’insurrection de ‘Ayshûn et Guilhem (se référer là encore à la partie II de l’article cité ci-dessus) – où les souverains barcelonais puissent par la suite pour récompenser leurs fidèles par l’octroi de terres et de titres.

Fig.4 – Généalogie de la lignée fondatrice de la principauté d’Empúries, par l’auteur.

Durant le premier tiers du Xe siècle, la concentration du pouvoir comtal se concrétise autour des grands sièges comtaux tels que Barcelone et des territoires associés aux évêchés et monastères. Pour ce faire, ils s’appuient sur une toile de localisations antérieures à l’époque comtale, longeant les voies romaines qui reliaient déjà les piémonts pyrénéens à la Gaule et aux villes littorales de la Narbonnaise, ainsi qu’à l’Hispanie. Assurer leur autorité autour de ces axes de circulation, le long desquels le peuplement s’était majoritairement établi, est d’abord une manière de contrôler la pérennité des déplacements. En effet, l’itinérance est primordiale pour ces princes en vue d’assurer la représentation de leur pouvoir. C’est également un moyen de taxer les échanges commerciaux qui empruntent ces mêmes voies. À titre d’exemple, en 939, Sunifred II d’Urgell (897-941) accorde, au travers d’une charte, la protection dans tous leurs déplacements aux moines de Saint-Sébastien de Junyent et aux habitants de la vallée du Cadí, à la croisée du comté d’Urgell, du Ripollès et du comté de Berga.

Pour compléter cette prise en main de leurs domaines, et en assurer la sécurité, les maîtres de la Marche sont contraints de déléguer une partie de leurs pouvoirs au sein de leurs possessions aux membres subalternes d’une aristocratie qui se hiérarchise, ces derniers se pressant à leur service afin d’en tirer profit et élévation sociale. Ces représentants correspondent à trois catégories distinctes : vicomtes, vicaires et une élite rurale subalterne qui tait son nom dans nos sources. Les séparations entre ces statuts restent poreuses et on observe de fréquentes ascensions sociales. C’est ce à quoi parviennent des propriétaires fonciers qui accroissent leur patrimoine dans les marges des comtés avant de mettre leur richesse au service des élites aristocratiques. Ils trouvent ces nouveaux biens à mettre en valeur d’abord au sein même des comtés, sur des terres abandonnées par les autorités comtales et ecclésiastiques, puis sur la frontière, face au monde islamique. La reconnaissance de cette élévation peut enfin être sanctionnée de l’octroi d’une charge.

Le comté de Berga, d’obédience cerdane, semble ainsi avoir été mis en valeur par le vicomte Brandoin. Sans doute originaire du comté d’Ausone, il y acquiert de nombreux biens dans la décennie 920-930. Dans les années 940, cette richesse foncière lui permet de se rapprocher de la comtesse douairière de Cerdagne, Ava (927-961), ainsi que de son fils, le comte Sunifred II (ca 940-966). Il a alors pu mettre à profit son patrimoine pour les soutenir dans le conflit qui les opposait au comte de Barcelone, Sunyer, oncle de Sunifred II de Cerdagne, à propos de l’héritage de Sunifred II d’Urgell [Fig.3]. Cet appui a pu motiver sa nomination en tant que vicomte dans le comté de Berga, où il devient par la suite le principal partenaire de Sunifred II de Cerdagne tout en y multipliant ses investissements fonciers.

Il existe dans chacun des comtés des aristocrates qui prennent une place croissante dans l’exercice du pouvoir, tout au long du Xe siècle. Reprenant le modèle d’autorité existant à leur propre échelle, ces nobles ancrent leur dynastie dans ces domaines, où ils accroissent leur influence tout en continuant de servir leur maître. Les vicomtes servent de relais auprès des tribunaux publics, ils administrent les terres concédées par les comtes et les soutiennent dans leurs conflits. Véritables petits seigneurs, forts d’une autorité assurée, ils en viennent même parfois à se dresser contre leurs maîtres. Durant sa régence, la comtesse Ava dut faire face au soulèvement du vicomte de Cerdagne Unifred, qui règne pour ainsi dire de manière quasi-indépendante à la croisée des comtés formant la principauté cerdane. Dans le comté de Gérone, lui aussi relativement autonome, le vicomte seconde avant tout l’évêque local, qui semble rester le principal maître du comté malgré les appétits du comte voisin de Barcelone. Là encore, le vicomte de Gérone porte la voix de l’évêque dans le reste de son diocèse.

Hiérarchiquement, au-dessous de ces vicomtes – premiers soutiens des princes pré-catalans – les sources révèlent également l’existence de vicaires. Ceux-ci sont placés à la tête des castra (castrum sing.) qui fleurissent alors sur l’ensemble de ces principautés. Si le terme renvoie le plus souvent à un lieu fortifié, il faut comprendre ici qu’il ne s’agit pas de simples fortins mais de véritables établissements fonciers, sortes de bourgs réduits où se concentrent les activités artisanales et marchandes sous la protection d’un maître. Depuis ces derniers, c’est tout un territoire qui est sous le contrôle de ces vicaires ; ils leur permettent de sécuriser des terres d’intérêt capital en raison de leur situation et/ou de leur fertilité, et protège les domaines du comte comme ses intérêts financiers. Au milieu du Xe siècle, le vicaire Salla concentre ainsi ses possessions dans un castrum (au sens du territoire placé sous sa domination) qui s’étend dans la vallée d’Osor, dans le comté d’Ausone, vallée où de nombreux moulins étant installés le long de la rivière éponyme qui la traverse. Il s’agit d’infrastructures incontournables à l’économie agraire du Xe siècle qui assurent bien à leur détenteur des revenus réguliers.

Les hommes à la tête de ces castra sont tenus de soutenir une familia étendue au sein de laquelle se retrouvent notamment plusieurs cavaliers armés, membres de la famille du vicaire mais aussi des fidèles, qui perçoivent une rétribution en échange de leur service et permettent le contrôle du domaine concerné. Le diacre Guadamir, fils cadet de ce même vicaire Salla, est installé sur la frontière du comté de Barcelone où il participe avec son père, puis son frère aîné Isarn (qui hérite de la charge paternelle) à développer l’influence barcelonaise dans le comté frontalier de Manresa. On devine ce parcours grâce à son testament, qui laisse aussi apparaître, à travers les dons d’armes à ses fidèles et les prières pour ses camarades prisonniers, cette familia qu’il avait pu constituer grâce aux revenus des terres conquises sur la frontière.

Nous voyons donc comment, en reprenant le double système de l’honneur et du bénéfice, tiré du monde carolingien, les comtes pré-catalans développent une organisation pré-féodale, qui doit pallier les faiblesses découlant de l’opposition entre l’étendue de leur principauté, leur volonté de s’étendre et le manque de personnel pour l’encadrer. Pour que ce système soit efficient, les grands seigneurs doivent encore faire le lien entre ces relais qu’ils mettent en place et les communautés rurales qui travaillent directement leurs terres. L’appropriation générale des terres de la Marche en parallèle à la patrimonialisation des charges comtales au début du Xe siècle offre aux comtes de vastes domaines d’où ils tirent des réserves foncières servant à récompenser leurs fidèles. Mais ces terres sont aussi leur principale source de revenus. Ils doivent donc y trouver, parmi les élites de la paysannerie libre – qui compose l’essentiel de la société d’alors – des agents à même de leur fournir la main-d’œuvre et l’encadrement nécessaires pour mener à bien les travaux agricoles. Ces riches paysans, qui forment donc la troisième catégorie hiérarchique de l’aristocratie pré-catalane, servent aussi de relais dans les tribunaux comtaux. Ils y font appliquer les décisions, participent par le biais de leurs témoignages, expertises et signatures des actes y étant souscrits, ce qui accroît la légitimité intrinsèque de ces cérémonies publiques aux yeux des communautés dont ils ont la charge. Ce sont enfin ces derniers qui organisent avec les vicaires, fréquemment issus de cette paysannerie, la défense des terres comtales. Ils participent au guet tout en servant dans l’ost, mettant leurs ressources à profit pour armer des cavaliers [Fig.5]. Ces éléments sont spécifiés dans la charte de 913 octroyée aux habitants de la villa (vaste exploitation rurale) de Vilamacolum. On y voit le comte Gausbert d’Empúries (915-931), alors associé au pouvoir de son père Sunyer II, ordonner aux habitants de la villa d’accomplir leurs services, participer à l’ost et payer le cens. Les hommes à la tête de la villa repoussent pourtant ces exigences, au titre de privilèges anciens qui les dispensent d’obéir à ces devoirs. Nous voyons alors que sans la collaboration de ces riches paysans, le pouvoir comtal se trouve bloqué.

Fig.5 – Enluminure du cavalier sauroctone issue du Beatus de Gérone (c. 975), folio 134v, manuscrit 7 (400x260mm), trésor de la cathédrale de Gérone.

Pour ces élites des frontières, la Marche d’Espagne post-carolingienne représente un terrain favorable à l’obtention de terres et l’accroissement de leur rang au sein de principautés encore en pleine formation. À la lumière de l’ensemble des éléments cités ci-dessus, nous constatons qu’il est impossible pour les comtes pré-catalans de gouverner ces principautés naissantes sans le recours à ces élites de second rang. Mis à profit dans un système découlant de l’organisation socio-politique carolingienne, ils échangent le service de ces hommes contre des terres, que l’on trouve en abondance dans la Marche en raison de la patrimonialisation des biens publics mais aussi des défrichages entrepris dans les périphéries et marges de leurs domaines. Administrateurs et relais de la puissance comtale dans sa principauté, cette aristocratie participe autant à la valorisation des domaines des maîtres de Barcelone, Llívia, Castellciutat ou Empúries, qu’à les défendre face aux incursions d’aristocrates rivaux mais aussi des razzias conduites par les seigneurs musulmans de la Marche Supérieure d’al-Andalus.

Dans un Xe siècle que l’on peut étirer des années 860 à 985 (date du sac de Barcelone par Al- Mansûr), se forment dans la Marche d’Espagne post-carolingienne des principautés aristocratiques autochtones. En leur sein, des dynasties profitent de la loyauté sans faille de leur père vis-à-vis des monarques carolingiens pour y récupérer des honneurs qu’ils attachent par la suite à leur propre patrimoine lorsque l’éloignement du pouvoir franc rend toute soumission symbolique. Par la suite, c’est au sein même de ces principautés que les princes assoient leur domination par la concession d’une partie de leur autorité à des fidèles, récompensés pour leur service par l’octroi de terres, bien immobiliers et titres.

À partir de cette aristocratie comtale (issue de la Maison de Carcassonne, qui se divise par la suite en diverses branches régionales) apparaissent, en particulier au mitan du Xe siècle, de vastes réseaux hiérarchiques structurant une aristocratie laïque qui s’empare alors pleinement du pouvoir. Cette vaste région, propice au développement de ces petits seigneurs en raison de l’abondance de terres à défricher ainsi que de celles à conquérir sur la frontière, représente ainsi un terreau favorable à l’établissement d’une élite qui peut être qualifiée de pré-féodale. L’aristocratie de la Marche d’Espagne post-carolingienne est donc largement hétéroclite, sa structure hiérarchisée répondant aux besoins des comtes pré-catalans, qui s’appuient pour régner sur les vicomtes, vicaires et de riches paysans à qui il ne manque d’aristocrate que le nom.

Citer cet article :

Matthieu Bayle, “REGNER DANS LA MARCHE D’ESPAGNE POST-CAROLINGIENNE – l’émergence d’une aristocratie au service des princes pré-calatans ?”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 16/10/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2548

Bibliographie :

ABADAL I DE VINYALS Ramon (1958), Els Primer Comtes Catalans, Barcelone : Vicens-Vives..

SALRACH Josep Maria (1987), Història de Catalunya, volum II, El Procés de Feudalització, segles III- XII, Pierre Vilar (dir.), Barcelone : edicions 62.

JARRETT Jonathan (2010), Rulers and ruled in frontier Catalonia, 880-1010 : Pathways of power, Woodbridge :The Boydell Press.

HURTADO Víctor (2014), Atles manual d’Història de Catalunya, Del Paleolític a la unió amb Aragó, Barcelone : Rafael Dalmau.

VERGÉS PONS Oliver (2017), Urgell mil anys enrere. Història política, social i econòmica d’un comtat i de la seva classe dirigent (870-1066), Barcelone : Universitat Autonoma de Barcelona.

CHANDLER Cullen J. (2019), Carolingian Catalonia : Politcs, Culture, and Identity in an Imperial Province, 778-987, Cambridge University Press.

VERGÉS PONS Oliver (2019), Estudis sobre els orígens de la noblesa medieval al nord-est peninsular (segles XXII), Anem, La Seu d’Urgell : Anem.

ZIMMERMAN Michel (2019), Naissance de la Catalogne, VIIIe-XIIe siècle, Limoges : Pulim.

SÉNAC Philippe (2020), Al-Andalus, une histoire politique, VIIIe-Xie siècle, Paris : Armand Colin.

LA MARCHE D’ESPAGNE – formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)

Dès son apparition en tant qu’entité politique propre à l’époque médiévale, la Catalogne a su jouer de son passé afin de promouvoir son identité face à ses voisins. Cette situation s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui, et dans les débats actuels au sujet de sa prise d’indépendance vis-à-vis de Madrid, symboles et événements historiques tels que son hymne, son drapeau ou la célébration de son millénaire d’indépendance en 1988 sont encore fortement repris pour légitimer le choix de la distance avec l’État espagnol. Les IXe et Xe siècles, auxquels remontent la Marche d’Espagne, représentent également une période fondatrice de l’identité catalane, au point que certains historiens ont parfois voulu y voir la préfiguration téléologique d’un caractère indépendantiste naturel lié à ce peuple qui ne porte pas encore le nom de Catalan. Reprenant le travail de recherche de master 1 réalisé au cours de l’année passée, ce bref essai cherche à décrire l’évolution du pouvoir aristocratique dans les comtés de la Marche d’Espagne dans son exercice et ses relations avec les dirigeants des États limitrophes, au cours d’une période fondatrice pour l’identité et la culture catalane.


            À l’aube du VIIIe siècle, les guerriers musulmans d’Afrique du Nord pénètrent en Occident par le détroit de Gibraltar. L’Espagne wisigothique s’effondre devant eux en moins d’une décennie, ce qui les mène au contact de la Gaule où ils entament une série de razzias. S’ils ne cherchent pas à envahir ces territoires, ils s’installent cependant en Septimanie, dans le prolongement de l’ouverture pyrénéenne orientale. C’est dans ce contexte qu’ils se heurtent en 732 à Charles Martel vers Poitiers, sur la route menant à la ville de Tours qui abrite le riche monastère de Saint-Martin. Le pépinnide est alors maire du palais d’Austrasie, et sa victoire face aux pillards maures lui permet de s’imposer davantage dans le Midi sur les Aquitains, qui demeurent encore farouchement opposés au pouvoir franc implanté au-delà de la Loire. Cette œuvre d’expansion méridionale est poursuivie après sa mort, en 741 par son fils Pépin le Bref, qui lutte dans la région de Septimanie face aux établissements musulmans et leur reprend Narbonne autour de 759. Son fils Charles hérite de son royaume en 768. Roi guerrier, il entreprend de nombreuses campagnes : en Aquitaine, puis au-delà de ses frontières : en Italie et en Saxe. Il y trouve à la fois des richesses pour ses fidèles et y promeut sa foi en tant que protecteur de la papauté ; c’est dans ce contexte qu’il est appelé en 777 par des gouverneurs musulmans de la vallée de l’Èbre afin de les soutenir dans leur insurrection contre l’émir ‘Abd al-Rahmân l’Immigré.

Organisation de l’Empire de Charlemagne, carte issue du dossier « Charlemagne, les habits neufs de l’empereur », L’Histoire n°406, décembre 2014.

I. De Roncevaux à Barcelone : déboires et réussites des « libérateurs » francs à travers les Pyrénées

En pénétrant dans la vallée de l’Èbre, Charlemagne voit la possibilité d’étendre son influence politique et de gagner à la foi chrétienne de nouvelles populations. Nous pouvons penser qu’il a vu cette campagne comme le début d’une reconquête totale de l’Hispanie, selon le projet de redressement d’un nouvel empire romain d’Occident chrétien. Pour autant, malgré des préparatifs massifs, il est mis en échec au pied des murailles antiques de Saragosse et doit se résoudre à retraverser les montagnes pour faire face à une révolte en Saxe. C’est à ce moment qu’il tombe dans une embuscade tendue par les Vascons, des indigènes s’affrontant fréquemment avec les Francs en Aquitaine, qui assaillent son arrière-garde au col de Roncevaux, fournissant la matière à la Chanson de Roland, toutefois rédigée près de trois siècles a posteriori.

Si la campagne espagnole de Charlemagne est un fiasco, elle remue fortement la région. En effet, les Vascons sont transcendés par leur succès et l’émir omeyyade conduit plusieurs campagnes de représailles jusqu’aux Pyrénées pour châtier les rebelles. Ces querelles fragilisent la jeune frontière méridionale franque, et c’est ce qui pousse Charlemagne à y instaurer en 781 un royaume d’Aquitaine, qu’il confie à son fils Louis. Le renforcement de la présence franque et la sécurité qu’elle amène pour les populations chrétiennes les poussent à immigrer dans cette région, voire à remettre leurs cités sous leur obédience. C’est ainsi qu’en 785, les habitants de Gérone se remettent au roi des Francs, suivis peu d’années après par la Cerdagne et Urgell ; les premiers territoires de la Marche d’Espagne se dessinent.
Dans le territoire carolingien, une marche désigne une zone tampon destinée à la fois à protéger la frontière tout en servant de point de ralliement à de futures offensives contre les régions limitrophes. On en retrouve dans les Pyrénées, en Bretagne, ou encore sur la frontière orientale, face aux Danois, aux Slaves ou aux Avars. Dans le cas de la Marche d’Espagne, elle ne correspond jamais réellement à une zone administrative distincte, mais à l’appellation d’un ensemble de comtés où celui de Barcelone semble prédominer. Cette appellation voit sa popularité s’accroître au XVIIe siècle, quand des penseurs français cherchent à légitimer l’expansion française transpyrénéenne. Elle sera ensuite reprise par les penseurs catalans qui y voient une justification supplémentaire à leur quête d’autonomie.

La présence franque est assurée dans le royaume d’Aquitaine par l’envoi de dignitaires laïcs et ecclésiastiques, à l’image du duc de Toulouse en charge de la défense de la frontière pyrénéenne, Guillaume de Gellone, cousin du roi et héros de chansons de geste ; Charlemagne peut aussi s’appuyer sur des nobles locaux, tels que Borrell, issu du Conflent, qui est amené à diriger les comtés de Cerdagne-Urgell-Ausone dans la décennie 790. Ces aristocrates francs et indigènes luttent pour maintenir l’intégrité de la frontière, fréquemment violée par des bandes musulmanes et les armées de l’émir. C’est notamment le cas en 793 où les faubourgs de Narbonne et Carcassonne sont ravagés et l’armée du duc de Toulouse balayée. La fin du VIIIe siècle voit l’accroissement de la présence carolingienne dans les Pyrénées, illustré par le redressement d’anciennes forteresses et des installations de populations. Louis, le jeune fils de Charlemagne, fait finalement conduire son ost par Guillaume contre la ville de Barcelone, décrite par les chroniqueurs francs, tels qu’Ermold le Noir, comme étant un véritable repaire de pillards maures. Il existe plusieurs récits épiques du siège de la ville, qui tombe finalement aux mains des Francs en 801. Si la Marche d’Espagne peut dès lors être constituée, les armées franques n’iront pas plus loin et ne pousseront jamais la frontière de l’Empire au-delà du Llobregat.

Passé le temps des conquêtes, vient celui de l’installation : plusieurs comtés sont formés le long de la frontière, dont celui de Barcelone, d’Ausone, d’Urgell, de Cerdagne, de Gérone, d’Empúries et de Roussillon. Chacun d’eux trouve un comte à sa tête, mélangeant nobles francs et indigènes. Le modèle carolingien est également repris au niveau ecclésiastique. Ces territoires sont ainsi divisés en quatre évêchés : ceux de Barcelone, d’Ausone, d’Urgell et d’Elne. Ceux-ci doivent lutter contre une doctrine religieuse hispanique : l’adoptianisme, contraire au dogme promu par la papauté.

Carte de la «Marca Hispanica», «Navarri» et «Wasconia» en 806, dressée par Auguste Longnon, 1876

 

Malgré cette volonté d’unification politique et religieuse, ces territoires ne constituent jamais réellement un ensemble institutionnel cohérent. Si le comte de Barcelone peut détenir une certaine prééminence, il n’en reste pas moins l’égal des autres comtes. Chaque comte exerce ses prérogatives dans son propre domaine : conduite de la guerre, exercice de la justice, récolte des taxes, etc. ; ils servent aussi de liens avec le roi puis empereur des Francs. La Marche d’Espagne n’est en fait que la dénomination littéraire d’une zone frontalière mouvante.

Au sein de cette Marche, naît une opposition dans l’aristocratie frontalière entre deux partis. Autour de Béra, comte de Barcelone de 801 à 820, un « parti wisigothique » prône la paix avec leurs voisins musulmans, alors qu’un « parti franc », rassemblé autour des fils de Guillaume de Gellone, favorise une politique plus belliqueuse. Leurs dissensions poussent à la fomentation d’un complot, et Béra finit accusé de trahison en 820. Il est défait de ses fonctions après avoir perdu son duel judiciaire. En 825, la nomination de Bernard (futur duc de Septimanie), jeune fils de Guillaume et filleul de Louis le Pieux, permet au parti franc de s’imposer sur la scène politique pyrénéenne. Le nouveau comte de Barcelone s’illustre rapidement et fait passer la dignité comtale à un autre niveau en la portant sur le devant de la scène impériale.

II. De Bernard de Septimanie à Bernard de Gothie, la Marche face à l’Empire

Dès son accession à sa nouvelle charge, Bernard de Septimanie (825-844) se heurte à une révolte massive. En 826, une fraction de la Marche se soulève contre ses maîtres francs et ravage les comtés. L’insurrection est conduite par ‘Ayshûn et Guilhem : l’un serait un ancien seigneur musulman local et l’autre le fils de Béra. Cette alliance viserait à se débarrasser du poids de l’administration imposée par l’Empire franc et ses intermédiaires comtaux. Elle échoue finalement malgré les renforts de l’émir qui dévastent les comtés, en particulier celui d’Ausone, épicentre du soulèvement, qui est détruit. Le comte de Barcelone conduit la défense brillamment, au contraire des chefs de l’armée de secours, Matfrid d’Orléans et Hugues de Tours, principaux seigneurs de l’Empire franc, finalement évincés en raison de leur incapacité. Bernard, fort de sa gloire nouvelle, peut briguer le poste de chambrier à la capitale franque où il rejoint l’empereur, devenant son second, alors que ses charges dans la Marche sont récupérées par son frère Gaucelme et par les vicomtes.

Tableau généalogique des Guilhemides, par l’auteur

Malgré ses faits d’armes, Bernard de Septimanie est très peu apprécié à la cour de Louis le Pieux. Afin de le renverser, ses opposants l’accusent d’adultère avec la nouvelle impératrice Judith. En 830, rassemblés autour du fils aîné de Louis le Pieux, Lothaire, les grands de l’Empire chassent Bernard qui doit se réfugier à Barcelone. Ce coup d’État inaugure une décennie de renversements politiques, ce qui entraine l’affaiblissement du pouvoir de l’Empire. Durant cette période, se dessine une opposition entre « parti légitimiste » et « parti impérialiste ». Ces mêmes partis se retrouvent dans les territoires de la Marche. Bernard navigue, lui, entre les différents fils de l’empereur afin de garantir son pouvoir ; il s’oppose néanmoins toujours à Lothaire, qui a fait aveugler son frère Héribert en 830, décapiter Gaucelm et noyer sa sœur Gerberge dans la Saône en 834. Malgré ces troubles, le comte de Barcelone parvient finalement à se maintenir dans l’essentiel de ses charges. Il perd toutefois les comtés de Cerdagne et d’Urgell, qui sont confiés à son opposant politique Sunifred, le fils du comte Borrell d’Ausone et futur premier marquis de Barcelone.

Tableau généalogique de la maison comtale de Carcassonne, par l’auteur.

Les années 840 représentent une nouvelle étape dans la déstabilisation de l’Empire et de sa marche méridionale. Louis le Pieux meurt en 840 et ses fils se déchirent pour leur héritage, entraînant les aristocrates dans leurs querelles fratricides. Ces affrontements dégarnissent les frontières, ce qui facilite les incursions, comme en 841-842 où une armée émirale pénètre dans la Marche avant d’être renversée par les forces de Sunifred de Cerdagne-Urgell. Bernard de Septimanie, lui, achève d’irriter le roi du nouveau royaume de Francie occidentale, Charles le Chauve (838-877), qui le fait exécuter en 844 à Toulouse. Fort de son indéfectible loyauté et de ses succès militaires et diplomatiques face aux Omeyyades, Sunifred est nommé comte et marquis de Barcelone, ainsi que comte de Gérone, de Cerdagne et d’Urgell. Avec ses cousins, Sunyer d’Empúries et Oliba de Carcassonne, ils forment la maison comtale de Carcassonne et en viennent alors à dominer l’ensemble de la Marche, avant d’être balayés dès 848 par le fils de Bernard de Septimanie, Guillaume, qui est à son tour exécuté en 850 par le nouveau marquis nommé par Charles le Chauve. Cette exécution clôt la période d’affrontements entre les Guilhemides et les Borrellides (le clan des héritiers de Borrell).

Mort tragique de Bernard duc de Septimanie, dans Histoire générale de Languedoc, par deux religieux bénédictins de la congrégation de S.-Maur, tome 1, Livre Dixième, p. 522, Paris, 1730-1745.

Cette période est charnière dans l’évolution des rapports entre l’Empire et la Marche. En effet, à mesure que la Marche s’intègre de plus en plus dans l’Empire, elle s’en éloigne paradoxalement. Le comte de Barcelone la quitte pour aller siéger à la capitale de l’Empire franc, puis guerroyer pour divers prétendants au trône. Bernard de Septimanie cède son gouvernement à des vicomtes. Il passe le plus clair de son temps dans ses domaines bourguignons (sa famille détient depuis plusieurs générations le comté d’Autun), d’où il conduit ses vassaux et leurs levées vers les champs de bataille de la guerre civile. En parallèle, la maison de Carcassonne cherche davantage à s’imposer localement et multiplie les mariages avec les seigneurs voisins afin de se renforcer tout en n’oubliant jamais sa loyauté envers les empereurs francs.

Nous avons vu que les querelles à l’intérieur de l’Empire facilitaient les incursions étrangères en son sein. Cela explique le besoin de Charles le Chauve d’assainir le gouvernement de la Marche. Il y nomme donc des marquis étrangers aux conflits locaux après le massacre du clan de Carcassonne en 848, dont les héritiers cherchent lentement à se redresser. Cependant, ces marquis peinent à remplir la tâche qui leur incombe. De 850 à 878, quatre marquis se succèdent, et tous échouent à défendre efficacement la frontière, ou finissent par trahir leur souverain. Alors qu’ils participent à la défense du royaume face aux agressions des demi-frères de Charles, les comtés pyrénéens sont assaillis à plusieurs reprises. Leur administration est laissée à des vicomtes qui ne disposent pas de moyens équivalents à ces puissants aristocrates et ont donc du mal à exercer leurs charges. Charles le Chauve revient par la suite vers les héritiers des aristocrates lui ayant été traditionnellement fidèles : Guifred, le fils de Sunifred, récupère en 870 les comtés de Cerdagne et d’Urgell, qu’il partage avec son frère cadet Miron. Avec leurs cousins, ils s’opposent au marquis de Barcelone Bernard de Gothie (865-878), qui est entré en rébellion en 877. L’année suivante, Guifred, dit le Velu, obtient secrètement du fils de Charles le Chauve, Louis le Bègue, les charges de comte et marquis de Barcelone, ainsi que les comtés de Gérone, Cerdagne et Urgell, destinés à former le noyau traditionnel de la maison comtale de Barcelone et par extension téléologique, de la Catalogne à venir. Avec les nominations d’Oliba II à Carcassonne, de Sunyer II en Empúries et de Miron en Roussillon, de véritables dynasties tendent à se constituer dans la Marche, alors que ces comtes se trouvent être les derniers à être directement nommés par leurs souverains.

III. De fonctionnaires d’Empire à une aristocratie frontalière héréditaire

L’histoire de la fondation de la Catalogne est indissociable de Guifred le Velu, qui peut être perçu comme une sorte de héros national, déclencheur de « la Marxa a la Sobirania » ou marche vers la souveraineté, théorisée par Ramon d’Abadal, grand historien de la Catalogne alto-médiévale qui a décrit le développement de l’émancipation des comtes vis-à-vis de la royauté franque. C’est ainsi à lui que la légende prête la création du blason de la Catalogne, qu’il aurait obtenu du roi Charles le Chauve après avoir été blessé en repoussant une incursion normande dans le royaume de Francie occidentale. Celui-ci, en acquérant définitivement les bénéfices des comtés barcelonais et attachés, fonde la dynastie comtale de Barcelone, qui se maintient au pouvoir jusqu’au XVe siècle. Pour autant, ce marquis de Barcelone a eu un rôle bien moindre que celui que lui imputent les récits nationalistes rédigés à partir du XIIe siècle. Le principal succès du règne de Guifred est à chercher du côté du repeuplement de la frontière dévastée de ses comtés. Il donne un cadre aux mouvements d’expansion de la petite paysannerie en développant la restauration de châteaux qu’il cède à la noblesse pré-catalane, il soutient aussi l’établissement monastique. Dès 886, le comté d’Ausone est relevé par ses soins ; il y restaure un évêché et y fait ériger les monastères de Ripoll et Saint-Jean-des-Abbesses, sa fille devient d’ailleurs abbesse du dernier. Guifred relance également les assauts contre les musulmans de la frontière, et il meurt en 897 au cours d’un assaut contre Lérida, place forte des Banû Qâsî. 

Claude Lorenzale, Origine de l’écu des comtes de Barcelone, 1843/1844 (c) Wikimedia Creative Commons

Son fils Guifred-Borrell lui succède sans recevoir de nomination royale. En parallèle, trois dynasties commencent à se distinguer dans la Marche : celle de Barcelone autour de Guifred-Borrell, de Cerdagne derrière Miron II le Jeune, et d’Empúries avec Sunyer II. Le comte-marquis de Barcelone développe sa prééminence en raison de l’importance de sa capitale antique, de son rôle de garant de la frontière, de sa filiation à Guifred et de ses relations avec le personnel ecclésiastique pré-catalan.
Les comtes de la Marche quittent alors réellement les affaires de l’Empire, sans toutefois rompre complètement avec lui. Ils continuent de recevoir des diplômes et des confirmations royales, mais ne prêtent plus hommage et n’attendent plus d’être investis dans leurs charges. Le pouvoir comtal devient héréditaire et avec cela, les oppositions entre les clans reprennent. Elles se cristallisent essentiellement autour de questions d’attributions de terres ou de sièges épiscopaux. Les comtes s’affrontent dans des tribunaux comme il leur arrive de coopérer. La reprise en main locale du pouvoir et l’affaiblissement du voisin musulman permet la continuation de l’expansion frontalière, où les comtes favorisent le développement d’une petite noblesse guerrière, à qui elle cède des terres à administrer et défendre, tout en saccageant celles de leurs voisins musulmans.

Réunion dynastique des comtés de la Marche d'Espagne au tournant du Xe siècle et reprise de l'expansion frontalière, par l'auteur
Réunion dynastique des comtés de la Marche d’Espagne au tournant du Xe siècle et reprise de l’expansion frontalière, par l’auteur

Au fil des décennies, de nouveaux problèmes s’ajoutent. Si des alliances se perpétuent par l’intermédiaire de mariages interfamiliaux, les comtes s’opposent de plus en plus entre eux. Au début des années 940, Sunyer de Barcelone, dernier héritier de Guifred, et Sunifred II de Cerdagne, le fils de Miron II le Jeune, prennent les armes pour se départager dans leur querelle à propos de la succession du comté d’Urgell. En 942 à Baltargua, en Cerdagne, les Barcelonais l’emportent sur les Cerdans, mais le jeune fils de Sunyer, Ermengol, y perd la vie. Ces affrontements pèsent sur les comtés pré-catalans, notamment en raison du ralliement d’Al-Andalus à l’énergique émir ‘Abd al-Rahmân III, qui fonde le califat omeyyade de Cordoue en 929. Si les assauts musulmans contre la frontière avaient diminué en fréquence comme en intensité, le califat et la promotion du djihadqu’il entraîne permettent de les relancer. Privés du soutien franc, trop occupé à gérer un royaume affaibli et en proie à de nombreux troubles successoraux, les comtes catalans doivent lutter seuls face aux raids musulmans, notamment maritimes, comme en 935 où les rives des comtés de Roussillon, Empúries et Barcelone sont ravagées. Ce rostre de Damoclès force les comtes à traiter avec le califat, vers lequel les ambassades se multiplient. Il n’y a pour autant pas de soumission, des actions de représailles sont menées par les chrétiens, qui cherchent également à obtenir le soutien de la papauté. En 936, en réaction à la campagne de piraterie califale, Sunyer de Barcelone conduit ainsi ses vassaux au-delà de la frontière et défait le gouverneur de Valence. Face aux musulmans, la fortification des frontières, les grandes chevauchées et le soutien de la papauté semblent déjà préfigurer la Reconquête qui démarre au siècle suivant. À partir du XIe siècle, les chrétiens s’imposent sur leurs voisins musulmans, les comtes de Barcelone les soumettent à des tributs, grâce auxquels ils parviennent à s’affirmer sur la noblesse locale. C’est autour de cette domination que les comtes pré-catalans vont baser leur mainmise sur la région et réussir à s’imposer comme la dynastie principale, autour de laquelle l’idée de Catalogne va croître jusqu’à devenir dans les derniers siècles du Moyen Âge une puissance méditerranéenne majeure.

Conclusion 

L’histoire des comtes de la Marche d’Espagne est ainsi longue et complexe. Ils jouent au fur et à mesure du temps divers rôles : lieutenants du roi franc pendant les campagnes hispaniques, seigneurs semi-indépendants dans le cadre du développement des principautés post-carolingienne, ou encore soutiens des candidats à la pourpre lors des guerres civiles du IXe siècle. Fonctionnaires de l’Empire, ils gèrent la diplomatie de frontière, la guerre, mais aussi l’administration avec la levée des impôts, des troupes et de l’exercice de la justice. Ces charges caractérisent leur évolution avec une prise croissante de souveraineté dans leur exercice. À mesure que des dynasties locales s’accaparent les charges comtales, elles s’intéressent davantage aux agressions expansionnistes et à la défense de leurs terres, qu’elles encadrent en encourageant le développement agraire par l’octroi de diplômes comme le faisait auparavant l’empereur pour eux. C’est à partir de ces dynasties que se développent les familles aristocratiques qui vont façonner l’ancienne Marche d’Espagne, jusqu’à leur réunion sous le contrôle de la maison comtale de Barcelone au XIIe siècle. Si ces comtes pré-catalans ne rompent jamais réellement avec les souverains carolingiens, ils ne reconnaissent pas les divers usurpateurs du Xe siècle et coupent définitivement les ponts avec la couronne franque lorsqu’elle les abandonne après le sac de Barcelone en 985. À partir de cette date, les comtés pré-catalans exercent dans les faits leur autonomie, même s’il faudra encore attendre plusieurs siècles avant qu’ils n’évoluent en une entité politique catalane unie.

Citer cet article

Matthieu Bayle, “LA MARCHE D’ESPAGNE – formation et développement du pouvoir comtal chrétien de la « libération » franque à la Marxa a la Sobirania (778-950)”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 18/10/2021. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/1401

Bibliographie

ABADAL Y DE VINYALS, Ramon, Els Primer Comtes Catalans, 1958, Barcelona.

BONNASSIE, Pierre. La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, croissance et mutation d’une société, Tome 1 & 2, Toulouse, 1975-1976.

CHANDLER, Cullen, J., Carolingian Catalonia: Politcs, Culture, and Identity in an Imperial Province, 778-987, Cambridge University Press, 2019.

GUICHARD, Pierre, Al-Andalus, 711-1492 : une histoire de l’Espagne musulmane, Paris, 2011.
HURTADO, Víctor, Atles manual d’Història de Catalunya, Del Paleolític a la unió amb Aragó, Barcelona, 2014.

LE JAN, Régine (dir.). La royauté et les élites dans l’Europe carolingienne (du début du ixe aux environs de 920), Lille, 1998.

RICHÉ, Pierre, Les Carolingiens, une famille qui fit l’Europe, Paris, 2012.

SALRACH, Josep Maria, El Procés de formació nacional de Catalunya (segles VIII-IX), Tome 1 & 2, Barcelona, 1978.

SÉNAC, Philippe, Charlemagne et Mahomet, En Espagne, VIIIe-IXe siècles, , Paris, 2015. – ZIMMERMAN, Michel, Naissance de la Catalogne, VIIIe-XIIe siècle, Limoges, 2019.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search