LA POSITION DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ MÉDIÉVALE – L’exemple de la péninsule Ibérique

L’étude de la place des femmes dans le passé est nécessaire non seulement pour élargir notre connaissance des sociétés historiques, mais aussi pour mieux comprendre les caractéristiques des sociétés actuelles.

L’ouvrage collectif Espacios de la mujer en la Península Ibérica medieval, publié début 2023, trouve son origine dans le Congrès international organisé en 2019 par le Groupe de recherche ITEM (Identidad y Territorio en la Edad Media / Identité et Territoire au Moyen Âge) à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid. Un évènement qui a réuni différents spécialistes de la question de l’espace des femmes dans les sociétés ibériques au Moyen Âge.

Aux premières réflexions faites dans le cadre de ces journées d’étude se sont ajoutées, par la suite, de nouvelles contributions de chercheurs qui ont abouti à l’ouvrage récemment édité. Le résultat est une somme d’analyses de l’espace, compris à partir de différentes perspectives, que les femmes occupent au sein de ces sociétés. Cet espace correspond tant à des lieux physiques que symboliques à l’instar des espaces de pouvoir, mais aussi d’une présence dans les textes, les documents et les interprétations historiographiques de leur corps et de leur fonction économique.

Reines, princesses, nobles, courtisanes, artisanes, domestiques et esclaves sont analysées pour tenter de contribuer à une meilleure connaissance de la réalité des femmes au Moyen Âge. Pour ce faire, deux aspects fondamentals ont été abordés : le monde andalou et le monde chrétien. Ce second aspect est, lui-même, divisé en deux dans l’ouvrage avec d’une part, les espaces de travail, sociaux et juridiques des femmes chrétiennes, juives et musulmanes dans les royaumes chrétiens et, d’autre part, leur rôle et leur présence dans les espaces de pouvoir.

Au total, douze chapitres offrent des contributions qui tendent à briser les idées reçues sur la situation des femmes dans les sociétés médiévales et à démystifier l’image leur image de personnages effacés qui accepteraient relégués dans la sphère privée et éloigné de la sphère publique.

Eduardo Jiménez Rayado (ed.), Espacios de la mujer en la península ibérica medieval, Sílex Ediciones, Madrid, 2022.

Le sommaire de l’ouvrage est consultable en cliquant ici.

Citer cet article :

Eduardo Jiménez Rayado , “LA POSITION DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ MÉDIÉVALE – L’exemple de la péninsule Ibérique”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 08/03/2024. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/2884 

CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle

Dans l’imaginaire collectif, la figure de la princesse a toujours fait l’objet d’un certain engouement avec leur mariage – qui conditionne leur fin heureuse ou malheureuse- et qui bien souvent constitue le moment culminant de leur existence. Aujourd’hui, l’étude de ces figures repose en grande partie sur un travail de déconstruction des légendes dorées ou noires qui leur sont associées. Dans ce cadre, les princesses espagnoles représentent un champ de recherche particulièrement riche car elles furent victimes de nombreux a priori souvent négatifs. Cet article présentera les outils permettant de mieux comprendre les enjeux qui se jouent pour elles à l’heure de célébrer leurs noces. En effet, c’est en relisant leur destin et les rôles genrés qui leur étaient imposés, tout en comparant leur vie respective, qu’il est alors possible de repenser des évènements bien connus comme le scandaleux « divorce » royal de Catherine d’Aragon, en 1532, et la « folie » de Jeanne de Castille, mère de Charles Quint.


Les princesses ont de tout temps fait l’objet d’un engouement qu’il soit littéraire, artistique, cinématographique ou encore audiovisuel. L’enfance de la plupart d’entre nous a été bercée par des histoires, tout droit tirées des contes de fées, où ces jeunes filles deviennent femmes au travers de leur mariage ; elles quittent alors le château paternel pour celui d’un (beau) prince étranger. Ce dernier accueille immédiatement sa nouvelle épouse dans sa demeure, dont il est sous le charme dès le premier regard. Ces histoires des noces princières dont on nous abreuve dès notre plus jeune âge sont basées sur ce fameux coup de foudre.

Au-delà du conte et de la fantaisie, ce mythe de l’amour au premier regard existe dans les sources historiques témoignant des alliances dynastiques, c’est-à-dire des unions entre deux familles princières. Celui-ci repose sur l’existence d’échanges de portraits pour que les jeunes princes et princesses puissent se voir avant le jour de leur mariage. L’amour, né soudainement, au moment de découvrir le portrait, se retrouve notamment dans les lettres d’amour du jeune prince Arthur, fils d’Henri VII Tudor et d’Elizabeth d’York, adressées à Catherine d’Aragon, fille des Rois Catholiques d’Espagne (fig. 1).

Fig. 1 – Juan de Flandres, L’Infance Catherine d’Aragon (?), vers 1496. Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid

Pareillement, la fille de cette dernière, Marie Ière Tudor serait tombée amoureuse du portrait de son jeune cousin Philippe II d’Espagne, fils du neveu de sa mère : Charles Quint (fig. 2). Elle aurait été si obsédée par ce portrait, qu’elle aurait fait fi de ses conseillers anglais peu enclins à une alliance espagnole et aurait ainsi obtenu un mariage d’amour.

Fig. 2 – Titien, Philippe II d’Espagne, 1550. Madrid, Museo Nacional del Prado ©Wikimedia Creative Commons

Jean Molinet, chroniqueur des ducs de Bourgogne, narre aussi ce sentiment qui naît à la découverte de Jeanne de Castille, princesse espagnole sur le point d’épouser Philippe le Beau, jeune prince bourguignon. Il décrit la jeune femme en ces mots :

la fille fort belle / Jenne s’appelle elle est doulce et humille / Fertille utille experte fort habille 

Bien entendu, il ne s’agit pas de prendre au premier degré ce que rapportent les sources à propos des mariages d’amour ni de la présumée beauté des fiancé(e)s. Il serait d’ailleurs plus juste de comprendre « de prestigieuse lignée », voire « riche », lorsque l’adjectif « belle » est utilisé. Loin de l’image romancée, l’alliance de deux familles souveraines peut viser plusieurs objectifs : augmenter son territoire, se lier à une famille noble ainsi qu’obtenir les faveurs économiques et/ou militaires du potentiel partenaire. Il semble, néanmoins, qu’il existe un besoin de justifier ces unions qui s’apparentent en réalité à une transaction où les promises sont converties en monnaie d’échange. La littérature et l’iconographie amoureuse imaginée autour de l’alliance sont en réalité une pure « propagande politique » brodée autour des négociations, durant lesquelles la fiancée est déracinée et implantée dans un nouveau royaume auquel elle doit offrir le prestige de sa lignée. Contraintes par le mariage, les jeunes épouses doivent dès lors servir fidèlement leurs deux « maisons » : celles qu’elles intègrent et à auxquelles elles doivent se conformer ainsi que celles dont elles sont issues, qu’elles doivent représenter fièrement.

Le cas des princesses espagnoles

Les princesses espagnoles, aussi dites infantes, ont particulièrement joué de malchance lors de leurs mariages, ce qui a éveillé l’intérêt des historiens. En effet, leurs unions ont été perçues comme des échecs. Les filles des Rois Catholiques (https://www.rah.es/reyes-catolicos/), au tournant du XVe et XVIe siècle, possèdent des destinées présentées comme particulièrement négatives par les sources qui leur sont contemporaines, de même que par celles postérieures. Isabelle d’Aragon, l’aînée, par sa mort tragique en couche en 1498 et son mariage infertile avec Alphonse de Portugal, voit son union élevée au rang de grande cause de la chute de la dynastie des Trastamare. L’Espagne passe alors à une dynastie germano-bourguignonne, celle des Habsbourg. Jeanne de Castille, la puînée, est connue sous le nom de Jeanne la Folle, notamment pour son prétendu amour fou à l’égard de Philippe le Beau qu’elle épouse en 1496. Ce dernier est un Habsbourg et par son mariage avec Jeanne le gouvernement des royaumes espagnols passe à sa famille et à son fils, Charles Quint. Marie d’Aragon , la cadette, récupère le mari de son aînée, Isabelle, à sa mort. Enfin, Catherine d’Aragon, la benjamine, fait un premier mariage éclair, en 1501, avec Arthur Tudor, prince de Galles, qui décède prématurément. Elle est ensuite unie, en 1509, à Henri VIII d’Angleterre, avec qui elle connait un mariage, semble-t-il, malheureux. La vaste historiographie, rédigée à la fin du XXe siècle, rapporte que Catherine était triste et dépressive sur l’île britannique. Son mariage est probablement le plus célèbre puisqu’il se conclut par un divorce (qui est, en réalité, une annulation de mariage) – le roi lui ayant préféré Anne Boleyn, mère de la future Élisabeth Ière d’Angleterre.

Les filles de Jeanne de Castille, les sœurs de Charles Quint, connaissent un sort guère plus favorable. Éléonore d’Autriche est mariée, en 1518, au roi du Portugal, de 30 ans son aîné, qui avait déjà épousé deux de ses tantes auparavant. De cette union née une fille dont Éléonore est séparée de force. À la suite de la mort de son premier époux, Éléonore est envoyée en France par son frère pour y épouser François Ier – ce mariage étant l’un des accords signés lors de la paix de Cambrai (1529). Elle vit alors dans l’ombre des maîtresses du souverain français auquel elle ne donna jamais d’enfants. Cette situation rend sa position instable au point qu’au décès de François Ier, Éléonore est contrainte de fuir le royaume. Sa sœur, Isabelle d’Autriche, la puinée, est envoyée au Danemark en 1515 où elle subit également l’infidélité de son mari, Christian II. Elle est condamnée à fuir, avec son époux et ses enfants, suite aux soulèvements de Suède. Le couple se réfugie aux Pays-Bas où Isabelle décède à l’âge de seulement 25 ans. Marie d’Autriche, appelée également Marie de Hongrie, la plus jeune des sœurs, est mariée à Louis II de Hongrie, en 1515. En 1526, Marie perd son époux et son royaume, du fait de l’invasion turque, elle refuse par la suite de se remarier.

Ces alliances dynastiques malheureuses semblent d’autant plus étonnantes que les royaumes d’Espagne, sous les Rois Catholiques, sont en pleine expansion. La conquête de Grenade, en 1492, n’a fait qu’accroître le prestige de cette dynastie. De même, Charles Quint, souverain des royaumes ibériques, étend son royaume au point de le convertir en véritable empire au moment où sa mère, Jeanne de Castille, est écartée du pouvoir en raison de sa supposée folie. Pourquoi ces unions sont-elles alors perçues comme des échecs ? Quelles sont les causes et les conséquences de ces légendes noires autour des unions des princesses espagnoles ?

Pour répondre à ces interrogations, il faut tout d’abord se débarrasser des idées préconçues qui nous empêchent d’appréhender ces mariages avec un regard critique et contextualisé. Les sources contemporaines, ou proches en date, des vies de ces jeunes femmes sont notamment des chroniques royales, c’est-à-dire des textes de propagande politique, qui ont longtemps été lues/entendues au premier degré. Ce fut le cas pour les peintres romantiques du XIXe siècle qui diffusèrent, par exemple, les images de la folie de Jeanne de Castille, dont la représentation de la souveraine désemparée et hors de toute raison au côté du cadavre de son époux (fig. 3 & 4).

Fig. 3 – Lorenzo Valles, La démence de Jeanne la Folle, 1867. Madrid, Museo Nacional del Prado © Wikimedia Creative Commons
Fig. 4 – Charles de Seuben, Jeanne la folle attendant la résurrection de Philippe le Beau son mari. Lille, Palais des Beaux-Arts ©RMN-GP – cliché René-Gabriel Ojéda

Or, tout le discours monté autour de la folie amoureuse de Jeanne est le fruit d’une fine manipulation du père de celle-ci, Ferdinand le Catholique, puis de son fils, le futur Charles Quint, pour récupérer son pouvoir et son autorité sur les différents royaumes et territoires ibériques.  Des siècles plus tard, les peintres romantiques reprennent cette légende noire, ainsi que celle des autres princesses espagnoles, en insistant sur la dimension émotive de leur triste destin. On remarque le même procédé avec Catherine d’Aragon qui est représentée suppliant son époux, Henri VIII d’Angleterre, de renoncer au divorce (fig. 5). Ce type d’images fortes continuent, aujourd’hui encore, à conditionner notre vision de ces faits tandis que l’historiographie insiste davantage sur le caractère raisonné de Catherine pour se défendre face à la menace d’être répudiée.

Fig. 5 – Henry Nelson O’Neil, Catherine d’Aragon plaide sa cause contre le divorce par Henry Nelson O’Neil, 1846-1848. Birmingham, Museum and Art Gallery ©Wikimedia Creative Commons

Réviser l’histoire des femmes et les nouveaux outils pour le faire

Les représentations qui nous sont parvenues de ces mariages peuvent être datées dans le temps. Selon l’époque et les intérêts scientifiques, elles ont pris différentes formes. Au XIXe siècle, avec la montée de discours nationalistes en Espagne, la vie de Jeanne de Castille, la reine folle d’amour, subit une relecture. Jeanne devient la traitresse à sa Nation, celle qui a vendu par amour ses royaumes à son époux bourguignon et pro-français. Par la suite, au début du XXe siècle, avec le nouvel engouement pour la psychologie, des historiens écrivent sur l’état mental des princesses. Jeanne aurait ainsi été schizophrène, tandis que sa sœur Catherine est diagnostiquée dépressive. À la fin du XXe siècle, avec le début de l’histoire des émotions et la grande pitié que pouvait inspirer les destins des princesses, celles-ci sont réhabilitées. Jeanne de Castille est désormais présentée comme une pauvre prisonnière. Sa sœur Catherine devient une reine malheureuse piégée en Angleterre. Éléonore, la sœur de Charles Quint, est décrite, elle aussi, bien triste en terres étrangères car aux prises d’un mari volage. Avec l’apparition du mouvement féministe, qui permet notamment l’essor de l’histoire des femmes, ces princesses sont alors perçues comme des héroïnes du passé ayant lutté pour leur liberté. Malgré ces évolutions, la plupart de ces figures féminines sont encore perçues au travers d’un autre prisme qui modifie notre perception de leur mariage : l’invisibilité. Trop souvent encore, les infantes espagnoles, et autres princesses, sont traitées comme un simple chapitre de la vie de leurs illustres époux. La méconnaissance dont elles font l’objet empêche ainsi de comprendre ce qui s’est réellement joué pour elles lors de leurs mariages.

Renouveler les recherches sur les princesses permet de repenser le pouvoir féminin. Les destins de ces femmes espagnoles laisseraient effectivement imaginer, au premier abord, qu’elles étaient dépossédées de toute autorité et qu’elles subissaient leur mariage. Cet aspect de l’Histoire existe bel et bien, mais il est trop réducteur de résumer leur existence à une « incapacité » à se saisir du pouvoir au côté de leur époux. Elles étaient préparées, éduquées, à être mariées à un souverain (ou futur souverain) étranger et à prendre un rôle complexe auprès de celui-ci. Par ailleurs, la notion de pouvoir, dans sa définition actuelle et son signifié, n’est peut-être pas optimale pour comprendre la vie de ces femmes, trop souvent perçues comme de simples objets dans les alliances dynastiques. En effet, le terme « pouvoir » renvoie à une image masculine. L’exercice du pouvoir est traditionnellement associé dans l’Europe chrétienne à des concepts d’autorité, de domination, de justice, de forces exercées par des hommes. Les princesses et les reines, étudiées ainsi, ne semblent pas avoir de place dans l’exercice d’un pouvoir monarchique qui serait masculin. Il en résulte que le destin de puissantes souveraines ayant elles-mêmes gouverné est perçu comme une exception ; c’est notamment le cas d’Isabelle la Catholique, reine de Castille, et mère du premier groupe de princesses présentées précédemment, qui même après son mariage à Ferdinand II d’Aragon continue d’assurer la gouvernance de la couronne de Castille.

Par le biais de l’Histoire des femmes, les chercheurs tendent à reconstituer les expériences de vie des personnages féminins dans le passé et à les réhabiliter dans l’Histoire commune.  L’Histoire du genre, pour sa part, s’intéresse à l’évolution des systèmes symboliques de ce concept dans le temps et selon les espaces – le genre renvoyant au « sexe social » ou à la « construction culturelle du sexe », pour reprendre les mots de l’historien Didier Lett. Partant de ce principe, il est possible d’étudier les princesses en sortant des imaginaires préconçus par des émotions collectives diffusées entre le XIXe et le XXe siècle. Les princesses ne sont plus à percevoir comme des victimes, ni même des héroïnes mal comprises dans ces histoires de mariage, mais elles agissent dans le cadre d’un pouvoir genré. Le concept de Queenship (« Réginalité » en français) constitue, pour l’historien, un outil qui considère qu’il existe un pouvoir sexué de la reine, non pas dans le but d’exécuter une hiérarchie entre les pouvoirs du roi et de la reine, mais d’envisager le pouvoir à travers un prisme nouveau et démasculinisé. De cette manière, le pouvoir de la reine et ses possibilités apparaîtraient. Par conséquent, pour comprendre la vie des infantes, il est nécessaire de comprendre leur environnement et les conditions réelles d’opportunité qu’elles avaient pour prendre une place particulière auprès de leur époux. Ces conditions changent selon les époques et les espaces. Ces possibilités d’action des princesses pour agir sur leur environnement en fonction de conditions particulières sont appelées sous le terme d’Agency (« agentivité » en français).

L’étude comparative des royaumes et des mariages pour s’extraire des idées préconçues

Le champ d’action de ces femmes change d’un royaume à un autre ; il en va de même d’une époque à une autre. L’étude comparative des royaumes et des mariages permet alors de s’extirper des idées préconçues. Mesurer le « déplacement » des futures souveraines au moment de leurs mariages permet d’observer à quelle forme de pouvoir elles ont été préparées et comment celui-ci prend forme dans la cour qui les accueille, c’est-à-dire celle de leur mari. Il s’agit ainsi de sortir des thèses de « folies » et de tragico-romance forgées par une longue historiographie, pour mieux comprendre comment le changement d’aire géographique mais aussi la transformation culturelle et sociale des princesses affectent les conditions d’exercice d’un pouvoir. Or, appliquer les nouveaux concepts que sont le Queenship et l’Agency pour réviser notre perception des destins des princesses espagnoles n’est possible qu’en les mettant en comparaison les unes avec les autres, car elles ne se marient pas toutes dans les mêmes royaumes et ne subissent pas une réception identique dans le temps présent et dans l’histoire.

Pour ne reprendre que quelques résultats de cette méthode, les princesses se mariant au Portugal pour plusieurs raisons, dont la proximité géographique et le mélange des familles nobiliaires portugaises et espagnoles, ont plus de facilité d’adaptation dans leur cour d’accueil.  Ce constat est bien entendu à nuancer, en effet, le Portugal demeure un royaume ayant parfois pris position contre les intérêts espagnols. Inversement, Catherine d’Aragon doit apprendre des langues et des manières étrangères pour tenir sa nouvelle maison désormais en Angleterre. Des lettres témoignent de son enseignement du français et des difficultés qu’elle avait à s’habituer aux températures anglaises.

Parmi les éléments divergents selon les cas de figure, et qui nous apportent de précieuses informations, il est important de prendre en compte les sources de revenus dont disposent les princesses. Il s’agit d’un élément clé pour comprendre leur capacité à se saisir, ou non, du pouvoir. Selon le contexte politique et économique du royaume dans lequel elles évoluent, il est possible d’observer des différences qui sont aussi conditionnées par le rapport diplomatique entre leur époux et leurs parents. Éclaircir les moyens économiques qui étaient à leur disposition permet d’avoir une vision plus juste de leur indépendance, une perception plus globale, qui nous empêche de tomber dans des clichés parfois faciles. C’est notamment le cas de Catherine d’Aragon, souvent réduite à son destin de femme répudiée. Cependant, en 1513, elle bénéficie d’une telle confiance de son époux qu’elle est nommée « Lieutenante Générale » du royaume d’Angleterre pour mener les guerres en Écosse pendant qu’Henri VIII est coincé à Calais. Son divorce arrive pour des raisons diverses qui ne peuvent se limiter à sa simple individualité ou l’absence d’héritier mâle, les motifs sont également diplomatiques. Le moment de la rupture entre Catherine et Henri VIII était aussi celui du rapprochement entre l’Angleterre et la France, ennemi des royaumes d’Espagne de Charles Quint, le neveu de Catherine.

Conclusion

Nous l’avons vu, les princesses espagnoles souffrent de représentations fortement négatives dans la postérité, ce qui a longtemps altéré notre façon de faire de l’Histoire à leur propos. Souvent victimisées, parfois considérées comme totalement dégénérées à l’instar de Jeanne de Castille, plus rarement héroïsée, y compris à outrance, ces femmes ont pourtant bel et bien joué un rôle important.  Leurs installations dans de nouveau royaumes ont permis des connexions entre des royaumes qui ont entraîné des mutations culturelles ainsi que la construction des États modernes actuels. Il s’agit d’un pan de l’histoire qui mérite d’être étudié en tant que tel et sous l’égide des nouveaux concepts scientifiques. Les historiennes et les historiens s’y intéressent davantage aujourd’hui, ce qui permet notamment de comprendre le rôle politique que pouvaient avoir ces princesses, mais également comment pouvait se créer cette vision de l’échec autour de leurs mariages, qui ne sont pas tant des preuves d’amour que des actes politiques. La relecture de ces unions permettrait de donner une voix plus juste à leur histoire et comprendre que les capacités d’action des femmes sont aussi liées à une temporalité historique et à un contexte diplomatique.

Fig. 6 – Affiche de promotion de la série “The Spanish Princess” © Fair Use

Bien que les historiennes et historiens cherchent à saisir la complexité du pouvoir féminin à la fin du Moyen Âge, aujourd’hui encore, nous avons du mal à la comprendre, comme en témoignent nos représentations contemporaines des princesses. Elles sont pensées avec des symboles monarchiques du pouvoir masculin qui n’ont pas forcément lieu d’être. Une épée, symbole masculin par excellence de la monarchie, est placée entre les mains d’une Catherine d’Aragon enceinte, dont l’armure s’adapte à cette rondeur, pour illustrer la série The Spanish Princess (fig. 6). Bien qu’il s’agisse d’une image construite par des non-spécialistes et destinée au grand public, elle dévoile notre perception du pouvoir féminin qui nécessite des modes d’expression inadéquats pour être transmis au plus grand nombre. Cependant, d’autres séries tentent de montrer de manière plus juste au niveau historique le pouvoir des princesses. C’est notamment le cas de la série espagnole Isabel qui met en scène l’influence de la souveraine à travers l’activation de son réseau de correspondances ou encore par la diffusion de leur sceaux et de leurs actes officiels. La  démarche est toutefois critiquée, car jugée ennuyeuse pour les téléspectateurs. Révéler les symboles d’un pouvoir féminin qui diffèrent de ceux du pouvoir masculin, constitue ainsi un enjeu majeur de nos illustrations actuelles de l’Histoire, mais aussi plus largement de notre compréhension du rôle de ces femmes au destin hors du commun.

Citer cet article

Clara Kalogérakis, “CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 18/04/2023. Permalien :https://espagnesmed.hypotheses.org/2180

Bibliographie

ARAM Bethany (2001), La reina Juana: gobierno, piedad y dinastía, Marcial Pons, Madrid.

SEGURA GRAIÑO Cristina (2003), « Utilización política de la imagen de la reina Juana I de Castilla », AMADOR CARRETERO P. & RUIZ FRANCO R. (éd.), Representación, Construcción e Interpretación de La Imagen Visual de las Mujeres, AEIHM-Instituto de Cultura y Tecnología Miguel de Unamuno, Madrid, p. 173‑189.

GUILHAUMOU J. (2012), « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, no 41, p. 25‑34.

EARENFIGHT Theresa (2013), Queenship in Medieval Europe, New York, Palgrave.

WOODACRE Elena (2012), « The Queen’s marriage; matrimonial politics in Pre-Modern Europe », dans (J.) Murray (éd.), Marriage in Pre-Modern Europe; Italy and beyond, Toronto, CRRS Publications, p. 29‑46.

LETT Didier (2013), Hommes et femmes au Moyen âge: histoire du genre, XIIe-XVe siècle, , Paris, Armand Colin.

ALEX-CODET, Cécile (2014), Femmes et éducation en Espagne à l’aube des temps modernes (1454 – fin des années 1520), thèse soutenue à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

BAZÁN DÍAZ Iñaki (2019), «Las mujeres medievales como agentes de paz y reconciliación. Elementos de análisis y discusión», e-Spania, 33 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/31445

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

KALOGERAKIS Clara (2022), « Le portrait contrasté de Jeanne de Castille : polyphonie dans les chroniques et les relations de voyage », e-Spania, 42 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/44559

CFPapers – Au féminin. Les arts et les femmes au Moyen Âge

(Madrid, Universidad Complutense, 19 et 20 octobre 2023)

La seizième édition de la Conférence de la Complutense sur l’art médiéval se propose d’approfondir le rôle prépondérant des femmes dans la création artistique médiévale, rôle prépondérant entendu de la manière la plus large possible : de la promotion à la création et à la réception, en tant que canalisatrices de stratégies de pouvoir, transmetteuses de science ou génératrices de types iconographiques, et indépendamment de leur intervention, plus ou moins active, dans toutes ces dynamiques créatives.

Depuis quelques décennies, les références à la participation des femmes dans les processus artistiques médiévaux ont cessé d’être l’histoire d’une absence. De même, les études sur l’iconographie féminine médiévale ont transcendé la simple représentation des femmes en tant qu’épouses, mères, amantes, pécheresses et inductrices de péchés, ou religieuses. Tout au long du Moyen Âge, les femmes ont projeté, apprécié et créé de l’art, cela ne fait aucun doute. Un nombre croissant d’œuvres se concentrent sur l’exercice du mécénat féminin, parfois partagé avec le mari, mais souvent pratiqué de manière autonome et avec une valeur incalculable en tant que mécanisme d’affirmation de soi. D’autres propositions mettent en lumière des identités féminines cachées dans la liste des praticiens masculins de l’un ou l’autre des arts ou donnent des noms à des visages représentés dans des épisodes sacrés et profanes. À travers les témoignages de la culture matérielle et visuelle liée aux femmes, des réalités sociales différentes des relations de pouvoir établies à l’époque se dessinent de manière plus claire et plus précise. Malgré cela, les études artistiques restent en retrait par rapport à d’autres disciplines telles que l’histoire, la philosophie ou la littérature.

C’est pourquoi la seizième édition du Colloque Complutense sur l’art médiéval se propose d’approfondir le rôle prépondérant des femmes dans la création artistique médiévale, rôle prépondérant entendu de la manière la plus large possible : de la promotion à la création et à la réception, en tant que passeuses de stratégies de pouvoir, transmetteuses de science ou génératrices de types iconographiques, et indépendamment de leur intervention, plus ou moins active, dans toutes ces dynamiques créatives.

Les femmes, le genre et les arts, en bref, sont les vecteurs prioritaires autour desquels le contenu scientifique des sessions respectives de la réunion sera articulé par des spécialistes de renom tels que Verónica Abenza (UCM), Jessica Barker (The Courtauld Institute of Art), Bárbara Boloix (Université de Grenade), Irene González (UCM), Jitske Jasperse (CCHS-CSIC), Elizabeth L’Estrange (Université de Birmingham), Diana Lucía (UCM), Therese Martin (CCHS-CSIC), Ana Maria Rodrigues (Universidade de Lisboa) et Marta Poza (UCM).

Modalités de contribution

Nous invitons la communauté universitaire à soumettre des propositions de communication, composées d’un résumé de 500 mots soulignant leur caractère novateur, ainsi qu’un bref curriculum vitae (300 mots maximum), à l’adresse suivante : enfemenino@ucm.es

avant le 30 avril 2023.

Les lignes de travail proposées incluent (mais ne sont pas limitées à) :

  • Les femmes et la création artistique : artistes, artisanat, textiles.
  • Représentations et portraits : identité.
  • Genre et transversalité : prostitution, transsexualité, marginalité, altérité, vieillesse.
  • Architecture et espaces féminins
  • Art et spiritualité féminine
  • Vêtements et commerce textile
  • Mécénat et mémoire
  • Science, technologie, art et femmes

Le comité d’organisation accusera réception des propositions et sélectionnera celles qu’il juge les plus appropriées aux objectifs de la conférence, en y répondant avant le 25 mai. Les articles et les communications seront présentés lors des sessions de la conférence. Après évaluation par les pairs, les différentes interventions seront publiées dans une monographie.

Comité scientifique-organisateur

Marta Poza, Elena Paulino, Laura Rodríguez, Alexandra Uscatescu, Irene González, Diana Lucía, Diana Olivares, Verónica Abenza, Ángel Fuentes et Alba García-Monteavaro.

INFO : https://www.ucm.es/historiadelarte/en-femenino

FÊTES ET PRÉSENTS AU MOYEN ÂGE – La réception du comte d’Armagnac à Burgos en 1462.

Désignée « tête de la Castille », la ville de Burgos reçoit la visite de nombre de personnages illustres à la fin du Moyen Âge. Ces réceptions sont l’occasion pour la cité de souligner sa prééminence et son pouvoir aux puissants de passage, et pour cela le gouvernement ne lésine pas sur les présents, notamment lorsque ceux-ci peuvent lui obtenir quelques avantages. C’est ainsi que se déroule la réception de Jean V, comte d’Armagnac, en 1462.


Durant le bas Moyen Âge, les villes reçoivent un afflux constant de populations, attirées par les possibilités politiques et économiques que ces centres offrent. De fait, les différentes cités concentrent et articulent la vie sociale du règne, recevant de nombreuses visites de rois, de princes, de prélats et autres sortes de notables. Les arrivées de ces personnalités sont de véritables événements pour les villes, qui se précipitent pour les recevoir avec faste. C’est l’occasion pour celles-ci de mettre en scène leur pouvoir, leur prééminence face aux puissants de l’époque. Le corps politique en profite également pour montrer sa puissance à ses voisins. Enfin, c’est aussi l’occasion de nouer des alliances, voire de réclamer des faveurs aux plus puissants.

À la fin du XVe siècle, la ville de Burgos, de par sa position géographique stratégique au milieu du chemin de Compostelle et des principales routes commerciales du nord de la Castille, se transforme en l’un des centres financiers les plus importants d’Europe. Par ailleurs, Arlanzón (dans la province de Burgos) devient un centre politique de premier ordre au sein de la couronne de Castille. Burgos est la ville « très noble », « très fidèle », la « tête de la Castille », la « chambre du Roi » (« muy noble… muy leal… cabeza de Castilla…Cámara del Rey ») ; ces titres exaltent la cité et ses représentants, leur donnant un statut à part, une reconnaissance et une supériorité sur les autres villes de la couronne.

 Dès lors, Burgos devient le lieu des funérailles royales, mais aussi de mariages et autres réceptions comme celle de Jean II en 1424, ou encore la célébration de Cortes en 1338, 1430, 1453 et 1515. De même entre 1487 et 1492, le Conseil royal siège dans la ville, dans la Casa del Cordón, palais qui appartient alors au deuxième comte de Haro, vice-roi de Castille, Pedro Fernández de Velasco. Ce palais est également le lieu d’événements importants qui marquent l’histoire péninsulaire, dont l’accueil de Christophe Colomb en 1496 à son retour des Amériques, le séjour et la mort de Philippe Ier de Castille, les ambassades de Julien II et du « roi maure » de Tremecen, ou encore la cérémonie d’incorporation des rois de Navarre à la Castille en 1515. À cela il faut également ajouter la réception des Rois Catholiques en 1495 et 1496, et de Ferdinand le Catholique en 1507, 1508, 1511, 1512 et 1515.

Façade principale de la Casa del Córdon, Burgos © archives de l’auteur

Ces visites sont l’occasion pour Burgos de montrer sa suprématie politique et économique. Comme l’a souligné le professeur Bonachía Hernando, la force de ses titres oblige la cité castillane à donner l’exemple. Comme Caput Castellae (tête de la Castille), elle doit être la première sur la scène lors des accouchements et des enterrements royaux, organisant les fêtes appropriées et soulignant sa capacité d’action et de mise en scène, déployant alors des moyens plus fastueux que toute autre ville. Lors de ces célébrations, Burgos se doit également de montrer son allégeance à la Couronne, exhibant par là même son honneur et sa réputation. D’autre part, ce type d’événement, où participent également les villes voisines de la cité, est l’occasion d’encourager la cohésion urbaine. C’est aussi le prétexte pour la ville d’obtenir quelques bénéfices, comme la concession d’un second marché franc lors de la venue de Charles Ier (aussi connu sous le nom de Charles Quint) lors des guerres des Communautés de Castille.   Pour organiser ces événements, différentes commissions nommées par le conseil municipal se réunissent plusieurs semaines en avance pour déterminer les différentes tâches à gérer lors des réceptions princières et royales : comme le nettoyage, le pavement et la décoration des rues, l’ordre du défilé qui se fait au moment de l’entrée du souverain, la préparation des banquets et divertissements tels que les joutes et les corridas, la recherche de logements et leur nettoyage, la construction de nouvelles infrastructures, etc. Plus grande est la grâce souhaitée, plus grandes sont les festivités et cérémonies d’accueil des membres de la famille royale, de même les cadeaux offerts se font plus fastueux. Ainsi, en 1506, Burgos offre à Jeanne et à Philippe le Beau trois chevaux et trois mules, présents à la hauteur de la faveur que la ville reçoit lorsque s’y installent les ducs de Bourgogne.

Les monarques ne sont pas les seuls à visiter la ville de Burgos, il y a également de nombreux nobles reçus eux aussi en grandes pompes, à l’exemple d’Álvaro de Luna, connétable de Castille. Voulant obtenir son appui dans le cadre de litiges avec la cour, Burgos lui offre lors d’une visite trois tissus et ornements richement décorés.

Parmi ces visites de notables, se démarque particulièrement celle de Jean V, comte d’Armagnac, en 1462.

Jean V, comte d’Armagnac, gravure sur acier originale dessinée par J. Lecurieux, gravée par J. Thompson 1826 © Creative Commons

À la différence d’autres visites, pour lesquelles nous ne possédons que peu d’informations, outre celles contenues dans quelques chroniques ou récits de voyages – comme les chroniques de l’anonyme viennois qui accompagne Philippe le Beau, duc de Bourgogne, et sa femme Isabelle dans leur voyage en Castille –, le folio 25 recto et verso du Livre des Actes conservé aux archives municipales de Burgos contient une liste détaillée des dépenses faites par la ville à l’occasion de la visite du comte d’Armagnac. Grâce à ce document, nous savons que la cité a investi un total de 13 460 maravedíes (monnaie courante de Castille) dans l’événement. De cette somme, 70% a été dédié à l’achat de nourriture pour le comte et sa délégation, qui se composait d’une centaine d’hommes, pour lesquels il fallait également prévoir un logement dans la ville, précisent les archives. Le banquet réalisé pour l’occasion était également fort copieux, à en croire les comptes qui dénombrent l’achat de 98 perdrix, 111 lapins, 18 lièvres, 86 chapons, 36 poulets, sans compter l’orge, le pain et le vin !


Banquet à la cour de Bourgogne, Livre des Conquestes et faits d’Alexandre f.86v., Anonyme (vers 1467), Paris, musée du Petit Palais.

La ville a investi également dans des questions mineures d’intendance comme l’achat de charbon et la préparation de la maison où le comte devait être logé, il fallait la nettoyer mais également la décorer de tapis et de peaux. À cela s’ajoutait l’organisation d’une corrida avec quatre taureaux pour distraire le comte et ses invités. La moitié de l’argent restant a été, lui, consacré aux présents donnés aux convives, ce qui souligne l’importance que la cité accorde à la question. Dans ce cas précis, les cadeaux étaient des caisses de confiseries, ainsi que des jarres et des outres de vin blanc.

L’arrivée du comte d’Armagnac en Castille devait encourager la ratification d’une alliance franco-castillane. Sa réception à Burgos marque donc une conjoncture politique importante pour la Couronne et c’est ainsi que l’entend la ville. En se mettant au service du comte, Burgos sert le roi de Castille et de fait le royaume, si bien que Burgos n’hésite pas à recevoir le représentant français avec tout le faste nécessaire, affirmant ainsi son rôle de Caput Castellae.

Citer cet article :

Alicia Inés Montero Málaga, “FÊTES ET PRÉSENTS AU MOYEN ÂGE – La réception du comte d’Armagnac à Burgos en 1462.”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 7/11/2019. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/293

Bibliographie

José Manuel NIETO SORIA, Ceremonias de la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid, 1993.

César OLIVERA SERRANO, « Los condes de Armagnac y la diplomacia castellana del siglo XV (1425-1474) », En la España Medieval, 16 (1993), pp. 189-222.

Luis MOREA, Cities and Sovereigns: Ceremonial Receptions of Iberia as Seen from Below, 1350-1550, Minesota, 2010.

1473 – Le concile d’Aranda

Tout au long du Moyen Âge, l’Église tente de s’imposer comme une institution forte, réglée notamment par les dogmes de la foi et les rites liturgiques. L’ensemble de ces éléments sont définis lors de conciles, réunis au rythme des diverses questions à résoudre. Parmi les principales préoccupations, un clergé quelque peu apathique, parfois ignorant, voire aux mœurs légères. Pour tenter d’y remédier est alors organisé en 1473 le concile d’Aranda à la demande de l’archevêque de Tolède, Alonso Carillo de Acuña. Transcrit, le texte du concile révèle à la fois une critique et une condamnation de la société ecclésiastique et laïque des dernières années du XVe siècle à cause notamment de ses péchés, de ses vices ; il aide également à comprendre l’organisation de l’Église.

—————————

Le bas Moyen Âge se caractérise comme étant une période de grande spiritualité et d’une grande volonté de réforme de la part des hauts membres du clergé. Ce renouvellement se fait notamment lors de conciles et de synodes dans la continuité du quatrième concile de Latran en 1215, soulignant le pouvoir que l’institution catholique peut exercer sur ses membres, grâce, entre autres, à des concepts de repentance, de mariage, etc. Les grandes préoccupations sont celles de moraliser les clercs, fortifier la pastorale chrétienne, défendre les biens de l’Église… Des problèmes latents tout au long des XIVe et XVe siècles et qui semblent de ne jamais vraiment être résolus. Pour tenter de dénouer cela, tout un processus réformateur est organisé autour de conciles, depuis celui de Latran en 1215 jusqu’au temps des Rois Catholiques. À partir des années 1380, avec le concile de Soria (1380), puis de Ségovie (1383), on peut noter l’inquiétude grandissante à propos de la simonie (le commerce des objets sacrés), du nicolaïsme (le mariage des prêtres), mais également des pécheurs, clercs comme laïcs, de plus en plus présents.

S’ensuivent de nombreuses années sans la moindre assemblée dans la couronne de Castille, années pendant lesquelles perdurent ces préoccupations. Une nouvelle tentative pour y remédier est lancée en 1473 sous l’impulsion d’Alfonso Carrillo de Acuña, archevêque de Tolède, qui entend ainsi « combattre l’ignorance et la vie dissolue de certains clercs ». Avant tout pour réformer les habitudes ecclésiastiques, ce concile a en réalité aussi des fins politiques. En effet, il faut rappeler qu’il se déroule à la fin du règne d’Enrique IV, dit « el Impotente » (le faible) par ses détracteurs. Toute sa vie le souverain a dû faire face à des révoltes, dont celle le 5 juin 1465 : « la farce d’Ávila », où il est contraint d’abdiquer en faveur de son demi-frère l’infant Alphonse ; puis en 1468, lors du « traité des Tauraux de Guisando », lorsque qu’Isabelle, sa demi-sœur et future reine catholique, se fait instituer comme héritière de la Couronne. Néanmoins, en 1469, le mariage d’Isabelle avec Ferdinand II d’Aragon, sans son accord, pousse le roi à changer son testament rendant à nouveau sa fille, l’infante Jeanne, héritière légitime du trône de Castille. Alfonso Carrillo de Acuña, homme d’Église resté toujours proche des intrigues de la noblesse, prend le parti d’Isabelle (bien qu’il finisse par se retourner contre les Rois Catholiques quelques années plus tard).

Juan de Borgoña, Portrait de Alfonso Carrillo de Acuña (détail de la peinture murale de la salle capitulaire de la cathédrale de Tolède), 1508. © Wikimedia Creative Commons

Réuni dans l’église San Juan Bautista le 5 décembre 1473, le concile d’Aranda promulgue 29 décrets relatifs à la discipline ecclésiastique.

Cadrer le clergé

Au cœur du concile se trouve le clergé jugé trop peu professionnel. Il est donc ordonné d’organiser des conciles deux fois par an et des synodes de manière annuelle. La présence du clergé à ceux-ci est obligatoire et nécessaire à leur formation comme membres de l’Église sur les questions ecclésiastiques. Il est également souligné que l’institution aux articles de la Foi, aux préceptes du Décalogue, aux sacrements de l’Église, aux types de vices et de vertus, aux connaissances en médecine, en physique, dans les arts libéraux, etc., est indispensable à la bonne formation d’un clerc. Par ailleurs, pour être en mesure de connaitre tout cela, le clerc se doit d’être docteur en latin – chose trop rare à l’époque –, alors que c’est un prérequis indispensable pour diriger une paroisse. Pour remédier à cela, il est convenu que les évêques des différents diocèses, ou à défaut deux prêtres, docteurs, irréprochables dans leur pratique et envoyés par l’évêque, devront évaluer les futurs curés de sorte qu’ils répondent à ces critères.

Alphonso Carrillo. Concilium Arandense. Tituli capitulorum. 1473.

Peu professionnels, voire feignants, il est rappelé aux prêtres que la célébration de l’eucharistie est liée aux tâches ecclésiastiques et qu’elle est donc obligatoire. Pour que cela soit respecté, un nombre minimal de messes à célébrer chaque année est établi pour palier le trop grand nombre de prêtres et d’évêques avec peu d’activité.

L’apparence des membres de la paroisse se révèle aussi une question importante. L’habit ne fait-il pas le moine !? Les archevêques se doivent de porter une roquette (vêtement liturgique) en public et ne peuvent porter de soie ni de chaussures de couleur blanche, tandis que les clercs mineurs doivent avoir une tonsure courte et un vêtement discret en accord avec l’interdiction de porter de la soie, s’il ne s’agit pas d’une doublure, et de s’habiller avec des vêtements et chaussures de couleurs vives ou claires. Par ailleurs, l’idée de vie après la mort implique que les clercs ne peuvent porter des vêtements de deuil.

Enfin, il est convenu que les clercs ne peuvent prendre part aux conflits entre seigneurs laïcs, cela reviendrait à se soumettre à un état de servitude, ce qui est propre aux domestiques, et déshonorerait l’Église. Il leur est également interdit de jouer aux dés, l’un des grands vices du XVe siècle, notamment parce que les clercs, peu scrupuleux, ont tendance à parier les biens de leur paroisse.

Cadrer la vie quotidienne

En plus des interdits/obligations, sont développées toute une série de règles visant les clercs comme les laïcs et leurs pratiques du christianisme.

            De l’ordre dans les paroisses

Les paroisses ne sont pas uniquement le centre de vie des quartiers et villes de Castille au bas Moyen Âge, leurs ecclésiastiques forment un point de connexion direct entre les villageois et Dieu, mais également avec les prises de décisions de l’Église et la diffusion de celles-ci. Dans une société analphabète comme celle du Moyen Âge, ce rôle est plus qu’essentiel. En conséquence, les prêtres doivent diffuser aux fidèles les préceptes de la foi par des messes, mais également leur communiquer ce que l’Église interdit, faire connaître par ce moyen les péchés, condamner les prédicateurs et informer des décisions prises par l’Église.

L’Église craint que les célébrations religieuses ne se transforment en fêtes carnavalesques, voire en farces. Elle rappelle alors comment il convient de célébrer un mariage, de manière sobre et solennelle, interdisant par-là même que celui-ci puisse être célébré le premier dimanche de l’Avent, à la Nativité ou encore entre le Mercredi des cendres et Pâques. Concernant les célébrations quotidiennes, le concile en profite pour marquer la différence entre ce qui est une « représentation honnête » et une « représentation malhonnête » de la fiesta de los locos (fête des fous ), ce qui est également l’occasion de faire la distinction entre les représentations de l’office et le théâtre profane.

Les métiers nécessitant de se tacher les mains ne peuvent être faits les jours saints, ni les dimanches comme les autres fêtes, ces jours étant réservés à la célébration.

            Combattre le « désordre »

Les conflits de clans et les délits à caractère économique préoccupent fortement les membres de l’Église. Il est ainsi décidé que ceux qui meurent dans un duel ne pourront être enterrés selon la tradition chrétienne, il leur est par conséquent refusé toute salvation. Il en est de même pour les voleurs connus publiquement, outre l’interdiction pour eux d’avoir une sépulture chrétienne, ces criminels se voient également proscrire la possibilité de réaliser un testament et leurs enfants ne peuvent prétendre au moindre bénéfice ecclésiastique. Sont également visés les prédicateurs errants, sans affiliation officielle avec l’Église, mais ayant parfois l’approbation des basses strates de la société ecclésiastique, et qui offrent indulgences et autres grâces à moindre coûts.

Un clergé de pécheurs

            Les fautes commises

Les membres du clergé sont présentés comme des gens de petite morale, qui accordent peu d’attention à leurs tâches pastorales. Les prêtres sont peu instruits et font preuve de peu de dévouement dans leurs devoirs religieux, cela du fait de leurs faibles notions en latin mais également à cause des hautes sphères de l’archidiocèse qui s’occupent plus des mondanités que de leurs devoirs. Il s’agit donc de rompre avec cette époque de vide, où aucune assemblée ecclésiastique n’est organisée en Castille. Les consistoires sont désormais obligatoires, ainsi que toute une série de préceptes qui réglementent la vie des religieux, ne pas les respecter est assimilé à une faute.

            Les péchés pardonnables

Toute une série de péchés sont listés pendant le concile et les sanctions qui les accompagnent, les plus graves pouvant mener jusqu’à l’excommunication. Ainsi les prêtres vivant avec des concubines (péché déjà dénoncé lors du concile de Valladolid en 1322) doivent corriger leur mauvaise habitude dans les dix mois à venir sous peine de perdre l’ensemble de leurs privilèges ; de plus, s’il advenait qu’ils meurent en concubinage, ils perdraient leur droit à un enterrement chrétien. Si la concubine est une moniale ou si elle n’est pas chrétienne, la sanction s’aggrave.

Il est également fait mention de clercs vendant des droits voire des biens ecclésiastiques à des laïcs. Outre la dénonciation de la simonie, les membres du diocèse tolédan cherchent alors à la définir : s’agit-il d’un péché ? d’un vice ? d’une hérésie ? Les principaux acteurs de ce débat sont Pedro Damián et Humberto de Silvacándida qui y voient là une action de vice et un péché, mais en aucun cas une hérésie – car l’acte bien que préjudiciable ne contredit pas les dogmes de l’Église –, ils soulignent néanmoins la nécessité de durcir la punition qui en découle.

La rédemption par la sanction

Les condamnations varient selon l’erreur commise et se matérialisent sous de multiples aspects pouvant aller de la privation de liberté physique –  ce qui peut correspondre à une interdiction d’entrer dans une église ou de passer par la case prison –, à une amende, une punition – souvent physique (toujours sans effusion de sang comme cela a été établi lors du quatrième concile de Letrán en 1215) –, voire d’une excommunication.

            La privation de liberté

Il s’agit le plus souvent d’une interdiction d’entrer dans les lieux saints. Sont visés ceux qui n’organiseront pas de concile ni de synode comme cela est spécifié dans les canons, ils seront interdits d’entrer dans une église jusqu’à ce que l’archevêque célèbre un concile provincial et les évêques un synode. Par ailleurs, celui qui manquera l’un desdits événements sans justification ni personne pour le substituer n’aura pas le droit d’entrer dans une église pendant une période de trois mois et devra s’acquitter d’une amende de deux-cents florins, somme qui devra par la suite être utilisée pour l’organisation du prochain concile provincial.

Les prédicateurs errants, dépourvus de licence de la part de l’archevêque ou de l’évêque du diocèse où ils prêchent, sont également vus d’un mauvais œil et sont menacés d’être privés pendant un mois d’entrer dans une église, et s’ils persistent dans leur pratique illégale, cet interdit pourra aller jusqu’à trois mois.

            Les sanctions économiques

C’est probablement la punition la plus commune. Présentés comme des amendes, celles-ci peuvent être payées en monnaie sonnante et trébuchante ou via la perte des privilèges pendant un temps donné.

Suivant ces préceptes, il est spécifié que les ordres de publier doivent être réalisés et les clercs qui ne s’y soumettent pas doivent chaque fois payer deux reales ; les paroisses qui ne condamneront pas publiquement les prédicateurs errants devront payer trente reales ; de même, les paroisses qui ne communiqueront pas à leurs paroissiens quand ils ont le droit ou non de se marier devront payer dix reales.

Doivent également payer une amende les clercs et prélats qui ne se vêtissent pas de la manière recommandée précédemment. Les archevêques devront payer vingt florins et les clercs perdent leur ration pendant dix jours, chaque fois qu’ils s’habillent d’une manière différente de celle définie par le concile. Si leur manière de s’habiller avait à voir avec le deuil, les clercs renonceraient pendant trois mois à leurs bénéfices, et les évêques et prélats paieraient la somme de vingt florins.

Jouer à des jeux de dés est sanctionné par une amende de trente reales.

Ne pas célébrer l’eucharistie le nombre minimum de fois imposé par le concile peut être puni par deux types d’amendes : trente reales à payer et une punition lors du prochain concile.

Les clercs qui mènent une vie militaire pour un seigneur laïc perdent leur office et les bénéfices allant avec jusqu’à ce qu’ils renoncent à ces tâches bien trop éloignées des devoirs d’un religieux. Ceux qui célèbrent des mariages en des temps interdits par le concile se verront obligés de payer une amende de dix florins à chaque fois ; donner une sépulture à quelqu’un mort en deuil équivaudra à six mois sans offices ; lorsqu’il s’agit d’un voleur une amende de cinq florins sera appliquée, voire d’autres châtiments.

Enfin, les clercs faisant des représentations déshonorantes – cf. le théâtre – de l’Église devront payer trente reales s’ils en tirent quelques bénéfices financiers, et quinze reales s’ils n’en tirent pas de bénéfices.

            L’excommunication

C’est la plus lourde peine qui puisse être infligée. Elle n’implique pas seulement une personne physique mais inclut aussi le déshonneur de sa famille et de sa communauté (elle équivaut à l’infamie dans la législation civile castillane). Y sont soumis ceux qui portent atteinte à une autre personne, les laïcs ne respectant pas les décisions ecclésiastiques – par exemple ceux qui se marient un jour interdit par le concile –, ceux qui portent atteinte aux biens immobiliers de l’Église et à ses droits ecclésiastiques, ainsi que les clercs ayant une sexualité ou toute activité illicite.

            À qui profite ces sanctions ?

Il est spécifié tout au long des actes du concile que l’argent et les bénéfices qui résulteront des sanctions iront principalement à la célébration des prochains conciles provinciaux qui se célèbreront dans le diocèse de Tolède, et à la fabrique des églises où ont été commises les infractions. Par ailleurs, lorsque le crime est dénoncé par un témoin synodal, une partie de la somme lui revient également, le délateur étant considéré comme une nécessité pour investiguer et dénoncer les fautes commises.

Le concile d’Aranda 1473. Pièce de théâtre jouée en juin 2014 à la maison de la Culture de Burgos.

Conclusion

La célébration du concile d’Aranda en 1473 marque le début d’une nouvelle époque pour l’histoire de l’Église castillane, qui se veut désormais mieux cadrée et organisée, pour ne pas dire irréprochable, et coïncide avec l’arrivée au pouvoir des Rois Catholiques qui se conforment alors au système épiscopal et conciliaire jusqu’alors délaissé.

Les préceptes de ce concile soulignent l’existence de nombreux problèmes au sein même de l’ordre ecclésiastique et de la vie chrétienne des laïcs et entend y palier par la série d’articles promulgués. L’Église se révèle alors une institution puissante qui gère de manière stricte la vie de sa communauté. Pourtant, prétendre contrôler ses membres au travers d’ordres conciliaires souligne également ses limites, notamment lorsqu’elle encourage la délation pour affirmer son emprise sur ses membres.

Enfin, on remarque que la majeure partie des sanctions mentionnées sont économiques. Elles soulignent la nature d’une action et sa gravité dans les mentalités de l’époque. Il est révélateur de voir que les clercs officiant des mariages clandestins doivent payer la somme de dix florins alors que la majorité des autres amendes sont en real, une monnaie bien moins forte. Par ailleurs, ces sommes permettant de racheter presque tous les péchés reviennent systématiquement à l’Église – jugée victime car entachée par ces actes – et jamais aux fidèles. Cela peut, dans une moindre mesure, nous aider à comprendre la naissance du protestantisme qui s’oppose à cette idée d’un Dieu qu’il faut payer pour être pardonné.

Citer cet article

Fernando Martín Pérez, “1473 – Le concile d’Aranda” dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 4/10/2019. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=260

Biographie 

J. Sánchez Herrero, Concilios provinciales y sínodos toledanos de los siglos XIV y XV, Universidad de la Laguna, 1976.

Enrique IV de Castilla y su tiempo, Fundación Gregorio Marañon, Valladolid, 2000.

C. Perez Gonzalez, El concilio provincial de Aranda (1473), Fundación Instituto Castellano y Leones de la Lengua, Burgos, 2007.

J. Sánchez Herrero, Historia de la Iglesia en España e Hispanoamerica desde sus inicios hasta el siglo XXI, Sílex,Madrid, 2008.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search