COMPTE RENDU DE VISITE –  ‘El espejo perdido : judios y conversos en la España medieval’

Le Museo Nacional del Prado (Madrid) propose actuellement une exposition intitulée « le miroir égaré : juifs et conversos de l’Espagne médiévale » organisé sous le commissariat de Joan Molina i Figueras en charge du département des peintures espagnoles gothiques au Prado. La thèse principale développée dans le parcours est résumée dès l’entrée : les images ont été à la fois prétextes à des échanges mais aussi de diffusion d’un antijudaïsme croissant ; elles ont servi à convertir comme à persécuter. Plus exactement, ces images ont servi à construire l’altérité. Pour l’occasion près de 80 œuvres y sont réunies, un véritable évènement puisque les dernières expositions sur le sujet remontent à plus de 20 ans (« Mémoire de Sefarad » en 2002/2003 et la « Vie Juive en Sefarad » en 1992/1993).

Entrée de l’exposition, prise de vue du Museo Nacional del Prado pour X © Madrid, Museo Nacional del Prado

L’exposition est organisée autour de 3 grandes thématiques qui ne suivent pas nécessairement un ordre chronologique. Nous sommes néanmoins aidés par un rappel des jalons chronologiques égrenés à l’entrée depuis 1215 (Concile de Latran IV) jusqu’en 1492 (et l’édit d’expulsion des Juifs du royaume de Castille et de la couronne d’Aragon).

Transferts et échanges

Une première série d’œuvres s’organise autour du thème des échanges et transferts matériels comme immatériels au travers des images. A cet effet, trois splendides haggadoth (récit de la sortie d’Égypte lu par les Juifs pendant les fêtes de la Pâques juive) : la Haggadah Dorée (1320/30), la Haggadah Rylands (1330/40) et la Haggadah de Barcelone (1340). Celles-ci illustrent l’utilisation d’artistes chrétiens au service de clients juifs reproduisant les références des codex, miniatures et iconographies des ouvrages chrétiens (fig. 1 et 2).

Fig. 1. « les Plaies d’Egypte » de la Haggadah Dorada, ms 27210, fol 12v, 1320-1330. Londres, British Library © The British Library Board
Fig. 2. « Scènes de la Pâque Juive » dans la Haggadah Rylands, ms6, fol 19v, 1335-1340. Manchester, The John Rylands Research Institute and Library © The University of Manchester

Parmi les œuvres les plus marquantes de cette exposition, il y a sans nul doute celle de Domingo Ram (fig. 3) qui illustre l’apparition d’un ange à Zacharie au cours de la cérémonie de Yom Kippour (Jour du Grand Pardon), fête souvent considérée comme la plus solennelle du calendrier juif. Celle-ci reproduit un détail du cérémonial de la fête en l’occurrence la supposée présence d’une chaîne en or au pied du Grand Prêtre afin de pouvoir le sortir du Saint des Saints en cas de décès sans avoir à y pénétrer. Ce détail n’est connu et mentionné que dans une seule source juive, en l’occurrence le Zohar, et dans aucun autre ouvrage. Le Zohar est un ouvrage assez récent pour l’époque interrogée (rédigé en grande partie par Moïse de Léon dans le dernier quart du XIIIe siècle) et beaucoup plus difficile d’accès que la Bible ou même le Talmud. Cette œuvre offre ainsi l’illustration de la circulation et de l’interpénétration culturelle des différentes communautés dans le royaume de Castille.

Fig. 3. Domingo Ram, L’Ange apparaissant à Zacharie,1470. New York, The Metropolitan Museum of Arts, The Cloister Collection, 1925 © The Metropolitan Museum of Arts/Art Resource

 

On retrouve aussi dans cette première section des représentations de certains passages du Nouveau Testament faisant le lien entre certaines cérémonies juives à l’aune de la liturgie chrétienne comme la circoncision de Jésus qui devient un prétexte pour mettre en avant le baptême ou l’Eucharistie. On ne peut alors manquer de remarquer que, dans ce contexte, certains des personnages juifs présentent une auréole octogonale les différenciant des saints personnages qui pour leur part arborent une auréole circulaire.

La représentation des Juifs n’apparaît pas vraiment stéréotypée dans la plupart des œuvres réunies dans cette première section ce qui peut s’expliquer par la diversité d’horizon, d’usage et surtout d’audience de ces différentes images. Néanmoins on décèle dans certaines d’entre elles comme celle de Pere Vall (fig.4) représentant Moïse lorsqu’il reçoit les Tables de la Loi, une nette différenciation entre le personnage principal et le reste du peuple occupé à vénérer le Veau d’Or. Ces derniers sont vêtus d’un manteau à capuche orné d’une rouelle rouge et or, portent une longue barbe taillée en pointe et un teint sombre. Une représentation qui se généralise par la suite, comme l’illustre le reste du parcours.

Fig. 4. Pere Vall, Moises recevant les tables de la loi, 1410. Collection privée © archives de l’auteur

caecitas iudeorum’ et antijudaïsme

Le deuxième volet de l’exposition s’intéresse à la dérive polémique des images concernant les Juifs. L’altérité est beaucoup plus marquée et péjorative en séparant nettement l’Ecclesia victorieuse de sa concurrente Sinagoga présentée comme défaite, penchée et surtout aux yeux bandés pour bien insister sur l’aveuglement dont elle et les Juifs font preuve en refusant de reconnaître la messianité et la divinité de Jésus. Plusieurs œuvres présentent ce topos comme le « Christ en bénédiction » de Fernando Gallegos (fig. 5) ou ces figures de bois polychromes de la deuxième moitié du XIIIe siècle. A l’accusation d’aveuglement, vient s’ajouter des tentatives d’explication de celle-ci qui passent régulièrement par l’appel au diable. Les Juifs sont donc considérés comme instrumentalisés, associés ou aveuglés par le diable comme dans le Breviari de Amor de Matfre Ermengaud de Beziers (fig.6) dont une version catalane illustrée (du XIVe siècle) donne à voir des Juifs aveuglés ou rendus sourd par le Diable ou encore cet Arbre d’Amour les associant au malin.  

Fig. 5. Atelier de Palence, Église et Synagogue, Bois polychrome 1250-1300 Barcelone, Fundacion Francisco Godia, Barcelone, Collection « El Conventet” © Fundacion Francisco Godia
Fig. 6. Arbre de l’Amour (avec synagogue aveuglée et parallèle diabolique), Bréviaire d’amour de Matfre Ermengaud de Beziers msRES/203, fol. 3v, 1325-1350. Madrid, Biblioteca Nacional de España © Biblioteca Nacional de España

 

L’apogée de la présentation antijuive est atteint dans le cadre des accusations de déicide et surtout de meurtre rituel et de profanation d’hostie. Leur figuration prend un tour définitivement dépréciatif dans les Cantigas de Santa Maria dont le Codice Rico est exposé ouvert au folio de la Cantiga #34 mêlant antijudaïsme et culte des images. Notons, par ailleurs, la présence d’un dispositif numérique permettant de voir également en détail les Cantigas 3, 4, 6, 12, 85 et 107 qui reprennent toutes différentes thématiques antijuives en particulier au travers de caricatures mais aussi de lien avec le diable. On regrette toutefois l’absence dans ce dispositif des Cantigas 2, 25, 27, 89, 108 et 286 qui auraient offert un corpus plus complet et nuancé, certains offrants d’ailleurs une symbolique moins négative que celles sélectionnées.

Cette vision péjorative est encore accentuée par une série d’œuvres de Juan de la Abadeja Vieja, Llorens Saragossa et Guillem Segur sur le thème du « Miracle des Billettes ». Celles-ci permettent d’illustrer l’accusation de profanation de l’hostie tout en mettant en lumière les miracles eucharistiques en pleine période de développement de ce concept théologique et de l’implémentation de la fête du Corpus Christi. Y sont dépeints des juifs menaçants qui n’hésitent pas à faire souffrir les pires tortures à des hosties consacrées qui y résistent et se mettent à saigner pour bien signifier la présence du corps réel du Christ en leur sein (fig.7). Plus grossières encore sont les caricatures de Judas et des Juifs ayant précipité la mort de Jésus. Ils sont coupables de déicide comme le montre la scène du baiser de Judas largement bestialisé par Joan Reixach (fig.8). Au travers de ces œuvres, nous voyons comment l’image des Juifs a été mise à profit de sorte à publiciser et diffuser certaines des positions de l’Église, en particulier concernant de nouveaux développements liturgiques ou théologiques mais non sans faire d’importants « dommages collatéraux » à l’égard des Juifs.

Fig. 7. Guillem Seguer ( ?), Détail du Retablo del Corpus Christi, 1335-1345. Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya © Museu Nacional d’Art de Catalunya
Fig. 8. Joan Reixach, Arrestation de Jésus (Baiser de Judas), 1454. Valence, Museu de Belles Arts de Valencia © Museu de Belles Arts de Valencia

 

Les conversos et l’Inquisition

La dernière partie de l’exposition se focalise plus sur les images de conversos et à leurs intentions. On y voit ainsi une série de scènes de Crucifixion faites sur commande de ces juifs convertis qui avaient alors à cœur de démontrer leur sincérité. A ce titre, une des images les plus étonnantes de toute l’exposition le Christ de la Cepa (fig.9). Cette pièce est faite d’un morceau de bois supposément retrouvé, tel quel, par un Juif de Tolède au sein de sa vigne, qui a entrainé sa conversion immédiate ! Cette figure acheiropoïète a ensuite été conservée au monastère de San Benito à Valladolid et révérée par les vignerons de la région.

Fig. 9. Christ de la Cepa, 1400. Valladolid, Museo Diocesano y Catedralico de Valladolid © Delegacion de Patrimonio, Arzobispado de Valladolid

Certaines œuvres présentent des détails troublants, qui laissent transparaitre comme une forme de « hidden transcript » (J. Scott) parlant pour des convertis. Un très bel exemple en est offert par Bartolomé Bermejo, probablement lui-même descendant d’un converso et qui passe plusieurs années au contact de leur communauté à Daroca dans les années 1470. Durant cette période, il produit notamment un Christ de piété à l’habit transparent qui laisse voir son pénis circoncis ainsi qu’une profession de foi rédigée en hébreu (fig.10) et des scènes de personnages de l’Ancien Testament à qui le paradis et la rédemption sont promis et permis, ce qui ne peut que rassurer ces Nouveaux Chrétiens.

Fig. 10. Bartolomé Bermejo, Christ de Piété, vers 1470-75. Gérone, Museo del Castillo de Peralada © Wikimedia Creative Commons

Parmi les autres chefs-d’oeuvre présentés soulignons également La Fontaine de la Grâce de l’atelier de Jan van Eyck. Ici est représenté le triomphe de l’Église sur des Juifs aveuglés ou encore la splendide Bible de Moïse Arragel (ancien rabbin converti) commandée par le Grand Maître de l’Ordre religieux de Calatrava et qui regorge d’interprétations juives comme l’a magnifiquement démontré Sonia Fellous dans un ouvrage magistral.

Pour finir, le propos de l’exposition se centre sur l’Inquisition espagnole et sur l’effort médiatique de celle-ci pour mettre en avant son travail contre l’Hérésie et sa mise en œuvre par le Tribunal de l’Inquisition. Particulièrement émouvante, cette section présente notamment les sambenitos (vêtement porté par les condamnés) de Burgos et la seule peinture rescapée des destructions ordonnées en 1813 à Cadix qui illustre un autodafé. L’émotion est d’autant plus présente que le parcours s’achève par le récit illustré du supposé meurtre rituel du Santo Nino de la Guardia dont fut accusé un ensemble de Juifs et de conversos. Un évènement qui a probablement joué un rôle dans la décision d’Expulsion de 1492. Ce récit qui reste d’ailleurs très présent jusqu’au XXe siècle comme l’a récemment analysé le professeur François Soyer.

En conclusion

L’exposition se termine ainsi sur une note particulièrement sombre de l’histoire qui contraste fortement avec le début du propos, plus agréable, qui se focalisait sur les échanges et les transferts, mais qui s’inscrit finalement dans l’image globalement négative des juifs retranscrite dans ce parcours. À ce titre, nous pouvons regretter que l’essentiel du discours soit centré sur les images dérogatoires et polémiques des juifs, laissant de côté nombre d’œuvres des XIIIe et XIVe siècles soulignant l’insertion des Juifs dans la société ibérique médiévale. Nous aurions notamment aimé voir la galerie de portraits de Juifs de cours présentés dans le Libro de los Juegos (sur ce sujet voir notamment notre analyse). L’exposition El espejo perdido : judios y conversos en la España  n’en reste pas moins riche et mérite d’y faire un tour. Le catalogue permet par ailleurs de continuer l’analyse. En plus d’une section rentrant dans le détail des différentes salles de l’exposition, des contributions de David Nirenberg, Javier Castaño ou Pamela Patton permettent de prendre du recul sur le rôle des images et en particulier celles concernant les Juifs en péninsule ibérique au Moyen Age. Une lecture indispensable.

Enfin, le musée du Prado a prévu une série de conférences sur le sujet qui devrait être enregistrée et rendue disponibles sur Youtube et le site web de l’exposition.

L’exposition est à découvrir au Museo Nacional del Prado (Madrid) jusqu’au 14 janvier 2024 puis du 22 février au 26 mai 2024 au Museu Nacional d’Art de Catalunya (Barcelone)

Citer cet article

Alexander Mimoun, “COMPTE RENDU DE VISITE –  ‘El espejo perdido : judios y conversos en la España medieval’”, dans  Espagnes Médiévales, mis en ligne le 04/12/2023. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2683

Pour aller plus loin sur le sujet

Blumenkranz Bernhard (1966) Le juif médiéval au miroir de l’art chrétien, Paris, Études augustiniennes.

Fellous Sonia (2001) Histoire de la Bible de Moi͏̈se Arragel: quand un rabbin interprète la Bible pour les chrétiens, Paris, France, Somogy éditions d’art.

Bango Torviso Isidro (2002) Memoria de Sefarad, Barcelona, AC/E Accion Cultural Espanola.

Molina Figueras Joan (2008) « La imagen y su contexto. Perfiles de la iconografía antijudía en la España medieval » in Els jueus a la Girona medieval (XII ciclo de conferencias Girona a l’Abast), Girona, Bell-Iloc.

Rodríguez Barral Paulino (2009) La imagen del judío en la España medieval: el conflicto entre cristianismo y judaismo en les artes visuales góticas, Barcelona, Universitat de Barcelona.

Patton Pamela Anne (2012) Art of estrangement: redefining Jews in reconquest Spain, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

Lipton Sara (2014) Dark mirror: the medieval origins of anti-Jewish iconography, New York, Metropolitan Books : Henry Holt and Company.

Castaño Javier (2017) ¿Una sefarad inventada?, Barcelona, Herder Editorial.

 

ÁLVARO PIREZ D’ÉVORA – un peintre portugais en Italie à l’aube de la Renaissance.

 Du 29 novembre 2019 au 15 mars dernier s’est tenue au Museu Nacional de Arte Antigua de Lisbonne une exposition dédiée au peintre portugais Álvaro Pirez d’Évora – actif en Italie entre 1411 et 1434 –, sous la direction de Joaquim Oliveira Caetano, directeur du musée, et de Lorenzo Sbaraglio, conservateur du Polo Museale della Toscana. Au travers de 85 œuvres, dont certaines conservées au Portugal ainsi que celles de quelques grands peintres italiens contemporains, celle-ci fut l’occasion de revenir sur une figure phare de l’histoire de l’art médiéval portugais et italien.

Álvaro Pirez est le premier peintre portugais auquel il est possible de donner un nom et d’attribuer une œuvre. Documenté de 1411 à 1434, il est considéré comme originaire d’Évora, comme le laisse entendre la signature laissée sur le retable de l’église de Santa Croce de Fossabanda, près de Pise : « ALVARO PIREZ DEVORA PINTOV. » On sait peu de choses de sa vie, les données biographiques du peintre sont fragmentées. Alvaro Pirez est exclusivement connu pour des peintures religieuses réalisées Toscane. Cela lui vaut d’être mentionné brièvement (et peu élogieusement) par Giorgio Vasari dans la seconde édition des Vies des plus célèbres peintres, sculpteurs et architectes(1568) dans la biographie du peintre siennois Taddeo Bartoli (1363-1422). L’érudit écrit ainsi : « À cette époque, un Portugais, nommé Alvaro di Piero, suivit à peu près la même manière [que Taddeo Bartoli] ; mais il donne plus d’éclat à son coloris et moins de noblesse à ses figures. Il fit, à Volterre, à Sant-Antonio de Pise et dans divers endroits, des tableaux dont nous ne parlons pas à cause de leur peu de mérite. »

Alvaro Pirez, Vierge à l’enfant (détail), photo archives de l’auteur

Fort heureusement pour Álvaro Pirez, tous ne partagent pas l’opinion de Vasari quant au mérite de ses œuvres. En atteste l’exposition monographique qui lui a été dédiée au Museu Nacional de Arte Antigua de Lisbonne. Cela fut l’occasion de faire (re)découvrir le peintre au grand public grâce à la cinquantaine de peintures conservées de sa main et d’une trentaine d’œuvres supplémentaires – notamment de Toscans, puisque l’objectif était de replacer le peintre dans le contexte historique et artistique italien. Pour cela, le propos a été articulé selon trois axes principaux : le contexte portugais dans lequel il apparait, les lieux de son activité, ainsi que les artistes qui purent avoir un impact sur sa production.

Le peintre apparait alors que le Portugal a à sa tête la maison des Aviz (1385-1580), plus exactement de Jean Ier (1385-1433), fondateur de la dynastie, et de son fils d’Édouard Ier (1433-1438). La période correspond dans l’historiographie de l’art portugais au ciclo Batalhino, en référence aux grands chantiers de construction du monastère de Santa Maria de la Victoria, à Batalha. C’est alors le courant gothique qui prédomine, comme nous avons pu le voir dans de précédents articles, dont celui dédié au sculpteur contemporain João Afonso à Coimbra. Dans les arts picturaux, c’est le style courtois du gothique international qui prédomine.

La raison qui pousse Álvaro Pirez, (Alvarus Petri / Alvaro di Pietro comme le cite la documentation) à partir s’installer une vingtaine d’années en Italie n’est pas connue. Mais il est probable qu’il arrive déjà en partie formé. Cela n’empêchera pas les locaux d’avoir une incidence sur sa manière, à l’instar de Lorenzo Ghiberti (1378-1455), Gherardo Starnina (1360-1413), ou encore Lorenzo Monaco (1370-1424). Il travaille dans au moins quatre villes : Florence, Sienne, Pise et Volterre, ce qui lui permet d’être au contact de nombreux grands noms de l’histoire de l’art. C’est d’ailleurs cette confluence de lieux et de rencontres qui semble avoir forgé son art et sa manière si graphique et peu commune dans l’art portugais contemporain.  L’historien K. Steinweg (1959) écrit d’ailleurs à propos de son œuvre qu’il avait été capable de réaliser « une synthèse originale et inimitable », le fruit « d’une exécution toujours méticuleuse entremêlée d’un goût pour la finesse et l’évidence graphique ».

Exposition Lisbonne MNAA, photo : MIR 2020
Alvaro Pirez, Annonciation, ca. 1430-34, Lisbonne, MNAA, inv. 2207 Pint. Wikimedia Creative Commons

L’exposition fut une réussite, comme le souligne Nuttal dans sa critique publiée dans The Burlington Magazine (2020, p. 241) : « Il s’agit sans contexte d’une exposition exceptionnelle. » En effet, cet événement a su remplir ses objectifs, ce d’autant plus qu’elle a permis de resituer Álvaro Pirez dans le panorama de l’histoire de l’art portugais et européen, au travers d’une lecture globale et plurielle du son travail et de celui du statut de peintre au XVe siècle. En l’absence de récit biographique explicite, les organisateurs ont su s’éloigner du modèle conventionnel chronologique de l’exposition monographique.  Grâce à de nombreux prêts européens et un travail muséographique rigoureux, l’exposition a su rester claire et ne pas tomber dans le travers de certaines expositions surchargées en informations. Par ailleurs, le focus réalisé sur le contexte politico-artistique au Portugal a permis de remettre en lumière les origines de ce peintre qui a œuvré si loin de ses terres. L’exposition Álvaro Pirez d’Évora. Um pintor português em Itália nas vésperas do Renacimento a su souligner toute l’originalité du travail d’Álvaro Pirez et les intenses relations de l’espace méditerranéen à l’aube de la Renaissance. Désormais terminée, il est encore possible de profiter de la riche réflexion qui a découlé de l’événement grâce au catalogue qui, nous l’espérons, permettra également de faire découvrir à un public plus large encore cette figure de l’art européen largement mise à l’honneur au Museu Nacional de Arte Antiga de Lisbonne.

CAETANO, Joaquim Oliveira, SBARAGLIO, Lorenzo (Coords.). (2020). “Álvaro Pirez d’Évora. Um pintor português em Itália nas vésperas do Renascimento.” Catálogo de exposição. Museu Nacional de Arte Antiga – 29 de novembro de 2019 a 15 de março de 2020. Lisboa: Imprensa Nacional Casa da Moeda. 252 páginas. ISBN: 978-972-27-2816-4.

Citer cet article

João Correia de Sá, “ ÁLVARO PIREZ D’ÉVORA – un peintre portugais en Italie à la veille de la Renaissance. ”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 04/05/2020. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=951‎

NORD & SUD – L’art médiéval en Norvège et en Catalogne.

Le Musée Catharijneconvent d’Utrech (Pays-Bas) et le Museu Episcopal de Vic (Catalogne) sont à l’origine de l’exposition « Nord et Sud. L’art de l’autel médiéval en Norvège et en Catalogne ». Cette exposition se déroulera en deux temps : à Utrecht d’octobre 2019 à janvier 2020 et à Vic de février à mai 2020.

À l’occasion de cette exposition, le Museu Episcopal de Vic réunit en 2020 pour la première fois des œuvres d’art religieux du XIIe au XIVe siècle provenant de Catalogne et de Norvège. Il existe, dans toute l’Europe au Moyen Âge, des représentations, des symboles, des manifestations de croyances et des formes d’expression religieuse qui se révèlent au travers des autels peints. Or, pour cette période, sont conservés des exemples significatifs tant en Scandinavie (le Nord) qu’en Catalogne (le Sud) et pourtant absents dans les régions centrales de l’Europe. Plusieurs publications ont déjà cité ces deux régions comme des lieux où a été conservé de manière exceptionnelle ce patrimoine, mais jamais n’avait été fait l’effort de réunir les œuvres témoins de ces deux zones géographiques en une exposition.

L’exposition s’articule autour d’une comparaison typologique (non stylistique) d’objets catalans et norvégiens, datés entre 1100 et 1300.

Elle est le fruit de la collaboration entre le Musée CatharjineConvent de Utrech, le Museu Espicopal de Vic, avec la participation de Justin Kroesen, conservateur du Musée universitaire de Bergen (Norvège). Ces trois institutions sont membres du Réseau des musées d’art médiéval d’Europe. L’exposition compte par ailleurs des prêts d’autres lieux tels qu’Oslo et Trondheim.

Source : MEV

RETABLOS – la peinture espagnole du XIVe au XVIe siècle

Depuis le 1er décembre 2019 et jusqu’au 7 février 2020 se tient à la galerie Sam Fogg de Londres, l’exposition Retablos : Spanish painting from the 14th to 16th centuries (Retables : la peinture espagnole du XIVe au XVIe siècle). À cette occasion une vingtaine de panneaux sont exposés et proposent un tour d’horizon de la production peinte dans les différents royaumes de la péninsule. Elle se déplacera ensuite à Madrid, à la galerie Caylus, du 1er avril au 15 juin 2020.

L’exposition s’accompagne d’un catalogue de 270 pages dirigé par Alberto Velasco Gonzàles, professeur en Histoire de l’Art à l’Universitat de Lleida (Espagne/Catalogne), qu’il est possible d’acheter auprès des deux galeries.

Alberto Velasco Gonzàles, Spanish painting from the 14th to 16th centuries , Caylus/ Sam Foog éd., 2019.

Juan Ximénez, Pietà avec deux anges entourée de la Vierge et de saint Jean, ca. 1500-10. Saragosse, Espagne.

À propos :

Cette exposition est née d’une conversation entre Sam Fogg et la Galerie Gaylus en mars 2019. Durant la dernière décennie, les deux galeries avaient collecté de manière indépendante des œuvres espagnoles datées de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance avec un sentiment analogue, celui qu’il s’agissait là d’un domaine sous-estimé, sous-évalué sur le marché de l’art et sous-étudié dans le monde universitaire. Les deux galeries, étant fasciné par la qualité des peintures collectées — malgré souvent la négligence des institutions et collectionneurs qui les possédaient — et par la vision vivante et saisissante que les peintres ibères ont su retranscrire sur leur medium, ont eu l’idée de monter ensemble une exposition collaborative entièrement dédiée à ce sujet qui les passionnait. Il a alors été décidé qu’Alberto Velasco, professeur à l’Universitat de Lleida, spécialiste de la peinture médiévale espagnole dirigerait les recherches. Son intérêt pour l’évolution des goûts d’un temps, les changements de modes dans les collections, ainsi que le commerce à l’époque moderne, lui a permis d’ajouter une profondeur tangible à ses études et, ainsi d’enrichir le catalogue. Ses travaux de recherche ont notamment permis de mettre au jour nombre de documents d’archives et, dans plusieurs cas, de rapprocher des panneaux dispersés qui formaient autrefois quelques-uns des grands retables espagnols, à la forme si caractéristique.

Il est à espérer que cette exposition ainsi que le riche ouvrage qui l’accompagne sauront continuer d’alimenter l’intérêt pour ces peintures remarquables, et feront connaître à un plus large public leurs  histoires.

Martin del Cano, Mise au tombeau, ca. 1420. Daroca (Saragosse), Espagne.

Parmi les œuvres à y admirer, se trouve une Mise au tombeau attribuée au peintre aragonais Martín del Cano (ca. 1420), qui offre une vision théâtralisée et particulièrement sensible où la Vierge dans un geste d’impuissance et de résignation pose le revers de ses mains sur le corps mort de son fils. Il s’agit certainement ici d’un panneau latéral d’un retable, qui a pu entourer une Crucifixion, thème récurrent dans le couronnement des œuvres espagnoles. Et également présent un Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, allégorie de la charité chrétienne, réalisé par Tomás Giner (ca. 1460). Ici le panneau fait pas moins de 170cm de haut et devait faire office de panneau central à un retable, probablement dédié à la vie de saint Martin de Tours. L’œuvre, qui s’inscrit parfaitement dans le goût du temps, présente une riche attention aux détails et des rehauts de plâtre doré à la feuille d’or pour donner du relief aux éléments orfévré, tel qu’il était de coutume en Aragon.

Tomas Giner, Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, ca. 1460. Saragosse, Espagne.

* La présente brève constitue une version traduite du texte informatif aimablement communiqué par la galerie Sam Fogg.

 



 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search