CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle

Dans l’imaginaire collectif, la figure de la princesse a toujours fait l’objet d’un certain engouement avec leur mariage – qui conditionne leur fin heureuse ou malheureuse- et qui bien souvent constitue le moment culminant de leur existence. Aujourd’hui, l’étude de ces figures repose en grande partie sur un travail de déconstruction des légendes dorées ou noires qui leur sont associées. Dans ce cadre, les princesses espagnoles représentent un champ de recherche particulièrement riche car elles furent victimes de nombreux a priori souvent négatifs. Cet article présentera les outils permettant de mieux comprendre les enjeux qui se jouent pour elles à l’heure de célébrer leurs noces. En effet, c’est en relisant leur destin et les rôles genrés qui leur étaient imposés, tout en comparant leur vie respective, qu’il est alors possible de repenser des évènements bien connus comme le scandaleux « divorce » royal de Catherine d’Aragon, en 1532, et la « folie » de Jeanne de Castille, mère de Charles Quint.


Les princesses ont de tout temps fait l’objet d’un engouement qu’il soit littéraire, artistique, cinématographique ou encore audiovisuel. L’enfance de la plupart d’entre nous a été bercée par des histoires, tout droit tirées des contes de fées, où ces jeunes filles deviennent femmes au travers de leur mariage ; elles quittent alors le château paternel pour celui d’un (beau) prince étranger. Ce dernier accueille immédiatement sa nouvelle épouse dans sa demeure, dont il est sous le charme dès le premier regard. Ces histoires des noces princières dont on nous abreuve dès notre plus jeune âge sont basées sur ce fameux coup de foudre.

Au-delà du conte et de la fantaisie, ce mythe de l’amour au premier regard existe dans les sources historiques témoignant des alliances dynastiques, c’est-à-dire des unions entre deux familles princières. Celui-ci repose sur l’existence d’échanges de portraits pour que les jeunes princes et princesses puissent se voir avant le jour de leur mariage. L’amour, né soudainement, au moment de découvrir le portrait, se retrouve notamment dans les lettres d’amour du jeune prince Arthur, fils d’Henri VII Tudor et d’Elizabeth d’York, adressées à Catherine d’Aragon, fille des Rois Catholiques d’Espagne (fig. 1).

Fig. 1 – Juan de Flandres, L’Infance Catherine d’Aragon (?), vers 1496. Madrid, Musée Thyssen-Bornemisza © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid

Pareillement, la fille de cette dernière, Marie Ière Tudor serait tombée amoureuse du portrait de son jeune cousin Philippe II d’Espagne, fils du neveu de sa mère : Charles Quint (fig. 2). Elle aurait été si obsédée par ce portrait, qu’elle aurait fait fi de ses conseillers anglais peu enclins à une alliance espagnole et aurait ainsi obtenu un mariage d’amour.

Fig. 2 – Titien, Philippe II d’Espagne, 1550. Madrid, Museo Nacional del Prado ©Wikimedia Creative Commons

Jean Molinet, chroniqueur des ducs de Bourgogne, narre aussi ce sentiment qui naît à la découverte de Jeanne de Castille, princesse espagnole sur le point d’épouser Philippe le Beau, jeune prince bourguignon. Il décrit la jeune femme en ces mots :

la fille fort belle / Jenne s’appelle elle est doulce et humille / Fertille utille experte fort habille 

Bien entendu, il ne s’agit pas de prendre au premier degré ce que rapportent les sources à propos des mariages d’amour ni de la présumée beauté des fiancé(e)s. Il serait d’ailleurs plus juste de comprendre « de prestigieuse lignée », voire « riche », lorsque l’adjectif « belle » est utilisé. Loin de l’image romancée, l’alliance de deux familles souveraines peut viser plusieurs objectifs : augmenter son territoire, se lier à une famille noble ainsi qu’obtenir les faveurs économiques et/ou militaires du potentiel partenaire. Il semble, néanmoins, qu’il existe un besoin de justifier ces unions qui s’apparentent en réalité à une transaction où les promises sont converties en monnaie d’échange. La littérature et l’iconographie amoureuse imaginée autour de l’alliance sont en réalité une pure « propagande politique » brodée autour des négociations, durant lesquelles la fiancée est déracinée et implantée dans un nouveau royaume auquel elle doit offrir le prestige de sa lignée. Contraintes par le mariage, les jeunes épouses doivent dès lors servir fidèlement leurs deux « maisons » : celles qu’elles intègrent et à auxquelles elles doivent se conformer ainsi que celles dont elles sont issues, qu’elles doivent représenter fièrement.

Le cas des princesses espagnoles

Les princesses espagnoles, aussi dites infantes, ont particulièrement joué de malchance lors de leurs mariages, ce qui a éveillé l’intérêt des historiens. En effet, leurs unions ont été perçues comme des échecs. Les filles des Rois Catholiques (https://www.rah.es/reyes-catolicos/), au tournant du XVe et XVIe siècle, possèdent des destinées présentées comme particulièrement négatives par les sources qui leur sont contemporaines, de même que par celles postérieures. Isabelle d’Aragon, l’aînée, par sa mort tragique en couche en 1498 et son mariage infertile avec Alphonse de Portugal, voit son union élevée au rang de grande cause de la chute de la dynastie des Trastamare. L’Espagne passe alors à une dynastie germano-bourguignonne, celle des Habsbourg. Jeanne de Castille, la puînée, est connue sous le nom de Jeanne la Folle, notamment pour son prétendu amour fou à l’égard de Philippe le Beau qu’elle épouse en 1496. Ce dernier est un Habsbourg et par son mariage avec Jeanne le gouvernement des royaumes espagnols passe à sa famille et à son fils, Charles Quint. Marie d’Aragon , la cadette, récupère le mari de son aînée, Isabelle, à sa mort. Enfin, Catherine d’Aragon, la benjamine, fait un premier mariage éclair, en 1501, avec Arthur Tudor, prince de Galles, qui décède prématurément. Elle est ensuite unie, en 1509, à Henri VIII d’Angleterre, avec qui elle connait un mariage, semble-t-il, malheureux. La vaste historiographie, rédigée à la fin du XXe siècle, rapporte que Catherine était triste et dépressive sur l’île britannique. Son mariage est probablement le plus célèbre puisqu’il se conclut par un divorce (qui est, en réalité, une annulation de mariage) – le roi lui ayant préféré Anne Boleyn, mère de la future Élisabeth Ière d’Angleterre.

Les filles de Jeanne de Castille, les sœurs de Charles Quint, connaissent un sort guère plus favorable. Éléonore d’Autriche est mariée, en 1518, au roi du Portugal, de 30 ans son aîné, qui avait déjà épousé deux de ses tantes auparavant. De cette union née une fille dont Éléonore est séparée de force. À la suite de la mort de son premier époux, Éléonore est envoyée en France par son frère pour y épouser François Ier – ce mariage étant l’un des accords signés lors de la paix de Cambrai (1529). Elle vit alors dans l’ombre des maîtresses du souverain français auquel elle ne donna jamais d’enfants. Cette situation rend sa position instable au point qu’au décès de François Ier, Éléonore est contrainte de fuir le royaume. Sa sœur, Isabelle d’Autriche, la puinée, est envoyée au Danemark en 1515 où elle subit également l’infidélité de son mari, Christian II. Elle est condamnée à fuir, avec son époux et ses enfants, suite aux soulèvements de Suède. Le couple se réfugie aux Pays-Bas où Isabelle décède à l’âge de seulement 25 ans. Marie d’Autriche, appelée également Marie de Hongrie, la plus jeune des sœurs, est mariée à Louis II de Hongrie, en 1515. En 1526, Marie perd son époux et son royaume, du fait de l’invasion turque, elle refuse par la suite de se remarier.

Ces alliances dynastiques malheureuses semblent d’autant plus étonnantes que les royaumes d’Espagne, sous les Rois Catholiques, sont en pleine expansion. La conquête de Grenade, en 1492, n’a fait qu’accroître le prestige de cette dynastie. De même, Charles Quint, souverain des royaumes ibériques, étend son royaume au point de le convertir en véritable empire au moment où sa mère, Jeanne de Castille, est écartée du pouvoir en raison de sa supposée folie. Pourquoi ces unions sont-elles alors perçues comme des échecs ? Quelles sont les causes et les conséquences de ces légendes noires autour des unions des princesses espagnoles ?

Pour répondre à ces interrogations, il faut tout d’abord se débarrasser des idées préconçues qui nous empêchent d’appréhender ces mariages avec un regard critique et contextualisé. Les sources contemporaines, ou proches en date, des vies de ces jeunes femmes sont notamment des chroniques royales, c’est-à-dire des textes de propagande politique, qui ont longtemps été lues/entendues au premier degré. Ce fut le cas pour les peintres romantiques du XIXe siècle qui diffusèrent, par exemple, les images de la folie de Jeanne de Castille, dont la représentation de la souveraine désemparée et hors de toute raison au côté du cadavre de son époux (fig. 3 & 4).

Fig. 3 – Lorenzo Valles, La démence de Jeanne la Folle, 1867. Madrid, Museo Nacional del Prado © Wikimedia Creative Commons
Fig. 4 – Charles de Seuben, Jeanne la folle attendant la résurrection de Philippe le Beau son mari. Lille, Palais des Beaux-Arts ©RMN-GP – cliché René-Gabriel Ojéda

Or, tout le discours monté autour de la folie amoureuse de Jeanne est le fruit d’une fine manipulation du père de celle-ci, Ferdinand le Catholique, puis de son fils, le futur Charles Quint, pour récupérer son pouvoir et son autorité sur les différents royaumes et territoires ibériques.  Des siècles plus tard, les peintres romantiques reprennent cette légende noire, ainsi que celle des autres princesses espagnoles, en insistant sur la dimension émotive de leur triste destin. On remarque le même procédé avec Catherine d’Aragon qui est représentée suppliant son époux, Henri VIII d’Angleterre, de renoncer au divorce (fig. 5). Ce type d’images fortes continuent, aujourd’hui encore, à conditionner notre vision de ces faits tandis que l’historiographie insiste davantage sur le caractère raisonné de Catherine pour se défendre face à la menace d’être répudiée.

Fig. 5 – Henry Nelson O’Neil, Catherine d’Aragon plaide sa cause contre le divorce par Henry Nelson O’Neil, 1846-1848. Birmingham, Museum and Art Gallery ©Wikimedia Creative Commons

Réviser l’histoire des femmes et les nouveaux outils pour le faire

Les représentations qui nous sont parvenues de ces mariages peuvent être datées dans le temps. Selon l’époque et les intérêts scientifiques, elles ont pris différentes formes. Au XIXe siècle, avec la montée de discours nationalistes en Espagne, la vie de Jeanne de Castille, la reine folle d’amour, subit une relecture. Jeanne devient la traitresse à sa Nation, celle qui a vendu par amour ses royaumes à son époux bourguignon et pro-français. Par la suite, au début du XXe siècle, avec le nouvel engouement pour la psychologie, des historiens écrivent sur l’état mental des princesses. Jeanne aurait ainsi été schizophrène, tandis que sa sœur Catherine est diagnostiquée dépressive. À la fin du XXe siècle, avec le début de l’histoire des émotions et la grande pitié que pouvait inspirer les destins des princesses, celles-ci sont réhabilitées. Jeanne de Castille est désormais présentée comme une pauvre prisonnière. Sa sœur Catherine devient une reine malheureuse piégée en Angleterre. Éléonore, la sœur de Charles Quint, est décrite, elle aussi, bien triste en terres étrangères car aux prises d’un mari volage. Avec l’apparition du mouvement féministe, qui permet notamment l’essor de l’histoire des femmes, ces princesses sont alors perçues comme des héroïnes du passé ayant lutté pour leur liberté. Malgré ces évolutions, la plupart de ces figures féminines sont encore perçues au travers d’un autre prisme qui modifie notre perception de leur mariage : l’invisibilité. Trop souvent encore, les infantes espagnoles, et autres princesses, sont traitées comme un simple chapitre de la vie de leurs illustres époux. La méconnaissance dont elles font l’objet empêche ainsi de comprendre ce qui s’est réellement joué pour elles lors de leurs mariages.

Renouveler les recherches sur les princesses permet de repenser le pouvoir féminin. Les destins de ces femmes espagnoles laisseraient effectivement imaginer, au premier abord, qu’elles étaient dépossédées de toute autorité et qu’elles subissaient leur mariage. Cet aspect de l’Histoire existe bel et bien, mais il est trop réducteur de résumer leur existence à une « incapacité » à se saisir du pouvoir au côté de leur époux. Elles étaient préparées, éduquées, à être mariées à un souverain (ou futur souverain) étranger et à prendre un rôle complexe auprès de celui-ci. Par ailleurs, la notion de pouvoir, dans sa définition actuelle et son signifié, n’est peut-être pas optimale pour comprendre la vie de ces femmes, trop souvent perçues comme de simples objets dans les alliances dynastiques. En effet, le terme « pouvoir » renvoie à une image masculine. L’exercice du pouvoir est traditionnellement associé dans l’Europe chrétienne à des concepts d’autorité, de domination, de justice, de forces exercées par des hommes. Les princesses et les reines, étudiées ainsi, ne semblent pas avoir de place dans l’exercice d’un pouvoir monarchique qui serait masculin. Il en résulte que le destin de puissantes souveraines ayant elles-mêmes gouverné est perçu comme une exception ; c’est notamment le cas d’Isabelle la Catholique, reine de Castille, et mère du premier groupe de princesses présentées précédemment, qui même après son mariage à Ferdinand II d’Aragon continue d’assurer la gouvernance de la couronne de Castille.

Par le biais de l’Histoire des femmes, les chercheurs tendent à reconstituer les expériences de vie des personnages féminins dans le passé et à les réhabiliter dans l’Histoire commune.  L’Histoire du genre, pour sa part, s’intéresse à l’évolution des systèmes symboliques de ce concept dans le temps et selon les espaces – le genre renvoyant au « sexe social » ou à la « construction culturelle du sexe », pour reprendre les mots de l’historien Didier Lett. Partant de ce principe, il est possible d’étudier les princesses en sortant des imaginaires préconçus par des émotions collectives diffusées entre le XIXe et le XXe siècle. Les princesses ne sont plus à percevoir comme des victimes, ni même des héroïnes mal comprises dans ces histoires de mariage, mais elles agissent dans le cadre d’un pouvoir genré. Le concept de Queenship (« Réginalité » en français) constitue, pour l’historien, un outil qui considère qu’il existe un pouvoir sexué de la reine, non pas dans le but d’exécuter une hiérarchie entre les pouvoirs du roi et de la reine, mais d’envisager le pouvoir à travers un prisme nouveau et démasculinisé. De cette manière, le pouvoir de la reine et ses possibilités apparaîtraient. Par conséquent, pour comprendre la vie des infantes, il est nécessaire de comprendre leur environnement et les conditions réelles d’opportunité qu’elles avaient pour prendre une place particulière auprès de leur époux. Ces conditions changent selon les époques et les espaces. Ces possibilités d’action des princesses pour agir sur leur environnement en fonction de conditions particulières sont appelées sous le terme d’Agency (« agentivité » en français).

L’étude comparative des royaumes et des mariages pour s’extraire des idées préconçues

Le champ d’action de ces femmes change d’un royaume à un autre ; il en va de même d’une époque à une autre. L’étude comparative des royaumes et des mariages permet alors de s’extirper des idées préconçues. Mesurer le « déplacement » des futures souveraines au moment de leurs mariages permet d’observer à quelle forme de pouvoir elles ont été préparées et comment celui-ci prend forme dans la cour qui les accueille, c’est-à-dire celle de leur mari. Il s’agit ainsi de sortir des thèses de « folies » et de tragico-romance forgées par une longue historiographie, pour mieux comprendre comment le changement d’aire géographique mais aussi la transformation culturelle et sociale des princesses affectent les conditions d’exercice d’un pouvoir. Or, appliquer les nouveaux concepts que sont le Queenship et l’Agency pour réviser notre perception des destins des princesses espagnoles n’est possible qu’en les mettant en comparaison les unes avec les autres, car elles ne se marient pas toutes dans les mêmes royaumes et ne subissent pas une réception identique dans le temps présent et dans l’histoire.

Pour ne reprendre que quelques résultats de cette méthode, les princesses se mariant au Portugal pour plusieurs raisons, dont la proximité géographique et le mélange des familles nobiliaires portugaises et espagnoles, ont plus de facilité d’adaptation dans leur cour d’accueil.  Ce constat est bien entendu à nuancer, en effet, le Portugal demeure un royaume ayant parfois pris position contre les intérêts espagnols. Inversement, Catherine d’Aragon doit apprendre des langues et des manières étrangères pour tenir sa nouvelle maison désormais en Angleterre. Des lettres témoignent de son enseignement du français et des difficultés qu’elle avait à s’habituer aux températures anglaises.

Parmi les éléments divergents selon les cas de figure, et qui nous apportent de précieuses informations, il est important de prendre en compte les sources de revenus dont disposent les princesses. Il s’agit d’un élément clé pour comprendre leur capacité à se saisir, ou non, du pouvoir. Selon le contexte politique et économique du royaume dans lequel elles évoluent, il est possible d’observer des différences qui sont aussi conditionnées par le rapport diplomatique entre leur époux et leurs parents. Éclaircir les moyens économiques qui étaient à leur disposition permet d’avoir une vision plus juste de leur indépendance, une perception plus globale, qui nous empêche de tomber dans des clichés parfois faciles. C’est notamment le cas de Catherine d’Aragon, souvent réduite à son destin de femme répudiée. Cependant, en 1513, elle bénéficie d’une telle confiance de son époux qu’elle est nommée « Lieutenante Générale » du royaume d’Angleterre pour mener les guerres en Écosse pendant qu’Henri VIII est coincé à Calais. Son divorce arrive pour des raisons diverses qui ne peuvent se limiter à sa simple individualité ou l’absence d’héritier mâle, les motifs sont également diplomatiques. Le moment de la rupture entre Catherine et Henri VIII était aussi celui du rapprochement entre l’Angleterre et la France, ennemi des royaumes d’Espagne de Charles Quint, le neveu de Catherine.

Conclusion

Nous l’avons vu, les princesses espagnoles souffrent de représentations fortement négatives dans la postérité, ce qui a longtemps altéré notre façon de faire de l’Histoire à leur propos. Souvent victimisées, parfois considérées comme totalement dégénérées à l’instar de Jeanne de Castille, plus rarement héroïsée, y compris à outrance, ces femmes ont pourtant bel et bien joué un rôle important.  Leurs installations dans de nouveau royaumes ont permis des connexions entre des royaumes qui ont entraîné des mutations culturelles ainsi que la construction des États modernes actuels. Il s’agit d’un pan de l’histoire qui mérite d’être étudié en tant que tel et sous l’égide des nouveaux concepts scientifiques. Les historiennes et les historiens s’y intéressent davantage aujourd’hui, ce qui permet notamment de comprendre le rôle politique que pouvaient avoir ces princesses, mais également comment pouvait se créer cette vision de l’échec autour de leurs mariages, qui ne sont pas tant des preuves d’amour que des actes politiques. La relecture de ces unions permettrait de donner une voix plus juste à leur histoire et comprendre que les capacités d’action des femmes sont aussi liées à une temporalité historique et à un contexte diplomatique.

Fig. 6 – Affiche de promotion de la série “The Spanish Princess” © Fair Use

Bien que les historiennes et historiens cherchent à saisir la complexité du pouvoir féminin à la fin du Moyen Âge, aujourd’hui encore, nous avons du mal à la comprendre, comme en témoignent nos représentations contemporaines des princesses. Elles sont pensées avec des symboles monarchiques du pouvoir masculin qui n’ont pas forcément lieu d’être. Une épée, symbole masculin par excellence de la monarchie, est placée entre les mains d’une Catherine d’Aragon enceinte, dont l’armure s’adapte à cette rondeur, pour illustrer la série The Spanish Princess (fig. 6). Bien qu’il s’agisse d’une image construite par des non-spécialistes et destinée au grand public, elle dévoile notre perception du pouvoir féminin qui nécessite des modes d’expression inadéquats pour être transmis au plus grand nombre. Cependant, d’autres séries tentent de montrer de manière plus juste au niveau historique le pouvoir des princesses. C’est notamment le cas de la série espagnole Isabel qui met en scène l’influence de la souveraine à travers l’activation de son réseau de correspondances ou encore par la diffusion de leur sceaux et de leurs actes officiels. La  démarche est toutefois critiquée, car jugée ennuyeuse pour les téléspectateurs. Révéler les symboles d’un pouvoir féminin qui diffèrent de ceux du pouvoir masculin, constitue ainsi un enjeu majeur de nos illustrations actuelles de l’Histoire, mais aussi plus largement de notre compréhension du rôle de ces femmes au destin hors du commun.

Citer cet article

Clara Kalogérakis, “CONDAMNÉES AU MARIAGE – Repenser le pouvoir féminin des princesses espagnoles au tournant du XVIe siècle”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 18/04/2023. Permalien :https://espagnesmed.hypotheses.org/2180

Bibliographie

ARAM Bethany (2001), La reina Juana: gobierno, piedad y dinastía, Marcial Pons, Madrid.

SEGURA GRAIÑO Cristina (2003), « Utilización política de la imagen de la reina Juana I de Castilla », AMADOR CARRETERO P. & RUIZ FRANCO R. (éd.), Representación, Construcción e Interpretación de La Imagen Visual de las Mujeres, AEIHM-Instituto de Cultura y Tecnología Miguel de Unamuno, Madrid, p. 173‑189.

GUILHAUMOU J. (2012), « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, no 41, p. 25‑34.

EARENFIGHT Theresa (2013), Queenship in Medieval Europe, New York, Palgrave.

WOODACRE Elena (2012), « The Queen’s marriage; matrimonial politics in Pre-Modern Europe », dans (J.) Murray (éd.), Marriage in Pre-Modern Europe; Italy and beyond, Toronto, CRRS Publications, p. 29‑46.

LETT Didier (2013), Hommes et femmes au Moyen âge: histoire du genre, XIIe-XVe siècle, , Paris, Armand Colin.

ALEX-CODET, Cécile (2014), Femmes et éducation en Espagne à l’aube des temps modernes (1454 – fin des années 1520), thèse soutenue à l’Ecole normale supérieure de Lyon.

BAZÁN DÍAZ Iñaki (2019), «Las mujeres medievales como agentes de paz y reconciliación. Elementos de análisis y discusión», e-Spania, 33 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/31445

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

EARENFIGHT Theresa (2021), Catherine of Aragon: infanta of Spain, queen of England, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press.

KALOGERAKIS Clara (2022), « Le portrait contrasté de Jeanne de Castille : polyphonie dans les chroniques et les relations de voyage », e-Spania, 42 [En ligne] URL: http://journals.openedition.org/e-spania/44559

NÉGOCIATIONS MATRIMONIALES ET DIPLOMATIE AU MOYEN ÂGE – le projet anglo-aragonais de 1273-1291

Lorsqu’ils ne sont pas en guerre, les souverains cherchent le plus souvent à faire des alliances leur permettant d’assoir leur pouvoir. Dans ce contexte, les accords de mariage sont souvent le fondement et le cœur des unions politiques au Moyen Âge entre dynasties. Les négociations qui sont menées à ces occasions constituent alors une étape fondamentale du processus d’union, ainsi que des moments où chaque partie révèle diverses stratégies diplomatiques. Le projet matrimonial anglo-aragonais de 1273-1291, que nous verrons dans le présent article, permet d’illustrer les enjeux présents dans ce type de négociations, ainsi que les difficultés qui peuvent surgir pour les différents partis au moment de la construction d’alliances.


Le champ des relations diplomatiques  au Moyen Âge peut être divisé entre ceux qui sont « amis » et ceux qui ne le sont pas, voire de potentiels ennemis. Il n’y a dans les faits pas de place pour la neutralité. Ces « amitiés » peuvent alors être perçues comme un lien « quasi juridique » : ceux qui sont unis par ce dernier partagent des sentiments cordiaux mais se doivent également entraide et protection. Ces rapports d’amour et d’amitié sont le fondement même des alliances. Ils peuvent être entretenus par des lettres, des échanges d’ambassades, des rencontres entre princes, des échanges de cadeaux et des liens de parenté. Or, la parenté crée de fait une communauté d’amour et d’amitié. Ainsi, le mariage est l’un des principaux moyens employés par ceux qui cherchent à construire une alliance.

Les enjeux des négociations

Lorsqu’à la fin de l’année 1272, Édouard Ier d’Angleterre est couronné, il cherche rapidement des appuis face aux menaces qui pèsent sur le duché d’Aquitaine, terre dont les anglais ont la gouvernance depuis le mariage d’Henri II d’Angleterre avec Aliénor d’Aquitaine en 1152. En effet, ce territoire est limitrophe de quatre royaumes : celui de Castille, de France, de Navarre et de la couronne d’Aragon. Depuis le début du XIIIe siècle, l’Aquitaine avait été menacée par chacune de ces puissances à l’exception de l’Aragon. Il y existe donc l’éventualité d’une attaque externe. En outre, un des seigneurs du duché, Gaston de Béarn, y cause de nombreux troubles en 1272-1273. Les menaces peuvent donc également être internes.

Édouard est marié avec Eléanor, sœur du roi de Castille, depuis 1254. Il peut donc espérer déjà un soutien de la part de ce royaume et va alors tourner son regard vers la couronne d’Aragon, alors dirigée par Jacques Ier (1213-1276), dit « le Conquérant », et qui connait une incroyable expansion en Méditerranée. (fig.1)

Fig. 1 L’expansion méditerranéenne de la couronne d’Aragon aux XIIIe et XIVe siècles (Source : Marie-Claude Gerbet, L’Espagne au Moyen Âge VIIIe-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 1992, p. 250)

Édouard Ier, qui revient de croisade en 1272, est bien placé pour apprécier les avantages des conquêtes du souverain aragonais. Celles-ci lui offriraient un bénéfice non seulement d’un point de vue de prestige dynastique, mais également d’un point de vue stratégique pour aider à la reprise de la Terre sainte. En effet, alors que les voyages pour s’y rendre sont longs et périlleux, les nouvelles possessions aragonaises peuvent permettre aux croisés de faire le voyage en plusieurs étapes en territoire chrétien. Ils peuvent ainsi se ravitailler et trouver refuge face aux tempêtes.

Pour les Aragonais, cette possible alliance avec Édouard Ier présente également des intérêts certains, notamment pour faire face aux menaces du roi de France. En effet, en 1271 le comté de Toulouse est rattaché au domaine royal du roi de France et son influence s’étend jusqu’aux Pyrénées. Il peut donc directement inquiéter la couronne d’Aragon.

Notons également que dans les années 1265-1266, le troubadour provençal Paulet de Marseille, alors présent à la cour d’Aragon, compose une pastourelle où il fait savoir son désir de voir une alliance grandir entre le prince Édouard et l’infant Pierre d’Aragon :

« Senher, ieu volgra de N’audoart

E del nobl’ enfan ferma amor

Pos cascuns ha bel cors galhart,

E que ama pretz e valor »

(Messire je désire un amour fidèle entre Édouard et le noble infant (Pierre) car chacun a un beau corps gaillard et aime l’honneur et le courage)

 Il se peut donc que déjà à l’époque, dans la cour aragonaise, l’idée d’une alliance avec l’Angleterre ait été discutée.

La promesse d’union

La première mention de ce projet d’union se trouve dans le pacte de mariage conclu entre Édouard Ier et Pierre, futur roi d’Aragon sous le nom de Pierre III, fils de Jacques Ier, le 8 octobre 1273 à Sorde (Gascogne) (fig.2). Les deux souverains veulent alors unir leurs deux aînés respectifs : l’infant aragonais Alphonse et la princesse anglaise Aliénor. Le document souligne que les deux souverains cherchent à véritablement établir une alliance entre leurs deux dynasties en mariant leurs aînés respectifs.

Fig. 2 – Cavalier ou cavalière de la couronne d’Aragon tiré d’un registre contenant entre autres des copies de documents relatifs au projet anglo-aragonais de mariage entre Aliénor d’Angleterre, fille d’Édouard Ier, et Alphonse III d’Aragon. ( The National Archives E 36/274 ,f° 17v) © Archives de l’auteur

Les principaux concernés par cet accord sont alors âgés de huit ans dans le cas de l’infant aragonais, et de quatre ans pour la princesse anglaise. Si la consommation du mariage à cette époque n’est autorisée qu’à partir de douze ans pour les filles et quatorze ans pour les garçons, les familles commencent souvent les négociations dès leur plus jeune âge afin de pérenniser au plus vite l’alliance. En effet, une fois les fiançailles réalisées, et puisqu’elles sont un engagement public pour l’aristocratie, il est très compliqué et grave de les rompre. Ainsi, si le mariage est le fondement des alliances, les fiançailles en sont la promesse et engagent déjà jusqu’à un certain point les parties à l’entraide.

 Les fiançailles sont donc réalisées en 1273, et dès 1275, Pierre d’Aragon tente de consolider l’alliance en proposant un second mariage : celui de sa fille aînée Isabelle et du fils aîné du roi anglais. Ainsi, la princesse anglaise deviendrait reine de la couronne d’Aragon et la princesse aragonaise pour sa part serait un jour reine de l’Angleterre. Les liens entre les deux dynasties n’en seraient que renforcés puisqu’un membre de chaque dynastie serait présent dans la cour de l’autre. Ce second projet ne voit néanmoins jamais le jour, mais il traduit la volonté aragonaise de voir cette alliance entrer en vigueur.  

Le mariage par procuration

Arrive enfin l’an 1281. Huit années se sont écoulées depuis le début des négociations et les deux jeunes époux ont l’âge légal de consommer le mariage. Pierre III d’Aragon demande à ce que la princesse anglaise vienne à la cour afin de célébrer les noces, cependant le parti anglais répond qu’Aliénor est encore un peu jeune. Néanmoins désireux de conserver cette alliance, Édouard Ier envoie des messagers afin d’assurer au roi d’Aragon de sa volonté de voir l’union menée à terme. Ainsi, il fait parvenir en février 1282 une lettre de la princesse elle-même donnant son consentement à l’union. Toutefois, au printemps 1282, l’affaire n’a toujours pas avancé. Pierre d’Aragon envoie donc un courrier au roi d’Angleterre où il se plaint du retard et l’accuse d’inconséquence.

Pendant tout ce temps de nombreuses ambassades et missives sont échangées. Il s’agit parfois simplement de demander des nouvelles ou de négocier certains détails de l’arrangement. Les négociations sont longues, elles permettent au moins de créer un espace de dialogue entre ces deux pouvoirs.

Face à l’insistance de l’Aragonais, Édouard Ier fini par envoyer John de Vescy, l’un des ambassadeurs chargés de cette affaire, afin de conclure un mariage par procuration avec l’infant Alphonse d’Aragon. Ceci ne peut évidemment pas remplacer le vrai mariage, mais il s’agit toutefois d’un acte juridique fort, souvent réalisé avant la vraie cérémonie, particulièrement dans des situations comme celle-ci où l’éloignement géographique est très important. Le mariage par procuration a ainsi lieu le 15 août 1282 en présence d’Alphonse, qui est désormais considéré uni avec la princesse anglaise. Il ne manque plus que cette dernière soit envoyée en Aragon.

L’affaire sicilienne

Pourtant, des événements ayant aussi lieu en 1282 vont à nouveau retarder la conclusion totale du mariage.

Le 30 ou 31 mars 1282, une révolte éclate à Palerme en Sicile. L’île est alors sous contrôle de l’oncle du roi de France, Charles d’Anjou, qui a pris le trône à la dynastie des Hohenstaufen en 1266. Les Français de Palerme sont massacrés et les tueries se répandent dans toute l’île. Les Siciliens se tournent vers la dernière représentante de la dynastie Hohenstaufen, Constance, femme de Pierre III d’Aragon, et propose la couronne au couple aragonais. Pierre ne se fait pas attendre et débarque sur l’île le 30 août et est couronné dans la foulée.

Édouard Ier d’Angleterre est au courant de cette affaire mais les négociations pour le mariage se poursuivent normalement, d’autant plus que cette nouvelle conquête ne fait qu’accroitre le prestige de la couronne d’Aragon.

C’est sans compter que le pape Martin IV est également au fait de la chose. Ce dernier suspecte l’Aragonais d’avoir secrètement orchestré la révolte, si bien qu’il condamne ses actions et l’excommunie dès le mois de novembre 1282. Il offre en outre la couronne d’Aragon au fils aîné de Philippe III de France qui lance alors une croisade contre l’Aragon. Édouard Ier, qui doit allégeance au roi de France pour son duché d’Aquitaine, est convoqué pour lutter contre Pierre III d’Aragon. Il se retrouve alors dans une situation délicate car il ne peut aller contre la volonté du roi de France et du pape mais refuse d’abandonner le projet d’alliance avec la couronne d’Aragon. Pour compliquer l’affaire, les principaux intéressés, Pierre III d’Aragon et Charles d’Anjou, décident de s’affronter en duel à Bordeaux, c’est-à-dire sur les terres d’Édouard Ier. Le pape, horrifié par cette idée, supplie le roi d’Angleterre d’empêcher celui-ci. Finalement le duel n’a pas lieu. La situation ne se résout pas et Édouard est toujours dans une impasse.

  Le roi d’Aragon continue à réclamer l’envoi de la princesse mais Édouard ne peut pas désobéir au pape au risque de se faire lui-même excommunier. Surtout qu’entre-temps le fils de Charles d’Anjou, prince de Salerne, a été pris en otage par les Aragonais, exacerbant ainsi les tensions (fig.3) .

Fig. 3 – Le prince de Salerne, Charles II d’Anjou, est amené devant Alphonse III d’Aragon (British Library, Royal 20 C VII, f°23v) © The British Library

Désireux de ne pas rompre les négociations malgré ces péripéties, le roi d’Angleterre envoie plusieurs lettres à Pierre d’Aragon où il souligne la dangerosité du voyage qui empêche l’envoi de la princesse – repoussant ainsi l’échéance -, tout en assurant que l’interdiction papale du mariage n’a rien à voir avec ses réserves.

Négociations pour la paix

 En 1285, les principaux protagonistes du conflit, Pierre III d’Aragon, Charles d’Anjou et Philippe III de France décèdent. Édouard Ier tente alors de pousser les descendants à faire la paix et multiplie donc les ambassades vers l’Aragon et la France entre 1286 et 1288.  Une trêve franco-aragonaise est finalement accordée en juillet 1287, les négociations pour le mariage anglo-aragonais peuvent donc reprendre.

Le roi d’Angleterre et Alphonse, désormais roi d’Aragon, se retrouvent à Oloron-Sainte-Marie dans le Béarn à l’été 1287. Le chroniqueur catalan Ramon Muntaner rapporte qu’un mariage entre Aliénor et Alphonse est célébré à cette occasion, mais il n’est pas consommé.  

En octobre 1288, les différents partis s’accordent à signer la paix, Charles, prince de Salerne, est libéré et accepte de renoncer à la Sicile.  L’affaire semble donc réglée. Pourtant, le nouveau pape, Nicolas IV, profite du passage du prince de Salerne en Italie en juin 1289 pour faire couronner ce dernier roi de Sicile. Les animosités franco-aragonaises reprennent donc et il n’est plus sûr pour la princesse anglaise de venir. Édouard reprend donc les efforts pour instaurer la paix entre les différentes parties. Il y arrive enfin en février 1291. Ainsi, après dix-huit ans de négociations pour le mariage, la princesse Aliénor semble pouvoir partir retrouver son époux afin que l’union soit consommée et ainsi être pleinement valable. Le chroniqueur Ramon Muntaner rapporte que des célébrations sont données à Barcelone pour célébrer l’événement. Hélas, au même moment, Alphonse III d’Aragon tombe malade et décède sans que le mariage ne soit apparemment consommé.

Conclusion

Le considérable effort diplomatique déployé par Édouard Ier d’Angleterre, Pierre III et Alphonse d’Aragon fini en échec. Néanmoins, il apparaît qu’au long de ces dix-huit années d’échanges entre les deux souverains se crée une certaine amitié entre eux. Ainsi, en juillet 1294, Édouard Ier envoie une lettre à Jacques II d’Aragon pour lui proposer de continuer l’entente qu’il avait partagé avec son père, Pierre III, et son frère, Alphonse III. En outre, lors de la guerre franco-anglaise de 1294-1303, de nombreux chevaliers aragonais offrent leur aide au roi d’Angleterre. De même lorsque Édouard II d’Angleterre et Jacques II d’Aragon négocient un autre projet matrimonial dans les années 1320-1325, cette première alliance est constamment rappelée et mise en avant pour justifier la bienveillance qui règne entre les deux dynasties et solliciter qu’elle soit reconduite.

Bien que le projet matrimonial anglo-aragonais de 1273-1291 ne crée pas de liens réels de parenté, il semble qu’une sorte de parenté virtuelle se soit établie entre ces deux dynasties. Toutefois dans les faits, ce n’est pas une véritable entraide qui est fondée et donc il n’y a pas une véritable alliance. Néanmoins, le projet permet et favorise un dialogue entre le roi d’Aragon et celui d’Angleterre. Il apparait ainsi que les projets matrimoniaux, y compris ceux qui se soldent par un échec, révèlent des liens diplomatiques qui ne prennent sens qu’à la lumière de leur analyse.  

Citer cet article 

Zoé Plaza Leroux, “NÉGOCIATIONS MATRIMONIALES ET DIPLOMATIE AU MOYEN ÂGE – le projet anglo-aragonais de 1273-1291”, dans Espagnes Médiévales, mis en ligne le 9/11/2020. Permalien : https://espagnesmed.hypotheses.org/?p=1110

Bibliographie

AURELL, Martin, Les stratégies matrimoniales (IXe-XIIIe siècle), Turnhout, Brepols, 2013

CHAPLAIS, Pierre, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, Londres, Hambledon and London, 2003

FEDELE, Dante, Naissance de la diplomatie moderne (XIIIe-XVIIe siècles). L’ambassadeur au croisement du droit, de l’éthique et de la politique, Baden-Baden, Nomos Verlag, 2017

FERRER MALLOL, María Teresa ; MOEGLIN, Jean-Marie ; PÉQUIGNOT, Stéphane ; SÁNCHEZ MARTÍNEZ, Manuel, Negociar en la Edad Media. Négocier au Moyen Âge, Barcelona, Consejo Superior De Investigaciones Científicas, Institución Milá y Fontanals, Departamento de Estudios Medievales, 2005

GOODMAN, Anthony, « Before the Armada: Iberia and England in the Middle Ages », dans England in Europe, 1066-1453, éd. NIGEL Saul, New York, St. Martin’s Press, 1994 pp. 108- 120.

GOODMAN, Anthony, « England and Iberia in the Middles Ages », dans England and her neighbours, 1066-1453. Essays in honour of Pierre Chaplais, Michael JONES et Malcolm VALE (dirs.), Londres, 1989, pp. 72-96

MOEGLIN, Jean-Marie, PÉQUIGNOT, Stéphane, Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge (IXe-XVe siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 2017

PÉQUIGNOT, Stéphane, « Les diplomaties occidentales » dans Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Publications de la Sorbonne, Paris, 2011, pp. 47-66

RUNCIAM, Steven, The Sicilian vespers a history of the Mediterranean world in the later thirteenth century, Baltimore, Penguin Books, 1960

WILKINSON, Louise, “Royal Daughters and Diplomacy at the Court of Edward I”, dans Edward I: New Interprétations, éd. Andy King et Andrew M. Spencer, Martlesham, Boydell & Brewer, 2020, pp. 84-104

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search